(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Conversations and dialogues upon daily occupations and ordinary topics : designed to familiarize the student with those idiomatic expressions which most frequently recur in French conversation"

CONVERSATIONS AND DIALOGUES 



XTPON 



DAILY OCCUPATIONS AND ORDINARY TOPICS, 



DESIGNED TO FAMILIAEIZE THE STtlDENT WITH THOSE 

IDIOMATIC EXPEESSIONS "WHICH MOST 

FREQUENTLY EECUR 



FRENCH CONVERSATION. 



BT 



GUSTAYE CHOUQUET, 

AUTHOR OT THE " QtriDIB TO FRENCH COMPOSITION," ETC. 



NEW YOEK : 

D. APPLETON AND COMPANY, 

346 & 348 BEOADWAY. 

M.D0CO.LVI. 



Entered according to Act of Congress, in the year 1851, by 

D. APPLETON & COMPANY, 

in the Clerk's Office of the District Court for the Southern District 
of New-York. 



Auburn University Lsbrsides 
R^ph ErowB Br ftiighoii Librsffy 
231 MeO St. 
kahum Usiiversity, AL 36$49-5606 



_Ji&A 






/\iT( 



MAY 1 9 1983 



TABLE DES MATIERES. 



Introductory Dialogue Dialogue en Forme dUntrodiie- 

Hon PAGH 4 

Daily Occupations Occupations Journalieres 11 

At a Thread and Needle Store Dans un Magasin de Mercerie 12 

On the Weather Sur le Temps 14 

A Walk Une Promenade 17 

News of the Day Nouvelles du Jour 18 

Inquiries concerning a Person's 

Health Sur la Sante 20 

At a Watchmaker's Chez VHorloger 23 

A Cold in the Head Un Rhume de Cerveau 25 

At the Post-office A la Poste 26 

New- Year's Presents and Playthings Etrennes et Joujoux 28 

Between Two Merchants Entre deux Negociants 30 

Coming from Market Au retour du Marche 31 

At a Bookseller's Chez un Libraire 34 

An Auction Sale Une Vente dl'Encan 38 

At a Fancy Store Dans un Magasin de Nouveau- 

tes 44 

At a Shoemaker's Chez un Cordonnier 47 

Parlor Furniture Un Meuble de Salon 50 

The Doll LaPoupee 63 

The Dentist Le Dentiste 56 

At a Milliner's Chez une Marchande de Modes 59 

A Play-hour Une Recreation 62 

Needle-work Ouvrages d V Aiguille 64 



IV TABLE DES MATIERES. 

The Young Clerk and the Old Mer- Le Jeune Commis et le Vieuar 

chant Negociant page 67 

In liie Street Duns la Rue 71 

At Breakfast A Dejeuner 74 

On the Use of Tobacco Le Tabac 77 

Wedding Presents Une Corbeille de Mariage 79 

At a Restaurant ..Dans un Restaurant 83 

At a Dressmaker's Chez une Couturiere 86 

At a Florist's Chez un Jardinier-Jleuriste. ... 90 

At a Tailor's Chez un Tailleur 92 

The Sermon Le Sermon 96 

Between Two Pianists Entre Deux Pianistes 99 

A Library Une Bibliotheque 102 

Upon the Subject of a Removal A Propos d'u7i Demenagement 105 

A Departure Un Depart 108 

On Reading Sur la Lecture Ill 

At a Ball Au Bal 114 

The Cosmoramas Les Cosmoramas 117 

Between Two School Friends Entre Deux Amies de Pension 120 

Plans for Travelling Projets de Voyage 123 

A Greek Lesson Une LeQon de Grec 126 

The Annual Exhibition of Paintings . Le Salon 129 

A Sale for the Benefit of the Poor. . . Une Vente au Profit des Pau- 

vres 132 

A Mythology Lesson Une LeQon de Mythologie 135 

Upon a Concert .Sur un Concert 139 

Newspapers. . . . ; Les Journaux 142 

At School Ala Pension 145 

The Return...! Le Retour 148 

St. Petersburg*h St. Petersbourg 153 

A Drawing Lqsson Une LeQon de Dessin 159 

The Monuments of Paris Les Monuments de Paris 164 



Dialogues witli Tableaux, for the use Divertissement-Dialogue, a_ Vusage 

of Young Ladies' Schools. des JPensionnats de Demoiselles. 

A Morning in China Unk Matinee en Chine 171 

Dramatic Dialogues, for the use of Scenes Dramatiques, a Vusage del 

Young Gentlemen's Schools. Colleges. 

Debtor and Creditor Debiteur et Creancier 191 

The Chickem Le Fottlet •• 197 



Ji^ 



mTRODUCTIOK 



DIALOGUE 



DIALOGUE 



Between Mr. Francais and a young 
lady, one of his pupils. 

Good morning, Mr. Fran- 
cais, I am very glad to see 
you. 

You are very kind, Miss. I 
am most hapjDy to see that 
you are well. 

I am pretty -well, it is true ; 
but I am very cross. 

You are very cross ! You 
surprise me much. And why 
so? 

Because the phrase-book you 
brought me the other day. . . . 
But I do not dare to tell you 
what I think. 

I guess it without any diffi- 
culty : I weary you. 

Not at all, you never weary 
me, Mr. Frangais ; it is your 
book only. 

Unfortunate authors ! their 
books often play them such 
tricks ! Well, what objection 
have you to my book ? 

Will you allow me to ex- 



Entre M. Francais et une de ses 
eleves. 

Ah ! bonjour, M. Frangais, 
je suis charmee de vous voir. 

Vous etes trop bonne, Ma- 
demoiselle, et je sms ravi de 
voir que vous vous portez bien. 

Je me porte assez bien, 
U est vrai ; mais je suis pour- 
tant de tres mauvaise humeur. 

Vous, de mauvaise humeur ! 
Vous m'etonnez beaucoup. 
Et pourquoi etes-vous de 
mauvaise humem* ? 

Parce que le livre de 
phrases que vous m'avez ap- 
porte I'autre jour. . . . Mais je 
n'ose pas vous du'e ce que je 
pense. 

Je le devine sans peine ; je 
vous enuuie. 

Pas du tout ; vous ne m'en- 
nuyez jamais, vous M. Fran- 
cais ; c'est seulement votre 
livre. 

Pauvres auteurs, leurs H- 
vres leur jouent assez souvent 
ce mauvais tour ! Yoyons, 
que reprochez-vous au mien ? 

Me permettez-vous de voua 



INTRODUCTION. 



pross to you freely what I 
thiuK 'f 

I shall he much obliged to 
you. 

Well, Mr. Franfais, your 
phi'ase-book seems to me quite 
uninteresting. 

It contains, however, every 
thing which it is necessary to 
learn, if you are anxious to 
make yourself familiar with 
French conversation. 

There are in it, no doubt, a 
great variety of tm'ns and 
periods, an infinite number of 
words in common use ; but all 
these words are too much 
Hke a vocabulary, and this 
long series of unconnected 
phrases conveys no meaning 
to the mind. 

You ai'e right in your ob- 
servations. 

Beheve me, Mr. Frangais, I 
should not take the liberty of 
making such observations, but 
that I am vexed every day 
at hearing them from witty 
and fastidious children. 



Why, do children dare to 
criticise me ? It is very well 
for you. Miss, who will soon 
be eighteen, and who have 
given me in many instances 
proofs of your judgment and 
of your proficiency ; but it is 
hard to be exposed to the 
criticisms of little girls of 
twelve. 

Why give them so irksome 



exprimer librement mapensee 
tout entiere ? 

Je vous en serai fort oblige. 

Eh bien ! M. Frangais, votre 
livre de phrases me semble 
depourvu d'interet, 

II contient pourtant tout ce 
qu'il faut apprendre quand on 
veut s'initier a la conversation 
frangaise. 

II renfenne sans aucun 
doute une grande variete de 
constructions de phrases et un 
nombre infini de mot«i usuels; 
mais tous ces mots-la sentent 
trop le vocabulaire, et ces lon- 
gues • suites de phrases M- 
tachees ne disent absolument 
rien a I'esprit. 

Yos observations ne man- 
quent pas de justesse. 

Croyez-le bien, M. Fran- 
gais, je ne prendrais pas la 
liberte de vous les adresser, si 
je n'eprouvais un chagrin veri- 
table a les entendre faire 
chaque jour par de jeunes 
enfants aussi exigeantes que 
spirituelles. 

Comment, de jeunes enfants 
osent me critiquer ? Yous, 
Mademoiselle, passe encore ; 
vous aUez avoir dix-huit ans 
et m'avez maintes fois donn6 
despreuves de votre jugement 
et de votre savoir ; mais il est 
dur de se voir expose a la 
critique de petites fiUes de 
douze ans. 

Pourquoi aussi les con- 



INTRODUCTION. 



I taskf and not seek to please 
4nd ii;^^ruct at the same time ? 

It is very easy to talk, Miss. 
I should like to see you 
obliged to compose dialogues 
for young persons ! 

Do you know how I would 
set about it ? 

I should be very curious to 
hear. 

First, my dear teacher, I 
should not consent to put my 
name to a collection of insig- 
nificant, drawling phrases. 
Next, I should try to use 
sprightly, pleasing, natural, 
and elegant language ; I 
would try to amuse my pupils, 
to captivate them; I would 
talk to them of pleasures, fes- 
tivals, amusements of all 
kinds in abundance. 

And you would not instruct 
them ? 

I beg your pardon ; I would 
endeavor, at the same time, to 
give them useful information. 

That appears to me hardly 
possible, if you laugh always. 
When Instruction appears to 
pupHs, with a smile constant- 
ly on her lips, the good old 
woman has her trouble for 
her pains, and nobody profits 
by her discourses. 

Well ! Mr. Francais, there is 
where we diffei' in opinion. 
You make instruction a 
wrinkled up old woman, with 
a harsh and imperious voice. 



damner a I'ennui, et ne paa 
chercher a leur plaire tout en 
les instruisant ? 

Vous en parlez bien a votre 
aise, Mademoiselle. Je vou- 
drais vous voir obligee de 
composer des dialogues a I'u- 
sage desjeunes personnes ! 

Savez-vous comment je m'y 
prendi'ais ? 

Je serais curieux de I'ap- 
prendre. 

D'abord, mon cher maitre, 
je ne consenth'ais point a met- 
tre mon nom a un recueil de 
phrases insignifiantes et qui 
trainent partout. Ensuite 
j'aurais soin de parler aux 
eleves une langue jeune, ai- 
mable, natureUe et elegante ; 
je m'efforcerais de les amuser, 
de les captiver ; je leur pro- 
diguerais plaisirs, fetes, re- 
creations de tons genres. 

Et vous ne les instruiriez 
pas? 

Je V0U3 demande pardon ; 
je les instruirais aussi. 

Cela ne me parait guere 
possible, si vous riez toujours. 
Quand I'lnstruction apparait 
aux eleves le sourire constam- 
ment aux levi'es, la bonne 
vieille en est pour ses frais, et 
persoune ne profite de ses 
discours. 

Eh bien ! M. Frangais, voila 
en quoi nous differons d'avis. 
Vous faites de I'lnstruction 
une vieiUe femme ridee, a la 
voix dure et grondeuse, au 



8 



INTRODUCTION. 



severe in her deportment, and 
dressed in black from head to 
foot ; you put in her mouth 
long, serious, abstract dis- 
courses, very unsuitable for 
young minds. On the con- 
trary, I like instruction imder 
the noble but smiling features 
of a yomig woman, with a 
sweet voice and an animated 
and expressive manner of con- 
versing. 

That is to say, you give 
yourself credit for being very 
eloquent. 

Not at all ; but I have no 
objections to having teachers 
who are so. 

Alas ! he is not always 
eloquent who wishes to be so. 

But I was not speaking of 
that rare and precious gift, to 
which I have not the shghtest 
pretension. 

However, Miss, you must 
allow that, to carry out yom* 
idea, it would be necessary 

To simply remember what 
is pleasing to young people. 

I shall talk to them, then, 
of inattention, heedlessness, 
idleness, disposition to trifle. 

Not in the least. Your 
pupils will rarely expose 
themselves to your re- 
proaches, when they see how 
much pains you take to in- 
struct them in an agreeable 
manner. 

Ajre you very sure of that ? 

Quite certain. 



maintien severe, et habillee 
de noir de la tete aux pieds ; 
vous lui pretez de longs dis- 
com's tres serieux, tres ab- 
straits et fort peu a la portee 
des jeunes esprits. Moi, au 
contraire, j'aime I'instruction 
sous les traits nobles mais 
souriants d'une jeune femme 
a la voix douce, a la parole 
animee et expressive. 

C'est-a-dire que vous vous 
decernez un brevet d'elo- 
quence. 

Nullement ; mais je ne 
m'oppose pas a ce que mes 
professeurs en aient pom* moi. 

Helas ! n'a pas qm veut de 
I'eloquence ! 

Aussine parlais-je point de 
ce don si rare et si precieux 
auquel je n'ai pas la moindre 
pretention. 

Cependant, Mademoiselle, 
convenez que pour repondre 
a votre pensee, il faudrait 

Se rappeler simplement ce 
qui plait aux jeunes per- 
sonnes. 

Je leur parlerai done inat- 
tention, etourderie, paresse, 
futiHtes. 

Pas le moins du monde. 
Vos eleves s'exposeront bien 
rarement a vos reproches, en 
voyant toute la peine que 
vous prenez pour les instruii'e 
d'lme facon agreable. 

En etes-vous bien sure ? 
Tout-a-fait certaine. 



INTRODUCTION. 



Then you wish me to write 
a book of French conversa- 
tions. 

Yes, sprightly dialogues, 
worthy of Paris. 

And upon what sub- 
jects ? 

IS'ot only on the rain and 
the fine weather, but on va- 
rious topics. I should take 
ap successively every spe- 
cies of conversation, and I 
ihould ueglect no opportu- 
aity of iafurniiug my pupils 
Df a multitude of tilings 
which it is useful to know 
in Enghsh as weU as in 
French. 

You assign me a very difl&- 
cult task, and one which I 
fear it is out of my power to 
perform. 

Pray undertake it, Mr. 
Francais, to obhge me, and I 
promise you to learn your 
book by heart. 

That is a promise which 
gives me a httle encourage- 
ment ; but when I think of 
my Enghsh 

Is that all ? K you wish, 
I will translate your dia- 
logues. 

But if they do not please 
you ? 

Oh ! I will tell you so with 
my habitual frankness. Well, 
ihen, it is a thing agreed upon, 
is it not ? 

As you please, !Miss. 
However, I warn you, if 
they find my book bad, I 



Ainsi, vous m'engagez a 
ecrire un livre de conversa- 
tions frangaises ? 

Oui, de johes conversations 
dignes de Paris. 

Et sm* quels sujets ? 

A^on seulemcnt sur la pluie 
et le beau temps, mais sur les 
textes les plus varies. J'abor- 
derais successivement tons les 
genres d'entretien et ue negli- 
gerais aucune occasion d'en- 
seigner a mes eleves une foule 
de choses utiles a connaitre 
en Anglais comme en Fran- 
gais 

Vous m'assignez la une 
tache fort difficile et qui, je le 
crains bien, est au-dessus de 
mes forces. 

Entreprenez-la, M. Fran- 
gais, pour me faire plaisir, et 
je vous promets d'apprendre 
votre hvre par coeur. 

Yoila une promesse qui me 
donne un peu de courage ; 
cependant quand je songe a 
mon anglais. . . . 

N'est-ce que cela ? Si vous 
le voulez, je traduirai vos 
dialogues. 

Mais s'ils ne vous plaisent 
pas? 

Oh ! je vous le dirai avec 
ma franchise habituelle. A 
present, c'est une affahe en- 
tendue, n'est-il pas vrai ? 

Yotre volonte soit faite, 
Mademoiselle. Je vous en 
previens toutefois, si Ton 



10 



INTRODUCTION. 



shall say it is the fault of 
your English. 

And of the bad advice 
which' I have dai'ed to give 
you. and which you have had 
the weakness to foUow. 

Exactly so. In case of suc- 
cess, let it be well understood, 
my book, English included, 
becomes and remains from 
the first line to the last my 
own personal work ; but if it 
does not succeed 

The pubhc is to blame me 
only ; and you will easily find 
means of regaining its appro- 
bation. 

"Without doubt, by never 
again soliciting its favor. 



trouve mon livre mauvais, je 
dirai que c'est la faute de 
votre anglais. 

Et des mauvais conseils 

que j'ai ose vous donner et 

ue vous avez eu la faiblesse 



e suivre. 

C'est cela meme. En cas 
de succes, mon livre, anglais 
compris, devient et reste de- 
puis la premiere ligne jusqu'a 
la derniere mon ceuvre person- 
neUe ; mais s'il ne reussit 
pas 

Le pubMc ne devra s'en 
prendre qu'a moi ; et puis, 
vous ne manquerez pas de 
moyens pour le ramener 
promptement a vous. 

Sans doute, en renoncant 
a solliciter ses faveurs. 



• #• 



FRENCH CONVERSATIONS. 



I. 



DAILY OCCUPATIONS. 



OCCUPATIONS JOURNALTERES. 



"What do you do every- 
day? 

I go to school 

At what time do you get 
there ? 

I leave home at half-past 
eight, so as to reach school a 
few minutes before nine. 

At what hour does school 
close ? 

At three o'clock for the day- 
scholars. 

And for the boarders ? 

I think they study again 
after dinner. 

But tell me, do you work 
without interruption from nine 
o'clock in the morning tUl 
three ia the afternoon ? 

Oh! no, we have a recess of 
half an hour at noon. 

You take a lunch at that 
hour, I suppose ? 



Que faites-vous tous lea 
jours ? 

Je vais a la pension. 

A quelle heure y arrivez- 
vous? 

Je pars de la maison a huit 
heures et demie, de fapon a 
arriver a la pension quelques 
minutes avant neuf heures. 

Jusqu'a quelle heure durent 
les classes ? 

Jusqu'a trois heures pour 
les externes. 

Et pom* les pensionnaires ? 

Je crois qu'ils ou qu'elles ren- 
trent en classe apres le diner. 

Mais, dites-moi, est-ce que 
vous travaillez sans interrup- 
tion depuis neuf heures du 
matin jusqu'a trois heures de 
Tapres-midi ? 

Oh ! non ; nous avons une 
recreation d'une demi-heure S 
midi. 

Vous prenez sans doute un 
gouter a cette heure-la ? 



12 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Yes, we eat some bread and 
butter. 

Now, I should like very 
•well to know whether yon 
study much ? 

Enough. 

What do you learn ? 

Everything. 

That is a great deal too 
much. If you belie ve*me, you 
will content yourself with the 
essential branches of a classi- 
cal education. 

What do you advise me to 
study then ? 

Your own language first; 
then, history in all its parts 
and the elementary principles 
of mathematics. 

Oh ! I study all that, and I 
learn besides, Latin, French, 
Greek, Botany, Chemistry, 
Astronomy, Rhetoric, Belles- 
lettres, Natural Philosophy, 
and Moral Philosophy. 

And what do you remem- 
ber of these numerous studies ? 

Not much. 

That is astonishing 1 



Oui, nous mangeoHs du pain 
et du beurre. 

A present, je serais bien 
aise de savoir si vous etudiez 
beaucoup ? 

Assez. 

Qu'est-ce que vous appre- 
nez? 

Tout. 

C'est beaucoup trop. Si 
vous m'en croyez, vous vous 
contenterez des branches ea- 
sentielles d'une bonne educa- 
tion classique. 

Que m'engagez-vous done 
a etudier ? 

Votre langue d'abord ; puis 
I'histoire dans toutes ses par- 
ties et les mathematiques 616- 
mentaires. 

Oh ! j'etudie tout cela, e». 
j'apprends en outre le latin, 
le frangais, le grec, la bota* 
nique, la chimie, I'astronomie, 
larh^torique, les belles-lettres, 
la physique et la philosophic. 

Et que vous reste-t-il de ces 
nombreuses etudes ? 

Pas grand' chose. 

C'est etonnant ! 



II. 



AT A THREAD AND NEEDLE 
STORE. 



DANS UN MAGASIN DE MEE- 
CERIE. 



Is your store well stocked Votre magasin est-il bien 
at present? assort! en ce moment ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



13 



We can fm-nish you with 
all you desire, JVIiss. 

I want a number of things. 

So much the tetter, Miss. 

Let us see ; have you any 
good needles ? 

Here are some fine and 
some coarse; 

Are they of EngHsh manu- 
factm-e ? 

We receive them dhect 
from Bristol. 

Have you no others ? 

Oh yes. Here are some 
from L'aigie. 

The eye is too square. I 
will content myself with the 
first. 

What do you think of these 
pins. Miss ? 

They are very good, but I 
only want hair-pins. 

Choose some, Miss, from this 
box of assorted pins. 

N"ow please show me some 
tape. 

Here is some linen tape and 
some twilled cotton tape. 

I will take a piece of this 
number and of the nest. 

Do you wish any hooks and 
^ eyes. Miss ? 

" Yes, I will buy a box. Give 
me also a skein of thread and 
a spool of cotton. 

We have some excellent 
sewina: silk. 



!N'ous pouvons fomiiir a 
Mademoiselle tout ce qu'elle 
desire. 

J'ai besoin d'une infinite de 
choses. 

Tant mieux, Mademoisella 

Voyons, avez-vous de bon- 
nes aiguilles ? 

En voici de fines et de 
grosses. 

Sont-elles de fabrique an- 
glais e ? 

ISTous les recevons dh'ecte- 
ment de Bristol. 

Vous n'en avez pas d'autres ? 

Je vous demande pardon. 
En voici de L'aigie. 

La tete en est trop carree. 
Je me contenterai des pre- 
mieres. 

Comment Mademoiselle 
trouve-t-elle ces epingles ? 

EUes sont fort bonnes, mais 
je n"ai besoin que d' epingles a 
cheveux. 

Choisissez, Mademoiselle, 
ime de ces boites d'epingles 
assorties. 

Maintenant donnez-moi, je 
vous prie, du ruban de fil. 

Voici du ruban de fil et du 
ruban de coton croise. 

Je prendi-ai une piece de 
ce numero et une piece du 
numero suivant. 

Mademoiselle veut-eUe des 
portes et des crochets ? 

Qui, j'en acheterai une boite. 
Donnez-moi aussi un echeveau 
de fil et une bobine de coton. 

Wous avons d'excellente 
soie. 



14 



FRENCH CONVERSATIONS. 



That is just what I want, 
some silk for embroidery and 
some sewing silk. 

Do these skeins suit you, 
Miss ? 

Very well. Ifow some cord, 
if you please. 

This answers your purpose, 
I think, Miss, for the shade 
and the size ? 

Exactly. Haye you any 
steel beads ? 

Here are some with tassels 
and rings to match. 

I only want a crochet nee- 
dle now, to make a pretty 
purse. 

Do you not w?jsh with the 
crochet, some knitting-nee- 
dles ? 

N"o, I havQ bov^ht enough 
for this day. 



J'ai justement besoin de 
sole plate et de sole retorse. 

Ces echeveaux conviennent- 
ils a Mademoiselle ? 

Tres bien. Maintenant du 
cordonnet, s'il vous plait. 

Celui-ci repond, je pense, a 
ce que Mademoiselle desire 
pour la nuance et pour la 
grosseur ? 

Tout a fait. Avez-vous des 
perles d'acier ? 

En voici, avec des glands et 
des anneaux assortis. 

II ne me manque plus qu'un 
crochet pour pouvoir faire una 
joUe bourse. 

En meme temps qu'un cro- 
chet, Mademoiselle ne veut 
pas choisir des aiguilles a tri- 
coter ? 

iN'on, j'ai fait bien assez d'em- 
plettes comme cela pour au- 
jourd'hui 



III. 



ON THE WEA'THER. 

How is the weather to-day ? 

It is charming weather. 

Is it warm ? 

N'either warm nor cold. — 
The temperatm-e is mild and 
agreeable. 

Do you tliink this fine wea- 
ih«r wiU continue ? 



SUB LE TEMPS. 

Quel temps fait-il aujour- 
d'hui? 

Un temps magnifique. 

Fait-il chaud ? 

JSTi chaud, ni froid. La tem- 
perature est douce et agr6- 
able. 

Croyez-vous que ce beau 
temps continue ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



15 



I hope so, for the wind is 
from the west. 

"What quarter of the moon 
is it? 

We have a new moon to- 
day. 

I hope the weather may re- 
main fine until the full moon. 

I think it likely it wilL 
I hope so, most sincerely. 
And I also. 



What do you think of the 
weather we have had these 
eight days ? 

Do not speak of it, it is 
dreadful. 

Did you ever know the 
atmosphere so variable ? 

No, indeed : I think tliis ch- 
mate has changed very much. 

Such sudden and continual 
changes are very bad for the 
health. 

Consequently, we hear of 
nothing but sickness on all 
sides. 



See how it rains ! 

Yes, it pours. 
It is a real deluge. 
Look at the gutters. 
The rain runs in torrents. 

It will soon be necessary to 
take a boat to cross the street. 
« I thought it would be only 
a shower. 

Oh ! it is more than a 
shower. 



Je I'esp^re, parce que le 
vent souffle de I'Ouest. 

A quel quartier de la lune 
sommes-nous ? 

C'est aujourd'hui nouveUe 
lune. 

Je desire que le temps se 
maintienne au beau jusqu'ala 
pleine lune. 

H s'y maintiendra, je pense. 

Je le souhaite vivement. 

Et moi aussi. 



Que pensez-vous du temps 
qu'il fait depuis huit jours ? 

'Ne m'en parlez pas, c'est 
abominable. 

Avez-vous jamais vu una 
atmosphere aussi variable ? 

!N"on, vridment, et je trouve 
que ce climat change beau- 
coup. 

Ces variations brusques et 
continuelles sent bien redou- 
tables pom* la sante. 

Aussi, n'entend-on parlei 
de tons cotes que de maladies. 



Voyez comme il pleut ! 

Oui, la pluie tombe a verse 

C'est un vrai deluge. 

Regardez les ruisseaux. 

La rue ressemble a un tor- 
rent. 

On ne pom*ra bientot la tra- 
verser qu'en bateau. 

Je croyais que ce ne serait 
qu'une ondee. 

Oh ! c'est plus qu'une pluie 
d'ora^e. 



16 



FRENCH CONVERSATIONS. 



I think, indeed, it will last 
several hours. 

Now it is snowing. 
Is it possible ? 
Just look, and you will see. 
I did not expect such a 
thing. 

I am glad of it for my part. 

Why so ? 

Because if the snow remains 
on the ground, we can take a 
sleigh-ride to-morrow. 

I think the snow will melt 
immediately. 

So much the worse, there is 
nothing I detest so much as 
melted snow or hail. 



Oh ! how cold it is this morn- 
ing. 

It is indeed : I am half 
frozen. 

There is no doubt about i 
being winter now. 

It is long since we have had 
such a severe frost. 

The river is frozen over, 
you could walk on the ice. 

The skaters will be dehght- 
ed. 

But poor people must suffer 
cruelly. 

We must hope that this ex- 
treme cold will not last long. 

I wish and hope like you. 



Je crois en effet que nous 
en avons maintenant pour plu- 
sieurs heures. 

Voici la neige qui tombe. 

Vraiment ? 

Regardez plutot. 

Je ne m'y attendais guere. 

J'en suis enchante-e pour 
ma part. 

Pourquoi cela? 

Parce que si la neige tient 
sur la terre, nous pourrons 
faire domain une promenade 
en traineau. 

Je pense que la neige va 
fondi'e tout de suite. 

Tant pis, car je ne deteste 
rien tant que la neige fondue 
ou les giboulees. 



Hein ! comme il fait froid ce 
matin. 

Je crois bien, je suis tout-e 
transi-e. 

Wous sommes decidement 
en hiver. 

II y avait longtemps que 
nous n'avions eu une aussi 
forte gelee. 

La riviere est prise, et la 
glace porte deja. 

Les patineurs vont se r6- 
jouir. 

Mais les pauvres gens doi- 
vent souffi-ir cruellement. 

II faut esperer que ce froid 
rigom-eux ne sera pas de 
longue duree. 

Je le desire et I'espere 
comme vous. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



17 



Wliat singular weather we 
have had this week, do you 
not tliink so ? 

Yes, we have had a Uttle 
of all the seasons: Monday, 
you might have thought it 
was mid-winter ;' Tuesday, we 
had rain, thunder and light- 
ning, hail, and terrible gusts 
of wind. 

"Wednesday, we had a fine, 
clear spring-day. 

And to-day, it is as warm 
as though it was August, 

All these sudden changes 
are not natural at this season 
of the year. 



Quel singulier temps nous 
avons eu cette semaine, n'est- 
il pas vrai ? 

Oui, nous avons passe pai 
toutes les saisons : Lundi, on 
eut pu se croire en plein hiver ; 
Mardi, nous avons eu un orage 
avec de la j)luie, d^a tonnerre, 
des eclairs, de la grele et des 
rafales de vent epouvantables, 

Mei'credi, nous avons joui 
d'un ciel pur, d'une journee 
printaniere. 

Et aujourd'hui il fait chaud 
comme au mois d'Aout. 

Toutes ces transitions ne 
sont pas natureUes a ce^'te 
epoqae de I'annee. 



ly. 



A WALK, 

Will you go out with me 
this afternoon? 

Very willingly, for it is 
beautiful weather. 

Are you dressed ? 

If you will allow me, I will 
go out in this dress. 

You are very well as you 
are. 

Where shall we go ? 

Wherever you like. 

Do you intend to walk ? 

A^ you please. 

I have a great mind to take 
a long walk. 

Nothing is easier, if you are 



UNE PROMENADE, 

Voulez-vous sortir avec moi 
cette apres-midi? 

Tres volontiers, car il fait 
un temps superbe, 

Etes-vous habille-e ? 

Si vous me le permettez, je 
sortirai dans cette toilette. 

Vous etes tr^s bien commt, 
cela, apres tout. 

Ou irons-nous ? 

Ou vous voudrez. 

Comptez-vous sortir a pied ? 

Comme il vous plaira. 

J'aurais presque envie de 
fau'e une longue course. 

Eien n'est plus facile, si 



18 



FRENCH CONVERSATIONS. 



not afraid of fatiguing your- 
self. 

Do you feel disposed to go 
and visit Mr. or Mrs. JST*** ? 

It is very far. 
We can ride back. 

Very well then. 

However, if you prefer it, 
■we will walk in the principal 
street. 

No, I like quite as well to 
walk where we shall not have 
to go so slowly. 

That is true, I forgot that 
you are in the habit of walk- 
ing very fast. 

Well, then it is agreed, we 
are to go to our friend's, Mr. 
or Mrs. W***. 

Which way shall we go ? 

It wiU be quite as well to 
go through **** street. 

Yes, it is quiet, and the side- 
walks are wide enough for 
people to walk at their ease. 



There is, besides, such a 
deafening noise in the princi- 
pal street that it would pre- 
vent our talking. 

You are riffht. 



vous ne craignez pas de vous 
fatiguer. 

Yous sentez-vous dispose-e 
k aller jusque chez notre ami-e 
M. ou Mme. N*** ? 

C'est bien loin. 

Nous pourrons prendre une 
voiture pour revenir. 

Tres bien alors. 

Si vous le preferez cepen- 
dant, nous nous prom^nerons 
dans la grande rue. 

Non, j'aime autant faire une 
promenade qui ne nous oblige 
pas a marcher lentement. 

C'est vrai, j'oubliais que 
vous avez I'habitude de mar- 
cher assez vite. 

Ainsi voila qui est convenu ; 
nous aUons chez notre ami-e 
M. ou Mme. N***. 

Quel chemin prendrons- 
nous ? 

iSTous ferons aussi bien de 
suivre la rue ****. 

Oui, elle est tranquille et 
les trottoirs en sont assez 
larges pour que les passants 
y puissent marcher a lem- aise. 

II fait d'ailleurs dans 1? 
grande rue un bruit assourdis 
sant qui nous empecherait de 
causer. 

Vous avez raison. 



V. 



NEWS OF THE DAT. 



NOUVELLES DU JOUR. 



What is the news to-day ? Qu'y a-t-il de nouveau au- 

jom'd'hui ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



19 



It is necessary to apply to 
you to learn the news. 

Not at all, I am always 
twenty-four hoiu'S behind- 
hand. 

You jest. I am sure you 
have already heard of the 
marriage of Miss **** ? 

Certainly, every one is talk- 
ing of it. 

What do they say of it ? 

What is usually said in such 
cases, and that is not worth 
repeating. 

You know also, that Mr. Z** 
is going to be married to his 
cousin ? 

Yes, I am told he is to 
marry her next month. 

There will be a quantity of 
marriages this spring. 

These things do not interest 
me very much. 

What does interest you 
then ? 

Everything, I believe, ex- 
cept that. 

Give me then some of your 
news? 

Well ! I have read that the 
last storm has occasioned a 
great many disasters. 

Have many ships been dri- 
ven ashore ? 

Yes, and we have to regret 
that twenty persons have lost 
their lives. 

Thit is very sad. 

We had also a fire yester- 
day evening. 



C'est a vous qu'il faut 
s'adresser pour apprendi'e les 
nouvelles. 

IS'ullement, je suis toujours 
en retard de vingt-quatre 
heures. 

Vous plaisantez. Je suis 
sur-e que vous avez deja enten- 
du parler du mariage de M'lle. 

Sans doute, toute la ville 
s'en occupe. 

Et qu'en dit-on ? 

Ce qu'on dit toujours en pa- 
reU cas, et eela ue vaut vrai- 
ment pas la peine de le repeter. 

Vous savez aussi que M. 
Z** va se marier avec sa 
cousine ? 

Oui, Ton m'a dit qu'il I'epou- 
serait le mois prochain. 

Oh ! il y aura ime quantite 
de manages ce printemps. 

Cela ne m'interesse pas 
beaucoup. 

Qu'est-ce qui vous interesse 
alors ? « 

. Tout, je crois, excepte cela. 

Contez-moi done vos nou- 
velles a vous ? 

Eh bien ! j'ai lu que le der- 
nier oiuragan a occasionne de 
nombreux sinistres. 

Est-ce que beaucoup de 
navires ont ete jetes a la cote ? 

Oui, et Ton a la vie d'lme 
vingtaine de personnes a re- 
gretter. 

C'est bien triste. 

Nous avons eu aussi un in- 
cendie hier au soir. 



20 



FRENCH CONVERSATIONS. 



True, the fire-bells rang at 
nine o'clock. 

It was the church of Dr. *** 
that was burnmg. 

Is it entkely destroyed ? 

Yes, and worse than aU is 
that two firemen were killed 
by the falling of a wall. I 
have been told also, that a 
steamboat has blown up, and 
that a dreadful accident has 
occurred on the Tailroad. 

"Well, you must acknow- 
ledge that your news is not 
very enlivening ; I most decid- 
edly prefer to inform myself 
concerning the baUs, concerts, 
and mari'iages. 



En efFet, on a sonne au feu 
vers neuf heures. 

C'etait I'egUse du Dr. *** 
qui brulait. 

Est-elle detruite entiere- 
ment? 

Oui, et le plus malheureux, 
c'est que deux pompiers ont 
ete tues par suite de I'ecroule- 
ment subit d'un mur. On m'a 
dit encore qu'un bateau-a-va- 
peur avait saute, et qu'il est 
arrive un affreux accident sur 
le chemin de fer. 

Aliens, convenez d'une 
chose, c'est que vos nouvelles 
ne sont pas gaies. Decide- 
ment je prefere m'en tenir aux 
bals, aux concerts et aux ma- 
riages. 



YI. 



^INQUIRIES EESPECTING A PER- 
SON'S HEALTH. 

How do you do 1 

I thank you, I am very well 
now. 

You no longer feel the 
effects of your indisposition ? 

Fot at all. 

1 congratulate you. I feared 
at one time, that you might 
have a serious illness. 

I also was afraid of being 
quite unwell, but happily my 
indisposition was not very 
serious. 



SUR LA SANTE. 



Comment vous portez-vous ? 

Je vous remercie, je me 
porte tres bien a present. 

Vous ne vous ressentez plus 
de votre indisposition ? 

Nullement. 

Je vous en fell cite. J'ai 
craint un moment que vous 
ne fissiez une maladie. 

J'ai eu peur aussi de tomber 
nialade ; mais fort 'heureuse- 
ment mon malaise n'a pas eu 
de suite. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



21 



In every trial, may you come 
off with only a fear of evil. 



How is your mother to- 
day? 

She is not at aU well. 

"What is the matter with 
her? 

The physician fears she has 
typhus fever. 

I hope the doctor's fears are 
not well founded. 

The symptoms of the disease 
are alarming. 

Is yom- mother delirious ? 

Yes, since yesterday even- 
ing. 

Has she a nervous attack ? 

She is subject to such at- 
tacks, but she has not had any 
for forty- eight hours. 

Let us hope, then, that the 
disease has reached its crisis, 
and has taken a more favor- 
able turn. 



What is the matter with 
you? 

I have a very bad sore 
throat. 

It is the influenza, doubtless. 

They say it is very preva- 
lent just now. 

Yes, half the city is attack- 
ed with it. 

What do you advise me to 
take? 



En toutes chconstances fa- 
cheuses, puissiez-vous toujours 
ainsi en etre quitte pour la 
peur ! 



Comment se trouve Madame 
votre mere aujourd'hui ? 
EUe n'est pas du tout bien. 
Qu'a-t-elle ? 

Le medecin craint qu'elle 
n'ait ?^ fievre typhoide. 

J'esp^re que les apprehen- 
sions du doctem- ne sont pas 
fondees. 

Les syinptomes de la mala- 
die sont alannants. 

Est-ce que Madame votre 
mere a le delire ? 

Oui, depuis hier an soir. 

A-t-elle des attaques de 
nerfs ? 

EUe y est assez sujette ; 
mais elle n'en a pas eu depuis 
quarante-huit hem'es. 

Esperons alors que le mal a 
atteint son paroxysme et qu'il 
va entrer maintenant dans sa 
periode de decroissance. 



Qu'avez-vous ? 

J'ai un mal de gorge afireux. 

C'est la grippe, sans doute. 

On dit qu'elle court en ce 
moment. 

Oui, la moitie de la ville en 
est atteinte. 

Que m'engagez-vous a pren* 
dre? 



22 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Keep yourself warm, and 
gargle your throat occasion- 
ally with the potion I see on 
this table. 

That is Avhat I have been 
doing these three days. 

Well, keep on. Have pa- 
tience, and do not be impru- 
dent, and in a fortnight you 
will be quite well. 



Are all well at your house ? 

!N'o, on the contraiy, every- 
body is ill, and our house is 
like an hospital. 

That is sorry news, and alto- 
gether imexpected. 

I thought you had heard of 
my father's illness ? 

Why no. What has hap- 
pened to him ? 

He had an attack of apo- 
plexy day before yesterday. 

How is he to-day ? 

Much better. Fortunately 
they were able to bleed him 
in time ; that remedy has re- 
stored him. 

It is to be hoped he will 
Boon recover. 

My mother has been very 
HI also. 

What has been the matter 
with her ? 

She has had the erysipelas. 

I have been told that your 
brother also has been confined 
to his room. 



Tenez-vous chaudement, et 
gargarisez-vous de temps en 
temps avec la potion que je 
vols sur cette table. 

C'est ce que je fais depuis 
trois jours. 

Eh bien ! continuez. De la 
patience ; pas d'imprudences ; 
et d'ici a une quinzaine il n'y 
paraitra plus. 

Tout le monde se porte-t-il 
bien chez vous ? 

IS'on, toute la famille est 
malade au contraire, et notre 
maison ressemble a un hopital. 

Voila de facheuses nouveUea 
auxquelles je ne m'attendais 
pas. 

Je pensais que vous aviez 
appris la maladie de mon 
pere ? 

Du tout. Que lui est-il ar- 
rive ? 

II a ete frappe avaut-hier 
d'une attaque d'apoplexie. 

Et comment se trouve-t-il 
aujourd'hui ? 

Beaucoup mieux. On a pu 
le saigner a temps fort heu- 
reusement, et cette saignee lui 
a rendu la vie. 

II faut esperer qu'il se reta- 
blira promptement. 

Maman a ete bien malade 
aussi. 

Qu'a-t-elle eu ? 

Un erysipele. 

On m'a dit que votre fr^re 
avait aussi ete force de garder 
la chambre. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



23 



Yes, he ^w^as leeched last 
Monday. 

You must have had a great 
deal of trouble aU this time ? 

Yes, I assui'e you. I was 
obliged to occupy myself con- 
tinually with preparing drinks 
for this one and that one ; 
blisters, mustard-plasters, and 
attending to all the doctor's 
prescriptions. 

I pity you sincerely, and 
hope you will not hare to play 
nurse much longer. 

I hope so too, for I begin to 
feel very tired. 



Oui, on lui a pose les sang- 
sues lundi dernier. 

Vous avez du avoir bien du 
mal pendant tout ce temps la? 

Je vous assure. H me fal- 
lait sans cesse me preoccuper 
de la tisane de celui-ci ou de 
celle-la; des cataplasmes, des 
sinapismes de moutarde, et de 
toutes les prescriptions du 
docteur. 

Je vous plains sin cerement, 
et j'espere que votre role de 
garde-malade tire a sa fin. 

J'espere que oui, car je com- 
mence a me sentir bien fa- 
tiffue-e. 



VII. 



AT A WATCHMAKER S. 

Sir, I bring you my watch 
which wants repairing. 

What do you wish me to do 
to it ? 

I should like you to put a 
new spring in it. 

True, this one is broken. 

I broke it yesterday even- 
ing in winding my watch. 

That is but a trifle. 

I would be obUged to you 
if you would regulate my 
watch also. 

Is it too fast ? 

ISTo, it loses four or five mi- 
nutes a day. 

In cleaning it, I will see 
what is wanting. 



CHEZ L HORLOGER. 

Monsieur, je vous apporte 
ma montre pour que vous la 
raccommodiez. 

Que desirez-vous que j'y 
fasse ? 

Je vous prie d'y mettre un 
nouveau ressort. 

En effet celui-ci est casse. 

Je I'ai brise hier au soir en 
remontant ma montre. 

C'est ime bagatelle. 

Je vous serai egalement 
obhge-e de regler ma montre. 

Est-ce qu'eUe avance ? 

Non, elle retarde de quatre 
a cinq minutes par jour. 

En la nettoyant, je verrai co 
qu'il y faut faire. 



24 



FRENCH CONVERSATIONS, 



If jou please ; when will it 
be ready ? 

To-day week. 

Very well : I rely upon 
your punctuality. 

You have no clocks to be 
regulated ? 

On the contrary, I beg you 
to come to the house and regu- 
late the parlor clock. 

Has it stopped ? 

This morning only. 

Do the other clocks go well? 

Not better than the town 
clocks ; when one strikes nine, 
the other is a quarter past 
nine, or ten minutes of nine. 

I will try to make them 
agree. 

I beg you to do so. Please 
tell me now what time it is ? 

It is half-past eleven, 

I thought it was twelve 
o'clock. 

See my regulator : thirty- 
two minutes after eleven. 

Since it is no later than 
that, I shall have time to go 
down town. 

At what o'clock am I to 
come to your house ? 

This afternoon, before five 
o'clock, if you please. 

I shall not forget. 



S'il vous plait : quand sera* 
t-elle prete ? 

D'aujourd'hui en huit. 

Tres bien. Je compte sur 
votre exactitude. 

Vous n'avez pas de pen- 
dules a regler ? 

Au contrahe, et je vous prie 
de passer a la maison pour 
remonter celle du salon, 

Est-ce qu'eUe s'est arret^e ? 

Depuis ce matin seulement. 

Et les autres pendules, vont- 
elles bien ? 

Pas mieus que les horloges 
de la ville : quand I'une sonne 
neuf heures, I'autre marque 
neuf heures im quart ou neuf 
heures moins dix minutes. 

Je tacherai de les mettre 
d'accord. 

Je vous en prie. Veuillez 
me dire a present quelle heure 
il est ? 

II est onze heures et demie. 

Je croyais qu'il etait midi. 

Voyez mon regulateur : onze 
heures trente-deux minutes. 

Puisqu'il n'est pas plus tard 
que cela, j'aurai le temps de 
fahe encore une course au bas 
de la ville, 

A quelle hem'e dois-je me 
rendre chez vous ? 

Cette apres-midi, avant cinq 
heures, s'il vous plait. 

Je n'y manquerai pas. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



25 



vm. 



A COLD IN THK HEAD. 

Oh ! doctor, you have come 
just in time. 

What is the matter ? Are 
you sick ? 

Do you not perceive it by 
my voice ? 

You speak hke a person 
who has a cold, that is all. 

That is not a very agreea- 
ble thing. 

It is but a small affaii*. 

Well, doctor, pray cure me 
quickly; I shall want my voice 
perfectly clear to sing a duet 
at Mrs. ]Sr***'s musical par- 

^y- ... 

It will be nothing ; it is a 
simple coryza. 

A what ? 

A coryza. 

What is that 

That is the name we give 
to a cold in the head. 

Well, what must I do for my 
cold? 

For your coryza ? 

Yes, Sir. They told me 
to sniff Cologne water. 

That is not bad. 
I have used a bottle-fuU, and 
I am no better. 

You must try a fumigation. 

Will that cure me ? 



UN EHUME DE CERVEAU. 

Ahl'docteur, vous arrivez 
fort a propos. 

Qu'ya-t-il? Etes-vous ma- 
lade ? 

Vous ne vous en apercevez 
pas, rien qu'a ma prononcia- 
tion? 

Vous prononcez com me une 
personne enrhumee, voda 
tout. 

Cela n'en est pas moins des- 
agreable. 

C'est la moindre des choses. 

Voyons, docteur, guerissez- 
moi bien vite ; j'ai besoin de 
ma voix la plus pure pour 
chanter un duo a la sokee mu 
sicale de Mme. ]Sr*** 

Ce ne sera rien ; c'est un 
simple coryza. 

IJn quoi ? 

Un coryza. 

Qu'est-ce que c'est que cela ? 

C'est ainsi que nous nom- 
mons un rhimie de cerveau. 

Eh bien ! que faut-il faire 
pour mon rhume de cerveau ? 

Pour votre coryza ? 

Oui, Monsieur. On m'avait 
dit de renifler de I'eau de 
Cologne. 

Cela n'est pas mauvais. 

J'en ai renifle un flacon, et 
ga ne va pas mieux. 

II faut essayer d'une fumi* 
gation. 

Cela me guerha-t-il ? 



26 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Possibly. 

How ! is it not certain ? 

No. 

Is there no other remedy ? 

To bathe the feet. 

Will that cure me ? 

Perhaps so. These colds 
do not last long, wait till it 
passes off. 

But my soiree, my duet 
doctor ? 

Then you think it absolute- 
ly necessary " to be cured of 
your coryza ? 

Of my cold in the head ? 
Yes, certainly. 

If that is so, take a vapor- 
bath. 

And that will cure me ? 

Yes, but in coming out of 
the bath you run the risk of 
taking: a cold on the lun^s. 



C'est possible. 

Comment! ga n'est pas siurf 

JSTon. 

Et vous n'avez pas d'autre 
moyen ? 

Des bains de pied. 

Ah ! et cela me guerira-t-U? 

Peut-etre. D'ailleurs cela 
ne dure jamais bien long 
temps ; attendez que cela se 
passe. 

Mais ma soiree, mais mon 
duo, docteur ? 

Alors vous tenez absolu- 
ment a vous debarrasser de 
votre coryza ? 

De mon rhume de cerveau ? 
Oui, certes. 

En ce cas, prenez un bain 
de vapeur. 

Et cela me guerira ? 

Oui; mais, en sortant du 
bain, vous courez risque d'at- 
traper une fluxion de poitrine. 



IX. 



AT THE POST-OFFICE. 

Are you going to the post- 
oflBce ? 

Yes, I am going to see 
whether there are any letters 
for me. 

The office is not yet open. 

They cannot be long distri- 
buting the mail. 



A LA POSTE. 

Vous aUez a la poste ? 

Oui, je viens voir s'il tfy a 
point de lettres pour moi. 

Les bureaux ne sont pas en- 
core ouverts. 

On ne peut tarder a distri- 
buer le courrier. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



27 



The distribution is announc- 
ed for ten o'clock. 

Ala ! now thej are opening 
the grating. 

Let us go in. 

{Speaking to the clerk of the 
post-office.) Have you any let- 
ters for Mr. Z*^* ? 

{The clerk.) Here are three 
from the interior, and two from 
the other side. 

How much is it \ 

{The clerk.) Seventy cents. 

Here is a dollar. 
{The clerk) We receive no 
bank bills or foreign money. 

I knew nothing of that; 
here are two fifty-cent pieces. 

{The second person address- 
ing the clerk.) Are there any 
letters for Mr. N*** ? 

{The clerk.) N'o, Sir, there 
is nothing for you. 

{Mr.N*^^ to Mr. Z***.) It 
13 strange. Let us go and see 
at the other desk; perhaps 
they have directed my letters 
to be kept till called for. 

(Jfr.Z** to Mr. N*^.) You 
would do well to go to the 
dead-letter office, also. 

Oh ! I do not think it is 
worth while. 

Whilst you are making in- 
quiries here, I will go and pay 
the postage of a letter which 
I wish to frank. 

At the same time, pray buy 
me one or two dollars worth of 
\tamps. 



La distribution est annoncee 
pour dix heures. 

Ah ! voila qu'on ouvre les 
guichets. 
Entrons. 

{Parlant au commis de la 
poste.) Avez-vous des lettres 
pour M. Z**->^ ? 

{Le coynmis) En void troia 
de I'interieur, et deux d'outre- 
mer. 

Combien est-ce ? 
{Le commis.) Soixante-dix 
sous. 

Voici une piastre. 

{Le commis) Nous ne re- 

cevons pas de billets de 

banque in d'argent etranger. 

Je n'en savais rien; voici 

deux pieces de cinquante sous. 

{La seconde personne s'adres- 

sant au coinmis.) II n'y a pas 

de lettres pour M. N*** ? 

{Le commis) Nou, Mon- 
sieur, il n'y a rien pour vous. 

(i/.iV*** a J/.Z***.) O'est 
singulier. AUons voir a I'au- 
tre bureau ; peut-etre m'aura- 
t-on adresse mes lettres poste 
restante. 

{M. ^** a M. i\^**.) Vous 
ferez bien aussi d'aller au bu- 
reau des rebuts. 

Oh ! je ne crois pas que ce 
soit la peine. 

Pendant que vous vous in- 
formerez ici, j'irai payer le 
port d'une lettre que je desire 
affi'anchir. 

Par la meme occasion, ache- 
tez-moi, je vous prie, pour une 
piastre ou deux ds timbres- 



28 



FRENCH CONVERSATIONS. 



With pleasure. {The tuo 
friends separate) 

{Mr. iV^*** returning to find 
Mr. Z^*^.) It is strange, in- 
deed, there is not a single let- 
ter for me. 

Be sure that the next mail 
will bring you those which you 
expected to-day. 



Avec plaisir. {Les deux amis 
se separent.) 

(J/. i\r*** revenant trouver 
M. Z***.) C'est vraiment 
etrange, il n'y a pas la moia- 
dre lettre pour moi. 

Soyez stir que le prochain 
courrier vous apportera ceUes 
que vous attendiez aujour- 
d'hui. 



NEW TEAR S PRESENTS AND 
PLAYTHINGS. 

Have you Teceived pretty 
New- Year's gifts, Charles ? 

Yes indeed ; I have had 
superb toys given me. 

And you, Henry ? 

Oh ! I am not discontented 
either. 

Let me see, Charles, name 
over your presents to me. 

First, papa gave me a velo- 
cipede. 

And you, Henry, what did 
your father make you a pre- 
sent of? 

A large rocking-horse. 

Did your uncles spoil you 
this year, Charles ? 

I do not know whether they 
have spoiled me, but they 
have made an addition to my 
Ubrary of six large illustrated 
volumes. 



ETRENNES ET JOUJOUX. 



As-tu recu de johes etren- 
nes, Charles ? 

Je crois bien, on m'a donne 
des jouets superbes. 

Et toi, Henri ? 

Oh ! moi, je ne suis pas 
mecontent non plus. 

Voyons, Charles, fais-moi 
I'enumeration de tons tes ca- 
deaux. 

D'abord, papa m'a donne un 
velocipede. 

Et toi, Hemi, de quoi ton 
pere t'a-t-il fait present ? 

D'un grand cheval a bascule. 

Est-ce que tes ondes font 
gate cette annee, Charles? 

Je ne sais pas s'ils m'ont 
gate ; mais ils ont augments 
ma bibliotlieque de six beaux 
volumes illustres. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



29 



Tell me what else you have 
received ? 

Mamma gave me a box of 
building blocks. 

What is that ? 

It is a large bos filled with 
pieces of wood, with which 
houses, ancient temples, 
churches, monuments of all 
kinds can be constructed. 

And on what plan are these 
houses built? 

I have a book which con- 
tains models, and shows what 
style of architecture is adapt- 
ed to each nation and each era. 

Tliat is a very agreeable 
pastime. Would you like to 
have a box of building blocks 
also, Henry ? 

ISTo, I hke the spinning-top 
which my aunt gave me, much 
better. 

I see that your collection of 
playthings has increased also. 

Yes ; besides the spinning- 
top, 1\ have received a musi- 
cian who plays upon the harp, 
and a very pretty farm. 

Have you poultry and cat- 
tle on your farm ? 

I have pigeons, hens, tur- 
keys, geese, sheep, cows, asses, 
mules, and horses. 

Well, I see that you are 
both very rich, and that you 
have received very pretty 



Dis-moi ce que tu as encore 
regu ? 

Maman m'a donne une boite 
d'architecture. 

Qu'est-ce que c'est que 
cela? 

C'est un grand carton rem- 
ph de pieces de bois, avec les- 
quelles on pent construu"e des 
maisons, des temples anciens, 
des eglises, des monuments de 
toutes sortes. 

Et sur quels plans batit-on 
ces edifices ? 

J'ai un livre qui contient des 
modeles, et indique I'architec- 
ture propre aux monuments 
de chaque peuple et de chaque 
epoque. 

Voila un passe-temps tr^s 
instructif. Voudrais-tu avoir 
aussi une boite d'architecture, 
Henri ? 

Won, j'aime bien mieux la 
toupie d'Allemagne que ma 
tante m'a donnee. 

Je vols que ta collection de 
joujoux s'est encore augmen- 
tee? 

Oui ; outre la toupie d'Alle- 
magne, j'ai encore regu im 
musicien qui joue de la harpe 
et une ferme tres jolie. 

As-tu beaucoup de volaiUes 
et de bestiaux sur ta ferme ? 

J'ai des pigeons, des poules^ 
des dindes, des oies, des mou- 
tons, des vaches, des anes, des 
mulets et des chevaux. 

Allons, je vois que vous 
etes tres riches tons les deux, 
et qu'on vous a donne de fort 



30 



FRENCH CONVERSATIONS. 



playthings for your 'Ne'w- beaux joujoux pour vos 6tren- 
Year's presents. nes. 



XL 



BETWEEN TWO MERCHANTS. 

"What is there new this 
morning ? 

Nothing at all. 

The steamer has not yet 
arrived ? 

I do not expect it before 
to-morrow. 

The fact is, it must have 
had very stormy weather. 

Do you think that it brings 
good news ? 

I should be surprised if it 
did. 

Then you believe that cot- 
ton will stiU fall. 

At least for some time yet. 

How many bales were sold 
yesterday ? 

Three or four hundred only. 
Ifothing will be done till the 
steamer arrives. 

Do you know what is the 
rate of exchange on London ? 

Nine and a half per cent, 
premium. 

And how do they quote ex- 
change on France ? 

Still at five twelve and a 
half (fr. 5.12^ for^l). 



ENTRE DEUX NEGOCIANTS. 

Quoi de neuf, ce matin ? 

Rien absolument. 

Le steamer n'est pas encore 
arrive ? 

Je ne I'attends pas avant 
demain. 

Le fait est qu'il a du avoir 
de bien gros temps. 

Pensez-vous qu'il nous ap- 
porte de bonnes nouvelles ? 

J'en serais sm'pris. 

Atnsi, V0U8 croyez toujours 
a la baisse des cotons ? 

Du moins pendant quelque 
temps encore. 

Combien de balles a-t-on 
vendues hier ? 

Trois ou quatre cents seule- 
ment. On ne fera rien tant 
que le steamer ne sera pas 
arrive. 

Savez-vous a quel taux est 
le change sur Londres ? 

A neuf et demi pour cent 
de prime. 

Et comment cote-t-on le 
change sur France ? 

Toujours a cinq douze et 
demi($l. =fr. 5.12i). 



FRENCH CONVERSATIONS. 



31 



That is very high. 
It may rise still higher, for 
eilver is scarce and in demand. 



drafts 
* 8 



Do you still buy 
upon the house of * '■ 

Between you and I, I con- 
fess that I have no longer any 
confidence in its paper. 

Does it circulate largely ? 

They offer it at one per 
cent, discount per month. 

I have heard, also, that this 
house has entered into vast 
speculations. 

And that is exactly what 
makes me distrust it. 

•I had one of its accept- 
ances ; but I have just dis- 
posed of it without recourse. 

I congratulate you there- 
upon ; it does not appear to 
me safe to endorse such paper 
at the present time. 



Cest tres cher. 

II pourrait bien hausser 
encore, car les especes sont 
rares et recherchees. 

Achetez-vous toujours des 
traites de la maison *** ? 

Entre nous, je vous avoue- 
rai que son pajjier ne m'in- 
spire plus de confiance. 

Est-ce qu'il circule beau- 
coup ? 

On le propose a un pour 
cent d'escompte par mois. 

J'ai entendu dire aussi que 
cette maison s'est lancee dans 
de grandes speculations. 

Et c'est la precisement ce 
qui m'inspire de la defiance a 
son egard. 

J'avais une de ses accepta- 
tions ; mais je viens de la ne- 
gocier sans recours sur moL 

Je vous en fais mon com- 
phment : de tel papier ne me 
parait pas bon a endosser en 
ce moment. 



XIL 



COMING FROM MARKET. 



AU RETOTJR BU MARCHE. 



"Well, Bridget, have you 
jnst returned from market ? 

Yes, Madam, I have not 
been very long, have I ? 



Eh bien! Brigitte, vous 
voUa revenue du marche ? 

Oui, Madame. Je n'ai pas 
ete trop longtemps, n'est^ce 
pas? 



32 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Rather loag, 

I bring Lack all that 
Madam ordered me to buy. 

Very -well. Did you find 
any vegetables ? 

I haye bought potatoes and 
beets. 

Nothing else ? 

I beg your pardon, Madam ; 
I have besides in my basket 
tomatoes and artichokes. 

I told you to bring some 
ocra. 

There was none in the mar- 
ket ; but the vegetable woman 
promised me some by to mor- 
row. 

Is there no cauliflower or 
salsify yet ? 

No, Madam ; there will be 
none before next month. 

What salad have you cho- 
sen ? Lettuce, cresses, or 
succory ? 

I have bought cresses and 
celery. 

You have done well ; since 
I have been eating cresses 
every day, I find myself 
much better. 

I found some very fine 
sorrel. 

Then instead of a frican- 
deau with gravy, you will 
serve it up with sorrel. 

I shall not fail to do it, 
Madam. 



Mais assez longtemps cons 
me cela. 

Je rapporte tout ce qu« 
Madame m'avait recommande 
d'acheter. 

Tresbien. Avez-vous trouv^ 
des legumes ? 

tPai achete des pommes de 
terre et des betteraves. 

Pas autre chose? 

Je vous demande pardon, 
Madame ; j'ai encore la dans 
mon panier des tomates et 
des artichauts. 

Je vous avais dit de rappor- 
ter du gombeau. 

n n'y en avait point au 
marche ; mais la marchande 
de legumes m'en a promia 
pour demain. 

Est-ce qu'il n'y a pas en- 
core de choux-fleurs ou de 
salsifis ? 

Non, Madame ; nous n'ea 
aurons pas avant le mois pro^ 
chain. 

Quelle salade avez-vous 
choisie ? De la laitue, du 
cresson ou de la chicoree ? 

J'ai achete du cresson et du 
celeri. 

Vous avez eu raison : depuis 
que je mange du cresson tons 
les jours, je trouve que je me 
porte mieux. 

J'ai trouve de tres belle 
oseille. 

Alors au lieu de preparer 
le fricandeau au jus, vous nous» 
le servirez a I'oseille. 

Je n'y manquerai pas, Ma- 
dame. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



33 



What other vegetables 
have you brought ; some cab- 
bages, turnips, and carrots ? 

Yes, Madam, and also pars- 
ley, chervil, and leeks. 

That is very well. Ifow 
tell me what you have pro- 
cured from the butcher ? 

Four poimds of beef for 
the soup. 

Did you find any calves' 
brains ? 

There were none left when 
I reached the market. 

What did you buy instead ? 

Some sweet-bread. 

What shall we have for 
dinner besides the sweet- 
bread and the fricandeau ? 

A leg of mutton and a lob- 
ster. 

Why did you not buy a sir- 
loin of beef ? 

The butcher would not cut 
me one of reasonable dimen- 
sions. 

How many pounds did the 
one which he wished you to 
buy weigh ? * 

Eight or ten pounds. 

You have done well then 
to content yourself with a 
small leg of mutton. 

As I know that you are 
fond of game, Madam, I have 
brought some quails also. 

That is very weU. Did 
you see any woodcock or 
partridges at market ? 



Quels autres legumes rap- 
portez-vous encore ; des 
choiix, des navets, des ca- 
rottes ? 

Oui, Madame, ainsi que du 
persil, du cerfeuil, et des por- 
reaux. 

C'est tres bien. Mainte- 
nant, dites-moi ce que vous 
avez pris chez le boucher ? 

Quatre livres de boeuf pom" 
la soupe. 

Avez-vous trouve des cei- 
velles de veau ? 

II n'y en avait plus, quand 
je suis arrivee au marche. 

Qu'avez-vous achete a la 
place? 

Des ris de veau. 

Outre les ris et le fi-ican- 
deau, qu'aurons-nous encore 
pom* le diner ? 

Un gigot de mouton et im 
homard. 

Pourquoi n' avez-vous pas 
achete un aloyau ? 

Le boucher n'a pas voulu 
m'en couper un d'une dimen- 
sion raisonnable. 

Oombien de Hvres pesait 
done celui qu'il vous voulait 
vendre ? 

Huit ou dix livres. 

Vous avez bien fait alors 
de vous contenter d'un petit 
gigot de mouton. 

Comme je sais que Madame 
aime le gibier, je rapporte 
aussi des cailles. 

C'est tres bien. Est-ce que 
vous avez vu des becasses et 
des perdrix au marche ? 



34 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Yer J few, Madam ; but, 
instead, quantities of hares 
and rabbits, 

I care nothing for rabbits, 
jou kno"w. 

That is the reason why I 
have bought quails. 

E'ow tell me whsit you have 
bought for dessert. 

I have bought peaches, 
ipricots, prunes, pears, apples, 
and grapes.. 

Are there no more straw- 
berries, cherries, or raspber- 
ries? 

No, Madam ; I could not 
find any. 

We can replace the straw- 
berries by a pine-apple ; try, 
also, to procure some fresh 
figs and some bananas. 

Shall I make chocolate, cof- 
fee, or vanilla cream ? 

Make some coffee cream, 
and pay particular attention 
to the dinner ; I desire to 
have it perfect toKlay. 



Tres peu, Madame; maisj, 
en revanche, force hevres Bt 
force lapins. 

Je ne tiens nullement aux 
lapins, vous le savez. 

Voila pourquoi j'ai achet^ 
des cailles, 

A present, dites-moi ce dont 
vous avea fait eraplette pour 
le dessert ? 

J'ai achete des peches, des 
abricots, des prunes, des 
poires, des pommes et du 
raisin. 

II n'y a plus ni fraises, ni 
cerises, ni framboises ? 

Non, Madame, je n'ai pu 
en trouver. 

JS'ous pourrons remplaceir 
les fraises par un ananas-,, 
tachez de vous procurer aussS 
des figues fraiches et des 
bananes. 

Faudra-t-il faire une creme 
au chocolat, au cafe, ou a la 
yanille ? 

Faites une creme au cafe, 
et soignez bien le diner, je 
vous prie ; je deshe qu'il soit 
parfait aujourd'hui. 



XIII. 

AT A B00KSELLER*S. 

Have you any French books 



CHEZ UN LIBRAIEE. 



In your store I 



Avez-vous des livres frae? 
gais dans votre magasia ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



S5 



We have a complete assort- 
ment of them. 

I should hke a History of 
France. 

Do you wish an elementary 
history ? 

Yes, provided it is not that 
of Mrs. de St. Ouen ; I have 
that already. 

Then I can offer you the 
History oi France by Lame 
Fleuiy ; it is excellent for 
children. 

I wish, also, a History of 
the Roman Republic. 

Here is Michelet's. 

How much do you ask for 
it? 

One dollar only. 

That is not dear ; but I do 
not like the Belgian editions, 
I would prefer a Paris edition. 

"We have none just now. 

When will you receive 
some? 

In about a fortnight; we 
expect some by the next 
steamer from Havre. 

Show me, if you please, 
some primers. 

Here are some pictorial 
primers ; we sell a great 
many of them. 

Have you any spelling- 
books ? 

These, I tliink, merit your 
attention. 

What is the price of this 
oae* 



Nous en tenons un assorti- 
ment tres complet. 

Je desirerais une Histoire de 
France. 

Voulez-vous une histoire 
61ementaire ? 

Oui, pomwu que ce ne soit 
pas celle de Mme. de St. Ouen ; 
je I'ai deja. 

Alors je puis vous ofirii* 
I'Histoire de France de Lame 
Fleury; elle est excellente 
pour les enfants. 

J'ai besoin aussi d'une His- 
toire de la Repubhque ro- 
maine. 

Voici celle de Michelet. 

Combien en demandez- 
vous? 

Une piastre seulement. 

Ce u'est pas cher ; mais je 
n'aime pas les editions beiges, 
et je pr6fererais une edition 
de Paris. 

Nous n'en avons pas en ce 
moment. 

Quand en recevrez-vous ? 

D'ici a quinze jours ; noua 
en attendons par le prochain 
vapeur venant du Havre. 

Montr ez-moi, je vous prie, 
des abecedaires. 

En voici d'Ulustres ; nous 
en vendons beaucoup. 

Avez-vous des syllabaires ? 

Ceux-ci meritent, je crois, 
toute votre attention. 

Quel est le prix de eelui^l 



36 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Three shillings, with a 
paste-board cover. 

Do you know what mytho- 
logy they use at I^Ir. or Mrs. 
Z***'s school ? 

The Mythology of Gerusez. 

I should like to look at it. 

Here is a copy. 

{After having looked over 
the work?) This book suits 
me exactly, I will take four 
copies. 

Do you wish nothing else, 
Sh-, Madam, or Miss ? 

I want, also, some standard 
French works. 

We have the works of all 
the authors of the age of 
Louis XIV. 

Where are La Fontaine's 
Fables, and the Letters of 
Mme. de Sevigne ? 

Here are the Fables of La 
Fontaine, Gerusez's edition, 
and the selected Letters of 
Mme. de Sevigne, Madame 
Tastu's edition. 

I wish no books in the 
pamphlet form. 

Does this binding suit you, 
Sir or Madam? 

Yes, those two bound 
volumes will answer my pm'- 
pose. 

Can I offer you anything 
else? 

Do you keep stationery ? 

Certainly. Be so kind as 
to step this way. 



Trois schellings, tout car- 
tonn^. 

Savez-vous de quelle my- 
thologie on se sert dans la pen- 
sion de M. ou de Mme. *** ? 

De la Mythologie de Ge- 
rusez. 

J'aimerais a y ieter un coup- 
d'ceil. _ *^ 

En voici un exemplaire. 

{Apres avoir parcouru Tovf 
vrage.) Ce livre me convient 
tout-a-fait et j'en prendrai 
quatre exemplaires. 

Monsieur, Madame, ou Ma- 
demoiselle ne desire pas autre 
chose ? 

Je voudrais encore quelques 
classiques frangais. 

ISTous avons les ceuvres de 
tous les ecrivains du siecle de 
Louis XIV. 

Ou sont les Fables de La 
Fontaine, et les Lettres de 
Mme. de Sevigne ? 

Voici les Fables de La 
Fontaine, edition Gerusez, et 
les Lettres choisies de Mme. 
de Sevigne, edition de Mme. 
Tastu. 

Je ne veux point de livres 
broch^s. 

Cette reliure convient-eUe 
a Monsieur ou a Madame ? 

Cm, ces deux volumes relics 
feront mon affaire. 

Puis-je vous ojBGfir autre 
chose ? 

Tenez-vous la papeterie ? 

Certainement. Veuillez pas- 
ser de ce c6te-ci. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



37 



Have you good steel pens ? 

I know of none supeiior to 
these. 

How do you sell them ? 

A dollar a gross ; one shil- 
ling a dozen. 

I will buy a gross. I want 
some paper also. 

WiU you have some fools- 
cap paper or letter paper ? 

Give me half a ream of 
letter paper. 

Do you prefer blue or "white 
paper ? 

It makes no difference to 
me. I will take a quire of 
foolscap paper and a quire of 
blotting paper. 

I will roll it all up together. 

'No, leave it flat, if you 
please. Add two dozen en- 
velopes and a quire of that. 
pretty gilt-edged paper. 

Do you wish nothing else ? 
This paper-cutter and this 
ink- stand suit me exactly. 

I Avill send them to you 
with the other' things. 

Whilst I am about it, I 
might as well buy a pen- 
wiper, some seahng-wax, and 
some wafers. 

You shall receive all before 
the end of the day. 

Pray do not forget to send 
your biU receipted. 



Avez-vous de bonnes plumes 
de fer ? 

Je n'en connais point de su 
perieures a celles-ci. 

Combien les vendez-vous ? 

Une piastre la grosse ; un 
schelling la douzaine. 

J'en acheterai une grosse, 
J'ai besoin egalcmeut de pa- 
pier. 

Youlez-vous du papier eco- 
Her ou du papier a lettre ? 

Donnez-moi une demi-rame 
de papier a lettre. 

Preferez-vous le papier 
azure au papier blanc ? 

Cela m'est indifferent. Jt 
prendrai une main de papier 
ecoUer et une main de papier 
brouiUard. 

Je vais rouler le tout en- 
semble. 

]^on, laissez-le a plat, s'il 
vous plait. Mettez-y encore 
deux douzaines d'euveloppes 
et ime main de ce joli petit 
papier dore sui' tranche. 

II ne vous faut plus rien ? 

Ce coupe-papier et cette 
ecritoire me conviennent tout 
a fait. 

Je vous les feral porter avec 
le reste. 

Pendant que j'y suis, je 
ferai tout aussi bien d'acheter 
un essuie-plumes, de la cire 
et des pains a cacheter. 

Vous recevrez tout cela 
avant la fin du jour. 

N'oubhez pas, je vous prie, 
de m'envoyer en meme temps 
votre compte acquitte. 



38 



FE-ENCH CONVERSATIONS, 



XIV. 



AN AUCTION SALE. 



UNE VENTE A L ENCAJT. 



The auctioneer. We are 
going to proceed to the sale 
of these kitchen utensUs. 

A cook. This will be quite 
interesting 

An inc^iJsitive person. I 
ehould like \ ery well to know 
whether they lived well in 
this house. 

A lady. "VVe shall judge 
of that by the articles that 
are going to be i'^old. 

The auctioneer. First arti- 
cle. A seething'pot and a 
caldron ; a small kettle and 
a large one ; for how much ? 

A speculator. One dollar. 

The auctioneer. One dol- 
lar for such useful articles! 
The caldron itself is worth 
four dollars. 

A purchaser. Two dollars. 

The auctioneer. I give four 
on my own account. 

A restaurateur. Five dol- 
lars. 

A woman. Five and a half. 

The auctioneer exciting the 
bidders with his eye. Five 
and a half, five and a half, — 
Bix, six and a half, seven. 

A voice. Seven and a quar- 
ter. 

The auctioneer. Seven and 
a quarter, seven and a half — 
eight, eight dollars. Wo per- 



Uencanteur. ISTous allona 
proceder k la vente des us- 
tensiles de cuisine. 

JJne cuisiniere. Yoila qui 
va devenir interessant. 

Un curieux. Je voudrais 
bien savoir si Ton faisait bonne 
chere dans cette maison. 

Une dame. Nous en juge- 
rons par les objets qu'on va 
vendre. 

L^encanteur. Article pre- 
mier. Une marmite et ■ un 
chaudron; une petite et une 
grande bouilloire ; ^ combien ? 

Un speculateur. Une pia- 
stre. 

Hencanteur. Une piastre ! 
pour des objets d'une utility 
pareille ! Le chaudron &, lui 
seuJ. vaut quatre piastres. 

Tin acheteur. Deux piastres. 

Uencanteur. J'enmets qua- 
tre pour mon propre compte. 

Un restaurateur. Cinq pia- 
stres. 

Une femme. Cinq et demie. 

Uencanteur provoquant de 
Vceil les acheteurs. Cinq et 
demie, cinq et demie — six — 
six et demie, sept. 

Une voix. Sept un quart. 

Uencanteur. Sept un quart, 
sept et demie, huit. A huit 
piastres. Personne ne dit 



FRENCH CONVERSATIONS. 



6on speaks ? Once, twice — at 
eight dollars — going. Gone. 

The cook. That is dear 
enough, upon my word. 

The auctioneer. Number 
two. A complete assortment 
of kitchen utensils : copper 
saucepans well tmned, frying 
pans, gridu'on, roasting screen, 
cullender, sieve, skimmer, fish- 
kettle, tin moulds, etc., etc. 

27ie cool'. There is some- 
thing there for money. 

The inquisitive person. I 
begin to think that the people 
of this house had French no- 
tions of cookery. 

The auctioneer. Ladies and 
gentlemen, this is not an ordi- 
nary assortment of kitchen 
utensils. Those saucepans 
have prepared sumptuous and 
dehcate dinners. How much 
for the assortment ? 

A lounger. Ten dollars. 

The auctioneer. Fifteen 
dollars. 

A coppersmith. Sixteen 
dollars. 

A tiiismith. Seventeen. 

The cooTc. Eighteen. 

The restaurateur. Twenty. 

The auctioneer. Twenty 
dollars. The saucepans are 
still quite new. 

A voice. Twenty-one. 

A pastry-cook. Twenty-two. 

An eating-house keeper. 
Twent;y'-four. 

A coffee-hmise keeper 
Twenty-five. 



mot ? Une fois, deux fois. — A 
huit piastres — trois fois. Ad- 

La cuisiniere. C'est bieu 
assez cher, ma foL 

L'encanteicr. N"um^ro deux 
Une batterie de cuisine com- 
plete: casserolles en cuivre 
et bien ^tamees, poeles k frhe, 
gril, rotissohe, passoire, tamis, 
ecumoire, poissonnifere, monies 
en fer-blanc, etc., etc. 

La cuisiniei*3. II y en a la, 
pour de 1' argent. 

Le curieux. Je commence 
h croire que les gens de cette 
maison avaient des notions de 
cuisine fran^aise. 

Uencanteur. Ce n'est pas 
1&., Mesdaraes et Messieurs, 
une batterie de cuisine ordi- 
naire. Ces casseroles-la, ont 
prepare des diners somptueux 
et dehcats. A combien la 
batterie complete ? 

Tin flaneur. A dix piastres. 

L'encanteur. A quinze pi- 
astres. 

Un chaudronnier. A seize 
piastres. 

Un ferhlantier. Dix-sept. 

Lcc cuisiniere. Dbc-huit. 

Le restaurateur. Vingt. 

L'encanteur. A vingt pia- 
stres. Les casseroles sont 
encore toutes neuves. 

Une voix. Vingt et ime. 

Un pdtissier. Viogt-deux. 

Un traiteur. Vingt-quatre, 

Un limonadier. Yingt-cinq 



40 



FRENCH CONVERSATIONS. 



The auctioneer exciting the 
'purchasers. Twenty-six, twen- 
ty-seven, twenty-eight ; thirty 
dollars. 

T}ie inquisitive person. The 
kitchen iitensils seem to have 
admirers. 

TJie auctioneer. Tliirty- 
one, thirty-two, tliu'ty-five, 
forty. For forty dollars; that 
is scarcely a dollar for each 
article, and the twelve sauce- 
pans are worth thfee or four 
dollars apiece. 

TJie eating-house keeper. 
Forty-five. 

A voice. Fifty. 

TJie auctioneer. Fifty dol- 
lars. "With those saucepans 
dinners have been prepared 
at wliich several of our poHt- 
ical celebrities have assisted. 

A hotel keeper. • Fifty-one 
dollars. 

The auctioneer. Fifty-one 
dollars. Fifty-one dollars. 
Once, twice ; gone. 

TJie cook. Well, I see with 
pleasure that good cookery is 
more and more rehshed in 
this coimtry. 

A physician. And we 
ought to be glad of it. 

A lounger, in an under tone. 
When one is a cook, a gour- 
mand, or a physician. 

The auctioneer. Six smooth- 
ing irons, two little iron stands, 
etc., to smooth, plait and flute 
clothes. How much ? 



Xi'encantetcr excitant lei 
acheteurs. Vingt-sis, vingt- 
sept, vingt-huit ; h. trente pia- 
stres. 

Ze curieux. La batterie 
de cuisine semble avoir des 
amateurs. 

Ifencanteur. Trente et une 
trente-deux, trente-cinq, qua- 
rante. A quarante piastres 
C'est h peine une piastre par 
ustensile, et les douze casse- 
rolles valent trois ou quatre 
gourdes chacune. 

Letraiteur. Quarante-ciaq, 

Une voix. Cinquante. 

JOencanteur. A. cinquante 
piastres. C'est avec ces cas- 
serolles-lb, qu'on- a prepare 
des diners airsquels ont assists 
plusieurs de nos illustrations 
pohtiques. 

Un maitre cVhotel. Cin- 
quante et un dollars. 

Uencanteur. A cinquante 
et un dollars. A cinquante 
et un dollars. Une fois. Deux 
fois. Adjug^. 

La cuisiniere. A lions, je 
vols avec plaisir que la bonne 
cuisine est de plus en plua 
goutee en ce pays. 

C/?^ medecin. Et Ton doit 
s'en applaudir. 

ITn flaneur d, mi-voix. 
Quand on est cuisiniere, gour- 
mand ou medecin. 

Ifencanteitr. Six fers h 
repasser, deux chevrettes, etc., 
pom* repasser, plisser et tu- 
yauter le huge. A combien ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



41 



A washerwoman. Fifty 
cents. 

A laundress. Sixty. 

The auctio?ieer. Sixty dol- 
lars? 

The laundress. ISTot a bit 
of it, sixty cents. 

A woman. Eighty. 

The laundress. One dollar. 

The auctioneer. One dollar. 
Once, twice ; gone. Fourth 
article : Foui- painted wooden 
pails, two tin pails ; six tubs 
of different sizes ; how much ? 



The icasherivoman. Two 
dollars. 

The auctioneer. Two, three, 
four, five, six ; six dollars. 

A ivasherwomayi. Seven. 

The auctioneer. Eight, nine, 
nine dollars. 

21ie washerwonia7i. And a 
quarter. 

The auctioneer. Mne dol- 
lars and a quarter. Gone. 

The cook speaking to the 
washericoman. You have not 
made a bad bargain. 

TJte auctioneer. Now we 
wlU pass to the dining-room. 

A jester. 1 am glad of it, I 
would willingly eat something. 
I am very hungry. 

The auctioneer. A com- 
plete service of gilt porcelain. 
An inquisitive perso7i. 



Une laveuse. Cinquante 
sous. 

Une repasseuse. Soixante. 

Uencanteur. A soixante 
piastres \ 

La repasseuse. Du tout; 
soixante sous. 

Unefenime. Qiiatre-vingts. 

La repasseuse. Une pias- 
tre. 

L^encanteur. A une pias- 
tre. Une fois, deux fois ; ad- 
juge. Article quatre. Quatre 
seaux en bois peiut, deux 
seaux en ferblanc, six baquets 
de diverses grandeurs ; a 
combien ? 

La laveuse. Deux gourdes. 

L'encanteur. Deux, trois, 
quatre, cinq, sis ; a six pias- 
tres. 

Une hlanchisseuse. Sept. 

Uencanteur. Huit, neuf ; 
a neuf piastres. 

La hlanchisseuse. Et quaint. 

Uencanteur. A neuf pias- 
tres et quart. Adjuge. 

La cuisiniere a la blanchis- 
seuse. Vous n'avez pas fait 
un mauvais marche. 

Ueyicanteur. Maintenant, 
nous allons passer a la saUe 
a manger. 

Un plaisant. J'en suis bien 
aise, et je mangerai volontiers 
quelque chose. Je me sen? 
grand appetit. 

Uencanteur. Un service 
complet en porcelaine doree. 

Un citrieux. Voila deb 



42 



FRENCH CONVERSATIONS. 



There is quite an imposing 
axr&j of plates. 

The auctioneer. The service 
contains twelve dozen plates 
and a dozen and a half round 
and oval dishes. Besides a 
soup tureen, two salad dishes, 
sauce-boats, fruit dishes, cha- 
fiDg-dishes, &c. How much ? 

A merchant. Fifty dollars. 

A pawnbroker. Five. 
A bride. Sixty. 

A broker. Seventy, 

An old man. Seventy-one. 

A gambler. Seventy-two. 
The auctioneer. Seventy- 
five, eighty, ninety. 

An upstart. K'inety-one. 

The auctioneer. The por- 
celain is magnificent, and 
painted by a young French 
woman of great talent. 

A lover of the fine arts. 
Ninety-two. 

The auctioneer. Mnety- 
five, one hundi-ed, one hun- 
dred dollars. There are only 
one or two plates nicked. 

A young husband, looking 
at his wife. A hundred and 
one. 

The auctioneer. One hun- 
dred and one dollars. Gone. 

The young wife, in a whisper 
to her husband. Ah ! thank 
you, my friend, this service is 



piles d'assiettes assez impo- 
santes. 

L'encanteur. Le service 
comprend douze douzaines 
d'assiettes, et une douzaine et 
demie de plats ronds et ova- 
les. Plus une soupiere, deux 
saladiers, saucieres, corbeilles, 
rechauds, etc. A combien ? 

Un negociant. Cinquante 
piastres. 

Un brocanteur. Cinq. 

U7ie nouvelle mariee. Soix- 
ante. 

Un courtier. Soixante-dix. 

Un vieillard. Soixante et 
onze. 

Unjoueur. Soixante-douze. 

L^encanteur. Soixante- 

quinze, quatre-vingts, quatre- 
vingt-dix. 

Un parvemc. Quatre-vingt- 
onze, 

Uencanteur. La porcelaine 
est magnifique, et peinte par 
ime jeune francaise du plus 
grand talent. 

Un amateur des beaux-arti. 
Quatrje-vingt-douze. 

Uencanteur. Quatre-vingt- 
quinze ; cent. A cent piastres. 
II n'y a qu'une ou deux as- 
siettes d'ebrechees. A cent pia- 
stres. 

Un jeune mari, en regar- 
dant safemme. Cent une. 

Uencanteur. A cent une 
piastres. Adjuge. 

La jeune femme tout bas d, 
son mari. Ah ! merci, mon 
ami, cette vaisselle est vrai- 



fe,e:\ch conversations. 



43 



truly handsome and sold far 
below its value. 

The auctioneer. Two doz- 
en table knives, a dozen sUver 
knives, carving knives, spoons 
and forks of ivory and of 
metaL How much ? 

A bachelor. Ten dollars. 

Th£ auctio7ieer. The silver 
knives have cost twenty dol- 
lars. 

A hardiuare dealer. Fif- 
teen. 

The bachelor. Twenty. 

The young husband. Twen- 
ty-one. 

The auctioneer. Twenty- 
one dollars ; twenty-two, 
twenty-four. 

A surgeon. Twenty-six. 

The auctioneer. Thirty 
dollars. That is a mere no- 
thing; the blades of these 
knives are of the purest steel, 
and come from the warehouse 
of one of the most celebrated 
manufactm'ers of Sheffield. 

A cutler. Thirty-one. 

The aicctioneer. Thirty- 
two, tliirty-five ; at thirty-five 
dollars. 

The surgeon. Thu'ty-six 

The bachelor. Thirty-seven. 

The auctioneer. Thirty- 
seven dollars. The carving 
knife is of the same model as 
the one with which the last 
monstrous piece of roast beef, 
offered to queen Victoria was 
carved. 



ment fort belle et vendue bien 
au dessous de sa valeur. 

L'encanteur. Deux dou- 
zaines de couteauz de table, 
une douzaine de couteaux 
d' argent, couteaux h decouper, 
cuillers et fourchettes d' ivoire 
et de metal. A combien ? 

Un celibataire. Dix pia- 
stres. 

Hencanteur. Les couteaux 
en argent out coCite vingt pia- 
stres. 

Un quincaillier. Quinze. 

Le celibataire. Yingt, 

Le jeune mari. Tingt et un 
dollars. 

L'encanteur. A vingt et 
un dollars ; vingt-deux, vingt- 
cinq. 

Un chirurgien. Tingt-six. 

Hencanteur. A trente pia- 
stres. C'est pom" rien; les 
lames des couteaux de table 
sont du plus pur acier, et sor- 
tent des atehers du plus celebre 
fabricant de Shefiield. 

Un coutelier. Trente et une. 

Uencanteur. Trente-deux, 
trente-cinq ; ^ trente-cinq pia- 
stres. 

Le chirurgien. Trente-six. 

Le celibataire. Trente sept. 

Uencanteur. A trente-sept 
piastres. Le gi-and couteau 
est %vx le modele de celui 
avec lequel on a decoupe le 
dernier rosbif monstre offert i 
la reine Victoria. 



44 



FRENCH CONVERSATIONS. 



The surgeon. Thirty-seyen 
dollars and a half. 

The hache lor. Thirty-eight. 

The auctioneer. Thii-ty- 
eight dollars. Gone. 

The inquisitive person to 
one of his lady friends. Well ! 

The lady. Every thing is 
sold dear enough. 

The hiquisitive person. Do 
you intend to remain here 
long(!r ? 

The lady. It is unnecessa- 
i*y, for I want neither carpets, 
nor bedsteads, nor mattresses. 

The inquisitive person. Let 
us go then. Quite as well ; for 
the jokes of the auctioneer 
threaten to become detestable, 
and his voice grows hoarse. 



Le chirurgien. Trente sepi 
piastres et demie. 

Ze celihataire. Trente-huit. 

Uencanteur. A trente-huit 
piastres. Adjuge. 

Le curieux a zone datne de 
ses amies. Eh bien ! 

La dame. Tout se vend 
assez cher. 

Le curieux. Restez-vous 
plus long-temps ici ? 

La dame. C'est inutile, car 
je n'ai besoin ni de tapis, ni 
de bois de lit, ni de matelas. 

Le curieux. Partons done. 
Aussi bien les jDlaisanteries de 
I'encanteur menacent de de- 
venir detestables et sa voix 
commence h, s'em'ouer. 



XY. 



AT A FANCY STORE. 



DANS UN MAGASIN DE NOU- 

VEAUTES. 



Have you any gloves ? 
Do you wish dog-skin or 
kid gloves ? 

Give me kid gloves, l^o. 6. 

Here are some excellent 
straw-colored gloves. 

Have you any good black 
gloves ? 

These are of a celebrated 
maker ; but you know. Madam, 



Avez-vous des gants ? 

Madame desire-t-elle des 
gants de Suede ou des ganta 
de chevreau ? 

Donnez-moi des gants de 
chevreau, No. 6. 

Voici des gants pailles ex- 
cellents. 

Avez-vous de bons gants 
noirs? 

Ceux-ci sont d'un fabricant 
renomme ; mais Madame, n'i* 



FRENCH CONVERSATIONS. 



43 



that the Lest skins are often 
destroyed in the dyeing ? 

That is as much as to say, 
that they are worth nothing ; 
is it not 'i 

On the contrary, I tliink 
they are of good quahty. 
Here are some dark-colored 
ones, which I can recommend 
to you as safely as though 
they were hght-colored. 

Put aside these four pairs of 
gloves for me, if you please. 

Do you wish* anything else. 
Madam ? 

Have you any pretty cali- 
coes ? 

How do you like these pat- 
terns? 

This one is vei-y pretty. 

How many yards shall I 
cut off for you, Madam ? 

Ten yards will be enough. 

Would you not like to look 
at our jaconets and muslins ? 

'No, that is useless. 

We have just received from 
France a beautiful assortment 
of embroideries and laces. 

Have you any pretty pocket 
handkerchiefs ? 

What do you think, Madam, 
of this new style ? Is it not 
at once simple and^beautiful ? 

Yes, it is in very good taste. 

The price is very low, "inly 
*en dollars. 



gnore pas que la teinture brule 
souvent les meilleures peaux. 
Autant dire qu'ils ne valent 
rien, n'est-ce pas ? 

Je les crois d'une bonne 
quahte, an contraire. En void 
de couleui's foncees que je 
puis recommander avec au- 
tant de secm'ite que s'ils 
etaient de couleurs claires. 

Mettez-moi de cote ces 
quatre pahes de gants, je vous 
prie. 

Madame ne desire rien 
autre chose ? 

Avez-vous de jolies indien- 
nes? 

Comment Madame trouve-t- 
elle ces petits dessius ? 

Celui-ci est fort gentil. 

Combien de verges en faut 
il couper a Madame ? 

Dix verges suffiront. 

Madame ne veut pas voir 
nos jaconas et nos mousse- 
lines ? 

Is^on, cela est inutile. 

Nous venons de recevoir de 
France un delicieux assorti- 
ment de broderies et de den- 
telles. 

Est-ce que vous avez de jo- 
lis mouchoirs de poche ? 

Que pen sez- vous, Madame, 
de ce genre nouveau ? jS''est- 
ce pas tout a la fois simple 
et charmant ? 

Oui,jele trouve d'assez bon 
gout. 

Et c'est pour rien, dix pias- 
tres. 



46 



FRENCH CONVERSATIONS. 



That is very dear, on the 
contrary, for this handkerchief 
has no lace on it. 

Here are some others trim- 
med with Valenciennes, "which 
are only sixteen dollars a 
piece. 

That is decidedly too dear 
for me. 

Here are some collars and 
cuffs, which we will sell at a 
sacrifice to you. Madam. 

I am very much afraid of 
these goods which are sold at 
a sacridce, or at a great reduc- 
tion. 

Oh ! in this case, Madam, 
you will indeed make an ex- 
cellent bargain. These goods 
were sold at auction, and com- 
pletely sacrificed •, otherwise, 
we could not sell a collar and 
cuffs of that kind for six dol- 
lars. 

That is not dear, indeed ; I 
will take these two collars 
with the cuffs to match. 

Is there anything else you 
wish. Madam ? We have some 
elegant scarfs and mantillas of 
an enthely new cut. 

No, I can do without 
them. 

We have just received from 
Canton some crapes and silks 
the designs of which are quite 
new. 

That is, copied from old 
French designs. 

If you do not wish any Chi- 



C'est fort cher, au contraire, 
car ce mouchoir n'est orne 
d'aucune dentelle. 

En voici d autres qui sont 
ornes d'une Valenciennes et ne 
coutent que seize piastres 
chacun. 

Decidement, tout cela est 
trop cher pour moi. 

Voici des cols et des man- 
chettes que nous vendrons a 
perte a Madame. 

Je me defie beaucoup de ces 
marchandises qu'on vend a 
perte ou a Jes rabais exces- 
sifs. 

Oh ! dans ce cas-ci Madame, 
vous ferez positivement une 
excellente affaire. Ces mar- 
chandises ont ete vendues a 
I'encan et completement sacri- 
fices ; autrement nous ne poui*- 
rions jamais vendre un col et 
des manchettes de cette es- 
pece pour six piastres. 

Cela n'est pas cher en effet. 
Je prendrai ces deux cols avec 
les manchettes assorties. 

Madame n'a plus besoin 
d'autre chose ? K"ous avons 
des echarpes ravissantes et 
des mantelets d'une coupe 
toute nouvelle. 

'Non, je puis m'en passer. 

Nous venons de recevoir de 
Canton des crepes de Chine 
et des soieries dont les dessina 
sont nouveaux. 

C'est-a-dire, copies sur de 
vieux dessins frangais. 

Si Madame ne vent pas de 



FRENCH CONVERSATIONS. 



47 



nese sillcs, Madam, I can show 
you some foulard and some 
silks from Lyons. 

It is not worth while. 

We have some very hand- 
some shawls at present. 

I have ah-eady seen yom* 
India cashmeres. 

Perhaps you like our French 
cashmeres better ? 

Wot at all, they appear to 
me to be of a mixed and infe- 
rior texture. 

But how very cheap they 
are ! a double shawl at sixty 
dollars ! 

In many cases, there is no- 
' thing so expensive as these 
very cheap things. 

You are right, Madam ; I 
advise you to buy one of these 
square India shawls. 

j^o, I have one already, and 
I have made enough pur- 
chases to-day. 



soieries chinoises, je puis lui 
montrer des foulards pour 
robe et des soieries de Lyon, 

Cela n'est pas la peine. 

Hous avons de bien beaux 
chales en ce moment. 

J'ai deja vu vos cachemires 
de rinde. 

Madame leur prefere peut- 
etre nos cachemires franf ais ? 

Du tout, le tissu m'en parait 
melange et commun. 

Mais aussi comme c'est bon 
marche ! Soixante piastres un 
chale doublej 

II n'y a rien de si couteux 
parfois que le bon marche. 

Madame a raison, et je I'en- 
gage a nous acheter ce chale 
carre des Indes. 

Non, j'en ai deja un, et j'ai 
bien assez fait d'emplettes 
aujourd'hui. 



XVI 



AT A SHOEMAKEE S. 

Have you some boots ready 
made? 

Yes, Sir, I have just receiv- 
ed some from Paris. Do you 
wish coarse or fine boots ? 

I would like a pair of pa- 
tent-leather boots. 



CHEZ VS CORDOXNIEE. 

Avez-vous des bottes toutes 
faites ? 

Oui, Monsieur, je viens juste- 
ment d'en recevoir de Paris. 
Voulez-vous de grosses bottes 
ou des bottes fines ? 

Je desirerais une paire de 
bottes vermes. 



48 



FRENCH CONVERSATIONS. 



If you Avill trouble yourself 
to sit down, Sir, I -wul try a 
pair of boots on you, the shape 
of which you will like, I am 
sure. 

I do not wish them square- 
toed 

Here are some which I think 
will please you, it is the latest 
fashion. 

I care very little about the 
fashion ; I hold it to be most 
important to have an easy 
boot, and these pinch me 
dreadfully. They are too tight 
across the instep. 

That is because I forgot to 
put some soap stone in, and 
they could not slide on well. 

All the soap stone in the 
world would never succeed in 
making these boots large 
enough for me. 

You have, however, a very 
small foot. 

So much the more reason 
for my not laming myself 

This time, Sir, here is what 
will fit you admii-ably. Take 
a few steps if you please. 

{Tlie buyer looTcs at the hoots 
while loalk'mg?) 

Yes, they are not a bad fit, 
and do not pinch me much 
for new boots. 

Have you need of any 
pumps. Sir? 

No, but you may take my 



Si Monsieur veut se donner 
la peine de s'asseoir, ]e vais 
lui faire essayer des bottes 
dont il aimera le modele, j'en 
suis certain. 

Je n'en veux point avec des 
bouts Carres. 

En voici dont le bout yous 
plaii'a, je pense ; c'est la der- 
niere mode. 

Peu m'importe la mode; 
je. tiens, avant tout, a me 
trouver a mon aise dans m^a, 
chaussure, et justement ces 
bottes-ci me genent afireuse- 
ment. Elles sont trop etroites 
du cou-de-p.'ed. 

C'est que j'ai oublie de 
mettre de la poudi-e et qu' elles 
n'ont pas pu bien ghsser. 

Toute la poudre du monde 
ne parviendra jamais a rendre 
ces bottes assez grandes pour 
moi. 

Monsieur a cependant le 
pied fort mignon. 

Raison de plus alors pour 
que je ne veuille pas m'estro- 
pier. 

Cette fois, Monsiem*, voila 
qui va vous chausser a mer- 
veille. Marchez un peu, s'il 
vous plait. 

{^U achetetir regarde ses hot 
tes tout en marchant.) 

Oui, elles ne me vont pas 
trop mal et elles ne me ser- 
rent pas trop pour des bottes 
neuves. 

Monsieur n'a pas besoin 
d'escarpins ? 

Kon, mais vous pouvez me 



FRENCH CONVERSATIONS. 



49 



measure for a paii- of double- 
soled boots. 

I su2Dpose, Sir, you wish 
them to be water-proof? 

Without doubt; otherwise 
I should be satisfied with 
ordinary boots or shoes. 

Have you any corns or 
bunnians, Sir ? 

'Not that I know of, but the 
instep of my left foot is a 
little higher than that of the 
right foot. 

I will pay attention to that. 

"When will you send me 
these boots ? 

To-day week, without fail 
< 

I ^ely upon you. Tou will 
bring me your biU at the same 
time, if you please. 

I will not fail. Sir. You 
io not wish to see the shppers 
they have sent me from Paris ? 

They are indeed in very 
good taste ; you may reserve 
a pair for me. 

I will put these aside for 
you, Su*. I hope you wiU be 
so kind as to recoimnend my 
store to your friends, and also 
to the ladies of your acquaint- 
ance. For gaiters, for satin 
or prunella slippers, for patent 
leather or morocco, I fear no 
competition. 

So you are both bootmaker 
and ladies' shoemaker ? 



prendre mesur e pom- une pahe 
de bottes a double semelle. 

Monsiem- deshe sans doute 
qu'elles soient impermea- 
bles? 

Sans doute ; autrement, je 
me contenterais de bottes ou 
de souliers ordinau'es. 

Monsiem* n'a point de cors 
ni d'oignons ? 

Pas que je sache ; mais 
j'ai le cou-de-pied du pied 
gauche un pen plus fort que 
celui du pied di'oit. 

J'y ferai attention. 

Quand m'enverrez-vous cet- 
te paire de bottes ? 

D'aujom-d'hui en huit, sans 
faute. 

J'y compte. Yous m'ap- 
porterez aussi votre compte, 
s'il vous plait. 

Je n'y manquerai pas, Mon- 
sieur. Yous ne voulez pas 
voir les pantoufles que I'on 
m'a adressees de Paris ? 

Elles sont vrainient de fort 
bon gout, et vous pouvez 
m'en reserver une pah-e. 

Je mettrai celle-ci de cote 
pour Monsiem*. J'esj)ere qu'il 
voudra bien recommander 
mon magasin a ses amis, ainsi 
qu'aux dames de sa conuais- 
sance. Pour les brodequins, 
pom' les souIiei*s de satin ou 
de prunelle, pour les veaux 
vernis et les maroquins, je ne 
crains aucune concurrence. 

Ainsi vous etes tout a la 
fois bottler et chausseur pour 
dames ? 



50 



FE-ENCH CONVERSATIONS. 



Yes, Sir, and I dare to 
flatter myself that I imder- 
sta^ my trade. 



Oui, Mousieur, et j'ose me 
flatter d'entendre mon etat. 



XVII. 



PAELOS FURNITURE. 

"Would you like me to show 
you our new furnitui-e ? 

Very much, indeed. 

What do you think of the 
material ? 

It is very handsome. 

Do you like the shape of 
these arm-chahs ? 

If you will allow me to 
speak frankly, I will confess 
that I think them a httle 
hea^'y. 

Does the wood look pretty 
to you ? 

Yes, it is very handsome 
rosewood. The pattern of 
your chairs is very pretty, I 
think. 

And what do you think of 
our chandehers ? 

They are very elegant. 
How many branches have 
they each ? 

Twelve, I think. 

When your candelabras 
are lighted at the same 
time with your chandeliers, 
they must give a most bril- 
liant light. 

They do, I assm'e you, and 



UN MEUBLE DE SALON. 

Voulez-vous que je voua 
montre notre nouveau meu- 
ble? 

Avec plaisir. 

Que pensez-vous de Tetofie ? 

Elle est fort beUe. 

Aimez-vous la forme de cea 
fauteuils ? 

Si vous me permettez de 
vous parler franchement, je 
vous avouerai que je les 
trouve un peu lom'ds. 

Le bois vous en parait-il 
joh ? ^ 

Oui, c'est de tres beau pa- 
lissandre. Le modele de vos 
chaises me semble aussi de 
tres bon gout. 

Et que dites-vous de noa 
lustres ? 

lis sont magnifiques. Com- 
bien de branches ont-ils cha* 
cun ? 

Douze, je crois. 

Quand vos caudelabres sonl 
allumes en meme temps que 
vos lustres, cela doit donner 
une limiiere eblouissanta 

Je vous assm'e, et comme 



FRENCH CONVERSATIONS. 



51 



as all these lights are reflected 
back by the mirrors, the effect 
is almost magical. 

You do not speak of youi" 
pictm'es ? 

What do you think of them ? 

Judging by the frames, they 
must have been very expen- 
sive. 

Yes, they are authentic ori- 
ginals. 

Are they by living or dead 
artists ? 

I could not tell you; we 
bought them at auction. 

Ah ! very well ! 

Will you not sit down on 
the sofa ? 

JS'o, thank you ; here are 
some efac/eres, loaded with 
Chinese ornaments and fancy 
articles which I wish to exa- 
mine closely. 

You can very justly admire 
them; for they were all se- 
lected by Mr. Z'^** himself. 

Indeed ! 

Those are Bohemian glasses. 

So I perceive ; and those 
porcelain articles come from 
Sevres, no doubt ? 

I believe so. These are 
some vases which my cousin 
brought from Japan. 

That is very probable. 
WiU you look this way 
now? 



toutes ces lumieres sont repe- 
tees a I'infini par les glace s des 
salons, cela forme un coup- 
d'oeil magique. 

Vous ne me parlez point 
de V03 tableaux ? 

Qu'en pensez-vous ? 

Sij'en juge par les cadres, 
Us doivent avoir un grand 
prix. 

Qui, ce sont des origmaux 
authentiques. 

De peintres vivants ou il' ar- 
tistes morts ? 

Je ne sam^ais vous dire ; 
nous les avons achetes a 1' en- 
can. 

Ah ! tres bien ! 

Vous ne voulez pas vous 
asseoir sur le canape ? 

Non, merci ; voici des eta- 
geres chargees de chinoiseries 
et d'objets de fantaisie que je 
desire examiner de tout pres. 

Oh ! vous pouvez admirer 
de confiance ; car tout cela a 
ete choisi par M. Z*** lui- 
meme. 

En verite ! 

Ce sont la des cristaux de 
Boheme. 

Je m'en apercois, et ces por- 
celaines-la sans doute viennent 
de Sevres ? 

Jepense que oui. Quanta 
ces vases, c'est mon cousiu qui 
nous les a rapportes du 
Japon. 

II n'y a pas a en douter. 

Voulez-vous maiatenant je 
ter im coup-d'oeil par ici ? 



52 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Very willingly. 

Look at my piano. 

Ah ! you have a new instru- 
ment? 

Yes, an excellent square 
piano. 

Why not a grand piano ? 

Oh ! the shape of the grand 
pianos is so ugly. 

That is true ; I did not think 
of that. 

I see you are examining 
the carpet. 

I hke the pattern very 
much. 

It is a velvet tapestry. 

Wear-sighted as I am, I had 
perceived that. 

"What do you think of the 
border ? 

It is charming, the effect is 
excellent. 

Here is a small piece of 
furniture, which was given me 
for my now year's present. 

That is an excellent place 
for it, between the two win- 
dows. 

Do you not think these 
double curtains make the par- 
lor too dark ? 

ISTot at all. 

You cannot imagine how 
much diflficuity we have had 
in finding curtains of a color 
to look well with our carpets 
and furn ture ! 

That does not astonish me ; 
but you have now the satis- 



Je ne demande pas miems. 

Regardez mon piano, 

Tiens ! vous avez achete un 
nouvel instrument ? 

Oui, un piano carre excel- 
lent, 

Pourquoi pas un pi no ,■ 
queue ? 

Oh! la forme des grands 
pianos est trop vilaine. 

C'est vrai; je n'y pensais 
pas. 

Je vols que vous examinez 
le tapis. 

Le dessin m'en plait beau- 
coup. 

C'est un tapis a haute laine. 

Tout-e myope que je suis, 
je m'en etais bien apergu-e. 

Comment en trouvez-voug 
la bordure ? 

Charmante, et d'un excel- 
lent eflfet. 

Voici le petit meuble qu'on 
m'a donne j)om' mes etrennea 

n est tres bien place entre 
ces deux fenetres. ^ 

Ke trouvez-vous pas que 
ces doubles rideaux as- 
sombrissent beaucoup le sa- 
lon ? 

IS'ullement. 

Vous ne sauriez croire la 
difficulte que nous avons 
eprouvee pour assortir la cou- 
leur de nos rideaux a celle 
de notre tapis et de notre 
meuble ! 

Cela ne m'etonne pas ; maie 
aussi, vous avez la satisfaction 



/ 



FRENCH CONVERSATIONS. 



53 



faction of ha nng parlors such 
as become persons of your po- 
sition. 



a present d'avoir un salon 
comme il convient aux per- 
sonnes de yotre importance. 



XVIII. 



THE DOLL. 



LA POUPEE. 



You have come to play 
with the doll, have you not ? 

Yes. See, I have brought 
the one -^hich vras given me 
for my New-Year's present. 

Oh ! how pretty it is ! 

Do you think so ? 

It is charming, indeed. 

I have long wanted one like 
that. 

What is it made of ? 

Of porcelain. And yours? 

Mine has a wax face and 
arms. 

It is also very handsome. 

Has yom* doll an outfit ? 

A complete outfit : dresses, 
tippets, scarf, mantilla, shawl, 
girdles, shoes, stockings — 
every thing. 

Show me all that. 

If you wish, we will di'ess 
it in its best clothes ? 

I should like nothing better. 
Has it several suits ? 

Certainly : morning dress, 
robe de chambre, or simple 



Tu viens jouer a la poupee, 
n'est-ce pas ? 

Oui. Vols, j'ai apporte celle 
qu'on m'a donnee pour mes 
etrennes. 

Oh ! comme elle est jolie ! 

Tu trouves ? 

Elle est vraiment char- 
mante. 

II y avait longtemps que 
j'en desirais une comme cela. 

En q-uoi est-elle ? 

En porcelaine. Et la tienne ? 

La mienne, a moi, a la fi- 
gure et les bras en cire. 

Elle est tres belle aussi 

Ta poupee a-t-elle un trous- 
seau? 

Un trousseau complct : 
robes, pelerines, echarpe, man- 
telet, chale, ceintures, souliers, 
bas, et le reste. 

Montre-moi tout cela. 

Si tu veux, nous allons lui 
faire sa grande toilette ? 

Je ne demande pas mieux. 
Est-ce qu'elle en a plusieurs ? 

Certainement : toilette du 
matin, robe de chambre de ri- 



54 



FRENCH CONVERSATIONS. 



neglige ; city dresa, concert 
di'ess, and ball dress. 

Your doll is very dressy, 
then? 

Do not speak of it : these 
fashionable people have com- 
pletely turned her head. 

Well, I see she is spoiled 
by bad example. 

It is so contagious ! "Would 
you believe that the other day 
she wished to use rouge ? 
{Speaking to the doll.) Pie ! 
Miss! 

Is it not very ugly ? I 
scolded her well, I assure you. 

My doll is more reasonable 
than yours. 

She looks so. She holds 
herself as stiff as a poker. 

Do not joke her too much, 
because she has a bad dispo- 
sition. 

She is not reasonable then, 
as you pretended. ISTo matter. 
Let us dress her, and we shall 
see if she is not as coquettish 
as the others. 

Will you lend me this straw 
hat? 

Does it fit her nicely ? 
K"o, the front is too open. 

Here is one which is smaller 
in the head, and shorter at the 
ears. 

It fits her perfectly. 



gueur, ou simple neglige ; toi 
lette de ville, toilette de cod, 
cert, et toilette de bal. 

Elle est done bien coquette, 
ta poupee ? 

Ne m'eu parle pas lea 
femmes a la mode lui ont 
tourne la tete. 

Aliens, je vois qu'elle est 
gatee par le mauvais exem- 
ple. s. . 

II est si contagieux ! Ctoi- 
rais-tu que I'autre jom- elle 
voulait mettre du rouge ? 
{Parlant a la poupee^ Fi ! 
Mademoiselle ! 

IST'est-ce pas que c'est fort 
laid? oh! va, je I'aibien gron- 
dee. 

Ma poupee est plus raison- 
nable que la tienne. 

On le voit bien a son air. 
EUe se tient droite comme un 
piquet. 

K'e la plaisante pas trop, 
parce qu'eUe a un mauvais 
caractere. 

Elle n'est pas raisonnable 
alors, ainsi que tu le pre ten- 
dais. N'importe. HabiUons- 
la, et nous verrons bien si elle 
n'est pas aussi coquette que 
les autre s. 

Veux-tu me prefer ce cha 
peau de paille ? 

Lui va-t-il comme il faut \ 

ISTon, la passe en est trop 
ouverte. 

En voici un autre dont la 
forme est plus petite, et la 
passe moins basse. 

II lui sied a ra^dr. 



PBENCH CONVERSATIONS. 



55 



"What do you tkink of this 
• barege dress ? 

The pattern is beautiful ; 
but I should have liked it 
quite as well with one or two 
folds, as with these three 
flounces. 

Yoiu' doll's dre?s is simple 
and in very good taste ; only 
it seems to me a little too 
long. 

You do not like dresses 
with a train, then ? 

They only serve to gather 
ap the dust. 

ITow that our children are 
dressed, let us take them out 
to walk. 

Yes, these dear children 
need to breathe the fresh air ; 
it will do them good. 

Has your doll taken her 
parasol ? 

See, she is holding it in her 
hand, and is preparing to open 
It. 

{Speaking to the doll) 
Come, Miss, give your hand to 
your friend, and do not Avalk 
like a Mttle fool. {They make 
their dolls lualk.) 

Do you know, my dear 
friend, that both of them are 
really very pretty, and that 
they do us honor? 

But then, what trouble we 
have had to teach them ! 



Comment trouves-tu cette 
robe de barege ? 

Le dessin en est charmant ; 
mais je I'aimerais autant avec 
un ou deux biais qu'avec ces 
trois volants. 

La robe de ta poupee est 
simple et de fort bou gout; 
elle me jDarait seulement un 
peu longue. 

Tu n'aimes pas les robes a 
queue, alors ? 

Cela ne sert qu'a ramasser 
la poussiere. 

Maintenant que voila nos 
filles coiffees et habillees, 
aUons les promener. 

Oui, ces cheres enfants ont 
besoin de respirer le grand ak; 
cela leur fera du bien. 

Ta poupee a-t-elle pris son 
ombrelle ? 

Regarde, elle la tient a sa 
main, et se dispose a I'ouvrir. 

{Parlant a sa poiipee.) 
Aliens, Mademoiselle, donnez 
la main a votre amie, et ne 
marchez pas commeune petite 
6cervelee. {Elles font mar- 
cher leurs poicpees.) 

S;ns-tu, ma chere amie, 
qu' elles sont vraiment gen- 
tilles toutes les denx, et 
qu' elles nous font honneur ? 

Mais aussi, quel mal nous 
nous sommes donne pour leur 
education ! 



56 



FE.ENCH CONVERSATIONS. 



XIX. 



THE DENTIST. 

I A},t suffering dreadfully 
■with this tooth, Sir, 

Sit down, I pray you. I 
am going to examine to see 
what is the matter. 

It is that tooth on the 
right. 

Oh ! the whole jaw is in a 
dreadful condition. 

Is it, indeed ? 

Besides the tooth which 
troubles you, I perceive seve- 
ral others decayed. 

Is there no remedy ? 

If 5^ou will trust me, you 
will allow me to fiU this 
tooth. 

"Will it be very painful ? 

You will not feel it. 

We shall see. 

Lean your head against the 
back of the chair, and open 
your mouth well. 

Oh ! Oh ! 

There, it is done. All the 
decayed j)art of the tooth is 
removed, it has only to be 
fiUed now. 

Will that take long ? 

Only a few moments. 

What do you put at the 
bottom of the hole ? 

A little cotton. 

With what do you fill it ? 

With gold ; that lasts the 
longest. 



LE DENTISTE. 

Monsieur, je souffre horri- 
blement de cette dent. 

Asseyez-vous, je vous prie. 
Je m'en vais examiner ce que 
c'est. 

C'est cette dent a droite. 

Oh ! vous avez toute la ma 
choire dans un etat affreux. 

En verite ? 

Outre la dent qui vous fait 
mal, j'en apercois plusieurs 
encore de gatees. 

Cela vous parait-il sans re- 
mede? 

ISTullement, et, si vous m'en 
croyez, vous allez me laisser 
vous plomber cette molaire. 

Sera-ce bien doulom-eux ? 

Yous ne le si^ntirez pas. 

K"ous aliens bien voir. 

Appuyez-vous la tete cen- 
tre le dos du fauteuil et ou- 
vrez bien la bouche. 

Aie ! Aie ! 

La, c'est fini. Toute la 
partie cariee de la dent est 
enlevee a present, et il ne me 
reste plus qu' a la plomber. 

Cela dm-era-t-il longtemps ? 

Quelques minutes a peine. 

Que mettez-vous au fond 
du trou de ma dent ? 

Un pen dc coton. 

Avec quci plombez-v^^ si? 

Avec de )\ r ; c'est cc >'\i'il 
y a de plus LNalt^rable. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



57 



But it is not the least ex- 
pensive. 

You ought not to regret 
money given to the dentist ; 
for he gives you true dia- 
monds in exchange. 

You are jesting, I think. 

Not at all; and Jean 
Jacques Rousseau was of my 
opinion. 

How so ? 

Has he not said : A tooth 
is loorth more than a dia- 
mond ? 

"Without doubt; but he 
meant to speak of teeth 
necessarily incorruptible by 
their nature, and not of those 
used by dentists. 

Yom'3 now wiR be better 
than a new one. 

That is not my opinion;^ 
but what can't be cm*ed must 
be endured. 

As for this incisor, to file it 
a little will be sufficient to put 
it in a good condition. 

That is a painful oj)eration, 
which will make me very 
nervous. 

If you are too tired, we can 
put it off till to-morrow. 

ZSTo, I prefer having done 
with it at once. 

Do not bring your upper 
and lower jaw so close to- 
gether. 

Oh! it is very painful to 
the nerves. 

There ! it is done 



Mais non de moins dispen- 
dieux. 

II ne faut pas regretter 
I'argent qu'on donne au den- 
tiste; celui-ci d'aillem's vous 
donne en echauge de vrais 
diamants. 

Vous plaisantez, je pense. 

NuUement ; et Jean 
Jacques Rousseau etait de 
mon avis. 

Comment cela ? 

N'a-t-il pas dit : TJne dent 
vaut mieiix quhin diamant ? 

Sans doute ; mais il voulait 
parler des dents essentielle- 
ment inalterables de leur na- 
ture et non de celles a I'usage 
des dentistes. 

La votre a present vaudra 
mieux qu'une neuve. 

Ce n'est point mon avis ; 
mais il faut savoir se nlsigner 
a ce qu'on ne pent empecher. 

Quant a cette incisive, il 
me suffii'a de la Hmer un peu 
pour la remettre en bon etat. 

C'est une operation doolou- 
reuse et qui va m'agacer les 
nerfs. 

Si vous etes trop fatigue-e, 
nous pouvons differ er jusqu'a 
domain. 

Won, je prefere en finir tout 
de suite. 

[N'e rapprochez pas tant la 
machoire d'en haut de cello 
d'en bas. 

Oh ! c'est tres agagant. 

Yoila qui est fait. 



58 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Unfortunately, there still 
remains that dreadful large 
tooth to extract. 

Do not move, it is the 'work 
of a second. 

You have cut my gums 
cleverly. 

Let us see, then. (He pulls 
out the tooth.) 

Oh ! you have hm-t me 
dreadfully. 

'Not at all. Look at the 
two enormous roots which 
your tooth had. 

Yes, it was very firm. 

Wash your mouth well 
with this water ; it wiU heal 
your gums. 

I hope it is done now. 

Allow me to recommend to 
you this tooth-powder for 
your daily use. 

It is of your composition ? 

Yes, and also these artifi- 
cial teeth of a new kind : 
without smell, incorruptible. . . 

They are worth more than 
diamonds, are they not ? 

ISTo mistake about it. 

I am too polite to contra- 
dict you ; but I hope sincere- 
ly I shall never have to make 
trial of them. 



Malheureusement, il reste 
encore cette afii-euse grosse 
molaire a arracher. 

Ne bougez pas, c'est 1' affaire 
d'urie seconde. 

Vous m'avez lestement 
coupe les gencives. 

Voyons done, (i? arrache 
la de7it.) 

Oh ! vous m'avez fait un 
mal abominable ! 

Du tout. Regai-dez les 
deux enormes racines qu'avait 
votre dent. 

Oui, elle tenait forme. 

Rincez-vous bien la bouche 
avec cette eau ; elle vous raf- 
fermira les gencives. 

J'espere qua present c'est 
fini? 

Permettez-moi encore de 
vous recommander cette pou- 
dre dentifrice pour votre 
usage journalier. 

Elle est de votre composi- 
tion? 

Oui, ainsi que ces dents 
artificielles d'un nouveau gen- 
re : inodores, inalterables. . . 

EUes valent mieux que des 
diamants, n'est-ce pas ? 

Sans aucun doute. 

Je suis trop poli-e pour 
vous contredire ; mais je de- 
sire vivement n'avoir point h 
en faire I'experience. 



FRENCH CONVERSATIONS, 



59 



AT A MILLINER S. 



CHEZ UNE MARCHANDE DE 
MODES, 



I HAVE been told that you 
have received some new 
fashions. 

Yes, Madam, they have just 
sent me an assortment of 
beautiful articles from Paris. 

How do they wear the hats 
ihis season ? 

A Httle off the head. Will 
you try on this one, Madam, 
I think it will fit you per- 
fectly. 

I like the shape well enough. 
But yellow becomes me bet- 
ter than this color. 

Tou are right, Madam, and 
here is a bonnet which will be 
very becoming. 

Let us see. (She tries on 
the bonnet.) It fits me very 
well. How much do you ask 
fbrit? 

I will give it you. Madam, 
at a most reasonable price. 

Well, but for how much ? 

For you. Madam, it will be 
only ten dollars. 

At that price, I 

You take it without hesi- 
tating. 

On the contrary, I leave it 
you. 

Here is another, Madam, 
which I can let you have for 
six dollars. 



On m'a dit que vous aviez 
regu des modes nouvelles. 

Oui, Madame, on vient de 
m'envoyer de Paris un assor- 
timent d'articles delicieux 

Comment porte-t-on les 
chapeaux cette saison ? 

Degageant un pen la tete. 
Si Madame veut essay er celui- 
ci, je crois qu'il lui ira parfaite- 
ment. 

J'en aime assez la forme ; 
mais le jaune me sied mieux 
que cette couleur. 

Madame a raison, et voici 
une capote qui lui siera a 
ravir. 

Yoyons. [Elle essaie la 
capote) EUe me va vraiment 
tres bien. Combien en de- 
mandez-vous ? 

Oh ! Madame, je vous la 
passerai au plus juste prix. 

Mais encore, a combien ? 

Pour vous, Madame, ce sera 
dix piastres seulement. 

A ce prix-la, je 

Vous la prenez sans hesiter. 

Du tout, je vous la laisse. 

En voici une autre, Ma- 
dame, que je pourrais vous 
laisser a six gourdes. 



60 



PRENCH CONVERSATTONS. 



I can readily believe that, 
it is all faded. 

If you can be contented 
with a straw hat, Madam, I 
have some there which will 
please you, I hope. 

For how much will you sell 
me this one ? 

Madam wiH observe that it 
is ornamented: with a bouquet 
of field flowers. But as I 
desu-e that she should give 
me her custom, I wiU let her 
have it at seven dollars. 

Does it fit me well ? 

It could not be better, 

I now wish to purchase 
some head-dresses. 

Here is quite a new style, 
and which I can pai-ticularly 
recommend to you, Madam. 

No, I prefer that httle cap 
ornamented with marabouts. 

I have just sold it this 
morning. However, if Madam 
wishes, I can make her one 
like it. 

Upon reflection, I beheve 
that I will content myself with 
that which you first offered 
me. 

Madam has good taste, I 
see. "Will she not buy some 
artificial flowers ? Batton and 
Nattier have just sent me 
some charming ones. 

I think these pretty enough. 
Can you make me a complete 
trimming of them ? 

Here is one in this box. 



Je le crois sans peine, ella 
est toute fanee. 

Si Madame voulait se con- 
tenter d'un chapeau de 
paille, j'en ai la qi:i lui plai- 
ront, je I'espere. 

Combien me vendrez-vous 
celui-ci ? 

Madame remarquera qu'il 
est orne d'un bouquet de 
fleurs des champs. Mais com- 
me je desire quelle me donne 
sa pratique, je le lui cederai 
a sept piastres. 

Me va-t-il bien ? 

On ne peut pas mieux. 

Je deshe maintenant faire 
emplette de quelques coif- 
fures. 

Yoici un genre tout nou- 
veau et que je recommande 
particuherement a Madame. 

Nou, je prefere ce petit 
bonnet orne de marabouts. 

n est vendu depuis ce ma- 
tin. Toutefois, si Madame 
veut, je pourrai lui en faire 
un sur le meme modele. 

Reflexion faite, je crois que 
je me contenterai de la coif- 
fure que vous m'aviez d'abord 
offerte. 

Madame a bon gout, je 
le vols. Est-ce quelle ne 
m'achetera pas de fleurs arti- 
ficielles ? Batton et Nattier 
viennent de m'en envoyer de 
ravissantes. 

Je trouve ceUes-ci assez 
johes. Pouvez-vous m'en for- 
mer une parure complete ? 
En voici dans ce carton une 



FRENCH CONVERSATIONS. 



61 



which, I doubt not, mil suit 
you, Madam. 

What is the price of it ? 

Eight dollars only. See, 
Madam, ho"W graceful this 
garland is, and how beauti- 
fully these bouquets will look 
to loop up the second skirt. 

I would like some ribbons 
also. 

Let me recommend this 
style to you, then ; it is very 
much worn. 

Perhaps so, but it is very 
ugly._ 

This, doubtless, will suit 
you better. 

That will do. How much 
do I owe you ? 

Twenty-three dollars. "Will 
you have nothing else, Ma- 
dam? 

'No, I make my escape ; 
otherwise I should leave you 
the bottom of my purse. 

Oh ! if it would be agree- 
able, I will open an account 
with you, Madam. 

Not at all, no accounts, if 
you please ; it is a detestable 
and ruinous habit. 



qui conviendra j, Madame, je 
n'en doute pas. 

Quel en est le prix ? 

Huit piastres seulement. 
Yoyez, Madame, comme cette 
guirlande est gracieuse et 
comme ces bouquets feront bon 
effet pour relever la secoude 
jupe. _ 

Je desu-erais aussi quelqueg 
rubans. 

Que Madame alors me per- 
mette de lui recommander ce 
dessin : on le porte beaucoup. 

Peut-etre bien, mais il est 
fort laid. 

Celui-ci sans doute convien- 
di'a mieux a Madame. 

J'en ferai mon affaire. 
Combien vous dois-je en tout ? 

Yingt-trois piastres. Ma- 
dame ne desire rien autre 
chose ? 

'Non, je me sauve ; autre- 
ment je vous laisserais le fond 
de ma bom'se. 

Oh ! poui" pen que cela soit 
agreable a Madame, je lui 
ouvrirai un compte. 

Du tout, point de comptes, 
s'il vous plait : c'est une de- 
ip.stable et ruineuse habitude 



62 



FRENCH CONVERSATIONS. 



XXL 



A PLAY HOUR. 

Henri, do come here. 

What do you want, Charles ? 

I want to propose to you 
to play a game of marbles. 

I do not like to play mar- 
bles. 

Would you prefer to roll 
the hoople ? 

I should like nothing better 
than to run with you and to 
pass my hoop within yours, 
but I broke it this morning. 

How did you do that ? 
I do not know ; it broke of 
itself. 

Can it not be mended ? 

I have tried, but without 
success. 

I told you, indeed, that you 
were wrong in buying a 
wooden hoople. 

You are right; the next 
time I will buy an iron one 
like yours. 

It is much more lasting, 
and it rolls better also, I 
think. 

Yes, but it is much more 
heavy. 

To hear you one would say 
that you were speaking of 
rolhng a mountain. 

You always exaggerate ; 
but I see no necessity for fa- 
tiguing myself in playing. 



UNE RECREATION. 

Henri, viens done par ici. 

Que vfcux-tu, Charles ? 

Je veux te proposer de 
faire une partie de billes. 

Je n'aime pas a jouer aux 
billes. 

Prefer es-tu jouer au cer- 
ceau? 

Je ne demanderais pas 
mieux que de courir avec toi 
et de fake passer mon cer- 
ceau dans' le tien, mais je I'ai 
casse ce matin. 

Comment t'y es-tu pris ? 

Je ne sais pas ; il s'est casse 
tout seuL 

Est-ce qu'on ne pent pas le 
raccommoder ? 

J'ai essaye, mais sans suc- 
ces, 

Je t'avais bien dit que tu 
avals tort d'acheter un cer- 
ceau en bois. 

Tu as raison ; la prochaine 
fois j'en acheterai un en fer, 
comme le tien, 

C'est bifen plus solide et 
celaroule mieux aussi,je crois. 

Oui, mais c'est bien plus 
lourd. 

On dii'ait, a t'entendre, 
qu'il s'agit de faire rouler une 
montagne. 

Tu exageres toujours, toi; 
mais je ne vois pas la neces- 
site de me fatiguer en jouant 



FRENCH CONVERSATIONS. 



63 



Then you do not •wish to 
play ball ? 

No, that blisters my hands. 

What, are you a dandy ? 

I am not more of a dandy 
than you. 

Eut you are very proud of 
your -white skin. 

I like better to have white 
hands than great ugly red 
hands. 

Let me see, in earnest, 
what are we going to play ? 

Graces or battledore, if you 
like. 

Those are girls' plays. 

What difference does that 
make, if they amuse us ? 

Have you good battledores, 
at least ? 

They are excellent. 

Yes, but you have not a 
shuttlecock that is any way 
tolerable. 

Here is one which has all 
its feathers. 

It is worth nothing either. 

Since you are not disposed 
to play battledore or graces, 
I mil go away. 

Where are you going ? 

To finish my kite. 

What, are you making a 
kite? 

L was just finishing one 
when you called me. 

Is your kite large ? 

It will be three feet long. 



Alors tu ne veux pas jouer 
a la balle elastique ? 

Won, cela me dorme des 
durillons aux mains. 

Comme tu es petite-mai- 
tresse ! 

Je ne suis pas plus petite- 
maitresse que toi. 

Non, mais tu es tres fier de 
ta peau blanche. 

J'aime mieux avoir les 
mains blanches, que de grosses 
vilaines mains rouges. 

Voyons, decid^ment, a quoi 
allons-nous jouer ? 

Aux graces ou a la raquette, 
si tu veux. 

Ce sont la des jeux de de- 
moiselles. 

Qu'est-ce que cela fait, s'ils 
nous amusent. 

As-tu de bonnes raquettes 
au moins ? 

Elles sont excellentes. 

Qui, mais tu n'as pas un 
seul volant de passable. 

En voici un qui a toutes 
ses plumes. 

n ne vaut rien non plus. 

Puisque tu n'es pas dispose 
ajouer au volantni aux graces, 
je m'en retourne alors. 

Ou vas-tu ? 

Achever mon cerf-volant. 

Tiens, tu fais une ecoufle ? 

J'en finissais une quand tu 
m'as appele. 

Est-ce que ton cerf-volant 
est grand ? 

n aura trois pieds de long. 



64 



FRENCH CONVERSATIONS. 



What color is it ? 

Come and see it, and you 
can help me finish it. 

Very well, and I can give 
you all the twine I have, so 
■that it may fly higher. 

Do you think this tail mil 
be long enough ? 

It would not be amiss to 
lengthen it a little. 

When I have pasted these 
beautiful drawings upon my 
kite, it will be pretty, will it 
not? 

It is superb. 

We have now only to fas- 
ten on the wings and the taU. 

It is finished : let us go and 
fly it now. 

Hold it well, and try not to 
let it fall on its face. 

There, it is off ! Hurrah ! 
I will run quick for my twine 
to add it to yours. 



De quelle couleur est-il ? 

Viens le voir, et tu m'ai- 
deras a le terminer. 

Tu as raison, et je te don- 
nerai tout ce que j'ai de ficelle, 
afin qu'il puisse voler plus 
haut. 

Crois-tu que cette queue 
soit assez lougue ? 

II n'y aurait nul inconve- 
nient a I'aUonger encore un 
peu. 

Quand j'aurai colle ces 
beaux dessins sur mon cerf- 
volant, il sera joH, n'est-ce 
pas? 

II est superbe. 

IS'ous n'avons plus mainte- 
nant qu'a attacher les oreilles 
et la queue. 

C'est fini. Allons le lancer 
a present. 

Tiens-le bien et tache qu'il 
ne retombe pas sm* le nez. 

Le voila parti ! Bravo ! 
Je cours vite chercher ma fi- 
celle pour I'ajouter a la 
tienne. 



XXII. 



NEEDLE WORK. 

You have brought your 
knitting, I see ? 

Yes, it is a scarf I am knit- 
img. I have only one more 
row tci knit before binding off. 



OITVRAGES A L AIGUILLE. 

Tu as apport6 ton tricot, a 
ce que je vols ? 

Oui, c'est une echai-pe^ue 
je finis ; il ne me reste plus 
qu'un rang a tricoter avant de 
clore. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



65 



Oh ! see, you have dropped 
a stitch. 

Be it so, I have no desii'e to 
begin again. 

Would you hke me to show 
you the different pieces of 
needle- work with which I am 
now occupied ? 

Very much. What have 
you in that frame ? 

It is an arm-chair, that I am 
embroidering for my father. 

Where did you buy your 
canvas ? 

It is not canvas ; it is black 
cassimere, on which I have 
had traced a bouquet of blue- 
bottles, wild poppies, and ears 
of corn. 

And how are you going to 
embroider that ? 

Like tambour work em- 
broidery. 

That will be very pretty. 

And not very tedious to do, 
a double advantage. 

I perceive something yon- 
der on your work-table. 

That is tulle, to embroider 
me a mantilla ; help me to 
choose a pattern. 

Ah ! I see that your pat- 
terns are all for transferring. 

Yes, and here is the muslin 
which I am going to use for 
that purpose. 

This spotted filUng up 
pleases me much ; I prefer it 
to those heavy garlands. 

You seem to disdain this 
large rose. 



Oh ! vois, tu as laiss^ couler 
une maille. 

Tant pis, je n'ai pas envie 
de recommencer. 

Veux-tu que je te montre 
les divers ouvrages que je suia 
en train de me faire ? 

Volontiers. Qu'as-tu la sur 
ce metier ? 

C'est un fauteuil que je 
brode pour mon pere. 

Ou as-tu achete ton cane- 
vas? 

Ce n'est pas du canevas ; 
c'est du casimir noir sur lequel 
j'ai fait dessiner un bouquet 
de bluets, de coquelicots et 
d'epis de ble. 

Et comment vas-tu broder 
cela ? 

Comme la broderie au pm- 
metis. 

Ce sera tres joli. 

Et pas long a fahe, double 
avantage. 

J'apercois la-bas quelque 
chose sur ta table a ouvrage. 

C'est du tulle pour me bro- 
der une pelerine ; aide-moi d 
choisk un dessin. 

Ah ! je vois que tons tea 
desains doivent etre brodes en 
application. 

Oui, et voici la moussehne 
dont je compte me servu' pom- 
cela. 

Ce seme me plait beaucoup ; 
je le prefer e a ces lourdes 
guirlandes. 

Tu sembles faire fi de cette 
rosace. 



66 



FRENCH CONVERSATIOJSb 



Ifot at all ; I think it very 
pretty. 

I intend to braid it. and 
make a cushion of it. 

Yellow braid upon dark 
blue velvet would have an 
excellent effect, I think. 

Those are your favorite co- 
lors, are they not ? 

I know what makes you 
say that ; you remember the 
slippers which I showed you 
last week. 

The blue of the ground- 
work is of a very pretty 
ihade. 

Tell me, have you seen Sa- 
rah's screen ? 

It is Hke the work of a fairy. 

What is it ? 

It represents Moses rescued 
from the waters. 

Is it well drawn ? 

It is not only weU drawn, 
but her worsteds are perfectly 
well shaded. 

Does she use worsteds 
only ? 

The faces are worked in 
silks, and the garment of 
Pharaoh's daughter in che- 
nille. 

That must be magnificent. 

But what patience it re- 
quires ! 

Does she take up only a sin- 
gle thread ? 

Certainly and her canvas 
is ahnost as fine as Berlin 
canvas. 

Then I wish her good cou- 
rage. As for me, my patience 



Du tout, je la trouve fort 
joHe. _ 

J'ai r intention de la souta 
cher pour fau'e un coussin. 

Une soutache jaune sur du 
velours gros bleu serait, je 
crois, d'un excellent effet. 

Ce sont la tes coulem's favo- 
rites, n'est-ce pas ? 

Je sais ce qui te fait dii'e 
cela ; tu te souviens des pan- 
touiies que je t'ai montrees la 
semaine derniere. 

Le bleu du fond en est d'une 
tres joUe nuance. 

Dis-moi, as-tu vu I'ecran de 

Sara? 

C'est un travail de fee. 

Comment est-il ? 

n represente Moise sauve 
des eaux. 

Est-ce bien dessine ? 

IS'on seulement c'est tres 
bien dessine, mais ses laines 
sont parfaitement nuancees. 

Elle ne se sert que de 
laines ? 

Les figures sont en sole, et 
la robe de la fille de Pharaon 
en cheuiUe. 

Cela doit etre magnifique. 

Mais quelle patience cela 
demande 1 

Elle brode done au petit 
point ? 

Certainement, et son cane- 
vas est presque aussi fin que 
du canevas de Berlin. 

Alors je lui souhaite boD 
courage. Pour moi, ma pa- 



FRENCH CONVERSATIONS. 



67 



permits me to undertake only 
purses in crotchet stitch, a bag, 
a lamp mat, children's socks, 
or any other trifle of that kind. 



If you Kke, I ■will teach you 
to make artificial flowers of 
wax or of paper. 

I ask nothing better ; that 
must be very entertaining. 

"We will fill this flower- 
stand, which we wiU send to 
my cousin to make him forget 
my Calif ornian pm-se. 

How ! your pm-se which he 
made so much fun of? 

Yes, but at last he thought 
it so pretty, that he asked me 
for it : but the first day he 
used it, do you know what 
happened to it ? 

No. 

"Well ! he lost it. 



tience ne me permet d'entre- 
prendre que des boui'ses au 
crochet, un sac, un dessous de 
lampe, des chaussons d' enfant 
ou toute autre bagatelle de ce 
genre. 

Si tu veux, je t'apprendrai 
a faire des fieurs artificielles 
en cire ou en papier. 

Je ne demande pas mieux, 
cela doit etre tres amusant. 

IS'ous remplirons cette jar- 
diniere, que nous enverrons 
a mon cousin pour lui faire 
oubher ma bourse Califoi 
nienne. 

Comment ! ta bourse dont 
il se moquait tant ? 

Qui, mais il a fini par la 
trouver si joUe qu'il me I'a 
demandee : or, le premier jour 
qu'il s'en est servi, sais-tu ce 
qui lui est anive ? 

Non. 

Eh bien ! il I'a perdue. 



XXIIL 



tsb touxg clerk and the 
old merchant. 



LE JEUNE COMMIS ET LK 
VIEUX NEGOCIANT. 



I READ in the paper, sir, 
that you were in want of a 
clerk. 

How! you already know 
of my advertisement ? 

Yes, Sir, and I hope to 
suit you. 



J'ai lu dans le journal, 
Monsieur, que vous aviez be- 
soin d'un commis. 

Comment ! vous avez deja 
connaissance de mon annonce ? 

Oui, Monsiem-, et j'espere 
vous convenir. 



68 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Have you already been em- 
ployed in any commercial 
house ? 

1^0, Sir, not yet. 

Then how can you hope to 
suit me ? 

My father has given me 
lessons, and has initiated me 
in the duties which I shall 
have to perform as clerk. 

Your name, if you please. 

My name is Henry ***. 

Ah, very well. Does your 
father stiU live here ? 

Yes, Sir, and I Uve with 
him. 

The name you bear is are- 
commendation, undoubtedly, 
but that is not enough. 

I know it. So I have taken 
the hberty of bringing you a 
specimen of my writing, Sir. 

Let us see, is it handsome ? 

[Giving a writing book.) If 
it is not handsome, it is at 
least legible, is it not ? 

I think it very suitable. 
Do you cast up accounts 
well ? 

I have studied mathematics 
several years. 

That is not always a rea- 
son for being good at arith- 
metic. 

You are quite right. Sir; I 
think, however, that without 
vanity, I have a right to con- 
sider myself a good mathe- 
matician. 



Avez-vous deja travaille 
dans une maison de com- 
merce ? 

Non, Monsieur, pas encore. 

Alors comment pouvez- 
vous esperer me convenir ? 

Mon pere m'a donne des 
legons et m'a initie aux de- 
voirs que j'aurai a remplir 
comme commis. 

Votre nom, s'il vous plait ? 

Je m'appelle Henri ***. 

Ah ! tres bien. Monsieior 
votre pere demeure-t-il tou- 
jour s ici ? 

Oui, Monsieur, et je de- 
meure chez lui. 

Le nom que vous portea 
est sans doute une recomman- 
dation ; mais cela ne suffit pas. 

Je le sais. Aussi, Monsieur, 
ai-je pris la liberte de vous 
apporter de mon ecriture. 

Voyons, est-elle jolie ? 

{Remettant un cahier.) Si 
elle n'est point jolie, du moins 
elle est hsible, n'est-il pas 
vrai ? 

Je la trouve tres convena- 
ble. Comptez-vous-bien ? 

J'ai etudie les mathema- 
tiques pendant plusieurs 
annees. 

Ce n'est pas toujours une 
raison pour etre fort en arith- 
metique. 

Vous avez parfaitement 
raison. Monsieur. Je crois 
pourtant, sans vanite, avoir le 
droit de me considerer comme 
un bon mathematicien. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



69 



Do you know how to com- 
pute a rate of interest ? 

That is a very simple pro- 
cess. 

We shall see. How much 
would six hundi'ed dollars, at 
one per cent, a month, amount 
to in sixty days ? 

A very good interest. 

But how many dollars ? 
Here, take a pen and paper. 

Oh! that is quite useless, 
Sir ; I know that twice six are 
twelve. 

Do not be offended, my 
young friend, that I have 
asked you an elementary 
question. 

Far from that, Sir, I thank 
you for the indulgence with 
which you seem to question 
me. 

Do you know anything of 
book-keeping ? 

My father has taught me 
book-keeping by single entry 
and by double entry. 

You appear to me very 
yoimg, however. 

I shall be eighteen years 
old next April. 

And you have never been 
in an office ? 

N'o, Sh ; because my father 
wished to complete my edu- 
cation himself before allow- 
ing me to choose a vocation. 

You give promise of great 
decision of character. 

I am not ignorant, Sir, that 



Savez-vous fairs une rdgle 
d'interet ? 

C'est la moindre des chcees, 

K"ous aliens voir, Combien 
six cents piastres a un pour 
cent par mois rapporteraient- 
eUes en soixante jours ? 

Un fort bon interet. 

Mais combien de piastres ? 
Tenez, prenez une plume et 
du papier. 

Oh ! c'est bien inutile. Mon- 
sieur ; je sais que deux fois 
six font douze. 

'Ne vous offensez pas, mon 
jeune ami, de ce que je vous 
ai adresse une question ele- 
mentaire. 

Bien loin de la, Monsieur, et 
je vous remercie de I'indul- 
gence avec laquelle vous sem- 
blez m'interroger. 

Connaissez-vous un pen la 
tenue des livres ? 

Mon pere m'a enseigne la 
tenue des Uvres en partie sim- 
ple et en partie double. 

Vous me paraissez bien 
jeune encore cependant. 

J'aurai dix-huit ans au mois 
d'Avril prochain. 

Et vous n'avez jamais ete 
dans un bureau ? 

N'on, Monsieur ; parce que 
mon pere a voulu completer 
lui-meme mon education, 
avant de me laisser choisir 
une caiTiere. 

Vous annoncez une per- 
sonne d'un esprit decide. 

Je n'ignore pas. Monsieur, 



70 



FRENCH CONVERSATIONS. 



indecision is very injurious to 
a merchant. 

That is true. Well, young 
man, I think we can make an 
arrangement together. 

I should esteem myseK 
very fortunate. Sir. 

It remains to know whether 
you wiU consent to sweep my 
store ? 

Your pardon, Sir, I am 
ready to copy letters, to run 
of errands, to make myself as 
useful as possible, but . . . 

But it seems below your 
dignity to sweep a counting- 
house ? 

I consider that the business 
of a servant, or of the person 
who takes charge of the 
store. 

With that exception, will 
you do all that I require of 
you ? 

I shall endeavor to give 
you full and entne satisfac- 
tion. 

You have not told me what 
are your expectations. 

I cannot have any. Sir, till 
I have given you proofs of my 
capacity. 

That is a very proper way 
of talking. 

I hope, Sir, that you will 
not refuse me a good salary, 
if I answer your expecta- 
tions ? 



que I'indecision dans le carac- 
tere nuit beaucoup a un nego- 
ciant. 

C'est vrai. Voyons, jeune 
homme, je crois que nous 
nous arrangerons ensemble. 

Je m'en estimerais heureuE. 
Monsieur. 

Reste a savon si vous con- 
sentii'ez a balayer mon maga 
sin ? 

Pardon, Monsieur, je suis 
dispose a copier des lettres, a 
faire des courses, a me ren 
dre utile tant que je pourrai, 
mais . . . 

Mais il vous semble au des- 
sous de votre diguite de ba- 
layer un comptoir ? 

Je trouve que c'est I'affaire 
d'un domestique ou du garde- 
magasin. 

A cela pres, ferez-vous tout 
ce que je demanderai l 

Je m'efforcerai de vous 
donner pleine et entiere satis- 
faction. 

Vous ne m'avez pas dit 
quelles sont vos pretentions ? 

Je ne puis en avoir, Mon- 
£ieur, tant que je ne vous au- 
ral pas fourni de preuves de 
ma capacite. 

Voila qui s'appelle parler. 

J'espere, Monsieur, que 
vous ne me refuserez pas de 
bons appointements, si je re- 
ponds a ce que vous attendee 
ae moi? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



71 



You can rely upon it, and 
from this time you may con- 
sider yourself employed in 
my house. 



Vous pouvez y compter et 
des a present vous considerer 
comme attache a ma maison. 



XXIV. 



IN THE STREET. 

Oh ! come to the window 
and look. 

What is happening, pray ? 

The street is full of people. 

That is nothing extraordi- 
nary. 

But they seem to be expect- 
ing something. 

When that something ap- 
pears, it "will be quite soon 
enough to look. 

It is the menagery. I per- 
ceive a triumphal car. 

It is not worth while to 
move for that. 

You are mistaken ; the car 
is magnificent. 

By how many horses is it 
drawn ? 

By eight horses, superbly 
harnessed. 

How are the men dressed ? 

Like Romans, and after the 
fashion of Hercules. 

I was sure of it. It is al- 
ways the same thing. 

See ! there are two ele- 
phants, accompanied by their 
cornacs. 



DANS LA RUE. 

Oh ! viens regarder par la 
fenetre. 

Que se passe- t-il done ? 

La rue est pleine de monde. 

n n'y a la rien d'extraordi- 
nau-e. 

Mais on semble attendre 
quelque chose. 

Quand ce quelque chose 
paraitra, il sera bien assez 
tot pour regarder. 

C'est la menagerie. J'aper- 
gois un char triomphal. 

Cela ne vaut pas la peine 
de se deranger. 

Tu te trompes; le char 
est magnifique. 

Par combien de chevaux 
est-il traine ? 

Par huit chevaux superbe- 
ment enharnaches. 

Comment les hommes sont- 
ils habilles ? 

En Remains et en Alcides. 

J'en etais sur-e. C'est tou- 
jours la meme chose. 

Tiens ! il y a deux elephants 
accompagnes de leurs cornacs. 



72 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Are they loose ? 

Certainly; and they are 
"waUdng at the head of the 
train. 

The mayor of the city 
ought to .forbid the proprie- 
tors of menageries allowing 
dangerous animals thus to 
go through GUI' streets at 
liberty 

Those elephants appear 
very peaceful, I assure you. 

The safest way, however, 
is not to trust them. 

You made a line of poetry 
then, I believe. 

Yes, but it is not original. 

That is a great pity. I 
thought that your aversion for 
wild animals in general, and 
for elephants in particular, 
had excited your poetic ge- 
nius. 

Laugh at me as much as 
you please ; that will not keep 
me from considering it very 
imprudent to tolerate such 
processions. 

Now, here ai-e the carriages 
which contain the Hon, the 
lioness, the tiger, the tigress, 
the panther, the hyena, the 
bears, the monkeys, and all 
the other animals of the me- 
nagery. 

What pleasure can you find 
iu looking at carriages her- 
metically closed ? 

I see at the same time the 
promenaders, the curious, tlie 



Est-ce qu'ils sont libres ? 
Sans doute, et ils marchent 
en tete du cortege. 

Le maire de la ville de- 
vrait defendre aux proprie- 
taires de menageries de laisser 
ainsi des animaux dangereux 
parcourir nos rues en liberte. 

Ces elephants-la paraissent 
fort pacifiques, je t'assm-e. 

Le plus sur est pom'tant de 
ne pas s'y fier. 

Tu viens de faii-e un vers, 
je crois. 

Oui, mais il n'est pas de 
moi. 

C'est grand dommage. Je 
pensais que ton aversion pour 
les betes feroces en general 
et pour les elephants en par- 
ticuher excitait ta verve poe- 
tique. 

Moque-toi de moi tant que 
tu voudras ; cela ne m'em- 
pechera pas de trouver qu'U 
y a grande imprudence a 
tolerer de semblables proces- 
sions. 

A present, voici les voitures 
dans lesquelles sont renfermes 
le lion, la lionne, le tigre, la 
tigresse, la panthere, la hyene, 
les ours, les singes, et tons les 
autres animaux de la mena- 
gerie. 

Quel plaisir peux-tu trou- 
ver a regarder des voitures 
hermetiquement fermees ? 

Je vols en meme temps les 
promeneurs, les curieux, les 



FRENCH CONVERSATIONS. 



73 



loungers, the equipages, all 
that is passing in the street, 
in short. 

You must be tired of it. 
"What music is that I hear 
novr ? 

Come quick, there are sol- 
diers. 

Very well, that is worth 
moving for. Let me see, are 
they going to some review ? 

They are going, I think, to 
meet General ***. 

I like the uniform of those 
grenadiers. 

Yes, it is quite pretty. 
What do you "think of the 
cavalry ? 

The dragoons and the lan- 
cers look very well ; but the 
hussars are wanting in ele- 
gance. 

That is true; they are 
rather heavy for a body of 
light cavalry. 

Ah ! here is the heavy 
cavalry and the artillery. 

The cuu'assiers and the 
carabineers are superb. In- 
deed, one would say the ar- 
tillerymen and their little 
horses were tired of drawing 
their cannons and their wa- 
gons. 

I should like very well to 
know who is the colonel of 
this regiment of infantry. 

He commands a very fine 
regnnent. The sappers, the 
drum-major, and the drum- 
mers, justly led one to pre- 



flaneurs, les equipages, tout 
le mouvement de la rue eniin. 

Tu devrais en etre fatigue-e. 
Quelle est cette musique que 
j'entends a present ? 

Viens vite, ce sont des sol- 
dats. 

A la bonne hem'e, et voUa 
qui vaut la peine de se de- 
ranger. Voyons, est-ce qu'ils 
vont a quelque revue ? 

lis ge portent, je pense, a 
la rencontre du General *** 

J'aune I'uniforme de ces 
grenadiers. 

Oui, il est assez joli. Com- 
ment trouves-tu la cavalerie ? 

Les dragons et les lanciers 
ont bon air; mais les hus- 
sards manquent d'elegance. 

C'est vrai ; ils sont un pen 
lourds pour un corps de ca- 
valerie legere. 

Ah ! voici la grosse cavale- 
rie et I'artillerie. 

Les cuirassiers et les cara 
biniers sont superbes. Par 
exemple, on dirait que les 
artilleurs et leurs petits che- 
vaux sont fatigues de tirer 
lem's canons et leurs caissons. 

Je voudrais bien savoir 
quel est le colonel de ce regi- 
ment d'infanterie. 

II commando un bien beau 
regiment. Les sapeurs, le 
tambour-major et les tam- 
bours faisaient justement pre- 



74 



FRENCH CONVERSATIONS. 



sume that it was a choice 
company. 

The musicians are "w^ell in- 
spired ; they are going to 
play us a quick-step. 

Let us 'Open the window 
that we may hear better. 

And that we may see bet- 
ter all that is going on in the 
street. 



sumer que c'etait la un corps 
d'eUte. 

Les musiciens ont une bonne 
inspu-ation ; ils vont nous 
jouer un pas redouble. 

Ouvrons la fenetre pour 
mieux entendre. 

Et pour mieux voir encore 
tout se qui se passe dans la 
rue. 



XXV. 



AT BREAKFAST. 

Brother, will you come 
down ? Breakfast is ready. 

Are we not to wait the re- 
turn of my father and mother ? 

No, that ifi useless. They 
told me yesterday, when set- 
ting out, that they would not 
return till noon to-day. 

Then we are to breakfast 
alone ? 

Are you not delighted at 
the idea ? 

Certainly, especially if the 
breakfast is good. 

Fie ! what a gourmand ! 
you think of nothing but eat- 
ing. 

Oh ! only when I place my- 
self at table. 

Come, sit down and tell me 
what you wish. 

I will take a small piece 
of that beef. 



A DEJEUNER. 

Mon frere, veux-tu descen* 
dre ? Le dejeuner est servi. 

Est-ce que nous n'atten- 
drons pas le retour de mon 
pere et de ma mere ? 

Fon, c'est inutile. lis m'ont 
prevenue, en partant hier au 
soir, qu' ils ne reviendront pas 
aujourd'hui ayant midi. 

Nous aliens alors dejeuner 
en tete-a-tete ? 

Wen es-tu pas ravi? 

Certaiaement, surtqut si le 
dejeuner est bon. 

Fi! le gourmand! Tu ne 
penses jamais qu'a la table. 

Oh ! seulement au moment 
de m'ymettre. 

Aliens, assieds-toi, et dis- 
moi ce que tu veux. 

Je prendrai un peu de ce 
filet de boeuf. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



75 



Serve me in return to a bit 
of chicken, I pray you. 

WTiich part of the chicken 
do you prefer, the 'wing or 
the second joint ? 

Give me rather a piece of 
the white meat. 

{The brother eating) In 
truth, this ham-omelet is not 
bad. I recommend it to you. 

I \dll taste it "willingly. 

So much the better : I like 
to see you have a good appe- 
tite. 

Yes, I am very hungry this 
morning. 

Good, that is a sign of 
health. For my part, I can- 
not endure these young peo- 
ple -who think it very vulgar 
to eat one or two cutlets and 
a good piece of beefsteak. 

Suppose Mary were to hear 
you talk thus ! 

Well, I would tell her to 
follow your example, instead 
of eating candies and cakes 
through the day, as she is in 
the habit of doing. 

Shall I ring for the servant ? 

Yes, tell him to take away 
the plates and bring us the 
chocolate and coffee. 

"Will you have coffee or 
chocolate I 

Chocolate. 

Will you have a small or 
a large cup ? 

A large one, and I will take 



Sers-moi a ton torn unmor- 
ceau de poulet, je te prie. 

Quelle partie du poulet 
preferes-tu, I'aile ou la cuisse ? 

Donne-moi plutot un mor- 
ceau de blanc. 

{Lefrtre, tout en mangeant.) 
Ma foi, voici une omelette au 
jambon qui n'est point mau- 
vaise ; je te la recommande. 

J'en gouterai volontiers. 

A la bonne heure au moins : 
j'aime a te voir manger de 
bon appetit. 

Qui, j'ai grand' faim ce ma- 
tin. 

Taut mieux, c'est signe de 
sante. Pour moi, je ne puis 
souffrh* COS jeunes personnes 
qni croient se compromettre 
en mangeant une ou deux cote- 
lettes et un bon morceau de 
bifteck. 

Ah ! si Marie t'entendait 
parler ainsi ! 

Eh bien ! je lui dirais de 
suivre ton exemple, au lieu de 
manger a la journee des su- 
creries et de mechants ga- 
teaux, selon sa triste habitude. 

Faut-n somier le domea- 
tique ? 

Qui, dis-lui d'enlever ces 
plats et de nous apporter le 
chocolat et le cafe. 

Prendi'as-tu du cafe ou du 
chocolat ? 
Du chocolat. 

Yeux-tu 1 ne petite tasse ou 
une grande ? 

Une gi'ande, et je gouterai 



76 



FRENCH CONVERSATIONS, 



two or three of those rolls, 
which appear to me excel- 
lent. 

Did you go out this morning 
before breakfast? 

Undoubtedly, I rode ten 
miles on horseback. 

I am no longer astonished 
at your prodigious appetite ! 
but I hope you did not ride 
my horse ? 

Give yourself no uneasiness 
on that subject. I still prefer 
my brave Rob Roy to yom* 
delicate Fanny. 

It is because you are jeal- 
ous that you speak thus. 

Jealous of what ? 

Because Fanny gallops bet- 
ter than your horse. 

Oh ! that is a good joke ! 

I am sui-e of outstripping 
your brave Rob Roy, as you 
call him. 

Do you wish me to prove 
to you the contrary? 

Yes. When ? 

To-morrow. 

Agreed ; we will take fa- 
ther for judge. 

I will invite cousin Mary 
also to join us in our race ; her 
appetite and her health can- 
not but be improved by a good 
ride on horseback. 



deux ou trois de ces petitg 
pains qui me paraissent excel- 
lents. 

Est ce que tu es sorti ce 
matin avant le dejeuner ? 

Sans doute, j'ai fait uue pro- 
menade a cheval d'une dizaine 
de milles. 

Je ne m'etonne plus alors 
de ton appetit prodigieux! 
Mais j'espere que tu n' as pas 
monte mon cheval ? 

Sois sans inquietude a cet 
egard; je continue a preferer 
mon brave Rob Roy a ta de- 
licate Fanny. 

C'est la jalousie qui te fait 
parler ainsi. 

Jaloux de quoi ? 
De ce que Fanny galope 
mieux que ton cheval. 

Oh ! la bonne plaisanterie ! 
Je suis sure de depasser 
ton brave Rob Roy, comme 
tu I'appelles. 

Veux-tu que je te jDrouve 
le contraire ? 
Oui. Quand ? 
Des domain. 

C'est cela ; nous prendrona 
notre pere pour juge. 

J'inviterai aussi notre cou- 
sine Marie a prendre part a 
notre course ; son appetit et 
sa sante ne peuvent que ga- 
gner a une bonne promenade 4 
cheval. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



77 



XXVI. 



ON THE USE OF TOBACCO. 

Tell me, Charles, do you 
smoke ? 

I see no necessity for smok- 
ing. 

Do you chew tobacco ? 

Pshaw I what an abomina- 
tion ! 

You do not snuff either ? 

Not at all. 

Then you make no use of 
tobacco in any shape what- 
ever ? 

I detest it in the powder 
as well as in the leaf 

Give me your hand, my 
friend, you are the best fellow 
I know. 

How, are you also a de- 
clared enemy of tobacco ? 

I pride myself upon it. To- 
bacco is, in my opinion, an 
abominable drug. 

That is my opinion also, 
and I cannot understand why 
we see so many smokers now- 
a-days. 

Because men do not know 
what to devise to kill time 
and to spend money foolishly. 

Have you ever tried to 
smoke ? 

Yes, when I was twelve or 
thirteen years old. One of 



LE TABAC. 

Dites-moi, Charles, est-ce 
que vous fumez ? 

Je n'en vols pas la ueces- 
site. 

Est-ce que vous macheriez 
du tabac, par hasard ? 

Fi I quelle horreur ! 

Vous ne prisez pas cepen- 
dant ? 

Du tout. 

Ainsi vous ne faites aucun 
usage du tabac, sous quelque 
forme que ce soit ? 

Je le deteste en poudre 
•comme en feuille. 

Touchez la, mon ami, vous 
etes le plus honnete gargon 
que je connaisse. 

Comment, est-ce que vous 
etes aussi un ennemi declare 
du tabac ? 

Je m'en vante. Le tabac, 
selon moi, est une abominable 
drogue. 

C'est egalement mon opi- 
nion, et je ne peux compren- 
dre pourquoi Ton voit tant de 
fumeurs de nos jom-s. 

Parce que les hommes ne 
savent qu'imaginer pom'tuer 
le temps et depenser follement 
leur argent. 

Avez- vous jamais essaye de 
fumer ? 

Oui, quand j 'avals douze ou 
treize ans. Un de mes cama- 



78 



FRENCH CONVERSATIONS. 



my companions had given me 
a Havana cigar ; I wished to 
make use of it. 

And did this cigar taste 
pleasantly to you ? 

It made me dreadfully sick, 
and from that day I vowed 
that never again should I be 
caught smoking. 

I can smoke without any 
inconvenience, but I take no 
pleasure in it. Besides, it is a 
ruinous habit ; is it not true ? 

I could not tell you. 

True, you are ignorant of 
what it costs to smoke. Shall 
we make out an estimate of 
the cost together ? 

I am wilhng. It is always 
weU to make a reckoning of 
the expenses which any habit 
or passion brings upon us. 

How many a day does a 
lover of cigars smoke ? 

That depends upon circum- 
stances. I know some who 
only smoke one or two ; but 
I h ave a friend who consumes 
twelve or fifteen every da.j. 

Let us take a moderate 
number, and let us suppose 
that, as a general thing, a per- 
son contents himself with three 
cigars. 

What expense does three 
cigars a day amount to ? 

To a shilling, if one wishes 
to smoke tobacco that is at all 
tolerable. 

That is as much as to say 



rades m'avait doune un cigar e 
de la Havane ; je voulus en 
profiter. 

Et ce cigare vous a paru 
agreable ? 

II m'a rendu horriblement 
malade, et de ce jour-la j'ai 
jm'e qu'on ne me reprendrait 
plus a vouloir fumer. 

Je puis fumer, moi, sans 
que cela me gene ; mais je 
n'y trouve aucun plaisir. C'est 
d'aUleurs une habitude rui- 
neuse, n'est-il pas vrai ? 

Je ne sam-ais vous dire. 

Yrai, vous ignorez ce qu'il 
en coute pour fumer ? Voulez- 
vous que nous en fassions en- 
semble le calcul ? 

Volontiers, II est t-oujours 
bon de se rendre compte des 
depenses auxquelles nous en- 
traine une habitude ou une 
passion quelconque. 

Combien de cigares par 
jour un amateur fume-t-il ? 

Cela depend. J'en connais 
qui n'en fument qu'un ou 
deux ; mais j'ai un ami qui en 
consomme douze ou quinze 
tons les jours. 

Adoptons un chiffre mo- 
dere, et supposons qu'en regie 
generale on se contente de 
trois cigares. 

A quelle depense trois ci- 
gares par jour entrain ent-Hs ? 

A un schelling, pour peu 
que Ton veuille fumer du ta- 
bac passable. 

Autant dire que c'est une 



FRENCH CONVERSATIONS. 



79 



that it amounts to an expense 
of four dollars a month. 

And as from time to time 
one gives a cigar to a friend, 
■we must calculate the yearly 
expenses of a smoker at fifty 
dollars at least. 

I should never have thought 
it would cost so much to dry 
up one's chest and to impreg- 
nate one's clothes with a sour, 
unendurable odor. 

If now I were to enumerate 
all the expenses which the 
cigar leads to, it would be 
quite a different thing. 

The cigar, in truth, creates 
the need of refreshing one's self, 
the need of refreshment leads 

to coffee, coffee Upon my 

word, my friend, we ought to 
be glad that we are not smok- 
ers, and I feel a greater aver- 
sion for tobacco than ever be- 
fore 



depense de quatre piastres 
par mois. 

Et comme on donne de 
temps a autre un cigare a un 
ami, il faut estimer la depense 
annuelle d'un fumeur a cin- 
quante piastres au moins. 

Je n'aurais jamais pense 
qu'il en coiitat autant pom* 
se dessecher la poi trine etpour 
impregner ses habits d'une 
odeur acre et insupportable. 

Si je comptais maintenant 
toutes les occasions de depen- 
ses que le cigare fait naitre, 
ce serait bien autre chose. 

Le cigare en effet amene le 
besoin de se rafraichir, le be- 
soin de se rafraichii' conduit 

au cafe, le cafe Ma foi, 

mon ami, nous devons nous 
applaudir de n' etre point fu- 
meurs, et plus que jamais je 
ressens une aversion horrible 
pour le tabac. 



XXVIL 



WEDDING PRESENTS. 



UNE CORBEILLE DE MARIAGE. 



I HAVE been told that your 
sister has received her wed- 
ding presents ? 

They were brought to her 
yesterday evening. 

Are they very pretty ? 

They are superb. 

You ought to show them 
to me. 



On m'a dit que votre soeur 
avait recu sa corbeille de 
mariage ? 

Oui, on la lui a apportee 
hier au soir. 

Est-elle bien jolie? 

EUe est superbe, 

Vous devriez me la montrer 



80 



FRENCH CONVERSATIONS. 



I do not Imow whether my 
sister will like that. 

You Tvill tell her that such 
a favor can never be refused, 
especially -s^-hen it is to satisfy 
the curiosity of one of her 
bridesmaids. 

Well, I am resolved to 
gratify your wish. 

Thank you, you are charm- 
ing. 

See, here is the basket 
which was sent her. 

You call that a basket, but 
it is a iai-ge chest, veneered 
with rosewood. 

That is true. Formerly, a 
basket of white satin sufficed 
to hold the wedding presents 
of a bridegroom ; now, thanks 
to the quantity of presents 
which it has become cus- 
tomary to give, a chest of this 
dimension is not at all too 
large. 

I approve of this new 
fashion. Let us see; show 
me quickly all your sister's 
treasures. 

Here is her veil. 

EngUsh point, if you please. 

Now here is a bertha and 
two flounces to match. 

And what is there in that 
pretty little case ? 

A fan. 

I know well what that box 



IS. 



What is it ? 
A jewel-box. 



Je ne sais pas si cela plaira 
a ma soeur. 

Vous lui direz que pareille 
faveur ue se refuse jamais, 
surtout quand il s'agit de sa 
tisfaire la curiosite d'une de 
ses demoiselles d'honneur. 

Allons, je me decide a con- 
tenter votre envie. 

Merci, vous etes charmante. 

Tenez, voici la corbeille 
qu'on lui a envoyee. 

Vous appelez cela une cor- 
beille, mais c'est un grand 
coffi-et en paHssandre, in- 
cruste ! 

C'est vrai. Autrefois une 
corbeille de satin blanc suffi- 
sait pour contenir les cadeaux 
de noce d'un fiance ; aujour- 
d'hui, grace a la quantite des 
presents devenus de rigueur, 
ce n'est point trop d'un coffi'et 
de cette dimension. 

J'approuve cette mode nou- 
velle. Voyons, montrez-moi 
vite tons les tresors de votre 
soeur. 

Voici son voile. 

En point d'Angleterre, s'il 
vous plait. 

Maintenant voici une berthe 
et deux volants assortis. 

Et dans ce joU petit etui 
qu'y a-t-il ? 

IJn eventail. 

Je sais bien ce que c'eat 
que cette boite-la. 

Qu'est-ce que c'est ? 

Un ecrin; 



FRENCH CONVERSATIONS. 



8\ 



How do jou like this set ? 

It is very handsome ; these 
emeralds and diamonds are 
elegantly mounted. 

Do you like this pearl neck- 
lace ? 

Without a doubt, it is very 
light, and fastened with a very 
pretty clasp. 

I Avas near forgetting to 
show you this toilet-bottle. 

It is charming, I should be 
quite satisfied with it. 

In truth you examine all 
these things with the air of a 
person who likes jewehy and 
dress. 

Oh ! what beautiful cash- 
mere shawls ! 

Which do you prefer, the 
long or square cashmere ? 

Let me try them on, will 
you?_ 

This long shawl does not 
become you. 

{Looking at herself in the 
glass.) I look like a real 
caricature. 

Which proves that a small 
woman should never muffle 
herself up in a double shawl. 

You are right ; I decidedly 
prefer the square cashmere 
in all respects. 

Examine now this crape 
ehawl and scarf from China. 

Tlrey suit my taste exactly ; 



Comment trouvez-vous cet* 
te parure ? 

Elle est ravissante ; ces 
^meraudes et ces diamants 
sont montes avec beaucoup 
d'elegance. 

Aimez-vous ce collier de 
perles ? 

Sans doute, il esttres leger 
et ferme par une tres jolie 
agrafe. 

J'allais oubher de vous 
montrer ce flacon. 

II est charmant et je m'eu 
accommoderais volontiers. 

Yous regardez en effet tons 
ces objets en personue qui 
aime les bijoux et la toilette. 

Oh ! les beaux cachemkes ! 

Lequel preferez-vous -du 
cachemire long ou du cache- 
mire carre ? 

Laissez-moi les essay er, 
voulez-vous ? 

Ce chale long ne vous va 
pas. 

[Se regardant ckms une 
glace.) Je ressemble a une 
veritable caricature. 

Ce qui prouve qu'une petite 
femme ne devrait jamais s'af- 
fubler d'un chale double. 

Yous avez raison, et decide- 
ment je donne la preference 
au cachemire carre sous tous 
les rapports. 

Examinez a present ce cha- 
le et cette echarpe de crepe 
de Chine. 

lis sont tout a fait de mon 



82 



FRENCH CONVERSATIONS. 



ay notliino: about the 



the fringe is magnificent. I do 
not know however whether 
this mantilla trimmed with 
black lace does not please me 
better. 

You 
pocket handkerchief. 

What do you wish me to 
say? What is very certain 
is, that if it belonged to me, I 
should not dare to use it. 

You are I think satisfied 
at last, now that you know 
all my sister's riches ? 

Yes, and I thank you for 
your kindness. 

Do you not think these 
wedding presents are too 
numerous and too rich ? 

I^ot at all, and I hope that 
one of these days as hand- 
some a collection will be sent 
to me. 

Well! for my part, if I 
were about to be married, in 
place of all these sumptuous 
presents, I would ask but one 
thing. 

What thing ? 

The certainty of happiness. 



gout et la frange en est ma- 
gnifique. Je ne sais pourtant 
si cette mantille garnie de 
dentelle noire ne me plait pas 
davantage. 

Vous ne me dites rien du 
mouchoir de poche ? 

Que voulez-vous que je 
vous en dise ? Ce qu'ij y a 
de sui", c'est que, s'il m'appar- 
tenait, je n'oseraism'en servir. 

Enfin, vous voila contente, 
je pense, maintenant que vous 
connaissez toutes les richesses 
de ma seem-? 

Oui, et je vous remercie de 
votre complaisance. 

'Ne trouvez-voua pas que 
ces cadeaux de noce sont 
trop nombreux et trop riches? 

Du tout, et j'espere bien 
qu'un de ces jours on m'en- 
verra aussi une belle corbeille 
de mariage. 

Eh bien! moi, si je me 
mariais, a la place de tous ces 
presents somptueux, je ne 
demanderais qu'une chose. 

Laquelle ? 

La certitude du bonheur. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



83 



XXVIII. 



at a restaurant. 

Waiter ! 

Sir? 

Can you tell me whether 
Mr. Temperance is here ? 

I think not, Sir ; he usually 
comes about six o'clock, and 
it is now only half-past four. 

I want to see him very 
much. 

I shall take care, Su*, to in- 
form him as soon as I see 
him. 

Thank you. Have you 
another table to dispose of ? 

There is not a vacant place 
in the large saloon, but I can 
give you a private room. Sir, 
for you and your two friends, 
where you will be quite at 
yom* ease. 

Very well ; that will an- 
swer. 

"What do these gentlemen 
■wish ? 

"We will take some oysters 
first. 

How many dozen ? 

Serve us each to a dozen, 
and we shall see afterwards. 

Shall I give Burgundy or 
Sauterne to these gentle- 
men? 

No, I prefer a bottle of 
your white Volney, best quali- 
ty. I have spoken of it to my 



DANS UN RESTAURANT. 

Gargon ! 

Monsieur ? 

Pouvez-vous me dire si M. 
Temperance est ici ? 

Je crois que non, Monsieur ; 
il n'arrive d'habitude que vers 
six heures et il n'est encore 
que quatre hem'es et demie. 

Je desire beaucoup le voir. 

J'aurai soin. Monsieur, de 
Ten prevenii-, aussitot que je 
I'apercevrai. 

Mercl Avez-vous encore 
une table de disponible ? 

II n'en reste plus une seule 
de vacante dans le grand sa- 
lon ; mais je puis vous dormer, 
Monsieur, un cabinet particu- 
her ou vous et vos deux amis 
vous trouverez parfaitement. 

Tres bien ; c'est notre af- 
faire. 

Que desirent ces Messieurs 

Nous prendrons d'abord des 
huitres. 

Combien de douzaines ? 

Servez-en toujours une dou- 
zaine a chacun de nous, et 
nous verrons ensuite, 

Donnerai-je du chablis ou 
du sauterne a ces Messieurs ? 

Non, je prefere une bouteille 
de votre Volney blanc, pre- 
miere qualite. J'en ai parle 



84 



FRENCH CONVERSATIONS. 



friends, and I wish them to 
make the acquaintance of this 
wine. ; 

You shall be served direct- 
ly, gentlemen. 

[The three friends place 
themselves at table. They 
serve the oysters. After a 
7noment the entertainer begins 
to give orders again.) 

Waiter ! 

Sir? 

Some vegetable soup for 
three. 

And then ? 

Some salmon and sweet- 
bread. 

If the gentleman would 
like to write his bill of fare, 
I can bring him some paper, 
a pen and ink. 

No, it is not necessary. 

Do these gentlemen wish 
nothing else ? 

ISTot at present. 

{27ie servant entering again 
after a few momeiits.) Sir, I 
come to inform you that your 
friend, Mr. Temperance, has 
just entered. 

Giv« him my card, if you 
please, and tell him that I am 
waiting for him here. 

Must I put another knife 
and fork and plate ? 

Certainly. Bring us at the 
same time a bottle of cham- 
paigne, cooled in the ice. 

Immediately, sir. 
What vegetables have you 
now? 



a mes amis et je desire qu'ila 
fassent la connaissance de ce 
vin. 

Ces Messiem's seront servia 
a I'instant meme. 

{Les trois amis se metteni 
d table. On sert les huitres. 
Au bold d'tm instant, I'am- 
phitryon reprend la j^arole^ 

Garcon ! 

Monsieur 

Un potage a la julienne 
pour trois. 

Et apres ? 

Du saumoa et des ns de 
veau. 

Si Monsieur desire ecrire 
son menu, je puis lui appor- 
ter du papier, une plume et 
de I'encre. 

If on, c'est inutile. 

Ces Messieurs ne desirent 
plus rien ? 

Pas pour le moment. 

{Le domestique rentrant ait 
bout de quelques instants.) 
Monsieur, je viens vous pre- 
venir que votre ami M. Tem- 
perance vient d'entrer. 

Doanez-lui ma carte; s'il 
vous plait, et dites-lui que je 
I'attends ici. 

Faut-il ajouter un couvert ? 

Necessairement, Apportez- 
nous en meme temps une 
bouteille de champagne 
frappe. 

Tout de suite, monsieur. 

Quels legumes avez-vous 
en ce moment ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



85 



We have excellent aspara- 
gus and delicious peas. 

Serve us to some peas, and 
you "vrill brinff us afterwards 
a dozen ortolans a la proven- 
gale. 

WiU you not have a lob- 
ster salad, Sir ? 

Willingly, After having 
helped us to an omelette souf- 
Jlee and vanilla pastiy, you 
will attend to the dessert. 

What sort of cheese do you 
wish. Sir-? Gruyeres cheese, 
Holland, ISTeufchatel, or Stil- 
ton? 

We give the preference to 
the Stilton cheese. IS'ow make 
haste and bring my friend Mr. 
Temperance up without de- 
lay. 

{2Ir. Temperance enters^ 
and the entertainer says to 
him ;) Come, 'dear friend, and 
share om* bad dinner without 
ceremony. 

Mr. Temperance. I ask no- 
thing better, but on condition 
that you will not force me to 
taste all these dishes, and that 
you wiU allow me to drink 
water only. 

The entertainer. Every one 
to his taste ; we shall not op- 
pose yours. Permit me only 
to observe that wine is better 
than water. 

Yes, to unsettle the mind. 
Go on, young men, continue 



!N"ous avons dt« asperges 
excellentes et des petits pois 
dehcieux. 

Servez-nous des petits pois 
et vous nous apporterez en- 
suite une douzaine d'ortolans 
a la provengale. 

Monsieur ne veut-il pas une 
salade de homard ? 

Volontiers, et apres nous 
avoir servi une omelette souf- 
fl6e et des meringues a la va- 
nille, vous vous occuperez du 
dessert. 

Quelle sorte de fromage de- 
sirez-vous, Mousiem* ? Du 
Gruyere, du HoUande, du 
Neuchatel, ou du Stilton ? 

ISTous donnerons la prefe- 
rence au Stilton. A present 
depechez-vous, et faites mon- 
ter sans retard mon ami M. 
Temperance. 

(J/. Tempjerance entre et 
Vamphitryon lid dit ;) Ar- 
rivez done, cher ami, et venez 
sans fagon prendre part a no- 
tre mechant diner. 

M. Temperance. Je ne de- 
mande pas mieux, mais a con- 
dition que vous ne me forcerez 
pas de manger de tons ces 
plats et que je ne boirai que 
de I'eau. 

I] ampjhitryon. Chacun son 
gout ; nous ne contrarierons 
pas le votre. Permettez-moi 
seulement de vous fake obser- 
ver que le vin vaut mieux que 
I'eau. 

Oui, pour vous troubler 
I'esprit. Allez, jeunes gens, 



86 



FRENCH CONVERSATIONS. 



to eat and drink to excess, 
and some day you will give 
me the results of such a course 
of conduct. 

What win be the result ? 

Notliing of any import- 
ance : satiety, disgust, ruined 
health, vicious habits con- 
tracted in youth, and gout in 
perspective for your old days, 
if ever you reach old age. 



Your bill of fare is not at- 
tractive, Mr. Temperance ; I 
prefer mine. 

As you choose, young man ; 
but it will not be long per- 
haps before, you will repent, 
and will acknowledge with 
me that moderation is neces- 
sary in all things. 



continuez a manger et a boire 
avec exces et vous m'en dii'ez 
un jour des nouvelles. 

Qu'en resultera-t-il pour 
nous ? 

La moindre des bagatelles; 
satiete, degout, sante compro- 
mise, de vicieuses habitudes 
contractees des la jeunesse, 
et pour perspective, la goutte 
sur vos vieux jours, si toute- 
fois vous arrivez jusqu'a la 
vieillesse. 

Yotre menu n'est pas gai, 
M. Temperance ; je prefere le 
mien. 

Libre a vous, jeune homme; 
mais vous ne tarderez peut- 
etre pas a vous en repentir, et 
a reconnaitre avec moi qu'en 
touted choses il faut de la mo- 
deration. 



XXIX. 



^T A DKESSMAKEB8. 



CHEZ UNE OOUTURIERE. 



Does Mrs. Serretaille, dress- 
maker, hve here ? 

Yes, Madam, pray walk ia 

My friend, Mrs. A****, has 
recommended me to apply to 
you. 

Mrs. A**** is one of my 
best customers, and I hope 



Est-ce ici que demeureMme. 
Serretaille, coutmiere ? 

Oui, Madame, donnez-vous 
la peine d'entrer. 

Mon amie Mme. A**** m'a 
recommande de m'adresser 
a vous. 

Mme. A**** est une de 
mes meilleures pratiques, et 



FRENCH CONVERSATIONS. 



87 



that Madam will also soon be- 
come one of my patrons, 

I am very willing, if your 
charges are reasonable. 

Mrs. A*^"'^ has certainly 
told you. Madam, that no one 
works at a more reasonable 
price than I. 

How much do you ask for 
making a dress ? 

That depends upon the ma- 
terial. For an ordmary dress, 
it is three dollars only. 

That is not too dear; and 
for a plain silk, a watered 
silk, or a velvet dress ? 

When a silk or a velvet 
dress is without trimming, I 
have fom' dollars, without fur- 
nishing the limiig, etc., let it 
be understood. 

And what do you ask for a 
flounced dress ? 

That depends upon the 
nimiber of flounces and the 
kind of work ; but you may 
rest assm'ed. Madam, that you 
will never have to complaiQ 
of my charges. 

"We shall see. 

Do you wish me, Madam, 
to make immediately the 
di'esses of which you have 
brought the materials ? 

Yes, I am somewhat hur- 
ried, for 1 intend to leave the 
city soon, and I do not wish 
to start without having mj 
wardi'obe complete. 



j'esp^re que Madame fera 
bientot aussi partie de ma 
chentele. 

Je ne demande pas mieux, 
si vos prix sont raisonna- 
bles. 

Mme. A**** a du vous 
dire, Madame, que persomie ne 
travaille a meilleur marche 
que moi. 

Que demandez-vous pour 
une facon de robe ? 

Cest selon i'etoffe. Pour 
une robe ordinaire, c'est trois 
piastres seulement. 

Cela n'est pas trop cher ; et 
pour une robe de sole, de 
moire ou de velours ? 

Quand une robe de soie ou 
de velours est tout unie, je 
prends quatre piastres, sans 
les fournitures bien entendu. 

Et que demandez-vous 
pour une robe a volants ? 

Cela depend du nombre des 
volants et du genre de travail ; 
mais Madame pent etre aa- 
suree qu elle n'aura jamais d 
se plaindi'e de mes prix. 

Nous verrons bien. 

Est-ce que Madame desire 
que je lui fasse tout de suite 
les robes dont elle m'apporte 
I'etoffe ? 

Oui, je suis assez pressee, 
car je compte quitter la villa 
tres prochainement, et je ne 
veux point me mettre en voy- 
age sans avoir ma garde-robe 
bien montee. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



How must I make this 
muslin de laine dress ? 

lu the veiy simplest way. 

A plain waist and open 
sleeves ? 

A plain waist and bertha 
will do very well ; but no 
open sleeves, if you please. 

That is, however, the latest 
fashion. 

That is of no consequence 
to me. I have no desire to 
catch cold in my arms. 

I see that you consider your 
health, Madam. 

Consequently it is useless 
to tell you not to make the 
waist too tight ; I hke to be 
able to breathe freely. 

I will pay attention to your 
orders. Madam. 

Take care also, I beg you, 
to allow full play to the arms. 



Give yourself no uneasi- 
ness, Madam ; I work for Miss 
Z***, the celebrated pianist, 
and she often says there is no 
one in the world like me for 
making dresses which never 
confine her. 

You wiU make my merino 
dress exactly like the other. 
As to the silk dress, I leave 
i;^ to you to tlim it tastily. 



Comment faudi-a-t-il faire 
cette robe de mousseline de 
laine ? 

Oh ! de la fagon du monde 
la plus simple. 

A taille plate et a manches 
ouvertes ? 

A taille plate et avec une 
berthe, tres bien ; mais pas de 
manches ouvertes, sil vous 
plait. 

C'est cependant la derniere 
mode. 

Peu m'iraporte. Je n'ai 
nullement envie de gagner 
froid aux bras. 

Je vois que Madame songe 
a sa sante. 

Inutile par consequent de 
vous recommander de ne point 
me serrer la taille ; j'ainie a 
pouvoir respirer a pleins 
poumons. 

Je tiendrai compte des ob- 
servations de Madame. 

Faites attention aussi, je 
vous prie, a me laisser Tac- 
tion du bras parfaitement 
libre. 

Soyez sans inquietude, Ma- 
dame ; je travaHle pour Ma- 
demoiselle Z***, la celebre 
pianiste, et elle a coutume de 
dire qu'il n'y a que moi au 
monde pour lui faire des robea 
qui ne la genent jamais. 

Vous voudrez bien me faii*e 
ma robe de merinos exacte- 
ment comme I'autre. Quant 
a la robe de soie ; je m'en rap- 
porte a vous pour I'orner aveo 
LOiit. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



89 



How many yards have you 
brought me, jNIadam 1 

You will fold one or two 
breadths more than are neces- 
sary. 

I shall take care to send 
you back the pieces, so that, 
in case of accident, you may 
be able to mend it. 

Well, I hope we shall suit 
one another. 

Have you any wrappers 
you wish to have made, Ma- 
dam? 

IS'o, but I shall want a pe- 
lisse and a dressing-gown. 

I have some ready made that 
I can show you, Madam. 

Is the old fashion for cloaks 
coming up again ? 

That is not improbable. 

In the mean time, this pe- 
lisse will answer my purpose 
very well. I deske you to 
send it to me. 

You shall receive it this 
afternoon, Madam; and you 
can also rely upon having your 
dresses a week from to-day. 



Combien de vciges Ma- 
dame m'en apporte-t-elle ? 

Yous trouverez uu ou deux 
les de plus qu'il ne vous en 
faut. 

J'am-ai soin de renvoyer les 
morceaux a Madame, afin 
qu'eu cas d'accident, elle 
puisse y rejuedier. 

Allons, j'espere que nous 
pouiTons nous entendre. 

Madame u'a pas de pei- 
gnoirs a faii-e ? 

iS'on, mais j'aurai besoin 
d'une pehsse et d'une robe de 
chambre. 

J'en ai de toutes faites que 
je puis montrer a Madame. 

Est-ce que la mode des 
manteaux va revenir ? 

Cela ne serait pas impossi- 
ble. 

En attendant, cette pelisse 
repondi'a tout a fait au but 
que je me propose, et je vous 
prie de me I'envoyer. 

Madame la recevra cette 
apres-midi, et pent compter 
egalement sur ses robes d'au- 
jourd'hui en buit. 



90 



FRENCH CONVERSATIONS. 



AT A FLORISTS. 



CHEZ UN JAEDINIER FLEURISTE. 



Have you any rose-bushes 
in bloom ? 

What kind of roses do you 
wish, Madam ? 

I would ]ike hundi'ed leaved 
roses or moss-roses. 

Here are the prettiest we 
have just now. 

Can you fm-nish me with 
some sweet-brier for my gar- 
den? 

Yes, Madam. "We have 
received some from Holland 
and from France very lately. 

Will you show me some ? 

If you wiU be good enough 
to follow me and to go through 
the greenhouse, I will take 
you to the place where our 
sweet-brier is. 

I prefer this. Have you 
any pinks ? 

We have several very rare 
species. Here are some va- 
riegated ones, which are very 
generally admked. 

They are indeed veiy hand- 
some. And what autumn 
flowers can you recommend 
to me ? 

We liav ^. some superb dah- 
lias and double queen-daisies 
of all colors. 



Avez-vous des rosiers en 
fleurs ? 

Quelles sortes de roses Ma- 
dame desire-t-elle ? 

Je voudrais des roses a cent 
feuilles ou des roses moussues. 

Voici les plus johes que 
nous ayons en ce moment, 

Pourriez-vous me fournir 
des eglantiers pour mon jar- 
din? 

Qui, Madame. N'ous en 
avons justement regu de Hol- 
lande et de France ces joui's 
derniers. 

Voulez-vous m'en montrer 
quelques uns ? 

Si Madame veut prendre 
la peine de me suivre et de 
traverser la serre, je vais la 
conduu'e du cote ou se trou- 
vent nos eglantiers. 

Je choisirai ceux-ci de pre- 
ference. Avez-vous aussi des 
ceillets ? 

Nous en possedons plu- 
sieurs especes des plus rai'es. 
Voici des ceillets panaches qui 
font I'admiration generale. 

Us sont fort beaux en effet. 
Et quelles fleurs d'automne 
me recommanderez-vous ? 

Nous avons de super bes 
dahhas et des reines-margue- 
rites doubles de toutes les 
couleurs. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



91 



1 should like something 
alse as well. 

We can furnish you also 
with nasturtium and balsa- 
mine. 

Xo, they are too commoa 
After all. I can do without 
theiiu They spoke to me of 
your jasmines, where are 
they? 

Tills way, Madam. Here 
is one which we will sell you 
cheap. 

Because it looks just ready 
to die, does it not ? 

If you think. Madam, that 
we wish to cheat you, you 
can choose for yourself 

I shall do quite as well, 
and if I am mistaken I shall 
only have myself to blame. 
How much do you ask for 
these cactuses ? 

A dollar apiece only. 

I Will buy the one at the 
upper end of this etagere. I 
should have liked, also, some 
heliotrope. 

If Madam will trust us for 
the choice and the price of 
her flowers, we will make it 
our duty to furnish, at the 
lowest price, all she will buy 
of us. 

What spring flowers will 
you sell me, at a modtrate 
price ? 

Periwmkles, anemonies, 
lUies of the valley, Bengal 



J'aimerais autant autre 
chose. 

Nous pourrions encore four- 
nir a Madame des cajDucines 
et des balsamines. 

Xon, ce sent la des fleurs 
trop communes. Apres tout, 
je puis m'en passer. On 
m'avait parle de vos jasmins, 
ou sont lis ? 

Par ici, Madame. En voici 
im que nous a^ous cederons a 
bon marche. 

Parce qu'il a I'air de se 
mom'ir, n'est-ce pas ? 

Si Madame croit que nous 
vouhons la tromper, elle peut 
choish elle-meme. 

Je ferai tout aussi bien, et, 
si je me trompe, je ne pour- 
rai m'en prendre qua moL 
Combien demandez-vous de 
ces cactus ? 

line piastre le pied seule- 
ment, 

J'acheterai celui qui est 
place au bout de cette 
etagere. J'aurais voulu 
aussi quelques pieds d'he- 
hotrope. 

Si Madame veut nous ac- 
corder sa confiance pour le 
choix et I'achat de ses flem*s, 
nous nous ferons un devoir de 
lui fournir au plus bas prix 
tout ce qu'eUe prendra chez 
nous. 

Quelles fleurs printanieres 
me vendrez-vous a bon 
marche ? 

Des pervenches, des ane- 
mones, du muguet, des roses 



92 



FRENCH CONVERSATIONS. 



roses, single violets and gilly- 
flowers. 

How much would you 
charge me a year to orna- 
ment my garden with the 
flowers of every season ? 

I could not give you an an- 
swer, Madam, Avithout visiting 
your garden again, and with- 
out consulting my partner. If 
you will allow me, I will go 
to-morrow to your house, and 
I will then inform you upon 
what conditions we could en- 
gage to furnish you with all 
you will need. 

I will expect you in the 
morning, any time from nine 
till twelve. You can bring 
me at the same time a bou- 
quet, round and flat, a lafran- 
faise. 

Of what kind of flowers 
shall it be made ? 

All of rose-buds. 

Very well. We shall en- 
deavor to suit you. 



du Bengale, des violettes sim- 
ples et des giroflees. 

Et combien me ferez-vous 
payer par an pour ornev mon 
jardin de fleurs de toutes Itis 
saisons ^ 

Je ne saurais repondre a 
Madame sans avoir visite de 
nouveau son jardin et sans 
avoir consulte mon associe. 
Si elle veut bien le permettre,- 
je me rendrai domain chez 
elle, et lui ferai savoir alors a 
quelles conditions nous pour- 
rions nous engager a lui four- 
nir tout ce dont elle a besoin. 

Je vous attendrai dans la 
matinee, de neuf heures a 
midi. Yous pourrez m'ap- 
porter par la meme occasion 
un bouquet rond et plat, a la 
francaise. 

De quels fleurs Madame 
veut-il qu'il soit compose ? 

De tons boutons de roses. 

Tres bien. 'Nous am'ons solq 
que Madame soit satisfaite. 



XXXL 



AT A TAILORS. 



Well, Mr. * * *, where is 
the coat which you promised 
me for yesterday evening ? 

Sir, I ask your pardon, and 
I hope you will not be offend- 
ed with me for a delay alto- 
gether involuntary on my 
part. 



CHEZ UN TAILLEUR. 

Eh bien ! M. * * * , cet ha- 
bit que vous m'aviez promis 
pour hier au soir, ou est-il ? 

Monsieur, je vous demande 
bien pardon, et j'espere que 
vous ne vous m'en voudrez 
pas d'un retard tout-a-fait in- 
volontaire de ma part. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



93 



Why make me wait use- 
lessly ? You might have 
knoTvn that you could not keep 
your word. 

On the contrary, Sir, I 
thought that nothing would 
be easier than to send you 
the coat as I had promised. 

Who then has prevented 
you ? 

The workman to whom I 
had confided it. He got mar- 
ried without informing me ; 
and as one does not work on 
one's wedding day, he did not 
touch your coat all day yes- 
terday, so that I have been 
obliged to take it from him 
to-day. 

When shall I have it at 
last? 

This evening without fail. 
If you like. Sir, you can try it 
on now. 

I should like to very 
much. 

I will go into the work-room 
and bring it you immediately. 
{After a few moments the tai- 
lor returns with a coat in his 
hand.) Feel that cloth, Sir, 
how fine and soft it is ! You 
will find none like it in the 
city. 

I believe also that I could 
find nobody like you for mak- 
ing my coats too tight at the 
arm-hole. 

Oh ! Sir There is a Ht- 

tle alteration to be made there ; 



Pom-quoi me faire attendre 
inutilement ? Yous deviez 
savoir que vous ne pom-riez 
pas me tenii" parole. 

Je croyais au contrau-e, 
Monsieur, que rien ne me se- 
rait plus facile que de vous 
hvrer Thabit que je vous avals 
promis. 

Qui done a pu vous en em- 
pecher ? 

L'ou^Tier auquel je I'avais 
confie. II s'est marie sans 
m'en prevenu-, et comme on ne 
travaille pas le jour de son 
mariage, il n'a pas touche a 
votre habit hier de toute la 
jom'nee, si bieu que j'ai du le 
lui reprendre ce matin. 

Et quand I'aurai-je enfin ? 

Ce sou- sans faute. Si Mon- 
sievu* le deshe, il pent I'es- 
sayer des a present. 

Je ne demande pas mieux. 

Je vais passer dans 1' atelier 
et vous I'apporter a I'instant 
meme. {Au bout de quelques 
minutes, le tailleur rentre iin 
habit a la onain.) Tatez un 
peu ce drap-la, Monsieur, 
comme c'est fin et moelleux ! 
Yous ne trouverez pas le pa- 
reil dans toute la ville. 

Je crois aussi que vous etes 
unique pour me faire des ha- 
bits qui me genent toujours 
aux entournures. 

Oh ! Monsiem- H y a 

la en efi"et une petite correc- 



94 



FRENCH CONVERSATIONS. 



but for all that, the coat fits 
you perfectly. 

Are not the skiiis a little 
too long ? 

Not at all, Sii", they are "well 
proportioned to your figure. 

And these cuffs ? 

Yes, I will take care to 
make them a little smaller. 
Wiil you look now, Sir, at 
the elegant goods which I 
have just received to-day ? 

Have you some tolerably 
good-looking vests ? 

Here are some of goats' hair, 
in exquisite taste. 

Yes, that may last perhaps 
a fortnight before being faded 
by the sun and the wind ; I 
understand why you recom- 
mend such materials. As for 
me, I prefer others. 

I suppose you would not 
like any silk vests ? 

'No, I have several al- 
ready. 

What do you think of these 
quilted waistcoats, Sir ? 

Here is one the pattern of 
which suits me. 

Permit me now, Sir, to show 
you quite a new style of pan- 
taloons. 

It is very ugly, upon my 
word. 

How, Sir, would you prefer 
the large plaids that were for- 
merly worn, or last year's de- 



tion a faire ; mais cet habit ne 
vous en va pas moins parfaite- 
ment. 

Est-ce que les basques 
n'en sont pas vm peu trop 
longues ? 

Du tout, Monsiem" ; elles 
sont bien en harmonie avec 
Yotre taille. 

Et ces poignets ? 

Oui, j'aurai soin de les di- 
minuer un peu de longueur. 
Monsieur veut-il voir main- 
tenant les jolies etoffes que 
j'airecues aujourd'hui meme? 

Avez-vous des gilets un peu 
passables ? 

Voici des polls de chevi'e 
d'un gout exquis. 

Oui, cela pent bien durer 
quinze jours avant d'etre fane 
par le soleil et I'air ; je com- 
prends que vous recomman- 
diez de telles etoffes. Pour 
moi, j'en prefere d'autres. 

Monsieur, je suppose, ne 
veut pas de gilets de sole ? 

Non, j'en ai dejh plusieurs. 

Qu'est-ce que Monsieur 
pense de ces gilets de piqu^ ? 

En voici un dont le dessin 
me convient. 

Permettez-moi maintenant, 
Monsieur, de vous soumettre 
un genre de pantalons tout 
nouveau. 

C'est fort laid, ma foi 

Comment, Monsieur, est-ce 
que vous prefereriez les 
grands carreaux d'autrefois ou 



FRENCH CONVERSATIONS, 



95 



signs ? After all, perhaps you 
"would like these better ? 

Yes, there is a material with 
which I will content myself. 
It appears to me elastic and 
not too thick ; it is just what 
I want for this intermediate 
season. 

Will you not have a light 
frock coat and pantaloons of 
drill? 

l^o, not at present. I will 
request you only to send one 
of your boys for my overcoat, 
the buttons of which need to 
be re-covered. 

Are you satisfied, Sir, with 
the velvet collar which I put 
to your maroon-colored coat ? 

The quality of the velvet 
appears to be quite good ; but 
I think you make me pay an 
exorbitant price for what you 
mend. A new thing would 
hardly cost more. 

It is necessary, Sir, that the 
poor workman should have 
something to gain a livelihood. 

For that reason he ought 
not to luin bis customers. 



les dessins del'annee derui^rel 
Apres tout, peut-etre aimerez- 
vous mieux ceux-ci ? 

Oui, voil^ une etoffe dont 
je m'aiTangerai. Elle me pa- 
rait souple et pas trop epaisse ; 
e'est ce qu'il me faut pour 
cette saison intermediaire. 

Monsieur ne se fera point 
faire une petite redingote le- 
gere et un pantalon de coutU? 

Non, pas en ce moment. Je 
vous prierai seulement d'en- 
voyer un de vos garcons cher- 
cher mon paletot d'ete dont les 
boutons ont besoiu d'etre re- 
garnis. 

Monsieur est satisfait du 
collet de velom's que j'ai mis 
a son habit marron ? 

La qualite du velours ni'en 
parait assez bonne ; mais je 
trouve que vous faites payer 
vos raccommodages un prix 
exorbitant. Le neuf ne me 
couterait guere plus cher. 

n faut bien, Monsieur, que 
le pauvre ouvrier gagne un 
peu sa vie. 

C'est pour cela qu'il ne doit 
pas miner ses pratiques. 



96 



FRENCH CONVERSATIONS 



XXXII. 



THE SERMON. 



LE SERMON. 



"Were you at church yes- 
terday ? 

Certainly, as I go every 
Sunday. 

Who preached ? 

The reverend Mr. JS"***. 
The reverend father or abbot 

Did he preach a good ser- 
mon ? 

I thought it excellent. 

What was the subject ? 

He took for his text a 
doctrinal point, which he 
treated in a truly superior 
manner. 

I thought, on the contrary, 
that he did not speak well. 

Many persons think proper 
to criticise him, I know ; but 
that is, I suppose, owing to the 
religious instructions which 
he has given of late. 

Are his instructions not as 
good as his sermons ? 

I beg your pardon; they 
have the fault, however, of 
affronting the self-love of 
those persons who never hke 
to hear the truth, even from 
the mouth of a minister of 
God. 

Does he indulge in any allu- 
sions or personahties in his 
sermons ? 

Fy ! he respects himself 
too much, and fulfils too wor- 



Avez-vous ete a I'eglise 
hier? 

Certainement. comme toua 
les dimanches. 

Qui a preche ^ 

Le reverend M. N*** Le 
reverend Pere ou I'abbe 

A-t-il fait un bon sermon ? 

Je I'ai trouv6 excellent. 

Quel en etait le sujet ? 

II avait pris pour texte un 
point de doctrine qu'il a traite 
avec une superiorite veritable. 

Je croyais au contraire 
qu'n ne parlait pas bien. 

Plusieurs personnes se per- 
mettent de le critiquer, je le 
sais; mais cela tient,je pense, 
aux instructions rehgieuses 
qu'il a faites dernierement. 

Ses instructions ne valent- 
elles pas ses sermons ? 

Si fait ; elles ont le tort ce- 
pendant de froisser I'amour- 
propre de ces persomies qui 
n'aiment jamais a entendre la 
verite, meme dans la bouche 
d'un ministre de Dieu. 

Est-ce qu'il se permet des 
allusions ou des personnahtea 
dans ses discours ? 

Fi! il se respecte trop et 
remplit trop (lignement les 



FRENCH CONVERSATIONS. 



97 



thily the duties of his sacred 
vocation, to dishonor the min- 
istry and debase himself in 
his own eyes. 

I have in truth always 
heard Mr. JS"*** spoken of as 
a venerable man. How then 
does it happen that his talent 
as a preacher is disputed by 
some persons ? 

I have told you, that re- 
sults fi'om the manner in 
which he expresses himself 
sometimes. He portrays char- 
acters, brings to light faults 
which are common enough in 
every country of the world, 
and some of liis parishioners 
immediately apply these gen- 
eral truths to such or such an 
individual. 

That does not speak very 
well for his audience. 

It proves evidently that 
among the members of om' 
congregation there are several 
narrow-minded persons. 

Oiu* minister is more for- 
tunate; he enjoys immense 
popularity, and nobody thinks 
of criticising a single word of 
his. 
, It should always be thus. 

Grant however that it is 
very vexatious to hear bad 
preaching. 

Beyond a doubt. 

Allow also that it is very 
difficult to refrain from cri- 
ticising a bad sermon. 

I do not dispute that. And, 



devoirs de son sajit ministere 
pour deshonorer le sacerdoce 
et s'avilir h ses propres yeux, 

J'ai toujom's entendu par- 
ler de M. N**'^ en effet com- 
me d'un homme venerable. 
D'ou vient done que son ta- 
lent de predicatem- soit con- 
teste par certaines gens ? 

Je vous I'ai dit, cela re suite 
de la maniere doutil s'exprime 
parfois. II trace des caracteres, 
fait ressortu' des defauts assez 
communs dans tons les pays 
du monde, et quelques uns de 
ses paroissiens appHquent 
aussitot ces verites generales 
h. telle ou telle personne en 
particuher, 

Cela ne fait pas I'eloge de 
son auditou'e. 

Evidemment; cela prouve 
que parmi les fideles de notre 
paroisse il se trouve plus 
d'lm esprit etroit. 

I!^otre predicateur k nous 
est plus heureux; il jouit 
d'une immense popularite, et 
personne ne songe a critiquer 
une seule de ses paroles. 

II en devrait toujours etre 
ainsL 

Convenez cependant qu'il 
est bien facheux d' entendre 
mal precher ? 

Sans doute. 

Avouez encore qu'il est 
bien difficile de ne pas criti- 
quer un mauvais sermon ? 

Je n'en disconviens pas. 



98 



FRENCH CONVERSATIONS. 



ho-weyer, that is neither just 
nor proper. We forget too 
easily that all preachers can- 
not have a fine voice, expres- 
sive and majestic gestures, 
and a persuasive and fasci- 
nating style. 

You are right, every one 
was not born an orator. 

It is then wrong to require 
genuine eloquence from those 
"who interpret the word of 
God. 

I am of your opinion ; how- 
ever, that does not prevent me 
from experiencing great plea- 
sm-e, when I hear a good 
sermon. 

I can readily believe that 
eloquence is a gift of God, 
and when it is employed in 
announcing the truths of our 
holy religion, it assumes a 
more august character, and 
brings us near to the Most 
High. 

For that reason, I should 
desire that all priests, all 
ministers, should be eloquent. 

I also would wish so. Now, 
if you will go to church with 
me next Sunday, I offer you 
a seat in my pew ; I am cer- 
tain that the sermon will be 
excellent. 



Et pourtant, cela n'est ni juste, 
ni convenable. On oubUe trop 
aisement que tons les predica- 
teurs ne peuvent avoir uue 
belle voix, des gestes expres- 
sifs et majestueux, un style 
persuasif et entrainant. 

Vous avez raison, tout le 
monde n'est pas ne Eloquent. 

C'est done un tort que 
d'exiger une eloquence veri- 
table de ceux qui interpretent 
la parole de Dieu. 

Je suis de votre avis ; ce 
qui ne m'empeche pas d'6- 
prouver un bien vif plaisir 
quand j'entends un bon ser- 
mon. 

Je le crois sans peine. 
L'eloquence est im don de 
Dieu, et quand on la consacre 
a annoncer les verites de 
notre sainte rehgion, elle 
prend un caractere plus au- 
guste et nous rapproche du 
Tres Haut. 

Voila pourquoi je voudrais 
que tons les pretres, tons les 
pasteurs, fussent eloquents. 

Je le desirerais comme 
vous. Du reste, si vous vou- 
lez venu' a I'eghse avec moi 
dimanche prochain, je vous 
offre une place dans mon 
banc ; j'ai la certitude que le 
sermon sera excellent. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



99 



XXXIII 



BETWEEN TWO PIANISTS. 

Do you stiU practise the 
piano much ? 

Not more than two hours 
a daj. 

That is quite sufficient. 

I think so, for I try to 
employ my time well. 

Besides, do you not think 
it very fatiguing to practise ? 

Especially when one plays 
difficult music. 

How do you employ your 
two hours of daily practice ? 

I devote three-quarters of 
an hour to the scales and 
exercises. 

Do you find it amusing to 
practise the scales ? 

Tolerably so ; but my 
teacher assures me that it 
breaks the fingers, and gives 
them at the same time strength 
and flexibility. 

When you have finished 
yom* scales and yoiu- five-note 
exercises, what do you do ? 

I perfect myself on the 
last piece I have learned and 
practise my new piece. 

For how long ? 

For three-quarters of au 
hour, and sometimes even an 
hour. 



ENTRE DEUX PIANISTES 

Etudiez-vous toujours beau- 
coup votre piano ? 

Pas plus de deux heures par 
jour. 

C'est bien assez. 

Je crois que om, parce que 
je tache de faire un bon emploi 
de mon temps. 

Puis, ne trouvez-vous pas 
que I'etude du piano fatigue? 

Surtout quand on joue de 
la musique difficile. 

Comment employ ez-vous 
vos deux heures d'etudes 
journalieres ? 

Je consacre trois-quarts 
d'heure aux gammes et aux 
etudes. 

Est-ce que cela vous amuse 
de faire des gammes? 

Mediocrement ; mais mon 
maitre m'assure que cela brise 
les doigts, et leur donne tout 
a la fois de la force et de la 
flexibilite. 

Quand vous avez fini vos 
gammes, vos exercices a cinq 
notes et vos etudes, que faites- 
vous? 

Je perfectionne le dernier 
morceau que j'ai appris et 
j'etudie mon nouveau mor- 
ceau. 

Pendant combien de temps ? 

Pendant trois-quarts d'heu- 
re et quelquefois meme une 
heui'e. 



100 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Do you read much music 
at sight ? 

I decipher every day music 
a little beneath my talent. 

I also, and that I like very 
much. They say, however, 
that it is a dangerous exer- 
cise. 

Yes, if you do not finger 
■well and if you do not play 
in time ; but it is not enough 
to play perfectly one's pieces, 
it is necessary to learn to read 
also. 

That is true. Otherwise 
one would be like Miss Ii[*** 
who plays la Farandole and 
la Lucia of Prudent very cor- 
rectly, and who cannot read 
at sight even the accompani- 
ment of a ballad. 

I know more than one ar- 
tist of whom the same thing 
could be said. 

Indeed ? It is incredible ! 

For my part, I care to be 
soDietliing else than a machine. 

You are such a good mu- 
sician ! 

N'ot at aU : I shall not con- 
sider myself a good musician 
tiU I am acquainted with 
harmony. 

I thought that the solfeggio 
sufficed to give a thorough 
knowledge of music. 

Not in the least. The 
solfeggio teaches you the 



Lisez-vous beaucoup de 
musique a premiere vue ? 

Je dechiffre tons les jom'a 
de la musique un pen au-des- 
sous de ma force. 

Moi aussi, et cela m'amuse 
beaucoup. On dit pourtant 
que c'est un exercice dan- 
gereux. 

Oui, si Ton ne doigte pas 
bien et si Ton ne joue pas 
en mesm'e; mais il ne suffit 
pas de savoir perfectionner 
ses morceaux, il faut encore 
apprendre a dechiffrer. 

C'est vi'ai. Autrement on 
serait comme Mile. Z*** qui 
joue tres correctement la Fa 
randole et la Lucie de Pru- 
dent, et qui ne pent pas 
seulement lire a premiere vue 
un accompagnement de ro- 
mance. 

Je connais plus d'un artiste 
dont on pourrait en du-e 
autant. 

En verite? C'est incroya- 
ble! 

Pour moi, je tiens a etre 
autre chose qu'une mecanique. 

Vous etes un-e si bon-ne, 
musicien-ne ! 

Du tout ; je ne me considere- 
rai bon-ne musicien-ne que 
lorsque je saurai I'barmonie. 

Je pensais que le solfege 
suffisait pour donner une con- 
naissance serieuse de la mu- 
sique. 

Pas le moins du monde, 
Le solfege vous enseigne k 



■FEENCH CONVERSATIONS. 



101 



value of the melody in auy 
musical work ; but harmony 
alone teaches the science of 
chords, their mutual relations, 
and the use we should make 
of them. 

I undei'stand. The solfeggio 
is the reading lesson, harmony 
is the lesson in rhetoric and 
composition. 

That is quite right. Now 
when one plays well on the 
piano, and has one's fingers 
constantly on chords which 
occm* every moment, it is a 
great shame not to study 
the laws which govern them. 

It is easy to talk ; but it 
seems to me that this math- 
ematics of music is scarcely 
more interesting than algebra 
and arithmetic. 

Oh ! yes it is ; I shall never 
be content till I have learned 
harmony. 

Be it so, become a com- 
poser, and you will dedicate 
your first waltz to me. 

With great pleasure. Only 
you are warned beforehand 
that it will not be worth the 
first waltz of Schulhoff or 
the great waltz of Chopin. 



saisii- la valeur melodique 
d'une composition musicale 
quelconque ; mais rharmonie 
seule vous apprend la science 
des accords, leurs relations 
entre eux et I'emploi qu'on en 
doit faire. 

Je comprends. Le solfege 
c'est la lecon de lecture ; I'har- 
monie, c'est la lecon de rhe- 
torique et de composition. 

C'est cela meme. Or quand 
on joue bien du piano et qu'on 
a sans cesse sous les doigts 
des accords qui se presentent 
a tons moments, c'est grand' 
honte que de ne pas etudier 
les lois qui les regissent. 

Vous en parlez h votre 
aise ; mais U me semble que 
ces math6matiques de la mu- 
sique ne doivent guere etre 
plus amusantes que I'algebre 
et I'arithmetique. 

Oh ! que si, et je ne serai 
pas content-e tant que je ne 
connaitrai pas I'harmonie. 

C'est cela, devenez com- 
positeur et vous me dedierez 
votre premiere valse. 

Avec grand plaisir. Seule- 
ment vous etes prevenu-e 
d'avance qu'elle ne vaudra ni 
la premiere valse de Schul- 
hoff ni la grande valse de 
Chopin. 



102 



FKBNCH CONVERSATIONS. 



XXXIV. 



A LIBRARY. 

Have you visited our new 
library ? 

I could not avoid doing so. 

That is true ; I forgot that 
your family is closely connect- 
ed "with the librarian. 

So Mr. N * * * has made 
me examine in detail the pa- 
lace, to the superintendence of 
which he has been so justly 
appointed. 

You are right in calling that 
edifice a palace ; I know of 
no building of the kind more 
imposing, more spacious, more 
elegant, more convenient, and 
better suited to its destination. 

I believe indeed that our 
public hbrary will be hereaf- 
ter one of the ornaments on 
which our city will pride itself 

Did you remark the great 
fetau'-case ? 

Yes, it is very handsome ; 
but what struck me most for- 
cibly is the vast dimensions 
of the reading-room on the 
first story. 

It is truly magnificent, and 
could, I think, contain at least 
five hundi'ed readers. 

Then how well it is hghted! 
It win be a real treat to go 
and study in such an apart- 
ment. 



UNE BIBLIOTHEQUE. 

Avez-vous visite notre noih 
velle bibhotheque ? 

Je ne pouvais me dispenser 
de le faire. 

C'est vrai; j'oubliais que 
votre famille est intimement 
hee avec le bibhothecaire. 

Aussi M. IS" * * * m'a-t-il 
fait examiner dans tons ses 
details le palais dont on I'a si 
justement nomme I'intendant 

Vous avez raison d'appeler 
cet edifice un palais ; je ne 
connais aucun monument de ce 
genre plus imposant, plus spa- 
cieux, plus riche, plus com- 
mode, et mieux.approprie a sa 
destination. 

Je crois en effet que notre 
bibliotheque pubhque sera de- 
sormais un des ornements dont 
notre ville pom-ra se glorifier. 

Avez-vous remarque le 
grand escalier ? 

Oui, il est fort beau ; mais 
ce quim'a frappe-e le plus, ce 
sont les vastes proportions du 
salon de lecture du premier 
etage. 

II est vraiment magnifique 
et pourra contenii-, je pense, 
cinq cents lecteurs au moins. 

Puis" comme il est bien 
eclaire ! Ce sera un plaisir ve- 
ritable que d'aller etudier dans 
une salle pareiUe. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



103 



"Will visitors be allo-^ed to 
carry home the books which 
they desire to consult or to 
read ? 

Not at all ; that is very well 
for a circulating library, but 
would not be proper for an 
institution of this kind. 

Then our library wi^'l be 
constituted in accordance with 
the laws which regulate most 
of the European libraries. 

Exactly so. 

"Will it be open in the e ten- 
ing? 

Certainly, and the la^lies 
will have their private apart- 
ments. 

How many volumes can our 
library contain ? 

One hundred and {ifjy thou- 
sand. 

That is enormous. 

That is nothing, however, 
compared with the large libra- 
ries of France, -of England, of 
Grermany, and of Italy. 

Is it possible I I thought, 
on the contrary, that there ex- 
isted very few such large col- 
lections of books. 

Notija ordinary cities, doubt- 
less ; but in capital towns, or 
in the great literary centres of 
Eui'ope, it is very different. 

"Would you be good enough 
to name to me some of the 



Permettra-t-on aux visiteurs 
d'emporter chez eux les livres 
qu'ils desirent consulter ou 
lire? 

Pas du tout ; eela est bon 
pour uu cabinet de le^tm-e, 
mais ne peut convenir pour 
une institution de ce 
genre, 

Alors notre biblioth^que 
sera constituee d'apres les lois 
qui r^gissent la plupart des bi- 
bliotheques europeennes. 

C'est eela meme. 

Sera-t-elle ouverte le soir ? 

Sans doute, et les femmes 
auront leurs salons particu- 
liers, 

Combien de volumes notre 
bibhotheque pourra-t-elle con- 
tenir? 

Cent cinquante mille. 

C'est enorme. 

Cela n'est rien pourtant, 
compare aux grandes bibli- 
otheques de la France, de 
I'AngleteiTe, de TAllemagne 
et de ritalie. 

En verite! Je croyais au 
contraire qu'il exist ait au 
monde bien peu de collections 
de livres d'un chiffi-e aussi 
eleve. 

Dans les villes ordinaires, 
sans doute ; mais dans les ca- 
pitales ou dans les grands cen- 
tres litteraires de I'Europe, 
c'est bien different. 

Seriez-vous assez bon-ne 
pour me nommer quelques 



104 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Tast libraries which you have 
visited in Europe ? 

I will mention only that of 
Munich, which contains four 
hundred thousand printed vo- 
lumes, like the libi"ary of Ox- 
ford and the hbrary of the 
Vatican. 

Good Heavens! what a 
quantity of books ! 

"Without speaking of the 
manuscripts ; and there are 
not less than fifty thousand of 
them at the Mbrary of the 
Vatican. 

Are the libraries of France 
as well endowed as those 
which you have just named ? 

Still more hberaUy endow- 
ed. For instance, the hbrary 
of the street Richeheu at Pa- 
ris contains seven hundred and 
fifty thousand printed volumes 
and eighty thousand manu- 
scripts. 

Well, I see it will be long 
before we can rival with Eu- 
rope. 

As regards quantity only ; 
for, thanks toMr N" '^^ * *, our 
library will not possess a sin- 
gle worthless volume. 

So much the better, indeed, 
for in all things, but especially 
in books, the quahty is worth 
more than the quantity. 



unes des vastes biblioth^ques 
que vous avez visitees en Eu- 
rope ? 

Je me bornerai a vous citei 
celle de Munich, qui contient 
quatre cent mille imprimes, 
comme la bibhotheque fl'Ox- 
ford et comme la bibhotheque 
du Vatican. 

Que de livres, grand Dieu ! 

Sans parler des manuscrits; 
et il n'y en a pas moins de 
cinquante miUe a la bibh- 
otheque du Vatican. 

Les bibhotheques de France 
sont-eUes aussi riches que 
celles que vous venez de men- 
tionner ? 

Plus riches encore. Ainsi 
la bibhotheque de la rue 
Bichelieu a Paris renferme 
sept cent cinquante mille im- 
primes et quatre-vingt mille 
manuscrits. 

Aliens, je vois bien qu'il 
nous faudra bien longtemps 
avant de pouvoir rivahser 
avec i'Europe. 

Sous le rapport de la quan- 
tite seulement ; car, grace a 
M. N * * *, notre bibhotheque 
ne possedera pas un seul vo- 
lume sans valeur. 

Tant mieux, ma foi, parce 
qu'en toutes choses, mais en 
fait de hvres surtout, la qua- 
hte vaut mieux que la quaiv 
tite. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



105 



XXXV. 



UPON THE ST7BJECT OF 
KOVAL. 



A EE- A PEOPOS 



DirS DEMENAGE- 
MENT. 



Is it true that you are go- 
ing to move ? 

Ye^, it is decided 

And where are you going 
to Hve, in the upper c* lower 
part of the city ? 

Up town. 

Has your father bought a 
house ? 

Several have been propos- 
ed to hini ; none has appeared 
to suit him in every re- 
spect. 

He thinks perhaps that a 
few years hence he will be 
able to buy a house cheaper ? 

I could not teU you; no- 
body understands less than I 
do about the rise and fall of 
property and all money mat- 
ters. 

Do you intend to remain 
lon^ in your new abode ? 

"We do not know yet; how- 
ever, we have taken a lease of 
It for three years. 

How many stories high is 
yom* house ? 

It has three stories and a 
fine attic. 

Is it an old or a new fash- 
ioned house ? 

It has been built several 



■Est-il vrai que vous alliez 
demenager ? 

Oui, c'est chose arretee. 

Et oii aUez-vous demeurer, 
dans le haut ou dans le bas de 
la ville ? 

Dans le haut de la ville. 

Est-ce que votre pere a 
achete une maison ? 

On lui en a propose plu- 
sieurs; aucune n'a paru lui 
convenir entierement. 

II croit peut-6tre que d'id 
a quelques annees il en pour- 
ra aclieter une a meilleur 
marche ? 

Je ne saurais vous dire: 
personne ne s'entend moins 
que moi a la hausse ou a la 
baisse des ten-ains et a toutes 
les questions d'affaires. 

Comptez-vous rester lorg- 
temps dans votre nouvelle 
demeure ? 

IS'ous n'en savons rien en- 
core ; nous avons pris toute- 
fois un bail de trois ans. 

Combien d'etages a votre 
maison ? 

Trois et un grenier superbe. 

Est-ce une maison ancienne 
ou moderne ? 

Elle est hkiie depuis pin- 



106 



FRENCH CONVERSATIONS. 



years, but it contains all the 
modern improvements. 

Have you a good kitchen ? 

Excellent, and a charming 
little bath-room. 

Is the water carried up 
through the house ? 

Yes, except in the attic. 

Oh ! that is hardly neces- 
sary. 

I beg your pardon, I regret 
it very much for my part, for 
I intend to estabhsh my stu- 
dio there. 

What need is there of 
mounting to the garret ? 

Because I shall there ob- 
tain a magnificent light, far 
preferable to vs^hat is to be 
had in the other stories. 

I see that you still cherish 
youi" passion for the fine arts. 

Do you thirtk there is any 
harm in it ? 

N"ot the least in the world. 
What I admire is, that your 
love for painting leads you to 
sound the praises of the gar- 
ret of your new house before 
speaking to me of the parlors. 

I am not astonished that 
you should be particularly in- 
terested in our new parlors ; 
you betray your tastes in your 
turn. 

I do not excuse myself. 

Well! learn then that we 
have three parlors on 



sieurs annees deja, mais eJk^ 
contient toutes les ameHora 
tions modernes. 

Avez-vous une bonne in- 
stallation de cuisine ? 

Excellente, et une char- 
mante petite saRe de bain. 

L'eau monte-t-elle dans tou- 
te la maison ? 

Oui, except e au greni(?r. 

Oh ! cela n'est guere neces- 
saire. 

Je vous demande pardon,, 
etjele regrette beaucouppour 
ma part, car je compte y in- 
staller mon atelier de peinture. 

Qu'aves-vous besoin de vous 
jacher au grenier ? 

Parce que j'y gagnerai une 
lumiere maguifique et bien 
preferable a celle des autres 
etages. 

Je vols que vous conservez 
toujours votre passion pom- 
les beaux-aris. 

Y trouvez-vous du mal ? 

Pas le moins du monde, 
J'admire seulement que votre 
amour pour la peinture vous 
porte a me vanter le grenier 
de votre nouvelle maison 
avant de me parler de vos sa- 
lons. 

Je ne m'etonne pas que 
vous vous preoccupiez de nos 
nouveaux salons, et vous tra- 
hissez vos gouts a votre tour. 

Je ne m'en defends pas. 
Eh bien! apprenez done 
que nous aurons trois salons 



FRENCH CONVERSATIONS. 



107 



tlie same floor and opening 
into one another : I hope that 
some time you will have an 
opportunity of dancing there, 
and you will see that they are 
of good dimensions. 

Where will you take your 
meals ? 

"We intend to make the 
third parlor our dining-room. 
We could dine below; but 
my father intends to convert 
the front basement into a 
laundiy. 

And where will your libra- 
ry be? 

The family library will be 
in the third story, back room ; 
but my father and brother 
will have the Httle room over 
the hall in the second story 
for their study. 



WUl your room be in the 
second or third story ? 

In the second, next my 
mother's. As for the rest, if 
you wish I can fully satisfy 
your curiosity, as I am going 
to our future residence. Will 
you accompany me? I will 
take you from the cellar to 
the garret. 

Very willingly, cmiosity 
being the least of my defects. 



de plain pied et donnant I'un 
dans I'autre. J'espere que 
vous aurez parfois I'occasion 
d'y dauser et vous verrez qu'Us 
sont d'une belle dimension. 

Ou prendrez-vous vos repas ? 

K'ous comptons faire du 
troisieme salon notre saUe a 
manger. Nous pouvrions man- 
ger en bas ; mais men pere 
compte faire une buanderie 
du basement de devant. 

Et ou sei-a votre biblio- 
theque ? 

La bibliotheque de la fa- 
mille se trouvera au troisieme 
etage sm" le derriere ; mais 
mon pere et mon frere feront 
de la petite chambre du se^ 
cond, situee au-dessus du ves- 
tibule, leur cabinet de travail 
ordinaire. 

Votre chambre, h. vous, 
sera-t-elle au second ou au 
troisieme ? 

Au second, a cote de celle 
de ma mere. Du reste, si 
vous le desirez, je vais satis- 
faire pleinement votre cmiosi- 
te, puisque jeme rends a notre 
domicile futur. Voulez-voua 
m'y accompagner ? Je vous le 
ferai visiter de la cave au 
grenier. 

Tres volontiers, la curiositi 
dtant le moindro de mes 
d^fauta 



108 



FRENCH CONVERSATIONS. 



XXXVI. 



A DEPARTUKE. 

How is this? Do I not 
hear that you are going off ? 

Yes. we have decided sud- 
denly to set off on a journey, 
which we have long been 
thinking of, and you find me 
in the midst of preparations 
for our departure. 

I hope I do not disturb you 
in the least. 

With a friend one is under 
no constraint ; if you will al- 
low me, I will continue to 
pack our trunks. 

Do you wish me to assist 
you ? 

I do not say no. 

I see that you were pre- 
paring to take a Hst of what 
you are going to put into this 
trunk. Shall I write the list 
for you ? 

Tes, if you please ; but 
first be so kind as to read me 
this one, that I may see 
whether it is correct. It is a 
list of what my mother is 
taking. 

{The friend reads) A do- 
zen pairs of white thread 
stockings ; a dozen pairs of 
white cotton stockings ; two 
dozen chemises ; two dozen 
pocket-handkerchiefs. 



UN DEPAET. 

Eh quoi ! vous partez a ce 
que j'apprends ? 

Oui, nous nous sommes de- 
cides subitement a entrepren- 
dre im voyage que nous me- 
ditons depuis longtemps, et 
vous me surprenez au milieu 
de tons nos preparatifs de de- 
part. 

J'espere que je ne vous de- 
range pas trop ? 

Avec un-e ami-e, on ne se 
gene point, et, si vous le per- 
mettez, je vais continuer a 
faire nos malles. 

Voulez-vous que je vous 
aide ? 

Ce n'est pas de refus. 

Je vois que vous vous pre- 
pariez a prendre note de tout 
ce que vous allez mettre dans 
cette malle. Voulez-vous que 
j'ecrive pour vous cette liste 
d'objets divers ? 

Tres volontiers ; mais d'abord 
veuillez me lire celle-ci, afin 
que j'en verifie I'exactitude. 
C'est la note de ce que ma 
mere emporte. 

{L* ami-e lisant) Une dou- 
zaine de paires de bas de fil ; 
une douzaine de paires de bas 
blancs en coton ; deux dou- 
zaines de chemises ; deux 
douzaines de mouchoirs de 
poche. 



J 



FRENCH CONVERSATIONS. 



109 



Mj mothei is very singu- 
lar ; she never counts or buys 
anything but by dozens. 

I beg your pardon, for I 
now read, one black lace veU, 
one small imitation veil, one 
green barege veil, eight neck- 
erchiefs, two spencers, four- 
teen collars, ten pairs of cuffs. 

Well ! I hope that mamma 
is not scantily furnished, and 
that- she is taking a sufficient 
number of clothes. 

Would you wish her to set 
out without the clothes, the 
dresses, and all the indispen- 
sable trifles which she will 
need? 

I do not for an instant 
think of having her do so ; 
but if my brother and my 
sister have as long a list as 
that of my mother, I fear 
that we shall have too much 
baggage. 

Are you going to take any 
trunks besides those which I 
see here ? 

I hope not. 

Let us see ; that will make 
four trunks, a valise, and 
two carpet bags. For four 
persons that is a pretty good 
supply. 

Without counting the um- 
brellas, the canes, the cases, 
and the hat-boxes. 

That will be decidedly 
something of a load. 

I hear the servant coming 
up. I am very glad ; he can 



Ma mere est etonnante 
elle ne compte et n'achete ja- 
mais rien que par douzaines. 

Je vous demande pardon, 
car je hs maintenant : un voile 
de dentelle noire, une voilette 
en imitation, un voile de ba- 
rege vert, huit fichus, deux 
canezous, quatorze cols, dix 
paires de manchettes. 

Eh bien ! j'espere que ma- 
man n'est pas mal approvi- 
sionnee et qu'elle emporte 
assez d'objets de toilette ! 

Voudriez-vous qu'elle se 
mit en route sans le linge, les 
robes, et tons les colifichets 
indispensables dont elle aura 
besoin ? 

Je n'en puis avoir un in- 
stant la pensee ; mais si mon 
frere et ma sceur ont une liste 
aussi longue que celle de ma 
mere, je crains bien que nous 
n'ayons trop de bagages. 

Emportez-vous d'autres mal- 
les que ceUes que j'apergois 
ici? 

J'espere que non. 

Yoyons, cela vous fera 
quatre malles, une valise et 
deux sacs de nuit. Pour 
quatre personnes cela n'est 
point trop mal. 

Sans compter les parapluies, 
les Cannes, les caisses, ou les 
cartons a chapeaux. 

La charge decidement ne 
sera pas mauvaise. 

Ah ! j'entends monter notre 
domesticue. J'en suis bien 



110 



FRENCH CONVERSATIONS. 



finish -what I found myself 
obliged to commence dming 
his absence. 

You set off, then, to-day ? 

This very afternoon, at four 
o'clock precisely. 

Then you will have no time 
to lose, and I reproach myself 
for having wasted your mo- 
ments. 

How now! it is I who 
ought to ask your pardon for 
having treated you so uncere- 
moniously. 

Wo apologies, I pray you, 
and be so kmd as to treat me 
always thus familiarly. Can 
I oblige you in any other 
way? 

I thank you a thousand 
times. I am certain now that 
we shall be ready in time. 

Are you going by the boat 
or by the cars ? 

By the boat. 

I shall arrange matters so 
as to be there presently, that 
I may wish you all a pleasant 
journey. 

You are very kind. 

No farewell. 

Till we meet again. 



aise ; il va pouvoii terminei 
ce que je m'etais vu-e oblige-e 
de commencer en son absence. 

Vous partez done des au- 
jourd'hui ? 

Cette apres-midi meme, a 
quatre heures precises. 

Alors vous n'avez point de 
temps a perdre, et je me re- 
proche d'avoir abuse de vos 
instants. 

Comment done ! mais c'est 
moi qui vous demande par- 
don d'avoir agi a votre egard 
avec autant de sans-fa§on. 

Point d'excuses, je vous en 
prie, et veuillez toujom-s me 
traiter ainsi, en mtime. Puis- 
je encore vous obhger en quoi 
que ce soit ? 

Mille fois mei'ci. Je suis 
certain-e maintenant que nous 
serons prets en temps. 

Partez-vous par le bateau 
ou par le chemin de fer ? 

Par le bateau. 

Je ferai en sorte de m'y 
trouver tantot, afin de pou- 
voir vous souhaiter a tous bon 
voyage. 

Vous etes trop bon-ne. 

Sans adieu. 

Au reyoir. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Ill 



XXXYIL 



ON READING. 

Do you read much now ? 

As much as possible. I 
have not forgotten what Ba- 
con says, 

"What has he said about 
reading ? I do not recollect. 

He affirms that reading 
gives ideas, and I am alto- 
gether of his opinion. 

It is true, reading gives 
ideas, but these are good or 
bad, according to the books 
•we peruse. ■ 

Oh ! my two favorite books 
are unimpeachable. 

"What are they then ? 

The Bible and the Iliad. 

I compliment you most sin- 
cerely upon yovu- taste, and 
advise you to persist in your 
choice. 

I continually come back 
upon the Scriptures and the 
poem of Homer ; they seem 
to me to contain aU the rest. 

You are right; but those 
books are very serious, very 
deep for a person of your age. 

I have not always been so 
sensihle ; I remember the time 
when the Swiss Family Ro- 
binson was my dehght. 



SUB LA LECTURE. 

Lisez-vous toujours beau- 
coup ? 

Le plus que je puis Je 
n'ai pas oubhe ce qu'a dit Ba- 
con. 

Qu'a-t-il done dit au sujet 
de la lecture ? Je ne me le 
rappeUe point. 

II affirm e que la lecture 
donne des idees, et je suis tout 
a fait de son opinion. 

C'est vrai, la lecture donne 
des idees, bonnes ou mau- 
vaises, selon les Hvres dont on 
s'inspire. 

Oh ! mes deux hvres de 
predilection a moi sont inat- 
taquables. 

Quels sont-ils done ? 

L'Evangile et I'lhade. 

Je vous fais mon bien sin- 
cere compliment de votre 
gout et je vous engage a per- 
sister dans votre choix. 

Je reviens sans cesse aux 
saintes ecritures et au poeme 
d'Homere ; ils me paraissent 
contenir tout le reste. 

Yous avez raison, mais ce 
sont la des Hvres bien serieux, 
bien profonds pour une per- 
sonne de votre age. 

Je n'ai pas eu toujours au- 
tant de raison, et je me rap- 
peUe encore le ten:ps ou le 
Robinson Suisse fa'sait mon 
bonheur. 



112 



FRENCH CONVERSATIONS. 



That is a book which inte- 
rests all children, and which, 
under a captivating form, con- 
tains many useful ideas. 

But now it does not seem 
to me at all natural. 

That proves that your mind 
has been abeady much exer- 
cised, and is maturing ; but 
you are wrong to despise 
completely a book which is 
valuable to many children. 

I only read with pleasure 
now books written for older 
persons. 

Let us see which are yom* 
favorite authors ? 

Shakspeare, Milton, Scott, 
and Byron. 

There is a great deal to say 
on that subject. 

Perhaps you do not know 
that my mother superintends 
my reading. 

I was not at all aware of 
that. 

Here is the course of read- 
ing which she has selected for 
me. 

I see she contents herself 
with making you acquainted 
with the unexceptionable 
pages of our great writers. 

She often tells me that men 
of the greatest genius commit 
faults, and allow themselves 
to be carried away by their 
imagination, and that it is 



C'est un livre qui interesss 
tons les enfants, et qm ren- 
ferme une foule de notions 
utiles sous une forme capti- 
vante. 

Maintenant D. ne me parait 
plus natm*el. 

Cela prouve que votre 
esprit est deja tres exerce et 
arrive a sa maturite ; mais 
vous amiez tort de dedaigner 
completement un ouvrage 
precieux pour beaucoup d'en- 
fants. 

Je ne hs plus maintenant 
avec plaisir que des livre^" 
ecrits pour les grandes per- 
sonnes. 

Voyons quels sont vos au- 
teurs favoris ? 

Shakspeare, Milton, Scott 
et Byron. 

II y a beaucoup a dire a ce 
sujet. 

C'est que vous ne savez 
peut-etre pas que ma mere 
preside a toutes mes lec- 
tures. 

Je I'ignorais effectivement. 

Tenez, voici les albums de 
lecture qu'elle a composes 
pour moi. 

Je vois qu'elle se contente 
de vous faire connaitre les 
pages irreprochables de nos 
grands ecrivains. 

EUe me repete que les 
hommes du plus grand genie 
commettent des fautes. se lais- 
sent emporter mal a propos 
par leur imagination, et qu'il 



FRENCH CONVERSATIONS. 



iia 



useless to follow them in their 
flights and wanderings. 

Your mother gives you ex- 
cellent books, I see ; I am no 
longer astonished that cliil- 
dren's books haA-e no attrac- 
tions for you. 

Does she teach you French, 
also? 

No ; I have had a master 
for six months. 

What do you z-ead with 
him ? 

The History of the Con- 
quest of England by the N'or- 
mans. 

That is the great work of 
Augustin Thierry. 

Are you not acquainted 
■^th some other French 
books ? 

Yes, certainly. I have read 
also Les Martyrs of Chateau- 
briand, Picciola of Saintine, 
Athalie, Esther and Les Plai- 
deurs of Racine, and a selec- 
tion of dramatical works, 
novels, and various extracts 
from the best French authors. 



Well, I am certain that by 
pursuing such a course of 
study for some time longer 
you will become well inform- 
ed and quite distinguee. 



est inutile de les suivre dana 
leurs ecarts et leurs divaga- 
tions. 

Madame votre mere vou» 
donne d'excellentes legons, je 
le vols, et je ne m'etonne plus 
que les lectures enfantinet. 
n'aient plus d'attrait pour 
vous. 

Est-ce elle aussi qui vou'j 
enseigne le francais ? 

Non, j'ai un jDrofesseur d*,- 
puis six mois. 

Et que lisez-vous avec lui 

L'Histoire de la Conque^,* 
de TAngleterre par les N'tj 
mands. 

C'est le chef-d'oeuvre d'Au 
gustin Thierry. 

]^e connaissez-vouspas d'au- 
tres livres frangais ? 

Si fait. J'ai lu aussi les 
Martyrs de Chateaubriand, 
Picciola de Saintine, Athahe, 
Esther et les Plaideurs de Ra- 
cine, et une bibliotheque ht- 
t6raire composee d'ouvrages 
dramatiques, de nouvelles, et 
de morceaux divers dus aux 
meilleurs ecrivains de la 
France. 

Aliens, je suis certain qu'en 
etudiant aussi sagement pen- 
dant quelque temps encore, 
vous deviendrez une personne 
instruite et tout a fait distin- 
guee. 



114 



FRENCH CONVERSATIONS, 



XXXVIII. 



AT A BALL. 

Miss, will you do me the 
honor of dancing this set with 
me? 

"With pleasure, Sir. 

Permit me to offer you my 
arm. Shall we stand on this 
side ? 

If it makes no difference to 
you, I would prefer to dance 
in the other parlor, it is too 
warm here. 

I perceive your brother 
yonder : he will be our vis-a- 
vis. 

"Would you be good enough 
to teU me the name of his 
partner ? 

It is Miss A***, Are you 
not acquainted with her ? 

This is the first time I have 
met her. 

What do you think of 
her ? 

She is charming, indeed, 
and her di'ess seems to me in 
exquisite taste. However, I 
have one fault to find with 
her, a fault which is becoming 
very fashionable. 

What fault ? 

A fondness for jewelry. 
That a lady somewhat ad- 
vanced in years should have 
recom'se to elegance in dress 
and a great deal of ornament, 



AU BAL. 

Mademoiselle, voulez-voua 
me faire I'honneur de dan- 
ser cette contredanse avec 
moi? 

Avec plaisir, Monsieur. 
Permettez-moi de vous offrir 
mon bras. Voulez-vous que 
nous nous placions de ce 
cote ? 

Si cela vous est indifferent, 
je prefererais danser dans I'au- 
tre salon ; il fait trop chaud 
dans celui-ci. 

Justement j'apergois la-bas 
votre frere : il nous fera vis-a- 
vis. 

Seriez-Vous assez bon pour 
me dire comment se nomme 
sa danseuse ? 

C'est Mademoiselle A*** 
Ne la conuaissez-vous pas ? 

Je la rencontre ce soir pour 
la premiere fois. 

Comment la trouvez-vous ? 

Charmante, en verite, et sa 
toilette me semble d'un gout 
exquis. Je lui reprocherai ce- 
pendant d'etre tombee dans 
un defaut qui devient fort a 
la mode. 

Quel defaut ? 

L'amour des bijoux. Qu'une 
femme d'un certain age ait re 
cours au luxe de la parure et 
a I'eclat des pierres precieuses, 
cela se comprend ; mais dea 



FRENCH CONVERSATIONS. 



115 



is easily understood ; but dia- 
monds at eighteen ! What 
foUy! 

You say that because I have 
none. 

You know well that you 
have no need of them : youth 
and freshness of color are the 
most beautiful diamonds in 
the world. 

Do you like to pay compli- 
ments ? 

Not at all, I assure you. 

I hope, however, that will 
not prevent you from saying 
that I have in my hand a 
most beautiful bouquet. 

That is true ; but I should 
not have thought of observ- 
ing your flowers, while talk- 
ing with you. 

This time, that is what the 
French call a madrigal, I be- 
lieve. 

Pay no regard to it and do 
not be offended, I pray you ; 
I returned from Paris but a 
fortnight since. 

Oh ! I am no longer as- 
tonished. Were you pleased 
during your stay in France ? 

Dehghted. 

Does society at Paris at all 
resemble ours ? 

People are much the same 
everywhere. According to 
the company we frequent and 
the country in which we are, 
we find a little more or a lit- 
tle less luxury, beauty, distinc- 
tion, constraint, or frank and 
natural gaiety ; but all balls 



diamants a 
Quelle folie ! 



dix-huit ans ! 



Vous dites cela, parce que 
je n'en ai point. 

Vous savez bien que vous 
n'en avez nul besoin : jeunesse 
et fraiches coulem's, voila les 
plus beaux diamants du 
monde. 

Est-ce que vous aimez a 
faire des compliments ? 

IS'ullement, je vous assure. 

Ce qui ne va pas vous em- 
pecher de me dire que je 
porte a la main un bouquet 
delicieux. 

C'est vrai; mais je neusse 
point songe, en causant avec 
vous, a remarquer vos fleurs. 

Pom- le coup, voila ce que 
les Frangais, je crois, appel- 
lent un madrigal. 

N'y faites pas attention et 
ne vous fachez pas, je vous en 
prie ; je ne suis de retour de 
Paris que depuis quinze jours. 

Oh ! je Re m'etonne plus 
alors. Etes-vous satisfait de 
votre sejcur en France ? 

Enchante. 

La societe de Paris ressem- 
ble-t-elle beaucoup a la notre ? 

Le monde est partout a 
peu pres le meme. Selon la 
classe qu'on frequente et le 
pays ou Ton se trouve, on re- 
marque un peu phis ou un 
peu moins de luxe, de beaute, 
de distinction, de contrainte 
ou de gaiete franche et natu- 



116 



FRENCH CONVERSATIONS. 



resemble one another veiy 
much. 

I should have thought that 
the entertainments of Paris 
were more brilliant than 
ours. 

Without doubt some very 
splendid and princely enter- 
tainments are given; but as 
regards ordinary balls, what 
do you wish more delightful 
than the one in which we are 
at present taking part ? 

It is, indeed, very pleasant; 
neither too noisy nor .too quiet, 
and the music is excellent. 

I was certain that the or- 
chestra would meet with your 
approbation. 

Yes, I think that all the 
quadrilles, waltzes, and polkas 
executed this evening are dis- 
tinguished for two essential 
qualities : a vigorous rhythm 
and agreeable melody. 

You speak like a true mu- 
sician. 

Still another compliment ! 

It shall be the last. 

Yes, because the quadrille 
is finished. 



relle ; mais partout les bala 
se ressemblent beaucoup. 

J'aurais cru que les soirees 
a Paris avaient plus d'eclat 
que les notres. 

On y donne sans doute 
quelques fetes princLeres des 
plus belles ; mais en fait de 
bals ordinaires que voulez- 
vous, Mademoiselle, de plus 
charmant que celui auquel 
nous assistons en ce moment ? 

II est tres joh en efFet, ni 
trop bruyant, ni trop calme, 
et la musique est excellente. 

J'etais certain que I'orches- 
tre obtiendrait votre appro- 
bation. 

Oui, je trouve que toutes 
les contredanses, les valses et 
les polkas executees ce soir 
se distinguent par deux quah- 
tes essentieUes : un rhythme 
vigoureux et une melodie 
agreable. 

Vous parlez, Mademoiselle, 
en veritable musicienne. 

Encore un compliment ! 

Ce sera le dernier. 

Oui, parce que la contre* 
danse est finie. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



117 



XXXIX. 



THE COSMORAMAS. 



LES COSMORAMAS. 



Do you know what cosmo- 
ramas are ? 

If I am not mistaken, they 
are views taken from different 
parts of the world. 

That is right. Can you teU 
me now in what cosmoramas 
differ from panoramas and 
dioramas ? 

Your question puzzles me 
a little. 

Let us see, try to answer. 
What does the word panora- 
ma signify ? 

Complete or entire view. 
My drawing-teacher has ex- 
plained to me that, at first, 
panoramas were vast circular 
paintings, at the centre of 
which the sj^ectator was pla- 
ced, and from which he con- 
templated in succession all 
liis horizon. 

And as he saw nothing on 
all sides but this circular 
painting, without being able 
to compare it with any other 
object, the illusion was com- 
plete. 

I have seen lately another 
kind of panorama. It was a 
canvas several miles in length, 
placed upon a double cylin- 
der, and which was um-olled 



Savez-vous ce qu'on appel- 
le des cosmoramas ? 

Si je ne me trompe, cela 
veut dire des vues emprun- 
tees aux diverses parties du 
monde. 

C'est cela meme. Pouvez- 
vous me dire maintenant en 
quoi \es cosmoramas diffe- 
rent des panoramas et des dio- 
ramas ? 

Votre question m'embar- 
rasse un peu. 

Voyons, tachez d'y repon- 
dre. Que signifie le mot 
panorama ? 

Vue de la totahte. Mon 
professeur de dessin m'a es- 
phque que, dans le principe, 
les panoramas etaient de vas- 
tes tableaux circulau-es, au 
centre desquels le spectatem' 
se trouvait place et d'oi!i il 
contemplait successivement 
tout son horizon. 

Et comme il ne rencontrait 
de tons les cotes que ce ta- 
bleau circulau'e sans pouvoir 
le comparer avec aucun objet 
Stranger, il eprouvait I'illu- 
sion la plus complete. 

J'ai vu tout dernierement 
un autre genre de panoramas. 
C'etait une toile de plusiem's 
milles de long, posee sur un 
double cylindre, et que Ton 



118 



FRENCH CONVERSATIONS. 



before the eyes of the specta- 
tor. 

A kind of spectacle quite 
in favor for several years past, 
but generally devoid of all 
artistic merit. In painting, 
quantity can never take the 
place of quality. 

Allow, however, that this 
species of panorama permits 
one to become acquainted 
with a vast extent of coimtry, 
and that on that account 
alone, they present an instruc- 
tive and interesting spectacle. 

Well, I see with pleasure 
that you are an amateur, and 
I approve of your indulgence 
in favor of works sometimes 
indeed instructive. 

I see plainly that you pre- 
fer dioramas to panoramas 
which are not chciilar. 

You are not mistaken; I 
admire greatly those spacious 
views, illuminated by a mov- 
able light so as to represent 
the different hours of the day. 

It is by means of this mov- 
able light, is it not, that a 
church, for example, deserted 
but a moment ago, suddenly 
appears filled with people ? 

Yes, the canvas is painted 
on both sides, and in such a 
manner that the two subjects 
may one after the other meet 
the eye of the spectator. 

That must be very beauti- 
ful? 

Undeniably. I regret that I 



deroulait sous les yeux du 
spectateur. 

Genre de spectacle en fa- 
veur depuis plusieurs annees, 
mais depom-vu le plus souvent 
de tout merite artistique. En 
peinture, la quantite ne peut 
jamais tenir lieu de la quaUte. 
Convenez cependant que 
ces panoramas non circulaires 
permettent de se rendre 
compte d'une grande eten- 
due de pays, et que, par cela 
seul, ils otfrent un spectacle 
instructif et interessant. 

AUons, je vols avec plaisir 
que vous etes un amateur, et 
j'approuve votre indulgence 
en favour d'ceuvres parfois 
tres instructives en effet. 

Je vols bien que vous pre- 
ferez les dioramas aux pano- 
ramas non circulaires. 

Vous ne vous trompez pas, 
et j'admire beaucoup ces vues 
spacieuses, eclairees, comme 
aux diverses parties du jour, 
par une lumiere mobile. 

C'est a I'aide de cette lu- 
miere mobile, n'est-il pas vrai, 
qu'une egUse, par exemple, 
deserte tout a I'heure, appa- 
rait tout a coup remplie de 
monde ? 

Oui, la toile est peinte des 
deux cotes, et de facon a ce 
que les deux sujets puissent 
I'un aprfes I'autre frapper I'ceil 
du spectateur. 

Cela doit etre bien beau I 

Sans contredit, et je regret- 



FRENCH CONVERSATIONS. 



119 



cannot enable you to behold 
one of the magnificent diora- 
mas of Daguerre, of Sebron, 
or of Bouton. 

"While waiting, we may 
go and see the cosmoramas 
of Sattler. Are the simple 
optical views in the style of 
those which my father has 
given me ? 

Not at all. Instead of co- 
lored lithographs, we shall be 
able to admire oil-pamtings, 
executed with the greatest 
care. 

Do we look at them through 
an optical glass ? 

Yes, and for that reason 
they ought to be drawn with 
minute coi-rectness : otherwise, 
the least defect, magnified by 
the lens, would become a de- 
formity. 

Wliat do the cosmoramas 
of Sattler represent ? 

Very curious views, gener- 
ally little known, and which 
deserve to be known; they 
are most scrupulously exact, 
and a gi-eat number of them 
leave very little to desire as 
regards execution. 

Let us go then, for I am 
anxious to judge of them for 
myself. 



te de ne pouvoir vous faire 
contempler un des ma- 
gnifiques dioramas de Da- 
guerre, de Sebron ou de Bou- 

tOEU 

En attendant, nous pouvons 
aller voir les cosmoramas de 
Sattler. Est-ce que ce sont 
de simples vues d'optique dans 
le genre de celles que mon 
pere m'a donnees ? 

Wullement. Au lieu de 
lithograpliies colorizes, nous 
allons pouvoir admirer des 
tableaux a Thuile peints avec 
le plus grand soin, 

Les regarde-t-on aussi a 
travers un verre d'optique ? 

Oui, et voila pourquoi ils 
doivent etre dessines avec una 
correction minutieuse : autre- 
ment, le moindre defaut, 
agrandi par la lentille, devien- 
drait" une monstruosite. 

Que representent les cos- 
moramas de Sattler ? 

Des vues tres curieuses, 
gineralement peu connues et 
meritant del'etre ; 1' exactitude 
en est scrupuleuse, et bon 
nombre d'entre elles laissent 
bien peu de chose a desirer 
sous le rapport de I'execution. 

Sortons done, car j'ai hate 
de pouvoir en juger par moi- 
meme. 



120 



FRENCH CONVERSATIONS. 



XL. 



BETWEEN TWO SCHOOL FRIENDS. ENTEE DEUS AMIES DE PENSION. 



How long it is since I have 
seen you, my dear Laura ! 

As for me, I had ahiiost 
begun to think that we should 
never see one another again. 

You have returned at last 
from Paris. Tell me, did you 
enjoy yourself very much ? 

Not much, I assure you. 
I was at hoarding-school as 
you know, and I was only 
allowed to go out once a fort- 
night. 

Then, you must be very 
learned by this time. 

Oh ! learned without know- 
ing much after all. 

But you speak French very 
well. 

I do not deserve much 
credit for that, JSTo person 
about me could speak any 
other language. 

Tlien you took all your les- 
sons in French ? 

All without exception. 

Were your teachers very 
exacting ? 

You can form no idea of 
it. At Paris, teachers are 
held in high esteem, and the 
strictest attention is paid to 
their instructions. 

Can you not speak during 
recitation ? 



Qu'il y a longtemps que 
je ne t'ai vue, ma ch^re 
Laure ! 

Et moi done! Je croyais 
que nous ne nous retrouve- 
rions jamais. 

Enfin, te voici de retour de 
Paris. Dis-moi, t'y es-tu bien 
amusee ? 

Pas beaucoup, je t'assure. 
J'etais en pension, ainsi que 
tu sais, et je n'avais la per- 
mission de sortir qu'une fois 
tous les quinze jours. 

Alors, tu dois etre une 
savante a present. 

Oh ! une savante qui ne 
salt pas grand' chose. 

Mais tu paries fort bien 
francais. 

II n'y a guere de merite k 
cela ; personne autour de moi 
ne savait parler d'autre lan- 
gue._ 

Ainsi tu prenais toutes tea 
le9ons en francais ? 

Toutes sans exception. 

Et tes professeurs etaient- 
ils bien exigeants ? 

Tu ne saurais t'en faire une 
idee. A Paris, les professeurs 
jouissent d'une consideration 
tres grande, et Ton prete a 
leurs lecons I'attention la plus 
soutenue. 

Est-ce qu'on ne pent pas 
parler pendant les classes ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



121 



Never, unless you ■wish to 
expose yourself to severe pun- 
ishment. 

That must be very disagree- 
able. 

Really, I do not know how 
it is, but in a short time you 
become accustomed to it. 

What have you studied ? 

Oh ! a number of things. 

Levi's General History ? 

Yes, though to tell the 
truth, the text of Levi served 
only as an index for the abun- 
dant remarks of our learned 
professor. 

Are you acquainted •with 
the Esquisses Litteraires of 
Levi? 

Oh yes ; but at Paris, now, 
they prefer the Cours d'His- 
toire Litteraire of Mr. Thery. 

I have never heard of that 
work. 

I brought a copy with me ; 
if you wish, I will lend it to 
you. 

What is the plan of the 
work? 

The author gives an histori- 
cal description of the different 
departments of Uterature, and 
reviews successively the au- 
thors who have distinguished 
themselves in each of them. 

The same as in theBsquisses 
Litteraires, 

With this difference, how- 
ever, that the author of the 
Esquisses Litteraires limits 



Jamais ; a moins qu'on ne 
veuille s'exposer a des puni- 
tions severes. 

Cela doit etre fort en- 
nuyeux. 

Mon Dieu ! je ne sais trop 
comment cela se fait, mais au 
bout de quelque temps, on 
n'y pense plus. 

Et qu'as-tu etudie ? 

Oh ! une foule de choaes ! 

L'histoire generale de Levi ? 

Oui, quoique a vrai dire, 
le texte de Levi ne servit que 
de sommaire aux riches de- 
veloppements de notre savant 
professem'. 

Connais-tu les Esquisses 
litteraires de Levi ? 

Sans doute ; mais on leur 
prefere a present a Paiis le 
Cours d'Histoii-e htteraire de 
M. Thery. 

Je n'en ai jamais entendu 
parler. 

J'en ai rapports un exem- 
plaire ; si tu veux, je te le 
preterai. 

Quel est le plan de cet 
ouvrage ? 

L'auteur fait I'historique 
de tons les genres litteraires 
I'un apres I'autre, et passe 
successivement en revue les 
auteurs qui se sont distingues 
dans chacun d'eux. 

C'est comme dans les Es- 
quisses litteraires. 

Avec cette difference tou- 
tefois, que l'auteur des Esquis* 
ses Htteraires se borne a don 



122 



FRENCH CONVERSATIONS. 



himself to giving a dry no- 
menclature, devoid of in- 
terest ; whilst Mr. Therj takes 
care to analyze each great 
work, to quote important 
parts of it, and to place a 
criticism upon liis works after 
the name of each author. 

That must be very instruc- 
tive and very interesting. 
You would oblige me very 
much by lending me that 
work. 

Did you bring any other 
school-books from Paris ? 

Yes, I have the Mythology 
of Gerusez. 

We use that at our school 
also ; our French teacher re- 
commends it highly. 

Do they give you geogra- 
phy to study ? 

Certainly, but in English. 
Some of the young ladies, 
however, use the atlas of Tar- 
dieu ; and others, that of Cor- 
tambert. 

The works of Mr. Cortam- 
bert are known here, then ? 
I am very glad of it. He 
gave me lessons at Paris ; and, 
though he is such a giant, he 
is the most agreeable and the 
most skilful teacher of geog- 
raphy whom I know. 

What else did you learn at 
Paris ? 

Grammar, rhetoric, Hterary 
composition. 

The same as here. It is 
scarcely worth while to go to 



ner une nomenclature soche 
et depourvue d'interet ; tandis 
que M. Thery a soin d'analyser 
chaque grand ouvrage, d'en 
citer des fragments impor- 
tants, et defaire suivre chaque 
nom d'ecrivain d'une appre- 
ciation critique de ses ceuvres. 
Cela doit etre tres instruc- 
tif, tres attrayant, et tu 
m'obligeras beaucoup en ire 
pretant cet ouvrage. 

As-tu encore rapporte de 
Paris d'autres livres d'etude ? 

Om, j'ai la My thologie de 
M. Gerusez. 

JS'ous nous en servons aussi 
dans notre pension; notre 
professeur de frangais la re- 
commande beaucoup. 

Est-ce qu'on vous fait etu- 
dier la geographic ? 

Certainement, mais en an- 
glais. Quelques demoiselles 
cependant se servent de I'a- 
tlas de Tardieu, et d'autres 
de celui de Cortambert. 

On comiait ici les ouvrages 
de M. Cortambert ? J'en suia 
enchantee. II m'a donne des 
legons a Paris, et, en d6pit de 
sa taille de geant, c'est bien 
le plus aimable et le plus 
habile professeur de geogra- 
phie que je connaisse. 

Qu'etudiais-tu encore a 
Paris ? 

La grammaire, la rheto- 
rique, la composition htteraire. 

Comme nous ici. Ma foi, 
cela n'est guere la peine d'al- 



FRENCH CONVERSATIONS. 



123 



Paris, since oui- course so ex- 
actly resembles that -which 
you pursued there. 

You would be so much the 
more wrong in going to 
France, as we should then 
be separated again. 

You are right. Let us both 
remain in our own country, 
and prove to the Parisians 
that we can obtain an educa- 
tion here as well as there. 



ler a Paris, puisque nos coura 
ressemblent tant aceux qu'on 
t'a fait suivre la-bas. 

Tu aurais d'autant plus 
tort de te rendre en France, 
que nous nous trouverions 
encore une fois separees. 

Tu as raison. Restons tuu- 
tes deux dans notre pays, et 
prouYons aux Parisiennes que 
nous les valons bien pour 
I'instruction. 



XL! 



PLANS FOR TRAVELLING. 

Do you intend to travel 
this summer ? 

I cannot tell ; we have not 
yet come to any decision upon 
that subject. 

You will certainly not re- 
main in the city, through the 
suffocating heat of the months 
of July and August. 

I think not, but I cannot 
possibly tell you what course 
we shall pm'sue. 



you 



Do you know what 
ought to do ? 

I foresee what you are 
going to ask me. You wish 
to take me with you ? 

Yes, let us set off together. 

In what dii'ection are you 
going? 



PROJETS DE V01AGE. 

Avez-vous I'intention de 
voyager cet ete ? 

Je ne puis pas bien encore 
vous repondre; nous n'avons 
pris aucune determination 
definitive a cet egard. 

Vous ne resterez point en 
ville, sans doute, au milieu des 
chalem's suffocantes du mois 
de Jmllet et du mois d'Aout ? 

Je ne le pense pas; mais 
je ne saurais vraiment vous 
dire encore quel parti nous 
prendrons. 

Savez-vous ce que vous 
devriez faire ? 

Je prevois ce que vous al- 
lez me demander. Vous vou- 
lez m'emmener avec vous ? 

Oui, partons ensemble. 

De quel cote vous dirigez- 
vous? 



124 



FRENCH CONVERSATIONS. 



I expect to go first to Buffa- 
lo. The lyf*** famUy wiU 
be there in a few days, and 
I would not miss this oppor- 
tunity of seeing them again, 
were it only for a few hours. 

Once at Buffalo you wiU 
certainly visit the Falls of 
Magara. How long do you 
propose to remain there ? 

Three or four days. 

Whether I accompany you 
or not, let me prevail upon you 
to remain a whole week at 
Niagara; it is indeed worth 
it. 

I had forgotten that you 
have already made acquaint- 
ance with the Falls of W'iaga- 
ra. This journey will not 
then be very interesting to 
you. 

Excuse me ; Niagara is one 
of those wonders which I 
should never grow weary of 
admiring. 

Come then with me. After- 
wards we wUl cross lake On- 
tario, descend the St. Law- 
rence, visit Montreal and 
Quebec, and go as far as the 
Falls of Montmorency and 
the Chaudiere. 

That is a delightful excur- 
sion. 

Have you already made 
it? 

Once only. Yes, I am ac- 
quainted with the St. Law- 



Je compte d'abord gagner 
Buffalo. La famille N*** 
s'y trouvera d'ici a quelquea 
jours, et je ne voudrais pas 
manquer cette occasion de la 
revoir, ne fut-ce que quelques 
heures. 

Une fois a Buffalo, vous 
irez necessairement visiter les 
chutes du Niagara. Combien 
de temps vous proposez-vous 
d'y rester? 

Trois ou quatre jours. 

Que je V 6us accompagne 
ou non, je vous engage a de- 
meurer une semaine entiere a 
Niagara; cela en vaut vrai- 
ment la peine. 

J'avais oublie que vous 
connaissez deja les chutes du 
Niagara. Ce voyage alors 
n'offrirait pas grand interet 
pour vous. 

Pardon; Niagara est une 
de ces merveilles que je ne 
m.e lasserais jamais d'admirer. 

Venezdoncavecmoi. Nous 
traverserons ensuite le lac 
Ontario, nous descendrons le 
St. Laurent, nous visiterons 
Montreal et Quebec, et pous- 
serons jusqu'aux chutes de 
Montmorency et de la Chau- 
diere. 

C'est la une excursion de- 
hcieuse. 

L'avez vous deja faite ? 

Une fois seulement. Oui^ 
je connais le St. Lamrept et 



FRENCH CONVERSATIONS. 



125 



rence,with its thousand islands, 
Montreal, with its cathedral 
and fine quays, and the splen- 
did panorama which is to be 
seen from the top of the 
mountain which overlooks the 
city. 

But you have not been to 
Quebec, I am sure. 

I ask your pardon. I have 
visited that old city, whose 
remarkable position and im- 
pregnable citadel have caused 
it to be surnamed the Gibral- 
tar of America. 

I have heard a great deal 
about the Falls of Montmo- 
rency and the Chaudiere; 
have they a well-deserved 
reputation I 

Yes, indeed, I assure you ; 
and as both are only nine or 
ten miles from Quebec, I beg 
you not to neglect them. 



That is not at all my in- 
tention ; but I perceive that 
you are too familiar with my 
route for it to seem very at- 
tractive to you. 

On the contrary, I should 
be delighted to revisit in your 
society places which I admire, 
and whose remembrance is 
most pleasant to me, but . . . 

There is a but which leads 
me to expect nothing good. 

Well ! I will communicate 
to you my plans in retmti. 
If I refuse your attractive 



ses mille iles, Montreal avec 
sa cathedi'ale, ses beaux quais, 
et le splendide panorama 
qu'on decouvre du haut de la 
montagne qui domine cette 
ville. 

Mais vous netes pas alle-e 
a Quebec, j'en suis sur-e ? 

Je vous demande pardon. 
J'ai visite cette vieille cite, 
que sa position remarquable 
et son imprenable citadeUe 
out fait siu'nommer la GibraU 
tar de VAmeriqiie. 

On m'a beaucoup parle des 
chutes des Montmorency et 
de la Chaudiere ; meritent- 
elles leur reputation ? 

Tout-a-fait, je vous assure, 
et comme chacune d'elles se 
trouve a neuf ou dix milles 
seulement de Quebec, je vous 
engage beaucoup a ne pas las 
neghger. 

Ce n'est nullement men in- 
tention ; mais je m'apergois 
que mou itineraire vous est 
trop familier pour vous sem- 
bler bien attrayant. 

Au contrau-e, je serais en- 
chante-e de revoii' en votre 
societe des heux que j'aime 
et dont j'ai conserve le plus 
agreable souvenir. Cepen- 
dant. . , 

Voici un cependaut qui ne 
m'annonce rien de bon. 

Eh bien ! je vais vous 
communiquer mes projets h. 
mon tour. Si je refuse votre 



i26 



FRENCH CONVERSATIONS. 



ofter, it is that I think of 
going to Europe. 

Indeed ! When do you sail ? 

I shall know to-morrow or 
the day after, I hope, and 
you shall be the first person 
whom I shall inform of our 
decision in regard to that 
journey. 



offre seduisante, c est que je 
songe a me rendre en Eu- 
rope. 

En verite ! Et quand par- 
tez-vous ? 

Je le saui'ai demain ou 
apres-demain, je I'espere, et 
vous serez la premiere per- 
sonne que j'informerai de 
nos resolutions definitives au 
sujet de notre voyage. 



XLII. 



A GREEK LESSON. 

"Will you take a short les- 
son in Greek with me ? 

Of what use will that be to 
me ? I have no desire what- 
ever to study a dead lan- 
guage. 

No language dies, dear 
child; there remains always 
some trace of it. Thus, at 
each instant, you express your- 
self in Greek. 

I speak Greek ? 

Yes, without suspecting it. 

I should like to know how 

Listen, then, and answer 
the questions that I am going 
to ask you. What do you 
call a Bible printed in several 
languages ? 

A polyglot Bible, I believe. 



UNE LEgON DE OBEC. 

VouLEz-vous prendre avec 
moi une petite leyon de grec f 

A quoi cela me servira-t- 
il ? Je n'ai nullement envie 
d'etudier une langue morte. 

Aucune langue ne meurt, 
cher ou chere enfant; il en 
rests toujours quel que trace. 
Ainsi, a chaque instant, vous 
vous exprimez en grec. 

Moi, je parle grec. 

Oui, sans vous en douter. 

Je voudrais bien savoir 
comment, par exemple. 

Ecoutez-moi un peu alors. 
et repondez aux questions que 
je vais vous adresser. Com- 
ment appelez-vous une Bible 
imprimee en plusieurs lan- 
gues? 

Une Bible polyglotte, je 
crois. 



J 



FRENCH CONVERSATIONS. 



127 



"What name is given to a 
word composed of several 
syllables ? 

Oh ! that is not diflScult ; 
it is called a polysyllable. 

And in geometry, how is a 
figure with several angles 
and several sides designated ? 

I remember perfectly that 
it is called a polygon. 

WeU ! these words, which 
you have remembered with- 
out difficulty, are so many 
Greek words. 

They are compound words, 
then? for though each of 
them commences by poly, 
they have a different termina- 
tion, and a very distinct sig- 
nification. 

Bravo ! that is an excellent 
observation. But what is the 
common idea which we find 
in the words polyglot, poly- 
syllable, polygon ? 

The idea of several. Then 
poly means several! 

Yes, to be sure, several or 
many. Now, pray tell me 
the signification of the word 
monomania ? 

It seems to me, monomania 
is the term given to a passion 
which rests upon a single ob- 
ject, which absorbs itself in a 
single idea. 

That is very well answered. 
And why do they call the 
obelisk on the Place de la 



Quel nom donne-t-on a un 
mot compose de plusieurs 
syllabes ? 

Oh ! cela n'est pas difficile ; 
on le nomme polysyllabe. 

Et en geometric, comment 
designe-t-on une figure a plu- 
sieurs angles, a plusieurs 
cotes ? 

Je me le rappelle parfaite- 
ment, cela s'appelle im poly- 
gone. 

Eh bien ! ces mots dont 
vous vous etes souvenu-e sans 
peine, sont autant de mots 
grecs. 

Ce sont done des mots com- 
poses ? car, si chacun d'eux 
commence par poly, ils ont 
une desinence differente et 
une signification bien dis- 
tincte. 

Bravo ! voila une excellente 
observation ! Mais quelle est 
I'idee commune qu'on re- 
trouve dans les mots poly- 
glotte, polysyllabe, poly- 
gone? 

L'idee de plusieurs. Poly 
veut done dire plusieurs ? 

Oui, vraiment, plusieurs ou 
heaucoicp. A present veuil- 
lez me dire la signification du 
mot monomanie ? 

On nomme monomanie, il 
me semble, une passion qui 
se porte sur un seul objet, 
qui s'absorbe dans une seule 
idee. 

C'est tres bien reponda 
Et pourquoi appelle-t-on 
I'obelisque de la Place de la 



128 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Concorde, at Paris, a inono- 
Uth? 

Because that obelisk is 
made of a single stone. 

Can you now explain to me . 
the term monologue ? 

A piece like that which I 
learned the day before yester- 
day ? 

Precisely. 

It is a dramatic scene in 
which one person speaks 
alone. 

And what is a monosylla- 
ble ? 

A word which has but one 
syllable. 

What then is the meaning 
of the word mono, which we 
have found in the substan- 
tives monomania, monolith, 
monologue, and monosyllable ? 

It means single. 

Well ! dear child, do you 
now understand the utility 
of the ancient Greek ? 

Yes, I perceive that this 
language enables one to ex- 
plain the etymology of a 
great many words. 

Will you still despise the 
dead languages ? 

Wot the Greek, at least ; 
but since this language is so 
useful, why are not the words 
which we have borrowed 
from it explained to us ? 

Because, unfortunately, me- 
thods of teaching are often 



Concorde, a Paris, un mono- 
lithe ? 

Parce que cet obelisque est 
fait d'une seule pierre. 

Pourriez-vous maintenaut 
me definir ce qu'on nomme 
un monologue ? 

Un morceau comme celui 
que j'ai appris avant-hier ? 

Precisement. 

C'est une scene dramatique 
dans laquelle un persounage 
parle seul. 

Et qu'est-ce que c'est 
qu'un monosyllabe ? 

Un mot qui n'a qu'une 
seule syllabe. 

Que signifie alors ce mot 
mono que nous avons trouve 
dans ces substantifs mono- 
manie, monolithe, monologue, 
et monosyllabe ? 

II veut dire seul. 

Eh bien ! cher ou chere 
enfant, comprenez-vous a 
present I'utilite du grec an- 
cien ? 

Oui, je m'apergois que 
cette langue permet d'expli- 
quer I'etymologie de beau- 
coup de mots. 

Dedaignerez-vous encore les 
langues mortes ? 

Pas le grec du moins ; mais 
puisque cette langue est si 
utile, pourquoi done ne nous 
explique-t-on pas tons les em- 
prunts que nous lui avons 
faits ? 

Parce que, malheureuse- 
ment, les systemes d'eusei- 



FRENCH CONVERSATIONS. 



129 



very deficient. It is certain 
that the study of the genea- 
logy of languages has been 
too much neglected till now, 
though it is one of great inter- 
est. I will prove it to you 
in our next lesson. 



gnement laissent souvent beau- 
coup a desirer. II est certain 
que I'etude de la filiation des 
langues a ete beaucoup trop 
negligee jusqu'a ce jour, bien 
qu'elle offire le plus vif interet. 
Je vous le prouverai a notre 
prochaine legon. 



XLIIL 



THE ANNUAL EXHIBITION OF 
PAINTINGS. 

Have you been to the An- 
nual Exhibition ? 

Is it open ? 

Yes, since yesterday. 

I knew nothing of it. Well, 
is it good this year ? 

Excellent, and full of pro- 
mise for the future. 

Are there many exhibitors ? 

A considerable number, and 
among them several young 
artists of great merit. 

The portraits predominate, 
I suppose, as usual. 

Naturally. There is a 
complete assortment of them. 

Can you tell me whether 
that of Miss N*** is there ? 

I think so; but I am not 
sure. 

She waste exhibit a crayon- 
drawing herself. 

I do not think she has sent 
it to the exhibition. 



XE SALON. 



Avez-vous visite le Salon ? 

Est-ce qu'il est ouvert ? 

Oui, depuis hier. 

Je n'en savais rien. Eh 
bien ! est-il bon cette annee ? 

Excellent, et plein de pro- 
messes pour I'avenir. 

y a-t-il beaucoup d'expo- 
sants? 

Un nombre considerable, et, 
parmi eux, plusieurs debu- 
tants du plus grand merite. 

Les portraits, je suppose, 
dominent comme d'habitude ? 

Ifaturellement. II y en a 
un assortiment complet. 

Pouvez-vous me dire si ce- 
lui de MUe. N*** s'y trouve ? 

Je crois que oui ; mais je 
n'en suis pas sur-e. 

Elle devait exposer elle- 
meme un pastel. 

Je ne pense pas qu'eUe I'ait 
envoye a I'exposition. 



130 



FRENCH CONVERSATIONS 



She has done well. One 
should not confront public 
opinion till one's talent is 
perfected by study and expe- 
rience. 

Young and talented as she 
IS, I am persuaded that she 
■will accomphsh a great 
deal. 

I do not doubt it ; unless, 
however, she allows herself 
to be spoUed by flattery. 

She will take compliments 
for what they are worth, I 
hope. 

But tell me, has our friend 
Mr. Z*** sent any thing to the 
Exhibition? 

Yes. I saw a landscape and 
a sea-piece of liis. 

How did you like them ? 

The landscape is charming ; 
but I do not much like the 
sea-piece. 

What defect is there in it ? 

It seems to me that the 
water wants transparency. 

That is a fault for which 
we can reproach more than 
one painter of sea-pieces. 

There is one picture which 
I will particularly recom- 
mend to you ; it is the battle 
of Poitiers. 

By whom is this historical 
painting ? 

By om- favorite artist, Mr. 

I have been told that he 
would also exhibit several 
pieces of a rehgious character. 



Elle a eu raison. II ne faut 
a&onter le jugement du pu- 
blic que lorsqu'on possede un 
talent muri par 1' etude et par 
I'experience. 

Jeune et heureusement 
douee comme elle Test, je suis 
persuade-e qu'elle ira loin. 

Je n'en doute pas ; a moins 
pourtant qu'elle ne se laisse 
gater par la flatterie. 

Elle prendra les compli- 
ments pour ce qu'Hs valent, je 
I'espere. 

Mais dites-moi, notre ami 
M. Z*** a-t-il envoye quel- 
que chose au Salon ? 

Oui, j'y ai vu un paysage 
et une marine de lui. 

Comment les avez-vous 
trouves ? 

Le paysage est delicieux; 
mais je n'aime pas beaucoup 
la marine. 

Quel en est le defaut ? 

n me semble que les eaux 
manquent de transparence. 

C'est la un reproche qu'on 
pent adresser a plus d'vm 
peintre de marines. 

Un tableau que je vous re- 
commanderai d'une fa§on tou- 
te particuliere, c'est la batail- 
le de Poitiers. 

De qui est ce tableau d'his- 
toire ? 

De notre artiste favori, de 
M. M***. 

On m'avait dit qu'il expo- 
serait aussi plusiem's sujets 
rehffieux. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



131 



I have only remarked his 
Descent from the Cross. 

Is it beautiful ? 

It indicates long .study ; 
but I should have preferred 
another subject, more suited 
to his style. 

You have not yet spoken 
to me of the home paintings. 

There are a number of them 
which will please you very 
much. 

I confess that if I were an 
artist, I would be neither a 
landscape paiuter, nor an his- 
torical painter, but a painter of 
home pictures. 

Each one has liis taste. 

I was near forgetting to ask 
you whether Landseer has 
exhibited some of his pretty 
pictures of animals. 

Oh ! the animals cannot 
complain ; they have found in 
him, as in Alfred de Dreux, 
Cooper, and Hinckley, skilful 
interpreters of their pubhc 
or private history. 

Well, I see with pleasm'e 
that all kinds of painting are 
represented at the Exhibition. 

You can judge of it for 
yom'self if you will go with 
me to visit it, to-morrow or 
the day after. 

Will you go in the day- 
time ? 

Without doubt. Does any 
one ever go to see pictures by 
lamp-Hght ? 



Je n'ai remarque que sa 
Desceute de Croix. 

Est-elle belle ? 

Elle denote de longues etu- 
des ; mais j'eusse prefere un 
autre sujet, plus approprie a 
sa maniere. 

Yous ne m'avez point en- 
core parle des tableaux de 
genre. 

n y en a un certain nom- 
bre qui vous plairont beau- 
coup. 

J'avoue que si j'etais pcrn- 
tre, je ne serais ni paysagiste, 
ni peintre d'histoii-e, mais 
peintre de genre. 

Chacun a son gout. 

J'allais oublier de vous de- 
mander si Landseer a expos6 
quelques-uns de ses johs ta- 
bleaux d'animaux. 

Oh ! les animaux ne peu- 
vent pas se plaindre : ils ont 
trouve en lui, ainsi qu'en Al- 
fred de Dreux, Cooper et 
Hinckley, d'habiles interpr^- 
tes de leur histohe publique 
ou 'privee. 

Aliens, je vois avec plaisir 
que tons les genres se trou- 
vent representes au Salon. 

Yous en pourrez du reste 
juger par vous-meme si vous 
voulez aller le visiter avec 
moi demain ou apres-demain. 

Irez-vous dans la jom-nee ? 

Sans doute. Ya-t-on ja- 
mais voir des tableaux a la 
lumiere ? 



132 



FRENCH CONVERSATIONS. 



To-morro"w, then. I mil A demain alora. Je me 

come to your house about one rendrai chez voua vers une 

o'clock. heure. 

I shall expect you. Je vous attendrai 



XLIV. 



A SALE FOR THE BENEFIT OF 
THE POOE. 

Come quick, dear friend, 
that "we may prepare all that 
we shall want for the even- 
ing. 

I am a Httle late, it is true, 
but you cannot be offended 
with me, for I bring you a 
quantity of pretty thmgs. 

Ton are charming, truly. 
Let us see your treasure. 

First, here is an embroi- 
dered velvet pincushion. 

I like it very much, and I 
hope we shall sell it at a 
pretty good price. 

Mrs. ]^**^ has given me 
these two bags. 

They are worth their weight 
in gold, especially when it 
will be known that she has 
made them herself 

Miss A*** promises us two 
dozen meringues and a pro- 
vision of cakes and dainties. 

Very well. There can be no 
want of gourmands this even- 
ing. We wUl furnish them with 



UNE VENTE AU PROFIT DBS 
PAUVEES. 

Arrtvez done, ma chbre 
amie, que nous prepariona 
tout ce qu'il nous faut pour ce 
soir. 

Je suis un pen en retard, 
il est vrai ; mais vous ne 
pourrez m'en voulou', car je 
vous apporte une foule de 
jolies choses. 

Vous etes charmante, en 
verite. Voyons vos tresors. 

Voici d'abord une pelote en 
velom's brode. 

Elle me plait beaucoup, et 
j'espere que nous la ven- 
drons un prix raisonnable. 

Mme. N*** m'a donne ces 
deux sachets. 

Cela vaut de I'or, sm*tout 
quand on saura qu'elle les a 
fails elle-meme. 

;Mlle. A*** nous promet 
deux douzaines de meringues 
et une provision de gatea^jx 
et de friandises. 

Fort bien; les gom-mands 
ne peuvent manquer ce soir. 
Nous leur fournkons le the 



FRENCH CONVERSATIONS. 



133 



tea gratis, but we will make 
them pay well for the candies 
and cakes. 

We will also have ices 
and some pimch. 

That will cost us a great 
deal. 

Not at aU ; Mrs. B*** and 
Miss C*** will bear the ex- 
pense. 

Very well, every thing pro- 
mises a pleasant evening and 
great profits. 

Finally, I bring you three 
dozen httle boxes filled with 
chocolate drops. 

They wiU find customers 
without doubt. 

Your turn now; show me 
what you have received since 
yesterday. 

Our friend Caroline has 
sent me three crayon sketches 
and three paintings in water 
colors, of her own composi- 
eition, 

I know well who will want 
to buy them. 

Oh ! there will be more 
than one. 

So much the better for 

113. 

Mr. Genereux, the French 
importer, has presented us 
with hair-pins, soap, bottles 
of Cologne water, porte-mon- 
naies, and port-foUos. 

He is a man worthy of the 
name he bears. 

We have also had a pair 



gratis, mais nous leiu* ferona 
payer bel et bien les bonbons 
et les gateaux. 

!N"ous am'ons aussi des 
glaces et du punch. 

Cela nous coutera cher. 

Du tout ; Mme. B*** et 
MUe. C*** en feront les 
frais. 

A la bonne hem'e, et voila 
qui nous promet une aimable 
sokee et de beaux benefices. 

Enfin, je vous apporte trois 
douzaines de petites boites 
remphes de pastilles de cho- 
colat. 

Elles trouveront des ache- 
teurs sans aucun doute. 

A votre tour maintenant ; 
montrez-moi ce que vous avez 
regu depuis hier. 

]S"otre amie CaroHne m'a 
envoye trois croquis a la mine 
de plomb et trois aquarelles 
de sa composition. 

Je sais bien qui voudra les 
acheter. 

Oh ! il y en aura plus d'un. 

Tant mieux pour nous. 

M. Genereux, I'importateur 
frangais, nous a fait don d'epin- 
gles pour mettre dans les 
cheveux, de savons, de flacons 
d'eau de Cologne, de porte 
monnaie et de portefeuilles. 

C'est un homme digne du 
nom qu'il porte. 

On nous a donne encore 



134 



FRENCH CONVERSATIONS. 



of slippers and two pairs 
of braces given us, girdles, 
three bags, and a multitude 
of small articles which are 
sure to sell well. 

Well, we cannot fail to 
have good receipts this even- 
ing. 

So much the more certain, 
as the beautiful Miss K*** has 
consented to take charge of 
one table for us. 

In that case, the gentlemen 
will do well tu come with well- 
filled purses. 

If you consult me, we wiU 
be hard only upon the misers. 

The misers first ; but it 
would not be bad to give a 
lesson to these college youths, 
who already assume the airs 
of conquerors. 

As you like ; I fear, how- 
ever, these young men are 
more rich in pretensions and 
in follies than in mind and in 
money. 

We shall see. 

At what price do you think 
we may set the cakes, the 
punch, and the bouquets ? 

Do not let us ask too 
much. 

You are right ; let us con- 
tent ourselves with a trifle for 
the flowers and the refresh- 
ments. 

We will make up for it 
when we come to sell our 
pretty fancy articles. 



une paire de pantoufles et 
deux paires de bretelles ; des 
ceintures, trois sacs, et une 
foule de menus objets d'une 
vente assure e. 

Aliens, nous ne pouvons 
manquer de faire une bonne 
recette ce soir. 

D'autant plus que la jolie 
Mile. K*** a consenti k tenir 
une table avec nous. 

En ce cas, ces messieurs 
feront bien d'apporter une 
bourse bien garnie. 

Si vous m'en croyez, nous 
n'ecorcherons que les avares. 

Les avares d'abord ; maia 
il ne serait pas mal non plus 
de donner une petite legon a 
tous ces collegiens qui affi- 
chent deja des airs conqu^- 
rants. 

Comme vous voudrez ; je 
crains pourtant que ces petits 
jeunes gens ne soient plus 
riches en pretentions et en 
ridicules qu'en esprit et en 
6cus. 

Nous verrons bien. 

A combien pensez-vous que 
nous puissions tarifer les ga- 
teaux, le punch et les bouquets? 

We demandons pas trop 
cher. 

Vous avez raison; conten- 
tons-nous d'une bagatelle pour 
les fleurs et les rafraichisse- 
ments. 

ITous nous rattraperons, 
quand il s'agira de vendre nos 
jolis articles de fantaisie. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



m 



Let us agi-ee upon one thing, 
however. 

To ruin the rich and the 
audacious wearers of mus- 
taches ? 

Yes, and to sell at reduced 
prices to charitable and gene- 
rous but scantily supplied 
purses. 

Agreed. 



Convenons d'une chose 
cependant. 

De ruiner les riches et les 
moustaches audacieuses ? 

Oui, et de vendre au rabais 
aux bourses mal garnies, maia 
charitables et genereuses. 

C'est entendu. 



XLY. 



A LESSON IN MYTHOLOGY. 

Have you studied your 
lesson "well ? 

Yes, Sir or Madam, I know 
it perfectly. 

We shall see. What is 
mythology ? 

They give this name to the 
collection of fables, or untrue 
recitals, which formed the 
basis of the religion of the 
Egyptians, the Greeks, the 
Romans, and other idolatrous 
nations. 

Whence has mythology its 
origin? 

It arises from mankind hav- 
ing forgotten the truth reveal- 
ed at the beginning of the 
world. 

Why did men replace the 
behef in the true God by that 
in false gods? 



UNE LEgON PE MYTHOLOGIE. 

Avez-vous bien etudie vo 
tre lefon ? 

Oui, Monsiem- ou Madame, 
je la sais sans faute. 

Nous allons voir. Qu'est- 
ce que la mythologie ? 

On appeUe ainsi I'ensemble 
des fables ou recits menson- 
gers qui formaient la base 
de la religion des Egyptiens, 
des Grecs, des Remains, et des 
autres peuples idolatres. 

Quelle est I'origine de la 
mjTthologie ? 

C'est I'oubli de la verity 
revelee a I'homme au com- 
mencement du monde. 

Pourquoi les hommes rem- 
placerent-ils la croyance du 
vrai Dieu par celle des faux 
dieux? 



136 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Because men cannot do 
■without some system of 
belief. 

When men had lost the 
knowledge of the true God, 
■what was the object of their 
worship ? 

They adored the work of 
the Creator in place of the 
Creator himself. 

What did they worship at 
first? 

The sun, the moon, and the 
stars. 

Did they content them- 
selves with worshipping what 
was above their heads ? 

ISTo ; they soon peopled hea- 
ven and earth with innumer- 
able gods and goddesses, and 
transformed air, fire, earth, 
and water, into divinities. 

Did they not also trans- 
fomi the virtues and the vices 
into divinities ? 

Yes ; they made allegorical 
divinities of them. 

Were not the benefactors 
of humanity honored as 
gods ? 

Yes, they called them 
heroes or demi-gods. 

Which are the sciences 
which have furnished mate- 
rials to mythology ? 

Cosmogony, or the history 
of the world and of the crea- 
tion ; astronomy, philosophy, 
liistory, psychology, pohtical 
and moral pMlosopby. 



Parce que I'homme ne pent 
pas se passer de croyances. 

Lorsque les hommes eurent 
perdu la connaissance du vrai 
Dieu, quel fut I'objet de leur 
culte? 

lis adorerent I'ouvrage du 
Createur, a la place du Crea- 
teur lui-meme. 

Qu'adorerent-ils d'abord ? 

Le soleil, la lune et les au- 
tres astres. 

Se contenterent-ils d'adorer 
ce qui etait au-dessus de leurs 
tetes ? 

Non, Us peuplerent bien- 
tot le ciel et la terre de 
dieux et de deesses innom 
brables, et transformerent en 
divinites Fair, le feu, la terre 
et I'eau. 

I^e transforma-t-on pas aus- 
si en dieux les vertus et les 
vices ? 

Oui, on en fit des divinitea 
allegoriques. 

Les bienfaiteurs de I'huma- 
nite ne furent-ils pas hono- 
res comme des dieux ? 

Oui, on les appela heros ou 
demi-dieux. 

Quels sont les sciences qui 
ont fom'ni des materiaux a la 
mythologie ? 

La cosmogonie, ou histoire 
du monde et de la creation ; 
la theologie, I'astrouomie, la 
physique, Thistoire, la psy- 
chologic, la politique et la 
morale. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



137 



The fables of which my- 
thology is composed, are they 
mere products of the imagin- 
ation ? 

Not at all; the prevailing 
tone of these fables is very 
serious, since they are founded 
in science and histoiy. 

What are, for the most 
part, these fictions which 
disguise truths from us ? 

These fictions are most 
frequently symbols or alle- 
gories. 

What is meant by a symbol 
or a symbolical personage ? 

A symbolical personage is 
one who represents several 
personages or several real 
facts. 

What is an allegorical 
personage ? 

It is one who represents 
an abstract idea. 

What is meant by an ab- 
stract idea ? 

An idea the object of which 
has no material existence. 

Well, I see with pleasure 
that you know your lesson 
very well. Now try to tell 
me what sort of personages 
Vulcan and Hercules were ? 

Symbolical personages. 

That is true. What does 
Vulcan symbolize ? 

Fu-e and all the facts relat- 
ing to it. 

And what does Hercules 
offer the symbol of ? 

Of men who by their pro- 



Les fables dont la mytho- 
logie se compose, sont-elles 
de simples jeux d'imagina- 
tion? 

Nullement; le fond de ces 
fables est tr^s serieux, puis- 
qu'il est forme de science et 
d'histoire. 

Que sont le plus souvent 
ces fictions qui nous deguisent 
des verites ? 

Ces fictions sont la plupart 
du temps des symboles ou 
des allegories. 

Qu'entend-on par symbole 
ou personnage symbolique ? 

Un personnage symbolique 
est celui qui represente plu- 
sieurs personnages ou plu- 
sieurs faits reels. 

Qu'est-ce qu'un personnage 
allegorique ? 

C'est celui qui represente 
une idee abstraite. 

Qu'appeUe-t-on une idee 
abstraite ? 

Une idee dont Tobjet 
n'existe pas materiellement. 

Allons, je vois avec plaisii' 
que vous savez fort bien votre 
legon. Tachez, maintenant, de 
me dire quels personnages 
etaient Vulcain et Hercule ? 

Des personnages symboli- 
ques. 

C'est vrai. Que symbolise 
Vulcain ? 

Le feu et tous les faits qui 
s'y rapportent. 

Et de quoi Hercule offire-t- 
il le symbole ? 

Des hommes qui par leur 



138 



PE.ENCH CONVERSATIONS. 



digious strength have been 
able to triumph over nature 
and the monsters who de- 
stroyed mankind. 

That is very well answered, 
and encourages me to ask 
you a few more qiiestions. 

I am afraid I shall not be 
able to answer if they are 
very difficult. 

Try, and tell me what you 
would tliink of a recital in 
which it should be said that 
Neptune and Apollo built the 
walls of Troy and rendered 
them indestructible. 

I should think that this 
recital conceals an allegory 
relative to the origin of mor- 
tar or of cement. 

In truth, when, instead of 
placing the stones one upon 
the other, they thought to 
unite them by sand mixed 
with water, and afterwards 
hardened in the sun, they 
gave greater solidity to their 
constructions. 

Thus, to sand and water 
they have substituted JS'ep- 
tune ? 

Yes, this divinity presided 
over the water, as Apollo 
over the sun. 

These are ingenious allego- , 
ries. 

Without doubt, and it is 
very fortunate, for otherwise 
mythology would be but a 
collection of insignificant 
names and absurd recitals. 



force prodigieuse ont pu triomi 
pher de la nature et dea 
monstres qui desolaient I'hu- 
manite. 

C'est fort bien repondu et 
cela m'encourage a vous 
adresser encore quelques 
questions. 

Je crains de n'y pouvoir 
repondre si elles sont trop 
difficiles. 

Essayez et dites-moi ce que 
vous penseriez d'un recit oii 
Ton vous raconterait que Nep- 
tune et ApoUon batirent les 
murailles de Troie et les ren- 
dirent indestructibles ? 

Je penserais que ce recit 
cache ime allegorie relative a 
I'origine du mortier ou du 
ciment. 

En effet quand, au lieu 
d'asseoir les pierres les unes 
sur les autres, on songea a les 
lier avec du sable detrempe 
d'eau que le soleil durcissait 
ensuite, on donna aux cons- 
tructions une plus grande so- 
lidite. 

Ainsi, au sable et a I'eau on 
a substitue Neptune ? 

Oui, parce que cette divini- 
te gouvernait I'eau, comme 
ApoUon gouvernait le soleiL 

Ce sont la des allegories 
ingenieuses. 

Sans doute, et c'est fort 
heureux, car autrement la 
mythologie ne se composerait 
que d'une foule de noms insi- 
ffnifiants et de recits absurdes. 



..J! 



FRENCH CONVERSATIONS. 



139 



XLYL 



UPON A CONCERT. 



SUE UN CONCERT. 



Were you at the concert 
yesterday" evening ? 

Yes, indeed, it was grand. 

Acknowledge also that for 
a long time we have not 
been so favored in the mu- 
sical line. 

I am altogether of your 
opinion. How well Madam 
N*** sang ! 

Most delightfully. I never 
weary of admiring the extent 
and the clearness of her voice. 

And then what method ! 
what thorough knowledge of 
the art of singing ! 

I like to hear you render 
her full and entire justice. 

Is not that my custom? 

I find you usually a httle 
too severe, a little too diffi- 
cult to suit. 

I am perhaps inexorable 
towards ignorant singers who 
make great pretensions, to- 
wards indifferent and con- 
ceited performers; but I as- 
sure you that no one admires 
more sincerely than I, a 
modest woman and persons 
of real merit. 

Now tell me, what do 
you think of the orchestra ? 



Avez-vous assists au coit- 
cert d'hier au soir ? 

Oui, vraiment, il etait ma- 
gnifique. 

Convenez aussi que depuis 
longtemps nous n'avions eu 
pareille bonne fortune musi- 
cale. 

Je suis tout a fait de votre 
opinion. Comme Mme. N*** 
a bien chante ! 

D'une facon delicieuse. Je 
ne me lasse pas d'admirer 
I'etendue et la purete de sa 
voix. 

Et puis quelle methode! 
quelle connaissance appro- 
fondie de I'art du chant ! 

J'aime a vous entendre lui 
rendre pleine et entiere jus- 
tice. 

N'est-ce pas mon habitude ? 

Je vous trouve d'ordinaire 
un pen trop severe et un peu 
trop difficile. 

Peut-etre en effet suis-je 
inexorable pour >es chanteurs 
pretentieux et ignorants, pour 
les artistes mediocres et vani- 
teux ; mais je vous assure que 
personne n'admire plus sin- 
cerement que moi une femme 
modeste et les gens d'un vrai 
merite. 

Dites-moi maintenant, que 
pensez-vous de I'orchestre ? 



140 



FRENCH CONVERSATIONS. 



It was not bad, and its 
leader appears to me a mu- 
sician of talent, but I do 
not think the choice of over- 
tures was very happy. 

In truth, the symphonies 
were too learned and too 
complicated for so mixed an 
audience. 

The pianist understood his 
business much better. 

Yee, he played us two 
very pretty compositions. 
The admii'ers of fugues and 
coimterpoints will, 1 suppose, 
consider them as not con- 
taining suflScient scientific 
combinations; however, they 
please, and that is for me 
the most important point. 

You forget to remark also 
that he played with great 
taste and talent those two 
fantasias of Prudent, my fa- 
vorite composer. 

How difficult all music for 
the piano is now ! 

"What matters that, if the 
performer has skill enough 
to conceal it ? I do not op- 
pose their playing difficult 
pieces, if only my ears are 
not made to suffer ; what I 
find fault with is, that ama- 
teurs and even artists dis- 
dain what is suited to them, 
and undertake a task above 
their capacity. For instance, 
yesterday evening, Miss A*** 



II n'etait pas mauvais, et 
son chef me parait un musi- 
cien de talent; par exemple, 
j'ai trouve que le choix des 
ouvertures n'etait pas heu- 
reux. 

En effet, c'etaient la des 
morceaux symphoniques trop 
savants et trop compliqu^s 
pour un auditoire aussi nom- 
breux. 

Le pianiste a^bien ^eux 
compris son affaire. 

Oui, il nous a joue deux 
tres jolies compositions, Les 
amateurs de fugues et de 
contrepoint trouveront, je 
pense, qu'elles ne contiennent 
pas assez de combiuaisons 
scientifiques ; en tout cas, elles 
plaisent, et c'est la pour moi 
le point le plus important. 

Vous oubliez de dire aussi 
qu'il a rendu avec beaucoup 
de charme et de talent ces 
deux fantaisies de Prudent, 
mon auteur favori. 

Comme toute cette musique 
de piano est difficile a pre- 
sent! 

Qu'importe, si I'ex^cutant 
est assez habile pour qu'on ne 
s'en apercoive point ? Je ne 
m' oppose pas a ce qu'on joue 
des morceaux difficiles, si mes 
oveilles ne doivent pas en 
souffrii-; ce dont je me plains, 
c'est de voir des amateurs et 
meme des artistes dedaigner 
ce qui leur convient et entre- 
prendre une tache au-dessus 
de leurs forces. Ainsi, bier 



FRENCH CONVERSATIONS. 



141 



should not have sung the air 
of the second act of Ro- 
bert. 

Oh ! how she murdered it ! 
With so feeble a voice, and 
in presence of an artist Hke 
Madame N***, I cannot un- 
derstand how she dared to 
attempt such a piece. 

That will not prevent her 
from doing the same thing on 
the next occasion. 

Do you think so ? 

I am almost sure of it. 

We shall see, for she will 
sing aga'n next week at the 
last concert which Madame 
M*** is to give. Do you 
know what will be the pro- 
gramme ? 

ISTot exactly. I have been 
assured, however, that we 
shall hear a celebrated vio- 
linist from Belgium. 

So much the better. For I 
like the violin very much. 
Could you guess what piece 
I should hke to see figure 
upon the programme ? 

Probably the Drinking 
Song from Macbeth, or the 
cavatina from Louisa Miller ; I 
know that Verdi is one of 
your favorite composers. 

You have guessed right. I 
am a passionate admirer of 
those two operas, and the 
hrindisi from Macbeth always 
gives me great pleasm'e. 



soir, par exemple, Mile. A*** 
n'am'ait pas du chanter I'air 
du second acte de Robert. 

Oh! comme elle I'a ^cor- 
che ! Avec une voix aussi 
frele que la sienne et en pre- 
sence d'une artiste comme 
Mme, N***, on ne comprend 
pas qu'elle ait ose aborder 
un tel morceau. 

Ce qui ne I'empechera pas 
de recommencer a la pro- 
chaine occasion. 

Vous croyez ? 

J'en suis a peu prfes sur. 

Nous verrons bien, car elle 
chantera encore au dernier 
concert que Mme. N*** doit 
donner la semaine prochaine. 
Savez-vous quel en sera le 
programme ? 

Pas precisement. On m'a 
pourtant assure qu'on y en- 
tendrait un celebre violoniste 
beige. 

Tant mieux, car le violon 
est un instrument qui me 
plait beaucoup. Pourriez- 
vous deviner le morceau que 
j'aimerais a voir figurer sur 
le programme ? 

Probablement la chanson a 
boire {brmdisi) de Macbeth, 
ou la cavatine de Luisa Mil- 
ler; je sais que Verdi est 
I'un de vos compositeurs de 
predilection. 

Vous a vez de vine juste. Je 
raffole de ces deux operas, et 
le brindisi de Macbeth me 
procure toujours le plus vif 
plaisir. 



142 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Well, I hope that Madame 
N*** will sing it. 

If they were to execute also 
the overture oi Robert des Bois 
(Freyschutz) and the overture 
of William Tell, or else the Ro- 
man Carnival of Berlioz, then 
■we should be sure of passing 
a delightful evening. 

We shall not be long before 
knowing whether your wishes 
are to be realized, and I shall 
hasten to bring you a pro- 
gramme of the concert as 
soon as any are published. 
In any case, we shall see each 
other soon. 

Till our next meeting. 



rEh bien ! j'espere que 
Mme. N*** le chantera. 

Si Ton executait aussi I'ouver- 
ture de Robin des bois (Frey- 
schutz) et I'ouverture de Gui- 
Uaume Tell, ou bien encore le 
Carnaval romain de Berhoz, 
alors nous serious assures do 
passer ime soiree dehcieuse. 

Nous ne tarderons pas a 
savoir si vos souhaits se reali- 
seront, et je ra'empresserai de 
vous apporter un programme 
du concert, des qu'il y en aura 
de pubUes. En tout cas, a 
bientdt. 

Au revoir. 



XLVII. 



NEWSPAPERS. 



LES JOURNAUX. 



Do you read the daily pa- 
pers? 

Very diligently. 

What do you learn from 
them? 

All sorts of news. 

Do you keep posted up on 
all the political movements ? 

Certainly ; every morning 
I receive a paper which 
preaches concord and union. 

And in ths evening you 
read another perhaps which 
breathes only disorder and 
disunion. 

That is true. But, I con- 



Lisez-vous les journaux 
quotidiens ? 

Tres assidument. 

Que vous apprennent-ils ? 

Toutes sortes de nouvelles. 

Est-ce que vous suivez la 
marche des evenements poh- 
tiques ? 

Certainement ; tous les ma- 
tins je regois im journal qui 
preche la concorde et Tunion, 

Et le soir, vous en hsez 
peut-etre un autre qui ne reve 
que d^sordre et desimion ? 

C'est vral Mais, je vous 



FRENCH CONVERSATIONS. 



143 



fess to you, I attach but li|)fte 
importance to the opinion of 
fomenters of civil discords. 

Very 'well; why then do 
you subscribe to their publi- 
cations ? 

I should not have subscrib- 
ed to a paper holding such 
detestable doctrines, if, apart 
from poHtical subjects, it was 
not characterized by an excel- 
lent spirit and great literary 
attractions. 

"Will you subscribe to the 
new literary Review ? 

I think I shall, for I am told 
it will be conducted by men 
of distinguished talent. 

Do you know whether it 
will appear frequently ? 

I do not know yet. 

A prospectus will be pub- 
lished without doubt, wliich 
will inform us whether this 
Review will be monthly or 
weekly. 

It will, I think, increase the 
number of our weekly jour- 
nals. 

You who speak French so 
well, you probably read le 
Courrier des Etats Unis. 

Of course. Who would be 
willing to deprive themselves 
of the amusing, witty gossip 
of that paper? 

"Well, I see with pleasure 
that you encourage literature. 

And above all, journalists. 



I'avoue, j'attache pen d'impor- 
tance h I'opinion des fauteura 
de discordes civiles. 

A la bonne heure; cepen- 
dant pourquoi souscrivez-vous 
h lem-s pubUcations ? 

Oh ! je ne me serais point 
abonne-e k un journal soute- 
nant d'aussi detestables doc- 
trines, si en dehors des sujets 
politiques, il ne se distinguait 
par un esprit excellent et un 
attrait litteraire prodigitux. 

Vous abonnerez-vous h la 
nouvelle Revue htteraire ? 

Je pense que oui, car on 
m'a dit qu'elle serait redigee 
pai' des hommes d'un grand 
talent. 

Savez-vous si elle paraitra 
souvent ? 

Je I'ignore encore. 

On publiera sans doute un 
prospectus, qui nous appren- 
dra si cette Revue sera men- 
suelle ou hebdomad aire. 

Elle augmentera, je pense, 
le nombre de nos joumaux 
hebdomadaires. 

Vous qui parlez si bien le 
frangais, vous Hsez probable- 
ment le Courrier des Etats 
Unis ? 

Cela va sans dire. Qui 
voudrait se priver des amu- 
santes et spirituelles causerJes 
de ce journal ? 

Aliens, je vols avec plaisir 
que vous encouragez la litt^ 
rature. 

Et surtout les journalistes. 



144 



FRENCH CONVERSATIONS. 



Why these rather than au- 
thors ? 

Because it seems to me 
their life must be di'eadful, 
aind I pity and admire them 
at ihe same time. 

I do not see in what 
respect they are so xm- 
happy ! 

How, you do not xmder- 
stand how one should pity 
and admire men condemned 
to forced labors of the mind ? 

Be convinced that their 
fate ia far from being one of 
suffering ; for my part, I shall 
never compassionate these 
gentlemen ; they are the true 
kings of our age. 

Kings who gain the neces- 
saries of life only on condi- 
tion that they improvise every 
morning and every evening 
an editorial article on no mat- 
ter what subject. These slaves 
of the public have neither lei- 
sure nor holidays; well dis- 
posed or not, ill or well, day 
or night, they must be able to 
hold a pen, and find intelli- 
gence, knowledge, and mind 
enough to interest their read- 
ers. 

*That is the ungracious and 
painful view of their task, but 
you do not speak of their priv- 
ileges. 

Believe me, the greater part 
of these privileges do not 



^Pourquoi ceux-ci plut6t que 
les ecrivains ? 

Parce que leur existence 
me parait affreuse, et que je 
les plains et les admire tout 
k la fois. 

Je ne vols pas en quoi ila 
sont si malheureux ! 

Comment, vous ne compre- 
nez pas qu'on plaigne et qu'on 
admii-e des hommes condam- 
nes aux travaux forces de 
I'esprit ? 

Soyez persuade-e que leiH' 
sort est bien loia d'etre un 
supphce, et, pour ma part, je 
ne m'apitoierai jamais sur le 
compte de ces messieurs ; ce 
sont les vrais rois de notre 
epoque ! 

Des rois qui ne gagnent le 
strict necessaire qu'&. la con- 
dition d'improviser tous les 
matins ou tous les soirs un 
article de fonds sur n'importe 
quel sujet ! Pour ces esclaves 
du pubhc n n'y a ni loisir, ni 
fete ; bien disposes ou non, 
malades ou bien portants, de 
jour ou de nuit, il faut qu'ils 
puissent tenu* une plume et 
trouver assez d'intelhgence, de 
savoir et d'esprit pour captiver 
leurs lecteurs. 

C'est 1^ le c6te mgrat et 
penible de leur t9.che; mais 
vous ne parlez pas de leurs 
privileges. 

Croyez-le bien, la plupaii; 
de ces privileges ne compen- 



FRENCH CONVERSATIONS. 



145 



compensate for the half of tlie 
fatigue which they occasion. 

Decidedly, the editors of 
newspapers have a most zeal- 
ous advocate in yoa 

Who, unhappily for them, 
does not know how to plead 
their cause well. 



sent pas la moitie des ennuis 
ausquels Us eutrainent. 

Decidement, les editeurs de 
jomnaux ont trouve en vousun 
avocat zele. 

Qui, maUieureusement pour 
eux, ne salt pas bien plaider 
leur cause. 



XLYIIL 



AT SCHOOL. 



A LA PENSION. 



How early you are this 
morning ! There is not a sin- 
gle day-scholar in the school- 
room, and the roU will not be 
called before half aii hom*. 



I come so early because I 
have not yet copied my com- 
position. 

Could you not write it at 
home? 

No, because I had left the 
rough sketch in my desk. 

"What is the subject of your 
composition ? 

!Mjltous Paradise Lost. 

It is not an easy one. 

I know something of it, and 
1 fear that I have done it no 
justice. WiU you lend me a 
pen? 

Here is one a little better 



Coname tu arrives de bonne 
hem-e ce matin ! II n'y a pas 
encare un-e seul-e externe 
dans la salle d'etude, et Ton 
ne fera pas I'appel nominal 
des eleves avant une grande 
demi-hem-e. 

Si j 'arrive de si bonne 
heure, c'est que je n'ai pas 
encore copie ma composition. 

Ne pouvais-tu Tecrke chez 
toi? 

Non, parce que j'avais 
laisse mon brouillon dans mon 
pupitre. 

Quel est le sujet de ta com- 
position ? 

Le Paradis Perdu de Mil- 
ton. 

Ce n'est pas facile a traiter. 

J*en sais quelque chose, et 
je crains de n'avoir fait rien 
de bon. Prete-moi une plume, 
veux-tu ? 

En voici une un peu moins 



146 



FRENCH CONVERSATIONS. 



than yours. Do you want 
ink and paper ? 

Ko, thank you ; I have still 
another sheet of paper, and 
that will be sufficient. But 
you "would oblige me by lend- 
ing me your ruler. 

Do you wish a square ruler, 
or a large flat one ? 

It makes no diflference 
which ; it is only to draw a 
Hne under the title of my 
composition, and to underline 
a few important words. 

You are going to write a 
master-piece. 

And you, what are you 
doing? 

Nothing good, as usual. I 
am looking over my history 
lesson. 

Have you to repeat it word 
for word ? 

Wo, we have only to an- 
swer the questions that are 
asked us. That is not a very 
difficult task. 

I agree that it is not very 
difficult if you have intelli- 
gence and a good memory ; 
but it is necessary to make 
some effort. You know, 
nothing good is to be had 
without an effort. I think, 
however, if you were to study 
your lesson very attentively, 
you would not find much diffi- 
culty in answering the ques- 
tions. 

Yes, but if our teachers 
would only allow us to write 



mauvaise que la tieiine. A*- 
tu besoin d'encre et de pa- 
pier ? 

Won, merci ; j'ai encore une 
feuille de papier et cela me 
suffira. Mais tu m'obligeras 
en me pretant ta regie. 

Veux-tu une regie carree 
ou une grande regie plate ? 

Cela ne fait rien, c'est seule- 
ment pour tirer un trait au 
dessous du titre de ma com- 
position et pour souligner 
quelques mots essentiels. 

Tu vas faire un chef- 
d'cEuvre. 

Et toi qu'est-ce que tu fais ? 

Rien de bon, selon mon ha- 
bitude. Je repasse ma legon 
d'histoire. 

Est-ce que tu dois la reci- 
ter par cceur ? 

Non, nous n'avons qu'a re- 
pondi'e aux questions qu'on 
nous adresse. Cela n'est pas 
la mer a boire. 

Je conviens que cela n'offre 
pas grande difficulte, quand 
on a de I'intelhgence et de la 
memoire ; mais encore faut-il 
prendre un pen de peine. 
Rien ne s'apprend sans peine, 
tu le sais. Je crois pourtant 
que si tu ' voulais etudier at- 
tentivement ta lecon, tu n'e- 
prouverais aucune difficulte a 
bien repondre aux questions 
qu'on t'adresse. 

Si notre professeur voulait 
seulement nous pennettre 



FRENCH CONVERSATIONS. 



147 



the names, dates, and princi- 
pal facts, and bring the paper 
into the class, it would be 
ranch easier to answer cor- 
rectly 

I do not doubt that. But 
pray do you study only that 
you may have a good stand- 
ing in yom' class ? Do you not 
desire to acquii'e and treasure 
up useful knowledge ? 

Oh yes ; some of my lessons 
interest and amuse me ; those 
I study willingly. 

And what are the lessons 
which interest you ? 

Descriptive geography, lite- 
rary history, philosophy, che- 
mistry, and the foreign lan- 
guages. 

Do you not like history ? 

When it is explained by a 
skilful teacher I take interest 
in the lesson ; but I like a 
master who does not confine 
himself to the facts contained 
in the book before him. 

Are you good at mathe- 
matics ? 

I know n/jthing of the sub- 
ject. 

How do you manage, then, 
to do your tasks well ? 

I use the key of our arith- 
metic and of our algebra ; I 
find there the solution of all 



d'ecrire les dates, les noma et 
les principauxfaits historiques 
sur un morceau de papier que 
nous apporterions en classe, il 
nous serait bien plus facile de 
repondre correctement. 

Je le crois sans peine. Mais, 
dis-moi, n'etudies-tu que pour 
etre une des premieres de 
ta classe ? Est-ce que tu ne 
desires pas acquerir et amas- 
ser de precieuses connaissan- 
ces ? 

Oh ! quelques unes de mes 
legons m'interessent et m'amu- 
sent; celles-la je les etudie 
volontiers. 

Et quelles sont les logons 
qui t'amusent ? 

La geographic descriptive, 
I'histoire litteraire, la phy- 
sique, la chimie et les langues 
etrangeres. 

Est-ce que tu n'aimes pas 
I'histoire ? 

Quand elle est expHquee 
par un professeur habile, j'as- 
siste a la logon avec interet ; 
mais j'aime un maitre qui ne 
se borne pas aux developpe- 
ments de I'ouvrage que Ton 
place entre nos mains. 

Es-tu fort-e en mathema- 
tiques ? 

Je n'y entends absolument 
rien. 

Comment t'y prends-tu 
alors pour bien faire tes de- 
voirs ? 

Je me sers de la cle de no- 
tre arithmetique et de notre 
algebre ; j'y trouve la solutioc 



148 



FRENCH CONVERSATIONS. 



the problems which I have to 
solve. 

You do wrong, and, at the 
same time, I think, act very 
foohshly, for you deceive your 
teachers, and also cheat your- 
self of the advantages to be 
derived from exercising your 
mind in the solution of such 
problems. 



de tous les problemes qu'on 
me donne a resoudre. 

Tu fais mal et agis ce 
meme temps tres inconsidere- 
ment, selon moi; car tu 
trompes tes professeurs et tu 
te prives toi-meme des avan- 
tages que tu retii-erais en 
exergant ton esprit a la solu- 
tion de ces problemes. 



XLIX. 



THE RETURN. 

You have returned at last. 
I thought we should never 
see you again. 

I commenced myself to de- 
spair of ever finding myself 
near you. 

You must, indeed, be very 
fond of traveUing to have re- 
mained so long at a distance 
from us ? 

More fond than I can tell 
you. 

Let me see, give me an ac- 
count of what you have seen. 

Oh ! it would take too long. 

Have you visited England ? 

I only went through it on 
the railroad. 

How, do yoti disdain Eng- 
land ? 

I disdain no country, and 



LE RETOUR. 

Enfin, vous voila de retourl 
Je croyais que nous ne voua 
reverrions jamais. 

Je commencais moi-meme 
a desesperer de me retrouver 
aupres de vous. 

Vous aimez done bien les 
voyages pour etre reste si 
longtemps eloigne de nous ? 

Plus que je ne saui-ais vous 
dire. 

Voyons, contez-moi tout ce 
que vous avez vu. 

Oh ! ce serait beaucoup 
trop long. 

Avez-voue visite I'Angle- 
terre ? 

Je me suis borne a la tra- 
verser en chemin de fer. 

Comment, est-ce que voua 
dedaigneriez I'Angleterre ? 

Je ne dedaigne aucuB payi 



FilENCH CONVERSATIONS. 



149 



that one less than anj 
other. 

Then why did you not tra- 
vel through it ? 

For a very simple reason. 
When I arrived at Liverpool, 
it was the month of Novem- 
ber, and there was a terrible 
fog. In London, they Avere 
obUged to light the gas in 
broad daylight. 

Do you dare to utter such 
a jest ? 

I am not jesting at all, I 
assure you. 

Then the fog prevented you 
from remaining in London ? 

That is, the bad season. One 
can only travel in England 
during the summer. 

I see clearly that you pre- 
fer Paris to London, 

Paris is indeed a pleasant 
city. You can amuse yourself 
better and cheaper there than 
at London, but you must al- 
ways go out armed with an 
umbrella. 

I thought it seldom rained 
at Paris ? 

On the contrary, I know 
of no climate more damp than 
that of the north of France, 
during the winter at least. 

Is the climate of Brussels 
finer ? 

Do not speak to me of 
Brussels, I pray you ; it is a 
vile imitation of Paris. 



et celui-la moins qu'aucnn 
autre. 

Alors pourquoi ne I'avez-vous 
pas parcouru en tons sens ? 

Par une raison bien simple. 
Lorsque je suis arrive a Liver- 
pool, on etait en Novembre et 
il faisait un brouillard affreux. 
A Londres on en etait reduit 
a allumer le gaz en pleiu jour, 

Osez-vous debitor une pa- 
reille plaisanterie ? 

Je ne plaisante nullement, 
je vous assure. 

Ainsi c'est le brouillard qui 
vous a empeche de demem'er 
a Londres ? 

C'est-a-dire la mauvaise sai- 
son. On ne pent voyager en 
Angleterre que pendant I'ete. 

Je vois bien que vous pre- 
ferez Paris a Londres. 

Paris est une ville agreable 
en effet. On s'y amuse mieux 
et a meillem' marche qu'a 
Londres, mais il y faut sortir 
toujours arme d'lm parapluie. 

Je croyais qu'il ne pleuvait 
presque jamais a Paris ? 

Je ne connais pas au con- 
traire de climat plus humide 
que celui du nord de la 
France, pendant I'hiver du 
moins. 

Fait-il plus beau a Bru- 
xelles ? 

Ne me parlez pas de 
Bruxelles, je vous en prie : 
c'est ime mechante contrefa- 
9on de Paris. 



150 



FRENCH CONVERSATIONS. 



I thought you liked Bel- 
gium, and it seemed to me I 
had heard you speak very 
highly of it. 

I like the magnificent monu- 
ments of Belgium. I admire 
its artists ; I drank some ex- 
cellent beer at Louvain, and 
bought elegant laces at Ma- 
lines ; I travelled through its 
old Spanish provinces with in- 
terest and with curiosity. 

What, then, do you find 
fault with Belgium for 2 

For having lost its stamp, 
its national character, and be- 
come nothijig more than an 
imitator of France. 

Then you prefer Holland 
to it. 

I discover among the Dutch 
great aptitude for commerce, 
and a goodly number of re- 
markable qualities ; but their 
climate is too favorable to 
rheumatism and fever. 

I see that you always at- 
tach great importance to a 
fine climate. 

That is quite natural for 
one who was born in a coun- 
try favored by the sun. 

After all, to which part of 
Europe do you give the pre- 
ference ? 

You are asking me a very 
embarrassing question. 

I cannot see in what re- 
spect. 

Do you ask me which is, 



Je pensais que vous aimiez 
la Belgique, et il me semblait 
vous en avoh entendu dire 
beaucoTip de bien ? 

J'aime les magnifiques 
monuments de la Belgique, 
j'admire ses artistes ; j'ai bu 
d'excellente biere a Louvain, 
et achete de ravissantes den- 
telles aMahnes; j'ai traverse 
ces vieilles provinces es- 
pagnoles avec iuteret et cu- 
riosite. 

Que reprochez-vous done a 
la Belgique ? 

D'avoir perdu son cachet, 
son caractere national, pour 
se faire I'imitatrice de la 
France. 

Alors vous lui preferez la 
Hollande ? 

Je reconnais aux HoUan- 
dais beaucoup d'aptitude pour 
le commerce, et bon nombre 
d'eminentes qualites ; mais 
leur ciel est trop favorable 
aux rhmnatismes et a la 
fievre. 

Je vols que vous attachez 
toujours une grande impor- 
tance a la beaute du climat. 

C'est tout naturel, quand 
on est ne dans un pays favo- 
rise du soleil. 

Apres tout, quelle est la 
partie de I'Europe a laquelle 
vous donnez la preference ? 

Vous me posez la une ques- 
tion fort embarrassante. 

Je ne vois pas en quoi. 

Me demand ez-vous quelle 



FRENCH CONVERSATIONS. 



151 



in my opiniou, the finest city 
of Europe, or do you wish to 
know which one I would 
choose as a place of resi- 
dence ? 

I should like first to know 
which city made the deepest 
impression upon you? 

Rome, beyond doubt. 

And after Rome ? 

Indeed, it is not easy to an- 
swer you; but as it regards 
only my personal impressions, 
I will confess to you that I 
should perhaps name Con- 
stantinople and St. Peters- 
burg, before JN'aples even. 

And Paris ? 

Oh ! Paris would not come 
till afterwards, with Vienna, 
Florence, and Venice. 

You do not speak to me of 
Berhn. 

It is a large and beautiful 
city, quite modern : it might 
be looked upon as a superb 
barrack for all the brave sol- 
diers of the great Frederick. 

I caimot be persuaded of 
what you say. I thought that 
the first city of Europe was 
London, and the second Paris, 

That is true; but only in 
point of population, politics, 
and commerce. 

I had never heard the city 
of Peter I. praised. 

I assure you, however, that, 



est, a mon avis, la plus belle 
ville de I'Europe, ou desirez- 
vous savoir quelle est celle 
que je choisirais pour lieu de 
residence ? 

Je voudrais d'abora con- 
naitre quelle est la ville qui 
vous a le plus vivement im- 
pressionne ? 

Rome, sans contredit. 

Et apres Rome ? 

.11 n'est vraiment pas facile 
de vous repondre ; mais com- 
me il ne s'agit ici que de mes 
impressions personnelles, je 
vous avouerai que je nom- 
merais peut-etre Constanti- 
nople et St. Petersbourg, 
avant Naples meme. 

Et Paris ? 

Oh ! Paris ne viendrait 
qu'apres, avec Vienne, Flo- 
rence et Venise. 

Vous ne me parlez pas de 
Berlin, 

C'est une grande et belle 
ville, toute moderne : on di- 
rait d'une superbe caserne 
destinee aux braves soldats 
du grand Frederic. 

Je ne reviens pas de tout 
ce que vous me dites, Je 
croyais que la premiere ville 
d'Europe etait Londres, et la 
seconde Paris, 

Cela est vrai, mais seule- 
ment au point de vue de la 
population, de la politique et 
du commerce. 

Je n'avais jamais entendu 
vanter la ville de Pierre ler. 

Je vous assure pourtant que 



152 



FRENCH CONVERSATIONS. 



seen from the bridge Troit- 
skoi, more than nineteen hun- 
dred feet long, it presents one 
of the most beautiful sights 
that can be seen. 

"Would you consent to live 
there ? 

During the summer, I would 
willingly pass a month or six 
weeks there ; but that would 
not be at all the city of my 
choice. 

To which city would you 
give the preference over all 
the others ? 

That would depend upon 
the state of my fortune and 
of my health. 

Suppose that you are very 
rich, and in very good 
health. 

Then I should choose Paris 
as my residence. 

In spite of its rainy cli- 
mate? 

Yes, for I should take care 
to travel during the summer. 

Where would you go du- 
ring the summer ? 

In Switzerland, in Au- 
vergne, among the Pyrenees, 
and in Scotland. 

And if you were not rich, 
where would you take up 
your abode ? 

In Italy, that is self-evi- 
dent. 

You appear to me to ad- 
mii*e Italy very much. 

I know of no more charm- 
ing country in Europe. 

What attractions has it 



vue du pent Troitskoi, long de 
plus de dix-neuf cents pieds, 
elle presente un des plus mer- 
veilleux panoramas qui se 
puissent voir. 

Consentiriez-vous a y ha- 
biter ? 

Pendant I'ete, j'y passerais 
volontiers un mois, six se- 
maines ; mais ce ne serait 
point la la ville de mon choix. 

A laquelle donneriez-vous 
la preference sur toutes les 
autre s ? 

Cela dependrait de I'etat 
de ma fortune et de ma 
sante. 

Je suppose que vous soyez 
bien riche et bien portant. 

Alors, je "ferais de Paris 
mon sejour de predilection. 

En depit de son ciel plu- 
vieux ? 

Oui, parce que j'aurais soin 
de voyager pendant I'ete. 

Ou kiez-vous pendant I'ete ? 

En Suisse, en Auvergne, 
aux Pyrenees ou en Ecosse. 

Et si vous n etiez pas riche, 
oil eluiez-vous domicile ? 

En Italic, cela va sans dire. 

Vous me paraissez aimer 
beaucoup I'ltalie ? 

Je ne connais pas de plus 
charmant pays en Europe. 

Qu'offre-t-il done de plus 



FRENCH CONVERSATIONS. 



153 



more than England and Ger- 
many ? 

A charming sk j, in the fii'st 
place. And then you can 
live there for nothing; you 
find agreeable, refined, intelh- 
gent society, and if one has a 
taste for hterature and for the 
arts, one can there procure 
the most studious and dehght- 
ful leisure. 

Well, I expect that at the 
fii'st opportunity you "^ill 
leave your country to go and 
live in Italy. 

You know very well that 
that is impossible. 

Why so ? 

Because one never leaves 
his native country when he 
lives surrounded by a good 
and excellent family which 
he loves with all his heart. 

In that case how will you 
explain yom* long absence ? 

I wishbd to see; I have 
seen ; now I am satisfied. 



que I'Angleterre et rAlle- 
magne ? 

IJn ciel admirable d'abord. 
Et puis on y vit poui* rien, on 
y trouve une societe afiable, 
elegante et instruite, et pour 
pen qu'on ait le gout des let- 
tres et des arts, on pent s'y 
creer les loisirs les plus stu- 
dieux et les plus aimables. 

Aliens, je m'attends a ce 
qu'au premier jour vous quit- 
tiez votre pays pom' aUer de- 
meurer en Itahe. 

Vous savez bien que cela 
est impossible. 

Pom'quoi cela ? 

Parce que Ton n'abandonne 
jamais la teiTe natale, quand 
on y vit entoure d'une bonne 
et exceUente famille que Ton 
aime de tout coeur. 

Comment exphquerez-vous 
en ce cas votre absence si 
longue ? 

Je deshais voir ; j'ai vu ; 
maintenant je suis content. 



ST. PETERSBURG. 

Do you know St. Peters- 
burg ? 

I remained there some 
time last summer. 

Is it a handsome city ? 

Magnificent ; I advise you 
to visit it. 



ST. PETERSBOURG. 

Connaissez-vous St. Peters- 
bourg ? 

J'y ai sejom-ne quelque 
temps I'ete dernier. 

Est-ce une belle ville ? 

Magnifique, et je vous en- 
gage a la visiter. 



154 



FRENCH CONVEESATIONS. 



In wliat year was it built ? 

In 1Y03, if I remember 
right. 

What a strange notion for 
the Czar Peter to build a city 
in such a place ! 

The site is marshy, and the 
new city exposed to inunda- 
tions, that is true. But, how- 
ever, its situation has en- 
abled Russia to become a 
great maritime power. 

How many times has the 
Neva overflowed ? 

Several times ; but the 
inundation of 1824 was the 
most terrible of aU. 

I should not Uke to live in 
a city exposed to such a 
scourge. 

That is very natm-al ; lite 
you, I prefer my native city 
to the capital of the czars. 
St. Petersburg however does 
not the less deserve to be 
known. 

Wliich is ita finest square ? 

The square of the Admii-al- 
ty. This is the grand central 
point where the three princi- 
pal streets teiminate : the 
street of the Resurrection, la 
rue des Fois, and the quay 
Niuski. 

T have heard a great deal 
about the quays of St. Peters- 
burg ; do they deserve the 
reputation which they have 
obtained? 



En quelle annee a-t-elle ete 
fondee ? 

En 1703, si j'ai bonne me- 
moire. 

Quelle etrange idee a eue 
le Czar Pierre de batir una 
ville en cet endroit ! 

L'emplacement etait mare- 
cageux et la vUle nouvelle 
exposee aux inondations, cela 
est vrai. Cette situation tou- 
tefois a permis a la Russie de 
devenir une grande puissance 
maritime. 

Combien de fois la Keva 
a-t-elle deborde ? 

Plusieurs fois ; mais I'inon- 
dation de 1824 a ete la plus 
terrible de toutes. 

Je n'aimerais point a habi- 
ter une ville exposee a un tel 
fleau. 

Je le comprends sans peine, 
et, comme vous, je prefere 
ma viUe natale a la capitale 
des czars. St. Petersbourg 
n'en merite pas moins d'etre 
connu. 

Quelle en est la plus belle 
place ? 

La place de I'Amii-aut^. 
C'est k ce vaste centre qu'a- 
boutissent les trois principales 
rues de la ville : la rue de la 
Resurrection, la rue des Pois, 
et la perspective de Niuski. 

On m'a beaucoup parle des 
quais de St. Petersbourg; 
meritent-ils la reputation 
qu'on leur a faite ? 



FRENCH CONVERSATIONS. 



155 



trndout)tedly ; I, for my 
part, know nothing that sur- 
passes the English quay. 

"What is there so remark- 
able about it ? 

Imagine a long line of 
hotels and. of magnificent 
buildings. Then opposite, on 
the shore which faces the 
English quay, you perceive 
the twelve colleges, the 
Academy of Sciences, the 
Academy of Fine Arts, and 
at the end of this splendid 
perspective the Mining School. 

That must indeed be very 
handsome. Are the streets 
Barrow and winding ? 

On the contrary, they are 
wide and regular. 

How many districts is the 
city divided into ? 

Five districts. The oldest 
is that which the Island of 
St. Petersburg forms. 

Why, does not the city 
extend along the banks of the 
Neva? 

Yes, certainly ; but it also 
includes several islands. 

Then there are bridges at 
St. Petersburg ? 

There are at least one 
hundred and sixty, I believe. 

Indeed ! Which is the 
handsomest ? 

Tlie bridge Troitskoi, nine- 
teen hundred feet long, and 
from which is to be had a 
magnificent view. 

Does the Michael palace 



Sans contredit; et je ne 
connais, pour ma part, rien 
de plus majestueux que le 
quai Anglais. 

Qu'a-t-il done de si remar- 
quable ? 

Figurez-vous une longue li- 
gne d'hotels et de batimenta 
magnifiques. Puis, en face, 
sur la rive qui regarde le quai 
Anglais, on apergoit les dou- 
ze colleges, lAcademie des 
Sciences, I'Academie des 
Beaux-Arts, et au bout de 
cette splendide perspective 
I'Ecole des Mines. 

Cela doit etre fort beau en 
effet. Les rues sont-ellea 
etroites et tortueuses ? 

Au contraire, elles sont lar- 
ges et regulieres. 

En combien de quartiers 
se divise la ville ? 

En cinq quartiers. Le plus 
ancien est celtii que forme 
I'ile de St. Petersbourg. * 

Comment, est-ce que la 
ville ne s'etend pas sur les 
bords de la IsTeva ? 

Oui, sans doute ; mais elle 
comprend aussi plusieurs iles. 

Alors il y a des ponts a 
St. Petersbourg ? 

On en compte au moins 
cent soixante, je crois. 

En verite. ! Quel est le plus 
beau de tous ? 

Le pont Troitskoi, long de 
dix-neuf cents pieds, et d'ou 
Ton contemple un panorama 
vraiment admirable. 

Est-ce que le palais Michel 



156 



FRENCH QONVERSATIONS. 



attract the attention of the 
traveller ? 

Very little ; the assassina- 
tion of Paul I, in 1801, has 
alone contributed to its cele- 
brity. 

Which are the palaces 
most worthy of attention ? 

The Winter Palace and the 
Hermitage, communicating 
•with one another by a vast 
galleiy; the palace of Tau- 
ride, constructed without the 
knowledge of Catherine II., 
and offered to that sovereign 
by her favorite Potemkin ; the 
Admiralty, the Exchange, &c. 

1 have often heard of the 
equestrian statue of Peter I., 
by the sculptor Falconnet. 

It has an unpolished rock 
for pedestal; on it, is this 
simple inscription in Latin 
and in Russian : To Peter L, 
Catherine IL, l'J82. 

Is this statue one of the 
finest ornaments of the city ? 

It helps to ornament St. 
Petersburg. However, I 
should not consider it as the 
most remarkable omameflt of 
the Russian capital. 

Which do you consider the 
finest edifice in St. Peters- 
burg? 

The Academy of Fine- Arts. 

You have not yet spoken 
to me of the churches ; what 
b the name of the cathedral ? 



attire I'attention du voya« 
geur ? 

Fort peu, et Tassassioat de 
Paul ler., en 1801, a seul con- 
tribue a le rendre celebre. 

Quels sont done les palais 
dignes de remarque ? 

Le Palais d'hiver et THer- 
mitage, communiquant I'un 
avec I'autre au moyen d'lme 
vaste galerie; le palais de 
Tauride, construit a I'insu de 
Catherine II., et offert a cette 
souveraine par son favori 
Potemkin ; rAmirautt§, la 
Bourse, etc. 

J'ai beaucoup entendu par- 
ler de la statue equestre de 
Pierre ler, due au sculptem* 
Falconnet. 

Elle a pour piedestal un 
rocher brut ; on y fit en latin 
et en russe cette simple ins- 
cription : A Pierre premier^ 
Catherine deux, 1*782. 

Cette statue forme-t-elle 
le plus bel ornement de la 
viUe? 

Elle contribue h orner St. 
Petersbom-g ; a mes yeux ce- 
pendant, on ne saurait la con- 
siderer comme le monument 
le plus remarquable de la ca- 
pitale de la Russie. 

Quel est, selon vous, le plus 
bel edifice de St. Petersbourg? 

L'Academie des Beaux-Arts. 

Vous ne m'avez encore rien J 
dit des egfises ; comment s'ap- I 
pelle la cathedrale ? 



FRENCH SONVERSATIONS. 



157 



Our Lady of Kasan. 

I have read somewhere 
that it is in imitation of St. 
Peter's at Rome. 

Yes, hke St. Paul's at 
London and the Pantheon at 
Paris. 

Is there not also at St. 
Petersburg a church called 
St. Peter's and St. Paul's ? 

The golden spire gives one 
too lofty an idea of it at a 
distance ; it is small, irregular, 
and in bad taste. 

Does it not contain the 
remains of the emperors ? 

It is that which makes it 
one of the historical monu- 
ments of the city. The tomb 
of Peter I. is near the side 
door on the right-hand side. 

I see you have profited by 
yom' sojourn in St. Peters- 
burg to visit all the curiosi- 
ties which it contains. 

Nothing more natural. 

Did you also see the cabin 
in which Peter I. hved whilst 
he was erecting the new 
capital of his empire ? 

I could not fail to do that. 

Of what is this cabin 
composed ? 

Of three rooms only: a 
dining-room, a parlor, and a 
bed-room. 

BTas not this historical rehc 
8UJ0Fered from the ravages of 
time ? 

1^0 ; because care has been 



!N"otre-Dame de Kasan, 

J'ai lu quel que part que 
c'est une imitation de St. 
Pierre de Pome. 

Oui, comme I'eghse St, 
Paul a Londres et le Pan- 
theon ci Paris. 

Wj a-t-il pas aussi a St. 
Petersbourg une ^ghse qu'on 
nomnie St. Pierre et St. Paul? 

Sa flecbe d'or en dorme au 
loin une trop haute idee ; elle 
est petite, peu reguhere et 
d'assez mauvais gout. 

Ne renferme-t-eUe pas les 
restes des emperem^s ? 

C'est la ce qui en fait un 
des monuments bistoriques de 
la ville. Le tombeau de Pier- 
re ler. est pres de la porte 
laterale, du cote droit. 

Je vois que vous avez pro- 
fite de votre sejour a St. Pe- 
tersbourg pour visiter tout ce 
qu'il renferme de curieux. 

Ptien de plus natm-el. 

Avez-vous vu aussi la ca- 
bane ou demeurait Pierre ler, 
pendant qu'il faisait elever la 
nouvelle capitale de son em- 
ph-e? 

Je n y pouvais manquer. 

De quoi se compose cette 
cabane ? 

De trois pieces seulement ■■ 
d'une salle a manger, d'un 
salon et d'une chambre a cou- 
cher. 

Est-ce que cette relique 
historique n'a pas soufi'ert des 
injures du temps ? 

Ifon, parce qu'on a eu soin 



158 



FRENCH CONVERSATIONS, 



taken to enclose it within an 
arched ])uilding, which pro- 
tects it against the influence 
of time and a severe climate. 

I had almost forgotten to 
ask you the natne of a church 
built altogether of white 
marble. 

You mean the basilica of 
St. Isaac. 

I have seen in the Penny- 
Magazine a drawing repre- 
senting it. 

Well, what do you think 
of it? 

I prefer St. Peter's at 
Rome, "Westminster, or the old 
Gothic cathedrals. 

You are not wrong. How- 
ever, the basihca of St. Isaac 
is a fine church, and one of the 
most striking ornaments of 
St. Petersburg. 

The square in which it is 
situated must serve to bring 
out the vast proportions of 
this edifice. 

Yes, that is true, and it is 
a remark which is equally 
applicable to the Winter 
Palace, the Palace of the 
Admii-alty, the Senate House, 
the Imperial Theatre, and 
several other monuments. 

After aU the details wliich 
you have given me, I under- 
stand how the cajjital of the 
Czars should have interested 
you. What is the population 
of the city ? 

It contains nearly five hun- 
di'ed thousand inhabitants. 



de I'entourer d'un batiment ^ 
arcades qui la protege contie 
Taction du temps et d'un cli- 
mat rigoureux, 

J'allais oublier de vous de- 
mander le nom dune eglise 
construite tout en marbre 
blanc. 

Vous voulez parler de la 
basilique de St. Isaac. 

J'ai vu dans le Magasin 
pittoresque un dessin qui la 
represente. 

Eh bien ! qu'en pensez- 
vous? 

Je prefere St. Pien-e de 
Rome, Westminster, ou let 
vieilles cathedrales gothiques. 

Vous n'avez pas tort. La 
basilique de St. Isaac n'en est 
pas moins une belle eglise et 
I'un des monuments les plus 
saiUants de St. Petersbourg. 

La place sur laquelle elle 
est situee doit contribuer a 
faire ressortir les vastes pro- 
portions de cet edifice. 

Oui, vraiment, et c'est une 
remarque qu'on peut appli- 
quer egalement au Palais 
d'Hiver, au palais de I'Ami- 
raute, au palais du Senat, au 
Theatre imperial et a plu- 
sieurs autres monuments. 

Apres tons les details que 
vous venez de me donner, je 
comprends a present que la 
ville des czars vous ait inte- 
resse. Quelle population ren- 
ferme-t-elle ? 

Pres de cinq cent mille ha- 
bitants. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



159 



And is ita port active when 
it is not closed by the ice ? 

Pretty active ; unfortunate- 
ly, it wants depth; large 
vessels of the hne can seldom 
approach it. They stop at 
CroDstadt, on the gulf of Fin- 
land. 

If I go to Europe next year, 
I hope my father will consent 
to take me to St. Petersburg. 

Try to visit that city in 
summer, so as to enjoy the 
twilights so justly celebrated. 



Et son port est-il actif, 
quand il n'est pas ferm^ par 
les glaces ? 

Assez actif; il manque mal- 
heureusement de profondeur, 
et les gros vaisseaux de ligne 
peuvent rarement y aborder. 
lis s'arretent a Cronstadt, sur 
le golfe de Finlande. 

Si je vais en Europe I'an- 
nee prochaine, j'espere que 
mon pere consentira a me me- 
ner a St. Petersbourg. 

Tachez de visiter cette ville 
en ^te, afin d'y jouir de ces 
nuits crepusculaires si juste- 
ment vant^es. 



LI. 



A DRAWING LKSSON. 



UNE LEgON DE DESSIN. 



I WAS waiting for you very 
impatiently, Mr. Pastel. 
You are very kind, Miss. 

Have you remembered all 
I asked you for, last Thurs- 
day? 

I beheve so. 

Let us see, have you brought 
some lead pencils ? 

Here are half a dozen, also 
some crayons, 

I thank you. Where is 
the picture you promised to 
show me ? 

I will let you see it pre- 



Je vous attendais avec una 
vive impatience, M. Pastel. 

Vous etes trop bonne, 
Mademoiselle. 

Vous etes-vous rappele 
tout ce que je vous ai de- 
mande jeudi dernier ? 

Je crois que oui. 

Voyons, m'avez-vous ap- 
porte des crayons de mine 
de plomb? 

En voici tme demi-douzaine, 
ainsi que des crayons notrs de 
Conte. 

Je vous remercie. Et le 
tableau que vous m'avez 
promis de me montrer ? 

Je vous le laisserai voir 



i iO 



FRENCH CONVERSATIONS. 



sently, when you have finished 
your drawing. 

Look, Mr, Pastel, have I 
not worked well ? 

Yes, indeed, you are im- 
proving rapidly. 

Do you not think these 
linea a httle too stiff ? 

You can easily soften them. 
I advise you also to lighten 
your foreground a httle. 

What do you think of my 
cows ? 

They are well drawn ; you 
have faithfully copied your 
excellent model. 

I copy very easUy now. If 
I could only conr.pose ! 

Patience, Miss, patience ! 
Continue yet a while your 
di'awings from the cast and 
your lessons in perspective, 
and then I will allow you to 
try your hand at composition. 

Do you know, Mr. Pastel, 
that it is not an easy thing to 
have talent ? 

To whom do you say that ? 

Oh with you it is very 
different : your reputation is 
made, you have nothing fur- 
ther to learn. 

I beg your pardon, Miss. 
Tlie fine arts present so vast 
a field, that it is necessary to 
study a hfetime. 



tout a I'heure, quand voua 
aurez acheve votre dessin. 

Regardez, M. Pastel ; n'ai- 
je pas bien travaille ? 

Oui, vTaiment ; vous faitea 
des progres incontestables. 

ISTe trouvez-vous pas que 
ces Kgnes sont un pen trop 
raides ? 

II n'y aurait aucun incon- 
venient a les adoucii'. Je vous 
engage aussi a eclairer vm peu 
plus votre premier plan. 

Que pensez-vous de mes 
vaches ? 

EUes sont bien dessinees, et 
vous avez fidelement re- 
produit votre excellent mo- 
dele. 

Je copie sans peine a pre- 
sent. Ah ! que ne puis-je 
composer ! 

Patience, Mademoiselle, 
patience ! Continuez encore 
quelque temps vos etudes 
d'apres la bosse et vos legons 
de perspective, et puis je 
vous permettrai de vous es- 
sayer dans la comjDosition. 

Savez-vous bien, M. Pastel, 
que cela n'est pas facile 
d'avoir du talent ? 

A qui le dites-vous ! 

Oh ! vous, c'est bien dif- 
ferent: votre reputation est 
faite et vous n'avez plus 
rien a apprendre. 

Je vous demande pardon, 
Mademoiselle. Les beaux- 
arts nous offrent un champ si 
vaste qu'il nous faut etudier 
toute notre vie. 



FRENCH CONVERSAYIONS. 



161 



That is not verj encour- 
aging. 

Doubtless, that is not very 
encouraging for ti'ifling, super- 
ficial minds ; but when we 
truly love the art to which we 
consecrate our life, the per- 
severing efforts which it re- 
quires tend to elevate our 
thoughts and to make us 
better. 

You speak hke a most en- 
thusiastic artist. I feel inspired 
in turn. 

So much the better ! Have 
courage. Miss ; you have a 
good hand, taste, and reflec- 
tion, -and I doubt not you 
will soon do me honor. 

I fear not. However, it 
will not be for want of good 
will. 

{Mr. Pastel looks at the 
drawing of his piqnl.) Truly, 
this sky is perfect ! 

What you say encourages 
me to show you a sketch in 
water colors, and one in India 
ink, which I have copied ft'om 
two excellent lithographs. 

They are indeed veiy pro- 
mising. So, to encom-age you, 
I will make a little sketch in 
your album. 

Oh! Mr. Pastel, why are 
not all my teachers as amiable 
as you? 

Perhaps because you do 



Cela n'est guere encou- 
rageant. 

Sans doute, cela n'est pas 
encourageant pour des esprits 
legers et superficiels ; mais 
quand on aime veritablement 
I'art auquel on consacre sa 
vie, ces efforts perseverants 
qu'il exige tendent a Clever 
nos pensees et a nous rendre 
meilleurs. 

Vous parlez en artiste pas- 
sionne et je me sens inspiree 
a mon tour. 

Tant mieux, ma foi! Du 
courage. Mademoiselle ; vous 
avez de la main, du gout et 
de la reflexion, et je ne doute 
pas que vous ne me fassiez 
bientot honneur. 

Je crains bien que non, 
Enfin, ce ne sera pas faute de 
bonne volonte. 

(3/. Pastel regarde le dessin 
de son eUve.) Comment ! mais 
ce ciel est parfait. 

Ce qui vous me dites la 
m'encourage a vous montrer 
une petite aquarelle et un 
lavis a I'encre de Chine que 
j'ai faits d'apres deux excel- 
lentes lithographies. 

Yraiment, cela promet 
beaucoup. Aussi, pour vous 
encourager, je m'en vais vous 
crayouner un petit croquia 
pour votre album. 

Ah ! M. Pastel, pourquoi 
tous mes professeurs ne soct- 
Us pas aussi aimables que 
vous? 

Peut-etre bien parce que 



162 



FRENCH CONVERSATIONS, 



not work as willingly with 
them as with me. But apro- 
pos, have you heard any thing 
of the comina: exliibition ? 



Yes. I have been told that 
you were going to send a 
magnificent landscape for ex- 
hibition. On what subject is 
it? 

It represents a view in the 
neighborhood of this city. In 
the background are moun- 
tains; on the right, a road 
bordered with beech trees 
and conducting to a httle 
bridge whose rustic arch 
forms the foreground. A 
httle above the bridge, and in 
front of the trees, the atten- 
tion is drawn to a gentleman 
and lady on horseback. On 
the left, we observe a pretty 
large pond. 

That has given you an op- 
portunity of introducing one 
of those groups of cows which 
you paint so truthfully and 
with so much talent. 

You have guessed right. 
I could not resist the pleasure 
of watering some poor ani- 
mals, whom a warm day in 
September had made very 
thirsty. However, I have put 
a httle boat in the middle of 
my pond. 

Is there a female figure in 
your bark ? 

JS'o, a simple peasant, boat- 
man only for the occasion. 



\ous n'etudiez pas aussi vo 
lontiers avec eux qu'avec 
moi. Mais a propos, Mademoi- 
selle, avez-vous entendu par- 
ler de la prochaine exposi- 
tion ? 

Oui, Ton m'a dit que vous 
enverrez au Salon un ma- 
gnifique paysage. Quel en est 
le sujet? 

C'est une toile representant 
une vue des environs de cette 
ville. Au fond, on apergoit 
des montagnes; a droite, un 
chemin borde de hetres et 
conduisant a un petit pont 
dont I'arche rustique foi*me le 
premier plan. Un peu au 
dessus du pont et en avant 
des arbres un monsieur et une 
dame a cheval attirent I'at- 
tention. A gauche, on re- 
marque un assez vaste etang. 

Ce qui vous a permis de 
disposer un de ces groupes de 
vaches que vous peignez avec 
tant de talent et de verite. 

Yous avez devine juste. 
Je n'ai pu resister au plaisir 
de donner a boire a de pau- 
vres bestiaux alteres par une 
chaude jom'nee de Septem- 
bre. Toutefois, j'ai mis au 
miheu de mon etang un petit 
bateau. 

Est-ce qu'il y a une bate- 
here dans votre barque ? 

Non, un simple paysan, 
batcher par circonstance. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



163 



I would have preferred a 
young girl with a straw hat ; 
but no matter, your picture 
is not the less pretty for that. 
I am quite anxious to see it. 

If you wish, you might 
ask your mother to come 
with you and visit my studio. 

You are right, she will be 
rery much pleased to do so. 
In the mean time, pray show 
me the picture that you 
brought. 

Here it is. 

Oh ! how pretty it is ! 

Since you think so, I hope 
you wiU not get tired of co- 
pying it. 

How ! are you going to 
allow me to paint in oil 
colors ? 

Yes, the first of next week. 

"Will you be kind enough to 
buy me an easel and a box 
of colors? 

I shall not neglect it. Be 
kind enough to present my 
respects to your mother, and 
tell her that I shall be happy 
to do the honors of my studio 
to her and also to you. 



J'eusse prefer^ une jeune 
fille en chapeau de paille; 
mais, n'importe, votre tableau 
n'en doit pas moins etre tr^s 
joU et j'ai hate de le voir. 

Si vous le desirez, vous 
pourrez prier Madame votre 
mere de venir avec vous 
visiter mon ateher. 

Vous avez raison et eUe 
ne demandera pas mieux. 
En attendant, montrez-moi 
done, je vous prie, ce petit 
tableau que vous avez ap- 
porte. 

Le voici. 

Oh ! comme il est joU ! 

Puisque vous le trouvez 
tel, j'espere, Mademoiselle, 
que vous ne vous ennuierez 
pas trop a le copier. 

Quoi ! vous allez me per- 
mettre de peindre a ITiuile ? 

Oui, a partir de la semaine 
prochaine. 

Serez-vous assez bon alors 
pour m'acheter un che valet et 
une boite de couleurs ? 

Je n'y manquerai pas. 
Veuillez presenter mes hom- 
mages respectueux a Madame 
votre mere et lui dire que je 
serai heureux de lui faii-e ain- 
si qu'a vous les honneurs de 
mon atelier. 



164 



FRENCH CONVERSATIONS. 



LII. 



THE MONUMENTS OF PAKIS. 

You, Sir, who have lived so 
long in Paris, be so kind as to 
tell me which are its finest 
monuments. 

There are so many hand- 
some and curious monuments 
that I scarcely know where 
to begin. 

Will you allow me to ask 
you some questions myself ? 

Very willingly. In that 
manner I shall more easily 
succeed in satisfying your 
curiosity. 

What do you think of the 
Pantheon ? 

It is a vast edifice built by 
the architect Soufflot, and 
which dates JBrom the reign of 
Louis XV. 

I know it ; but what efiect 
does it produce upon the eye ? 

It has always appeared to 
me to be wanting in elegance 
and originahty. 

The Pantheon of Paris is 
an imitation of the basilic of 
St. Peter and the Pantheon of 
Home, is it not ? 

That is evident. 

Is not its dome magnifi- 
cent ? 

It is a gigantic monument ; 
its form, hov\rever, does not 
appear to me very good. 



LES MONUMENTS DE PAEIS. 

\ 

Vous, Monsieiu", qui avea 
longtemps habite Paris, veuil- 
lez done me dire quels en 
sont les plus beaux monu- 
ments ? 

II y en a tant de beaux ou 
de curieux, que je ne sais 
trop par lequel commencer. 

Voulez-vous me permettre 
de vous adresser moi-meme 
des questions? 

Bien volontiers. De cette 
fagon, j'arriverai plus facile- 
ment a satisfaire votre curio- 
site. 

Que pensez-vous du Pan- 
theon ? 

Cest un vaste edifice, du a 
I'architecte Soufflot, et qui 
date du regno de Louis XV. 

Je le sais ; mais quel efifet 
produit-U a I'oeil ? 

II m'a toujours paru man- 
quer d'elegance et d'origrua- 
lite. 

Le Pantheon de Paris est 
une imitation de la basilique 
de St. Pierre et du Pantheon 
de Pome, n'est-ce pas ? 

Cela est evident. 

Est-ce que le dome n'en est 
pas magnifique ? 

H annonce un monument 
gigantesque ; la forme toute- 
fois ne m'en parait pas heu 
reuse. 



FRENCH CONVERSATIONS. 



165 



You perhaps prefer the 
cupola of the Hotel des Inva- 
lided ? 

Beyond dispute, and espe- 
cially that of the Vol de 
0-rdce. 

Which is in your opinion 
the finest church in Paris ? 

Notre Dame. [The metro- 
pohtan churck] 

It is a very ancient basilic, 
is it not ? 

Certainly, since it is con- 
stucted in the pui'est ogival, 
or Gothic style. 

I know that the architecture 
of an edifice enables one to 
discover in what century it 
was built ; but I have forgot- 
ten at what period the Gothic 
style was most flourishing. 

In the thirteenth and four- 
teenth centui'ies. It was dur- 
ing these two fruitful centuries 
that France was enriched 
with its magnificent Gothic 
cathedrals, the finest in 
Europe. 

You appear to be a great 
admii'er of the churches of the 
middle age. 

Yes, I greatly prefer them 
to the imitations of Greek 
temples. 

They say, however, that the 
church of the Madeleine is 
very handsome. 

It is indeed a happy copy 
of the Parthenon at Athens. 



Vous preferez peut-etre 
celle du dome de I'Hotel des 
Invalides ? 

Sans contredit, et sm-tout 
celle du Val de Grace. 

QueUe est dans votre opi- 
nion la plus belle eghse de 
Paris ? 

Notre Dame, 

C'est une tres vieille basi- 
hque, n'est-ce pas ? 

Necessairement, puisqu'elle 
est construite dans le style 
ogival ou style gothique le 
plus pur. 

Je u'ignore pas que I'ar- 
chitectm-e d'un edifice sert a 
reconnaitre a quel siecle il a 
ete bati ; mais j'ai oubhe I'e- 
poque la plus florissante du 
style ogival. 

Le treizieme et le quator- 
zieme siecle. Ce fut pendant 
ces deux siecles feconds que 
la France s'enrichit de ses 
magnifiques cathedi-ales go- 
thiques, les plus belles de 
I'Europe. 

Vous paraissez grand ad- 
mirateiu- des eglises du moy- 
en-age. 

Qui, je les prefere de beau- 
coup aux imitations des tem- 
ples grecs. 

On dit cependant que I'e- 
ghse de la Madeleine est bien 
beUe. 

C'est efFectivement une 
heureuse copie du Parthenon 
d'Athenea 



166 



FRENCH CONVERSATIONS. 



A copy wMch surpasses the 
model, it is said. 

That may be ; but I like 
an original work better. 

Then you admii-e neither 
the Exchange, nor the trium- 
phal Arch of the Place du 
Carrousel, nor the Column of 
the Place Vendome. 

Yes and no. 

How so ? 

I think that the Exchange 
at Paris resembles a fine, 
large ancient temple of the 
Oorinthian order. Its vast 
flight of steps, its long 
colonnades present to the eye 
an imposing appearance. 

What more do you 
want ? 

A building the style of 
which should be more in har- 
mony with its destination. 

It is then your opinion that 
the architecture of an edifice 
should always be in keeping 
with the use to which it is 
destined. 

Precisely, and, though I 
know that the Exchange is a 
sort of temple erected to the 
worship of gold, I could wish 
that this monument were not 
of the same description as the 
church of the Madeleine. 

But what can you say 
against the triumphal Arch 
of the Place du Carrousel. 

It is a stiff imitation of the 
Arch of Constantine at Rome. 
And then, this monument is 
out of proportion to the 



Copie qui surpasse le mo- 
dele, dit-on. 

Cela se pent ; mais j'aime 
mieux une oeuvre originale. 

Alors vous n'admirez ni la 
Bourse, ni I'Arc de triomphe 
de la Place du Carrousel, ni 
la Colonne de la Place Ven- 
dome, 

Oui et non. 

Comment cela ? 

Je trouve que la Bourse de 
Paris ressemble a mi beau et 
vaste temple antique d'ordre 
corinthien. Son spacieux per- 
ron, ses longues colonnades 
presentent a roeil im coup- 
d'oeil imposant. 

Que voulez-vous de plus ? 

Un monument dont le ca- 
ractere soit plus en harmonie 
avec sa destination. 

Yous etes done d'avis que 
I'architecture d'un edifice doit 
toujours repondre a i'usage 
auquel il est destine \ 

Precisement, et bien que 
je sache que la Bourse est 
une sorte de temple elere au 
culte de Tor, je voudrais que 
ce monument n'eut pas le 
meme caractere que I'eghse 
de la Madeleine. 

Mais que pouvez-vous re- 
procher a TArc de triomphe 
de la Place du Carrousel ? 

C'est une froide imitation 
de lArc de Constantin a Ro- 
me. Et puis, ce monument 
est fort peu approprie pal 



FRENCH CONVERSATIONS. 



167 



elegant square on which it ia 
erected. 

I perceive that you are a 
severe judge and a very 
exacting critic. You are now 
without doubt going to tell 
me that everybody admires 
the Colonne Vendome un- 
justly ? 

Not so. The colimm of 
Austerlitz, which is now im- 
properly called the Colonne 
Vendome, is a fine reproduc- 
tion of the Trajan column, 
the master-piece of Apollo- 
dorus. 

I thought the Trajan 
column was of marble and 
not of bronze, like the column 
of Austerlitz ? 

That is indeed the great 
point of difference betw^een 
them. 

Are not the French very 
proud of this monument ? 

Yes, because it was con- 
structed entirely of the brass 
of the cannon taken by the 
soldiers of Napoleon from the 
enemies of France. 

I understand how a mili- 
tary nation should pride itself 
!>n possessing such a trophy. 

Tliis nation would be less 
proud nf it, if she reflected on 
aU the blood, on aU the tears 
with which she has paid for it. 

Happily, the active life of 
Paris scarcely leaves time for 
reflection. Without that, 
these poor Pai'isians would 



ses dimensions, a I'admirable 
place ou on I'a erige. 

Je m'apergois que vous 
etes un juge severe et un cri- 
tique bien exigeant. Vous 
allez sans doute me dire 
maintenant que tout le mon- 
de admh-e a tort la colonne 
Vendome ? 

Non pas. La colonne 
d'Austerlitz, qu'on appelle a 
tort aujourd'hui colonne Ven- 
dome, est une belle reproduc- 
tion do la colonne Trajane, 
chef-d'cBuvre d'Apollodore. 

Je croyais que la colonne 
Trajane etait en marbre et 
non point en bronze, comme 
la colonne d'Austerhtz ? 

C'est la effectivement en 
quoi surtout elles different 
I'une de I'autre. 

Est-ce que les Frangais ne 
sont pas tres fiers de ce mo- 
nument ? 

Oui, parce qu'il a ete fondu 
tout entier avee le bronze des 
canons arraches par les sol- 
dats de Napoleon aux ar- 
mees ennemies de la Franca 

Je comprends qu'une na- 
tion mihtaire se vante de pos- 
seder un pareil trophee. 

Cette nation s'en enorgueil- 
hrait moins si elle reflechia- 
sait a tout le sang, a toutes 
les larmes dont elle I'a paye. 

Heureusement que la vie 
active de Paris ne laisse gue- 
re le temps de reflechir. Sans 
cela, ces jiauvres Parisiens sa 



168 



FRENCH CONVERSATIONS. 



see themselves forced to 
renounce theii- farorite walk, 
the Elysian Fields, and could 
no longer contemplate the 
triumplial Arch. 

Ah ! there is something 
truly beautiful 

The triumphal Arch at the 
extremity of the Elysian 
Fields ? 

Ko, the Elysian Fields 
themselves. 

You do not speak of the 
Place Louis XV. ? 

The Parisians call it some- 
times the Place de la Revolu- 
tion, sometimes, the Place de 
la Concorde ; for my part, I 
should "wiUingly name it the 
handsomest square in the 
world. 

How ! you do not find in it 
the slightest defect ? 

One only. The centre 
should be free, and I regret 
that it is occupied by an 
Egyptian obelisk. 

But this obehsk is made of 
a single stone ; that is some- 
thing very cm-ious. 

I do not dispute it. 

Why then do you still 
criticize ? 

Because the Egyptian 
monoHth intercepts the view, 
whether, from the garden of 
the Tuileries, we look at the 
long and handsome avenue of 
the Champs Elysees, whether, 
from the Champs Ely sees, we 
admire \h.e garden and the 



verraient forces de renoncer k 
leur promenade favorite des 
Champs Elysees, et ne pour- 
raient plus contempler I'Arc 
de triomphe. 

Ah ! voila qui est vraiment 
beau ! 

L'Arc de triomphe eleve 
au bout des Champs Elysees ? 

JJ'on, les Champs 'Elysees 
memes. 

Vous ne me parlez pas de 
la Place Louis XV. ? 

Les Parisiens la nomment 
tantot la Place de la Revolu- 
tion, tantot la Place de la 
Concorde ; pour moi, je I'ap- 
pellerais volon tiers la plus 
belle place du monde. 

Comment ! vous ne lui 
trouvez pas le plus petit de- 
faut ? 

Un seul. Le centre en de- 
vrait etre hbre, et je regrette 
qu'il soit occupe par un obe- 
lisque egyptien. 

Mais cet obelisque est fait 
d'une seule pierre ; c'est la 
quelque chose de fort curieux. 

Je n'en disconviens pas. 

Pom-quoi done critiquer 
encore ? 

Parce que le monohthe 
egyptien coupe la vue, soit 
qu'on contemple du jardin des 
Tuileries la longue et belle 
avenue des Champs Elysees, 
soit que des Champs Elysees 
on admire le jardin et le cha- 
teau des Tuileries, soit encore 



FRENCH CONVERSATIONS. 



169 



palace of the Tuileries, 
or whether again, from the 
Chamber of Deputies, we 
view the chui'ch of the Made- 
leine. 

You are never at a loss 
for reasons when your pur- 
pose is to criticize. As for 
me, I would rather admii-e 
what appears to me hand- 
Bome, without seeking for 
defects in the monuments 
which I see. 

Each one has his system. 

That would be mine. 

Then you would admire 
without reserve the colonnade 
of the Louvre and the galleries 
of the palace of Orleans, now 
the national palace, but yes- 
terday the royal palace. 

Names change frequently 
at Paris. 

Happily, the buildings 
remain, and will remain for a 
long time to come, we must 
hope. 

I shall have a great deal 
to see then ? 

More than I could tell you. 
You would require whole 
months to see all that is 
beautiful, all that is curious at 
Paris. But when you are 
well acquainted with the 
monuments of this city, go to 
Rome, where you will admire 
still finer ones. 



que de la Chambre des De- 
putes on regarde I'eglise de 
la Madeleine. 



Vous n'etes jamais a court 
de raisons quand il s'agit de 
critiquer. Moi, j'aimerais 
mieux admker tout ce qui me 
paraitrait beau, sans chercher 
les defauts des monuments 
que j'aurais sous les yeux. 

Chacun a son systeme. 

Ce serait le mien, 

Alors vous admireriez sans 
reserve la colonnade du Lou- 
vre et les galeries du Palais 
d'Orleans, aujourd'hui Palais 
national, hier encore Palais 
royal. 

Les noms changent souvent 
a Paris. 

Par bonhem', les edifices 
resteut, et demeureront long- 
temps encore, il faut I'esperer. 

J'en aurai done beaucoup 
a voir ? 

Plus que je ne saurais vous 
en nommer, II vous faudra 
des mois entiers pour voir 
tout ce qu'il y a de beau, tout 
ce qu'il y a de curieux a Pa- 
ris. Mais quand vous con- 
naitrez bien les monuments 
de cette viUe, allez a Rome, 
ou vous en admirerez de plua 
beaux encore. 



i 



UNE MATINEE EN CHINE. 

DIYEETISSEMENT-DIALOGUE. 



DISTRIBUTION. 



Stella, Imperatrice et Reine du Celeste Empire. 
Tonc-Ka, sa Confidente. 

Mademoiselle Duchalet, Ambassadrice de Suisse. 
La Signora Canzoni, " d'ltalie. 

Lady McMountain, " d'Ecosse. 

Mademoiselle Du Belair, " de France. 

La Senorita Petipa, " d'Espagne. 

La Lieerte, Jeune Americaine representant les Etats- Unis. 
Une Dame-Officier, Huissier du Palais Imperial. 



UNE MATINEE M CHINE. 

I)IVERTISSE3IENT-DIAL0GUE. 



LA SCI:KE SE passe a PifiKIN EN 19 



Le theatre represente un salon du palais imp6rial. Grande porte au 
fond ; portes laterales. A droite, une table, avec tout ce qu'U faut pour 
6crire. 

So. I. — Toxg-Ka (seule). 

Sa Majeste va bientot passer ici et me traosmettre ses 
ordres. Quelle vie occupee que la mienne ! Dame d'atours 
le matin, lectrice le soir, ministre des commandements de 
S. M., confidente et secretaire intime ! En verite, il faut 
avoir une tete, une tete ! . . , Ab ! mais c'est que j'en ai une 
bonne en efFet, — et puis, je ne suis pas Chinoise pour rien ! . . . 
Aussi, depuis que nous autres femmes sommes maitresses 
souveraines en ce pays, comme tout j marche bien ! C'est 
plaisir a voir qu'un gouvernement organise de la sorte ! Et 
notre armee ! C'est celle-la qu'on pent dire invincible ! Ah ! 
que tous les liommes du monde viennent s'y attaquer : leur 
conquete ne sera pas longue a faii-e. . . . Pour moi, je suis 
fiere d'appartenir a une nation semblable, et je ne doute pas 
qu'elle ne serve bientot de modele a toutes les autres. Eh ! 
j'y pense : je reflechissais tout a I'heure au discours que je 
p.ourrais prononcer demain a I'Academie des sciences morales 
et politiques, — voila mon sujet trouve : De I'excellence du 
gouvernement des- femmes tel qu'on I'entend et le pratique 
en Chine, et de I'inferiorite comparative des autres gouverne- 
ments. Quel texte magnifique et quelles richesses d'eloquence 



174 UNE MATINEE EN CHINE. 

je vais pouvoir etaler ! . . . Vite, vite, mettons-nous a I'ouvra- 
ge, pendant que la Muse m'inspire : la jalouse est d'humeur 
capricieuse et volage, — ne lui laissons pas le temps de me 
bonder. {Elle s'est assise en disant ces demiers mots et ecrit.) 



So. II. — Tong-Ka, Stella. 

Stella. {Contemplant T.-Ka) Quelle animation ! quelle ver- 
ve ! II n'y a vraiment que des femmes qui puissent ecrire avec 
une semblable rapidite. {S' approchant et toujour s a part.) 
Mais que peut-elle ainsi composer ? 

T.-Ka. {Haut et comme si elle etait seule.) La loi salique 
qui excluait les femmes du trone de France etait digne d'une 
nation barbare. Quelle meillcure preuve eu saurions-nous 
donner que le spectacle que nous avons sous les yeux {con- 
tinuant sur le meme ton, mais apres avoir aperftc Stella). 
Vojez notre grande imperatrice Stella ! Peut-on joindre plus 
de sagesse a plus de beaute ! . . . 

St. (A part.) Que c'est bien dit ! {Haut.) Que tu paries ad- 
mirablement, Tong-ka ! 

T.-Ka. {A part.) Sm'tout quand je sais que Ton m'ecoute. 
{Haut.) Votre majeste est miUe fois trop bonne. Je m'occu- 
pais d'un petit travail que j'ai I'intention de lii'e demain a I'A- 
cademie des sciences morales et politiques. 

>S^^. Ce doit etre un chef-d'oeuvre ; voyons, montre-le moL 

T.-Ka. Pardon, ce n'est la qu'un premier jet. 

St. C'est souvent le meilleur. 

T.-Ka. ISTon, je craindrais trop d'abuser des precieux mo- 
ments de Votre Majeste. 

St. Eh bien ! voila encore ce qui te trompe. Je n'ai ab- 
solument rien a faire . . . L'Imperatrice est en vacances au- 
jourdTiui, et tu me vols meme fort en peine de savoir com- 
ment passer cette journee. 

T.-Ka. Vous conviendi'ez alors, mon auguste souveraine, que 
mon discours sur les sciences poUtiques n'est pas du tout ce 
qu'il vous faut. 

St. Oui, j'en conviens, — et je dois meme t'avouer que j'ai- 
merais volontiers quelque recreation imprevue, quelque sou- 
dain changement a ma vie monotone, a mon esclavage de 
shaque jour. 



UNE MATINEE EN CHINE. 175 

T.-Ka. All! vous voudriez de I'mattendu, du recreatif ?... 

St. Et siortout que le ceremonial fut un moment banni , . . 

T.-Ka. {Commef rappee d'une idee suhite, et s inclinant gra- 
vement.) Madame, je suis votre tres humble servante, et le 
miuistre de yos commandementa va fake de son mieux pour 
vous obeir. {Elle sort.) 



Sc. III. Stella (seule d'abord) ; puis, xtse Dame du Palais. 

>S'^. Que dit-elle et que veut-elle faire ? Pense-t-elle 
vraiment h me distraii'e un peu ? Ah ! j'en ai grand besoin, 
car, ce matin, je me sens inquiete et toute melancolique, — 
disposition pleine de charme, disent les poetes, — disposition 
pleine d'emiui, selon moi Mais qui vient li ? 

Une Baniede Palais. {Entrant.) Madame, Yotre Majeste 
veut-elle consentir a ce que j'introduise aupres d'elle une fem- 
me extraordinairement vetue et qui se dit etrangere ? 

St. Une etrangere, dis-tu ? 

La Dair.e huissier. Dontle costume m'est tout-a-fait incomiu. 

St. Tu piques vivement ma cmiosite. Fais entrer. 

Ehuissier. Yotre Majeste restera-t-elle seule avec cette 
femme ? Xe craint-elle pas ? . . . . 

St. Moi, craindre ? Fi done ! ce sentiment est bon pour 
un homme. Fais entrer, te dis-je. 

Llmissier. J'obeis, Madame. {Elle sort.) 

St. Mon officier a raison neanmoins. Femme et reine, on 
doit etre deux fois prudente, — et, bien que cette etrangere ne 
puisse m'effrayer, sachons avec elle garder I'incognito. 



Sc. IV. Stella, Mlle. Duchalet. 

E officier du palais annongant: !Mlle. Duchalet. 

■Mile. D. {Declamant et les mains suppliomtes.) O vous qui 
que vous soyez, reine ou deesse, quoique, a vous voii", on ne 
puisse vous prendre que pour une divinite, serez-vous insen- 
sible 

St. Moi .... pour qui me prend-elle done ? 



176 UNE MATINEE EN CHINE. 

3/ZZe. D. Serez-vous insensible au malheur 

St. {Toujours a part.) Je crois me rappeler ce discoiira. 
Cette etrangere, par hasard, serait-elle un autre Telemaque ? 

3Ille. D. Serez-vous insensible au malheur d'une jeune 
fille qui cherche son cousin ? 

St. {Declamant.) Et quel est, s'il vous plait, ce cousin que 
vous cherchez ? 

Mle. D. S'il me plait ? oh ! oui, beaucoup, — et voila pour- 
quoi je le cherche. 

St. {Pdant.) Oh ! oh ! tres joli ! 

Mile. D. Plus que joli : ahnable, beau, charmant. 

St. {Interrompant) Pardon, nous jouons sur les mots. 

Mile. D. Quoi ! vous vous jouez de mes maux ? Ah! ah. 
{^Elle pleure.) 

St. En verite, si cela continue, nous ne nous entendrons 
jamais. 

Mile. D. Ah! c'est la ce que je craignais, vous ne voulez 
pas m'entendre. 

St. ( Un peu impatientee.) Encore ! 

Mile. D. Ell bien ! non ; je ne dirai plus rien, puisque 
vous me I'ordonnez. 

St. Mais, au contraire, je ne demande pas mieux que de 
vous ecouter : c'est vous qui vous meprenez au sens de mes 
paroles. Recoramencez done votre recit. 

Mile. B. {Declamant comme au debut) vous qui que 
vous soyez, reine ou deesse 

St. Vous y tenez done beaucoup ? 

Mile. D. A mon cousin? 

St. Non.... 

JSIlle. D. Si, si ; beaucoup. 

St. Oh ! pour cette fois, j'y renonce. 

Mile. D. Y renoncer ! — qui que 

St. Encore 6 qui que C'est 1&, ce que je vous demande ; 

vous tenez done beaucoup a ce qui que ? 

3Ille. D. Moi \ du tout, — au contraire. Vous aurais-je 
blessee en vous adressant ce qui que vous soyez, reine ou 
deesse ? . . . . 

St. Nullement. Cela ne blesse jamais reine ou deesse^ 
— d'autant plus que je ne suis ni deesse, ni reine. 

Mile. D. Vous n'etes ni deesse ni reine ? 

St. C'est comme cela. 

3£ll€. D. Vous etes done I'une et I'autre ? 



TJNE MATINEE EN CHINE. 177 

St. All ! elle est fort gracieuse ! ... Si toutes les etrangeres 
pouvaient lui ressembler ! 

3Ille. D. Oh ! du moment que vous n'etes ni deesse, ni 
reine, je ne me sens plus intimidee aupres de vous et je vais 
vous dire tout de suite .... 

^S"^. Comment vous vous appelez ? 

Mile. D. Et vous ? 

St. Moi, je suis fille d'honneur de Sa Majeste. 

Jllle. D. Et moi, je voudi-ais le devenir. 

St. Comment cela ? 

3Ille. D. Je vous I'ai dit : j'ai perdu mon cousin qui, m'a- 
t-on assure, a fait naufrage sur les cotes du Celeste Empire. 
On le retient prisonnier ici, ou sans doute on lui inflige toutes 
sortes de mauvais traitements. 

St. Et vous voudriez . . . . ? 

Mile. D. L'arracher aux Chinoises. 

St. Ce dessein est legitime et louable. 

Mile. D. Vous I'approuvez alors ? 

St. Certes et je veux meme vous aider dans vo3 re- 
cherches. 

Mile. D. Ah ! vous etes un ange ! 

St. Un ange, dites-vous ; qu'est-ce que c'est que cela? 

^Rle. D. Une creature douce, compatissante et bonne, 
digne toujours de notre amour. 

St. Ah ! j'y suis ; un cousin ? 

Mile. D. {Riant.) C'est cela meme : ainsi mon cousin et 
vous, par exemple, vous etes deux anges. 

St. Ma. foi, cette etrangere m'amuse et m'interesse, et 
je veux fau'e connaissance avec son cousin. {Apres avoir 
Sonne.) Qu'on mande Tong-Ka ; je desire lui parler. [La Dame 
du Palais sHnclineprofondement.) 

Mile. D. Est-ce que les demoiselles d'honneur peuvent 
ainsi commander, ordonner ? 

St. Sans doute, et c'est 1^ le charme de la profession. 



178 UNE MATINEE EN CHINE. 



Sc. V. Les Memes, Tong-Ka, 

T.-Ka. Yotre Majeste m'a mandee aupres d'elle ? 

St. (Souriant.) A qui done paiies-tu, T.-Ka ? II n'y a pas 
de Majeste ici, et ne me reconnais-tu pas ? 

T.-Ka. Oh ! tres bien, tres bien, Ma ... 

St. {Promptement.) Mademoiselle. 

Mile. D. La fille d'honneur de la reine 

St. Qui s'en va avec cette jeune fille ^ la recherche et a 
la delivrance d'un ange .... 

Mile. D. Mon cousin, 

T.-Ka. Ah ! vous avez des anges pour cousins ? Je vous 
en fais mon compUment. • 

St. Et tu as bien raison. Maintenant, reste ici, je te 
prie, jusqu'a mon retour. {Mile. D. et St. s'a.ppretent d 
sortir.) 

T.-Ka. {Retenant St. et a part.) J'attendrai d'autant plus 
volontiers que j'avais une importante communication &, faire h 
Yotre Majeste. 

St. {A part) Ah ! un cousin &, me recommander peut-etre ? 

T.-Ka. {A part.) ISTon, mais de charmantes cousines h vous 
introduire. 

St. {A demi-voix.) En verite ? Bravo, ma journee sera 
bonne. {Haut a T.-Ka, en sortant avec Mile. D.) Je reviens 
bientot. 



Sc. VI. Tong-Ka (seule). 

Allons, allons, tout semble marcher a merveille, et, si la 
fin repond au commencement, mon inspiration m'aura bien 
sei'vie. Ah ! que de mal on a, quand on veut plaire a une 
reine ! Yoyez plutot. J'etais la tout-a-l'heure, tranquiLle- 
ment assise, imjDrovisant un discours qui aurait pu devenir 
magnifique, — et voila qu'au moment ou j'y songe le moins, on 
s'approche de moi d'un air languissant et Ton vient me dire : 
Tong-Ka, ma petite Tong-Ka, je m'ennuie. J'ai des vapeurs, je 
suis triste. La politique m'enlaidit : je veux la mettre a la porte 
aujourd'hui. Ne pourrais-tu la remplacer par de I'imprevu, 
de I'original, du bouffon, par quelques recreations piquantes 



UNE MATINEE EN CHINE. 179 

qui me delasseraient de mon role d'imperatrice, tout en me 
rejouissant I'esprit ? . . . En verite, il faut etre reine pour or- 
donner ainsi de I'esprit a la minute. Ah ! si Ton en exigeait 
autant d'elles ! . . . Enfin, ministre des commandements, j'ai 
dti obeir. Par bonheur, j'ai ete bien servie par les cii-con- 
stances : reste k savoir toutefois si mes autres aides reussiront 
aussi bien que la premiere. 



Sc. VII. Tong-Ka, Stella ; puis, La Sra. Canzonl 

St. {A la ca7iionnade.) La reine ne veut plus recevoir per- 
sonne — personne, entendez-vous ? 

T.-Ka. Pas meme moi ? 

Bt. Oil! toi, e'est bien different. Je suis, vois-tu, d'une 
humeur, d'une colere . . . Dire qu'on n'est jamais libra ! . . . 
Grace a cette jeune et interessante etrangere, tout me pro- 
mettait une matinee delicieuse et tout-a-fait nouvelle pour 
moi : veil" un ange de tout pres, — cela piquait ma curiosite ! 

T.-Ka. L'ange n'a-t-il point repondu a vos esp^rances ? 

>S'^. II s'agit bien d'ange en etfet ! A peine etais-je dans la 
grande galerie, qu'une foule de courtisans m'assiegent ; je veux 
m'en deban-asser, une deputation se presente, force discours 
en tete : a cette vue, je m'enfuis en toute hate ; mes ministrea 
courent apres moi, et je ne sais vraiment comment j'aurais pu 
leur echapper, si je n'avais pris le parti de leur iuterdire mar 
porte. 

T.-Ka. Que vous voudrez bien ouvrir neanmoins a nne de 
mes protegees. 

St. Non, plus de protection, et assez d'audiences comme 
cela. Ne te I'ai-je pas dit d'ailleurs, je ne veux pas etre 
reine ce matin. 

T.-Ka. Mais si justement on ne voulait voir en vous que 
la demoiselle d'honneur, qu'une toute petite mortelle conmae 
moi ? 

St. Oh ! que je te remercierais alors de venir une fois en- 
core a mon secours ! Car toi seule, Tong-Ka., semble com- 
prendre que j'aie besoin d'echapper & 1' ennui de la cour et des 
afifaii'es. ( On entered chanter^ Mais qui est la, et qui chante 
ainsi dans ton appartement ? 

T.-Ka. {Allant ouvrir.) Venez, signora, venez done 



180 UNE MATINEE EN CHINE. 

La 8ra. Canzoni. {^Entrant vivement.) All! ce n'est pas 
malheureux, et vous voila enfin. Me faire attendre ainsi, 
moi, la premiere cantatrice-amateur de I'ltalie — moi, I'impa- 
tience et le chant en personne ! ... Eh bien ! cette dame 
dont vous m'avez parle et qui pourrait me recommander a la 
reine — ne la veiTai-je pas bientot ? 

T.-Ka. {Montrant St.) La voici ; et c'est parce que je lui 
faisais votre eloge que je vous ai fait attendre un peu. {La 
presentant a Si.) Madame, permettez-moi de vous presenter 
la signora Canzoni, la plus jolie voix de I'ltahe ; {d part) 
Maintenant c'est a elle de fau-e valoir son talent. Allons 
done au plus vite donner une nouvelle preuve du mien. 
(Mle sort.) 

La Sra. C. ( Voyaoit T.-Ka. sortir.) Ah ! elle sort, elle me 
quitte, elle m'abandonne . . . Vous conviendrez, Madame, que 
ce sont la facons d'agir vi'aiment singulieres. 

St. (Souriant.) Oh ! n'y faites pas attention. . . . C'est ainsi 
qu'en Chine on introduit les personnes pour lesquelles on a 
beaucoup de consideration. 

La Sra. C. C'est ainsi qu'en Chine on introduit les per- 
sonnes pour lesquelles on a beaucoup de consideration ? . . , Oh ! 
alors, c'est autre chose . . . Apres tout, pourquoi pas ? La 
Chine n'est pas obligee d'adopter nos prejuges europeens, nos 
manieres d' Italic. 

St. Vous etes d'ltalie ? 

La Sra. C. De Napoli meme. Avez-vous ete a Naples, 
Madame ? 

St. (Souriant.) Pas encore. 

La Sra. 0. Oh! allez-y bientot, Naples, voyez-vous, 
c'est le paradis sur terre. Tout y est beau, depuis le dernier 
lazzarone du port jusqu'au ciel qui souiit h toute heure et 
toujours. Ah ! si je pouvais vous y transporter en ce mo- 
ment! Si je pouvais offrir a vos yeux enehantes cette bale, 
I'admiration du monde entier, ce doux golfe d'lschia ou la 
barque a la voile latine glisse sur les flots azui'es, au mur- 
mure harmonieux ; si je pouvais, magicienne subhme, vous 
mettre en face du Vesuve, jetant des feux de joie a notre 
approche, et repandant sur tout le paysage d'alentour ses 
lueurs vraiment fantastiques ... Oh ! c'est alors que vous 
vous ecrieriez avec moi: Naples, sejour enchanteur, ville 
unique sur terre, a toi mon admiration, mon amour; h toi 
mes chants et ma vie ! 



UNE MATINEE EN CHINE, 181 

St. Quel enthousiasme ! 

Za Sra. C. On n'en saurait trop avoir pour une telle patrie. 
Et puis, nous autres Italiennes, quand nous aimons, ce n'est 
pas a demi : chez nous, tout est impulsion, naturel, sincere 
abandon ; nos joies et nos douleurs s'expriment fortement ; 
nous n'entendons rien aux biais, aux detours hypocrites. . . . 
St. J'avais oui dire cependant que les N^apolitains . . . 
Za Sra. C. Caloninies ! Nous sommes la franchise meme. 
Jugez-en plutot par nos chants. 

St. L'argument me parait bien imagine : s'il n'est pas logi- 
que, il est agreable au moins. Veuillez done me faire juger 
de la franchise . . . des inspirations mvisicales de votre pays. 

Za Sra. C. Que vous chanterai-je bien ? Du Piccini, du 
Zingarelli, du Ricci, du Pacini, du Verdi, du Donizetti, du 
Bellini ou du Rossini ? Une cavatine ecrite pour la Grisi, la 
Frezzolini, la Caradori, la Gabussi, la Tadolini, la Cinti, la 
Favelli, la Barbieri, la Catalani ou la Persiani ? Un morceau 
de D. Giovanni, d'l Puritani, d'l Capuletti, de Tancredi, d'l 
due Foscari, d'l Lombard! ou d'Eruani ? 

St. Vous avez fini ? 
Za Sra. C. Non pas ; je puis encore vous proposer des.. 

St. Signor-i. Je vous en fais grace, et j'ecoute tout ce que 
f ous voudrez bien me chanter. 

Za Sra. 0. C'est du Donizetti. [ZUe chante^ 

St. Ah ! bravo ! bravo ! 

Za Sra. C. Vous etes satisfaite ? 

St. Enchantee ; aussi, comptez que la reine connaitra 
i'heureux hasard qui vous amene dans son empire, et que 
bientot elle vous mandera pres d'eUe. J'en prends ici I'enga- 
gement. 

Za Sra. C. Ah ! mille fois merci. Moi je m'en vais par* 
tout proclamer votre grace aimable, votre bienveillance, votre 
extreme bonte . . . {Elle sort en chaiitant con bravura. — Au 
meme instant on apergoit tcne Ecossaise qui s^avance mc^et- 
tijieusement.) 



182 UNE MATINEE EN CHINE. 



So. VIII. Stella, Lady McMountain, 

Lady McM. {Apres avoir contempU Fltalienne d!un an 
superhe, plein de dedain) Se pourrait-on croire ici dans un pa- 
laifi imperial ? On en sort en courant, en chantant ; point de 
tenue, point de dignite, point de savoir-vivre ! Ah ! cela 
sent bien encore la Chine ! 

St. Hein ? que dites-vous done ? 

Lady McM. Rien qui doive vous oflfenser, Madame ; car, 
a votre air noble et digne, je ne doute pas que vous ne soyez 
de mon avis : cette etrangere qui sort d'ici n'a pas le moindre 
usage, et je n'aurais jamais suppose que dans un lieu comme 
celui-ci on put se permettre une telle legerete. 

St. Ah ! je vois que vous etes fiere ! 

Lady M. Je suis Ecossaise : j'ai les vertus de mon pays. 

St. Eien de plus naturel ; mais faut-il pour cela etre ex- 
clusif et ne trouver rien de beau, rien de bon ailleurs que chez 
soi? 

Lady M. On voit bien que vous ne connaissez ni I'Ecosse, 
ni ses habitants, car vous comprendriez alors que nous som- 
mes le premier peuple de la terre. 

St. Ah ! permettez ... La Chine, il me semble . . . 

Lady M. I^e me parlez pas de votre Chine, meme avec 
ses fleuves jaunes ou bleus ; surtout ne me parlez pas de vos 
Chinoises, de vos affreux Chinois . . . et puis, quelle langue que 
la votre ! 

St. Ah ! ma bonne Chine, mes pauvres Chinois, mes aima- 
bles petites Chinoises, entendez-vous cette ^trang^re et ses 
horribles blasphemes ? 

Lady M. Ne vous offensez pas ; je ne dis que I'exacte 
verite. 

St. J'en doute ; mais encore, toute verite . . . 

Lady M. Est bonne a dire et surtout a ecouter, si Ton en 
veut faire son profit. Du reste, je desire que vous jugiez 
vous-meme de la beaute de notre langue ecossaise et de son 
immense superiorite sur la votre . . . Vous etes de la cour, 
n'est-ce pas ? 

St. On as8,m*e que j'y occupe un rang fort recherche. 

Lady M. Vous etes instruite d^s-lors ; c'est de rigueur a 
la cour. 

St. Du moment que vous I'affirmez, je veux le croire. 



UNE MATINEE EN CHINE. 183 

Lady M. Vous pourrez done apprecier le merite de ces 
vers de notre poete sans rival, de notre grand et sublime 
Ossian. {Elle recite iin fragment d'Ossian.) 

St. C'est tres beau, c'est magnifique. {A part) Je n'en ai 
pas compris deux mots. {Haut.) Et s'ii faut dire ici que I'Ecos- 
se a des bardes inspii'es, des chants poetiques et originaux, 
comptez sm* moi. 

Lady M. A la bonne heure, et cet eloge de votre part me 
reconcilie tout-a-fait avec la Chine. D'ailleurs, je puis bien 
vous I'avouer, en vous parlant si mal de votre pays, j'avais 
voulu surtout vous provoquer ^ le defendre. 

St. Ainsi vous ne pensez pas de ma Chine tout le mal 
que vous m'en avez dit ? 

Lady M. Je vous en offi-e pour assurance cette main d'une 
femme qui a toujours ete reputee fiere, mais en meme temps 
noble, courageuse, hospitaliere, et incapable de manquer a 
une parole donnee. 

St. S'il en est ainsi, je vous ofifr^ egalement la mienne, et 
bien volontiers meme. — \Poignees de main un peu excentri- 
ques. — L'jEcossaise sort.) 



Sc. IX. Stella ; puis, Mme. Dubelair. 

St. {Setde.) Malgre ses chaleureuses poignees de main et son 
enthousiasrae national, cette Ecossaise est \m peu singuliere. 
Son pays peut etre foi-t curieux, fort pittoresque ; pourtant, 
ce n'est pas encore celui que je choisirai, si jamais je quitte le 
mien . . . Mais je ne te quitterai pas, ma Chine bien aimee, car 
tu es certainement la premiere nation du monde, et toutes ces 
etrangeres qui m'arrivent aujourd'hui me confirment plus que 
jamais dans cette opinion . . . Encore quelqu'un ? Qui s'avan- 
ce ainsi ? 

Mine. Dubelair. Moi, la reine du Paris elegant ; moi qui 
entre ici comme si j'etais dans un salon de la Chaussee d'Antin, 
parce qu'on m'avait assure que j'y trouverais Son Excellence 
Tong-ka, la favorite de I'imperatrice et le modele de I'urbanite 
chinoise... Mais je m'apergois que Ton m'a induite en er- 
reur . . . Je crains d'etre indiscrete, et je vous prie, Madame, 
4'excuser... 



184 UNE MATINEE EN CHINE. 

^S*^. Retirez vos excuses, de grace ; je ne puis les accepter. 
Trop h(}ureuse de vous recevoir en I'absence de ma jeune amie 
Tong-ka. 

Mme. D. Vous la connaissez ? 

>S'^. N'ous sommes intimes. Elle me protege. 

Mme. JD. Ah ! elle vous protege ! 

St Aujourd'hui surtout (dj^ar/) coatre I'ennui. (Jlaut) 'Ne 
puis-je savoii' ce qui vous amenait pres de Tong-ka ? 

M/ne. D. Le desir de rentretenii' de mes projets, de la 
gaguer a ma cause. 

St. Me permettrez-vous de vous demander quelle est 
votre cause ? 

Mme. D. Celle de mon pays, celle de la France qui n'en a 
jamais eu deux : la cause de la civilisation ! 

St. Quoi ! vous pretendez venir nous civiliser, et vous 
arrivez ici en toilette de bal et I'eventail a la main ! 

Mme. D. C'est precisement parce que je suis en grande 
toilette que je civilise. Ah ! que vous etes encore en arriere ! 
Vous dedaignez I'elegance, et vous ne reflechissez pas aux 
puissants moyens d'action qu'eUe nous donne. Vous riez de , 
mon costume ; mais, ma chere et toute . aimable, voyez done 
le votre ! Que signifie cette coiffure, je vous prie, a moins que 
vous ne vouliez effrayer les plus intrepides ! Jetez-moi cela 
bien vite. Qu'est-ce qu'une robe ainsi faite ? Si vous aviez 
soixante ans, rien de mieux et je la ti-ouverais de circon- 
stance ; mais, a votre S.ge, n'avez-vous pas honte de vous en- 
laidir ainsi ? 

St. Je ne vois pas cependant .... 

Mme. D. Vous ne voyez pas que nous sommes du meme 
age, et qu'avec ma toilette legere il ne faut qu'un coup-d'ceil 
pour que toute personne de gout me declare et gracieuse et 
bien faite, — tandis qu'avec la votre, votre tete a besoin d'etre 
dixfois adorable pom* faire oublier votre etrange accoutrement. 

St. Quels changements y verriez-vous done a faire ? 

Mme. D. Ne m'avez-vous pas entendue ? 

St. Mais c'est tout une revolution que vous me proposez la ! 

Mme. D. Sans doute. Ne vous I'ai-je pas dit ? Nous 
autres Frangaises nous revolutionnons le monde avec des 
chiffons. 

St. Avec des chiffons ? 

Mme. D. Oui, — mais nous les doublons d'idees. 

St. Tiens ! je ne connaissais pas encore ce proc^de-lJi. 



UNE MATINEE EN CHINE, _85 

Ilnie. D. Et c'est parce que j'avais lieu de le supposer 
que vous me voyez ici. Tenez, permettez-moi de vous le dire 
avec franchise et sans pretention aucune, notre superiority 
a nous autres Fran^aises me parait evidente. Les etrangeres 
vous diront, je suppose, que nous sommes frivoles, inconstan- 
tes, legeres ; elles nous preteront des vices que nous n'avons 
pas, — des nioeurs et des allm^es qui n'appartiennent qu'aux 
heroines de nos inconsequents romanciers ; elles se plairont k 
nous faii'e mauvaises meres et mauvaises epouses et ne 
sauront trouver de bien que nos toilettes .... Maintenant, vou- 
lez-vous connaitre la verite ? . . . C^est que toutes leurs attaques 
sont dirigees par I'ignorance ou la jalousie. Par bonheur 
nous Savons nous en venger. 

St. Comment cela ? 

Mme. D. En nous moquant de la fa^on dont ces memes 
etrangeres caricatm-ent nos modes et en nous taisant sur 
lem-s defauts particuliers. 

St. {A part.) II y a du bon dans cette frangaise. 

Iltne. I). Mais je plaide ici comme un avocat et j'antici- 
pe, U me semble, sur mes negociations diplomatiques. Par- 
Ions plutot gaiete, plaisirs 

St. Chiffons aussi, 

Mme. D. Ah ! vous y prenez goCit deja, si je ne me 
trompe. Eh bien ! soit, Causons toilette, grSce .... 

St. Tournure. 

Mme. D. Ah ! prenez garde . . . En fait de tournure . . . 
. . .pas trop n'en faut ; 
L'exces en tout est un defaut. 

St. Je ne comprends pas, 

Mme. D. Louable innocence ! , , , Mais puisque vous tenez &. 
ce que je vous entretienne de frivolites, savez-vous comment 
nous appelons ceci ! {Elle fait la reverence.) 

St. {L'imitant gauchement.) Ceci ? N'on, je ne sais pas. 

Mme. D. Je le vois de reste Eh bien ! c'est une reve- 
rence, i^ous en avons de toutes sortes : longues et profon- 
des pour les circonstances solennelles ; moqueuses et legeres 
pour les facheux et les sots qu'on ne peut eviter ; courtes, 
petites et boudeuses pour les fats et les grand seigneurs imbe- 
ciles ; modestes et prevenantes a la fois pour I'homme de genie 
et le talent meconnu. Enfin nos reverences sont comme nos 
chiffons: elles sont toutes pleines d'idees. Et comme j'ai 
maintenant la mienne a vous faire, veuillez vous rappeler, 



186 ONE MATINEE EN CHINE. 

je vous prie, qu'elle vous exprime mon enchantement de 
vous avoir vne et mon espoii* de vous retrouver bient6t, 
{Mile sort enfaisant une gracieuse reverence.) 



So. X. Stella; puis, Tong-Ka et La Senorita Petipa. 

Stella {Seule). En verite je commence a croire qu'il j a 
du bon h I'etranger. Cette Fran^aise s' exprime avec une 
grace et fait des reverences .... (£Jlle s'essaie d /aire des 
reverences.) 

T.-Ka. {Avec surprise, en arrivant au tnilieu des etudes 
de la reijie.) Oh ! qu'est-ce que c'est que cela ? 

St. Des reverences, ma chere. 

T.-Ka. Une reine faire d'humbles reverences ! En rece- 
voir, ^ la bonne heure. Enfin les plnlosophes n'ont peut- 
6tre pas tort de croire a la perfectibilite, 

St. Que parles-tu de se perfectionner ? 

T.-Ka. {Apart.) II n'y a que les reines pour entendre de la 
sorte. {Haut.) Je disais que si Votre Majeste voulait se perfec- 
tionner, je serais heureuse de lui presenter une jeune danseuse 
andalouse. 

St. Decidement, tu veux m'amener ici toute I'Europe ce 
matin Eh bien ! va pour la danseuse andalouse ! 

T.-Ka. {Ouvrant la porte de son appartement.) AccoTirez, 
Mademoiselle. , 

La Sta. P. {Enire d petits pas precipites et fait, en 
s'arretcmt, tme reverence de danseuse.) Seifiora Tong-Ka, 
voici sans doute la gracieuse eleve que vous m'avez promise ? 
Veuillez lui dire que je suis la Senorita Isabella, Florida, 
Adela, Paquita, Juanita, Antonina, marquesa de Silva, de 
Cabrera de Petipa. 

T.-Ka. EUe est positivement tout cela. 

St. Et vous venez ici, Mademoiselle, pour nous initier 
aux danses de votre pays ? 

Petipa. Tel est mon seul desir. D'autres etrangeres 
manifesteraient ime toiit autre ambition : eUes vous parle- 
raient toutes de la beaute de leur patrie, de leur esprit, de 
leur profondeur, de leurs qualites sans egales, enfin de leur 
excellence en tout — et autre chose encore ; pom- moi, je ne 
pretends aujourd'hui h d'autre merite qu'^ celui d'une danse 
Bouple, legere, originale, entrainante. 



UNE MATINEE EN CHINE. 187 

T-Ka. En im mot, vous etes la Danse personnifiee. 

Petipa. On me I'assure du moius, peut-etre parce qu'un 
grand poete a dit en paiiaut de moi : " Tout ea elle etait 
danse et rive et folle joie !" Oli ! qu'il a bien raisou ! Oui, 
quand resounent les brUlantes castagnettes, je m'elance vive 
et legere, et chacun me proclame bientot la reine du bolero 
ou de la cachucha, de la gracieuse, de i'incomparable cachucba. 

St. Et daignerez-vou3 nous faire connaitre cette cachucha 
dent le nom seul semble vous transporter de plaisir ? 

Petipa. Oh ! de grand coeur. La cachucha. voyez-vous, 
c'est ie reve des poetes et le triomphe des jeunes filles. Jugez 
des charmes d'une pareille danse ! 

T-Ka. JN'ous en jugerons mieux encore en yous la voyaut 
danser. 

Petipa. Je commence. {Elle danse. Admiration crois- 
satite de Stella, qidjinit ptar se joindre a V E&pagnole. Pen- 
dant qu'elles dansent toutes deux, Tong-Ka fait entrer toutes 
les etrangeres qui forment cercle.) 



Sc. XI. et dernidre. — Tous les personnages precedents ; la 
Liberie. 

T.-Ka et toutes les etrangeres. Bravo ! bravo ! 

St. a T.-Ka. T.-Ka, que signifie ceci ? 

T.-Ka. Votre Majeste, je I'espere, voudra bien me le par- 
donner. Vous m'avez demande, Madame, de I'imprevu, de 
roriginal,— je suis toujoui's, vous le voyez, dans les conditions 
du programme. 

St. Mais cela ne m'explique pas la presence simultanee 
de toutes ces dames, dans un pays ou Ton ne regoit que les 
ambassadeurs etrangers. 

La Frangai&e. Justement, Madame, c'est que nous somraes 
toutes ambassadrices. 

T.-Ka. Ce qui vaut mieux que des ambassadeurs. 

St. {S'adressant a toutes les etrangeres rangees sur une 
%eule ligne?) Ah ! Mesdames, vous etes toutes ambassadrices \ 

Toutes. [Faisant en meme temjys une longue reverence.) 
Qui, Madame. 

St. Et qui vous amene dans mon empire ? 

La Frmigaise. Le desir de vous faire notre reverencei 
{Toutes font de nauveau la reverence.) 



188 UNE MATINEE EN CHINE. 

Si. {Enchantee.) Oh ! decidement, mon empire est d^aor- 
Ciais ouvert a d'aussi aimables personnes. 

{La dame du, palais ouvre la porie d, deux hattants ct Von 
voit paraitre la Liberie.) 

La Liberie. {Eittrani vivement en scene) J'en profite done, 
Auguste Stella, pour vous en offrir mes sinceres felicitations. 
St. Vous, Madame, qui etes-vous ? 

La Lib. On a tant de fois abuse de mon nom, on a si sou- 
vent pris mon costume et mes couleurs que je suis peu sur- 
prise de n'eb'e reconnue de personne. 

La Frang. Pardon, n' etes-vous pas une fille de "Wash- 
ington ? 

La Lib. Ah ! e'etait a vous, en effet, de m'annoncer et de 
me rester fidele. Oui, comme vient de le proclamer mon 
amie, je pourrais dire ma soeur, — oui, je suis Americaine et 
fille de Washington. J'eus pour mere la Liberte, dont je suis 
fiere de porter le nom ; la France fut ma marraine et le ge- 
nereux Lafayette mon parrain. Vous voyez que je suis de 
bonne maison et que ma noblesse en vaut bien une autre. 
St. Et quelle sorte de pays habitez-vous ? 
La Lib. Oh ! le premier pays du monde, — un pays vrai- 
ment fait a souhait pour le bonheur des hommes. La tout est 
graud, tout est noble, tout est beau, — etl'ony retrouve reunis les 
qualites ou les charmes particuliers des autres contrees et de 
tous les autres peuples. jSTos fleuves sont les plus majestueux 
de la terre ; notre ciel est bleu comme celui de I'ltahe, et cette 
bale d'Ischia dont Madame {montrant la Sra. Ganzoni) est si 
fiere, n est pas plus belle que notre admirable baie de N'ew 
York. N"os montagnes sont plus hautes et plus pittoresques 
encore que celles de la Suisse et de I'Ecosse ; uos chutes d'eau 
font I'admiration et I'envie du monde entier ; en un mot, la 
Nature nous a prodigue tous ses dons, toutes ses favours, tou- 
tes ses merveilleuses richesses. 

Si. Et comm<^nt lui en temoignez-vous votre reconnais- 
sance ? 

La Lib. En accueillant genereusement ceux de ses fils 
moins bien partages que nous. Oui, I'Amerique est une terre 
hospitaUere ou aiment a se refugier les malheureux proscrits : 
c'est la que les infortunes de'tous les pays, pourvu qu'ils en 
soient dignes, trouvent de nouveaux foyers, une nouvelle pa- 
trie. Washington, mon pere, a su afiranchh ses frferes d'un 
joug injuste et odieux, — et nous, ses filles, nous croyons conti- 



UNE MATINEE EN CHINE. 189 

nuer dignement son ceuvre en repoussant toute tyrannie inte- 
riem-e ou etrangere, mais en traitant tons les peuples du 
globe en amis que Dieu nous envoie. 

St. Oil ! quel beau langage et qu'il semble partir d'un 
noble coeur ! 

T.-Ka. Aussi, j'en suis toute transportee ... et je serais 
capable, je crois, ... 

La Lib. De conquerii- le monde ? 

T.-Ka. Pom-quoi pas, si vous vouliez m'y aider ? Avec 
vous, n est-on pas sure de vaincre ? 

8t. Tu as raison, Tong-Ka, et si la Liberte, si ma gracieuse 
Francaise, si ma noble et fiere Ecossaise, si vous toutes enfin, 
voulez seconder mes desseins, bientot le monde nous appar- 
tiendra tout entier. 

Toutes. Comment cela ? 

St. Substituons le gouvernement des femmes aux institu- 
tions mises en vogue par les liommes, et, dans ce but, formons 
entre nous toutes une alliance offensive et defensive. 

La Francaise. C'est cela meme. — 

" Peuples, formons une sainte alliance, 

L'Ecossaue et la Liberte. Et donnons-nous la main." 

[Sites se donnent toutes la mahi.) 

St. Et maiatenant, jurous-nous toutes Protection et 
Amitie. 

Toutes. (Sur une tneme ligne, etendant la main.) Kous le 
jurons. 

St. A nous la conquete du monde. 

Toutes. {Ilhne jeu.) ISTous le jurons. 

St. A nous tons les succes. 

Toutes. Nous le jurons. 

T.-Ka. {Se tournant vers les ambassadrices.) Tres bien, tres 
bien ; mais a present, Mesdames, il faut me jurer aussi que 
vous ne regrettez pas votre Matinee en Chine. 

{Toutes etende7it le bras et vo7it preter le serme7it demandt, 
lorsque la Liberte les arrete d\in c/este.') 

La Lib. {S^avangant vers le public.) Comme ici je n'aper- 
^ois guere que des dames, et que je suis la Liberte meme, je 
vous engage a faire cause commune avec nous et a repeter en 
choeur : 

Toutes. Kous le jurons. 



DEBITEUR ET CREANCIER, 

SCfeNE ifePISODIQUE 
DE LA VIE BE If ON JUAN, 



PAS 

OLIERE. 



PERSOINAGES. 



Don Juan, Grand Seigneur. 

M. DiMANCHE, Bourgeois riche et cridule 

Sganarelle, Valet de chambre et Confident de Don Juan, 

La Violette, Petit Domestique. 



_J 



DEBITEUR ET CRtMCIER. 



Le theatre represente un salon somptueux. Au lever du ridean, Sgana- 
KELLE debout semble en conversation avec Don Juan. 



La Violette, entrant. Monsieur, voila voire marchand, M, 
Dimanche, qui demande a vous parler. 

Sganarelle. Bon ! voila ce qu'il nous faut, qu'un compli- 
ment de creancier ! De quoi s'avise-t-il de nous venir deman- 
der de I'argent ? Et que ne lui disais-tu que Monsieur n'y 
est pas ? 

La Violette. II y a trois quarts d'heure que je le lui dis ; 
mais il ne veut pas le croire, et s'est assis la-dedans pour at- 
tendre. 

Sganarelle. Qu'il attende tant qu'il voudra. 

Don Juan. Non ; au contraire, faites-le entrer. C'est une 
fort mauvaise politique que d'eviter ses creanciers. II est 
bon de les payer de quelque chose ; et j'ai le secret de les 
renvoyer satisfaits, sans leur donner un sou. 

{Entre M. Dimanche^ 

Bon Juan. Ah ! Monsieur Dimanche, approchez. Que je 
suis ravi de vous voir ! et que je veux de mal a mes gens 
de ne vous pas faire entrer d'abord 1 J'avais donne ordre 
qu'on ne me fit parler a personne ; mais cet ordre n'est pas 
pour vous, et vous etes en droit de ne jamais trouver de porte 
fermee chez moi, 

M. Dimanche. Monsieur, je vous suis fort oblige. 

Don Juan, parlant a ses laquais. Parbleu ! coquins, je 
vous apprendrai a laisser M. Dimanche dans une anticham- 
bre, et je vous ferai connaitre les gens, 

M. Dimanche. Monsieur, cela n'est rieu. 

Don Juan, d, M. Dimanche. Comment 1 vous dire que je 
n'y suis pas ! a M. Dimanche ! au meiUeur de mes amis ! 



194 DEBITEUR ET CREANCIER. 

M. Dimanche. Monsieur, je suis votre serviteur. Jetaia 
veuu 

Don Juan. Allons vite, un siege pour M, Dimanche. 

M. Dimanche. Monsieur, je suis bien comme cela. 

Don Juan. Point, point ; je veux que vous soyez assis cen- 
tre moi. 

M. Dimanche. Cela n'est point necessaire. 

Don Juan. Otez ce pliant, et apportez un fauteuil. 

M. Dimanche. Monsieur, vous vous moquez, et 

Don Juan. I^on, non; je sais ce que je Vous dois, et je 
ue veux point qu'on mette de difference entre nous deux. 

M. Dimanche. Monsieur 

Don Juan. Allons, asseyez-vous. 

M. Dimanche. II n'est pas besoin. Monsieur, et je n'ai 
qu'un mot a vous dh-e. J'etais 

Don Juan. Mettez-vous la, vous dis-je, 

M. Dimanche. Non, Monsieur, je suis bien; je viens 
pour. ... 

Don Juan. Non, je ne vous ^coute point, si vous n'etea 
assis. 

31. Dimanche. Monsieur, je fais ce que vous voulez. Je. . . . 

Don Juan. Parbleu ! Monsieur Dimanche, vous vous por- 
tez bien. 

31. Dimanche. Qui, Monsiem*, pour vous rendre service. 
Je suis venu 

Don Juan. Vous avez un fonds de sante admirable, des 
16vres fraiches, un teint vermeil, et des yeux vifs. 

3f. Dimanche. Je voudrais bien . . . 

Don Juan. Comment se porte madame Dimanche, votre 
Spouse ? 

31. Dimanche. Fort bien. Monsieur, Dieu merci. 

Don Juan. C'est une brave femme. 

3L Dimanche. Elle est votre servante, Monsieur. Je ve- 
nais ... 

Don Juan. Et votre petite fille Claudine, comment so 
porte-t-elle ? 

3f. Dimanche. Le mieux du monde. 

Don Jican. La jolie petite fille que c'est ! Je I'aime de 
tout mon ccEur. 

31. Dimanche. C'est trop d'honneur que vous lui faites, 
Monsieur. Je vous . . . 



UEBITEUR ET CREANCIER. 195 

Don Juan. Et le petit Colin, fait-il toujoura bien du bruit 
avec son tambour ? 

M. Bimanche. Toujours de meme, Monsieur. Je . . . 

Don Juan. Et votre petit chien Brusquet, gronde-t-il tou- 
jours aussi fort, et mord-il toujours bien aux jambes les gens 
qui vont chez vous ? 

M. Dimanche. Plus que jamais, Monsieur, et nous ne sau- 
rions en venir a bout. 

Bon Juan. Ne vous ^tonnez pas si je m'informe des nou- 
velles de toute la famille ; car j'y prends beaucoup d'interet. 

M. Bimanche. Nous vous sommes, Monsieur, infiniment 
obliges. Je . . . 

Bon Juan, lui tendant la main. Touchez done la. Mon- 
sieur Dimanche. Etes-vous bien de mes amis ? 

M. Bimanche. Monsieur, je suis votre serviteur. 

Bon Juan. Par bleu ! je suis it vous de tout mon coeur. 

M. Bimanche. Vous m'honorez trop. Je . . . 

Bon Juan. II n'y a rien que je ne fisse pour vous. 

M. Bimanche. Monsieur, vous avez trop de bonte pour 
mol 

Bon Juan. Et cela sans interet, je vous prie de le croire. 

M. Bimanche. Je n'ai point merite cette grace, assure- 
ment. Mais, Monsieur . . . 

Bon Juan. Or ga, Monsieur Dimanche, sans fagon, voulez- 
vous souper avec moi ? 

M. Bimanche. Non, Monsieur, H faut que je m'en retour- 
ne tout a I'heure. Je . . . 

Bon Juan, se levant. Allons vite, un flambeau pour con- 
duhe M. Dimanche; et que quatre ou ciuq de mes gens 
prennent des mousquetons pour I'escorter. 

31. Bimanche, se levant aussi. Monsieur, il n'est pas n6- 
cessaire, et je m'en irai bien tout seul. Mais . . . 

[^Sganarelle die les sieges promptement^ 

Bon Juan. Comment ! je veux qu'on vous escort e, et je 
m'interesse trop a votre personne. Je suis votre serviteur, 
et, de plus, votre debiteur. 

M. Bimanche. Ah ! monsieur ... 

Bon Juan. C'est ime chose que je ne cache pas, et je le 
dis &. tout le monde. 

M. Bimanche. Si . . 

Bon Juan. Voulez-vous que je vous reconduise ? 

M. Bimanche. Ah ! Monsieur, vous vous moquez. Mon- 
fiieur . . . 



196 DEBITEUR ET CREANCIER. 

hoH Juan. Embrassez-moi done, s'il vous plait. Je rous 
prie eucore une fois d'etre persuade que je suis tout a vous, 
et qu'il n'y a rien au monde que je ne fisse pour votre ser- 
vice. 

{H sort:] 

Sganarelle. II faut iavouer que vous avez en Monsieur un 
homme qui vous aime bien. 

M. Jjimanche, II est vrai ; H me fait tant de civilites et 
tant de compliments, que je ne saurais jamais lui demander 
de I'argent. 

Sganarelle. Je vous assure que toute sa maison perirait 
pour vous, et je voudrais qu'il vous arrivat quelque chose, 
que quelqu'un s'avisat de vous donner des coups de baton, 
vous verriez de quelle maniere . . . 

M. Dimanche. Je le crois ; mais, Sganarelle, je vous prie 
de lui dire un petit mot de mon argent. 

Sganarelle. Oh! ne vous mettez pas en peine; il vous 
paiera le mieux du monde. 

31. Dimanche. Mais vous, Sganarelle, vous me devez 
quelque chose en votre particulier. 

Sganarelle. Fi ! ne parlez pas de cela. 

M. Dimanche. Comment! je... 

Sganarelle. JSTe sais-je pas bien que je vous dois ? 

M. Dimanche. Oui, mais ... 

Sganarelle. AUons, Monsieur Dimanche, je vais vous 
eclairer. 

M. Dimanche. Mais mon argent ? 

Sganarelle, prenant M. Dimanche par le bras. Vous mo- 
quez-vous ? 

M. Dimanche. Je veux ... 

Sganarelle, le tirant. He ! 

M. Dimanche. J'eniends . . . 

Sganarelle, le poussant vers la porte. Bagatelle I 

M. Dimanche. Mais . . . 

Sganarelle, le poussant encore. Fi 1 

M. Dimanche. Je . . . 

Sganarelle, le poussant tout d fait hors du thedtre. Fi t 
vous dis-je. 



LE POULET 



FAK 



CAEMONTELLEa 



PERSONNAGES. 



M. D'Orville. 

M. Fremont, midecin. 

La Brik, 



;.(■ 



laquais de M. d' OrviUt. 

COVTOIS, ' 



LE POULET. 



Le theatre repr^sente un salon. 

scMe l 

M. d'orville, comtois, la brie. 

M. JWOrville. Parbleu, cette medecine-la m'abien fatigu4 
Je meurs de faim. Et mon poulet, La Brie ? 

La Brie. Monsieur, vouz allez I'avoir tout-a-l'lieure. 

M. -Z>' Orville. Poui*quoi Comtois n'y est-il pas alle ? 

Comtois. Monsieur, il fallait bien etre aupres de vous 
pour vous habiller. Nous allons mettre le convert. 

M. jy Orville. Es n'en finii-ont pas ! Est-ce qu'il ne peut 
pas faire tout cela seul ? Allons, va-t'en. 

Comtois. J'y vais, j'y vais. 

M. D' Orville. Je tombe d'inanition. Donne-moi un fau- 
teuil. {11 s'assied.) Allons, finis done. 

La Brie. Je vais mettre la table devant vous. {H Fap- 
proche.) Je m'en vais chercher du pain. 

3L D' Orville. Je crois qu'ils me feront momir d'impa- 
tience. 

La Brie. Deploy ez toujours votre serviette, pour ne pas 
perdre de temps. 



SCEN'E IL 

M. d'oeville (seul). 

Je n'en puis plus. Je m'endors de fatigue et de faiblessei 
(7Z s'endort, et rotifle) 



200 LE POULET. 

scMe III. 

M. d'orville, la brie, comtois (portant le poulet). 

La Brie. Apporte du pain. 

Comtois. II y en a la. J'apporte le poulet. Quoi ! il dort 
deja ? 

La Brie. Je ne fais pourtant que de le quitter. 

Comtois. Mais son poulet va refroidir. Reveille-le. 

La Brie. Moi ? je ne m'y joue pas; il crierait comme un 
aigle. 

Comtois. Comment ferons-nous ? 

La Brie. Je n'en sais rien ; cela nous fera diner a je ne sais 
quelle heure, et je meurs de faim. 

Comtois. Et moi aussi ; ma foi, je m'en vais I'eveiller. 

La Brie. Tu n'en viendras jamais a bout. 

Cointois {cr'umt). Monsieur ? 

La Brie. Qui, oui. Vois comme il remue ; il n'en ronfle 
que plus fort. 

Comtois. Quel diable d'homme ! Coupe le poulet ; s'il 
se reveille, ce sera toujours autant de fait. 

La Brie. Oui, et il sera plus froid ; je ne m'y joue pas. 

Comtois. Eh bien, je m'en vais le couper, moi. {II coupe 
une cuisse.) Tiens, vois comme cela sent bon. 

La Brie. Je n'ai pas besoin de sentir pour avoir encore 
plus faim. 

Comtois. Ma foi, j'ai envie de manger cette cuisse-la. M. 
Fremont lui a ordonne de ne manger qu'une aile; il n'y 
prendra peut-etre pas garde. {II mange la cuisse) Ma foi, 
elle est. bonne. Je m'en vais boire vm coup. Donne-moi un 
verre. {II se verse a boire, et boit.) 

La Brie. Et s'il se reveille ? 

Comtois. Eh bien, il me chassera, et je m'en irai. 

La Brie. Ah ! tu le prends sur ce ton-la ! Oh ! j'en ferai 
bien autant que toi. Allons, allons, donne-moi I'autre cuisse, 

Comtois. Je le veux bien : nous serons deux centre lui ; il 
ne saura lequel renvoyer. Tiens. {II lui donne V autre cuisse.) 

La Brie. Donne-moi done du pain. 

Comtois. Tiens, en voila. 

La Brie. Ma foi tu as raison, ce poulet est excellent 
Mais je veux boire aussi. 



LE POULET. 201 

Comtois. Eh bien, bois. Je songe a une cliose : comme il 
ne doit manger qu'une aile, il ne m'en coutera pas davantage 
de manger I'autre. Je m'en vais en mettre une sur son as- 
siette. (77 7nange.) 

La Brie. C'est bien dit. Donne-moi le corps. 

Comtois. Ah! le corps ! c'est trop ; je m'en vais te donner 
le croupion. (lis ynangent tous les deicx.) 

La Brie. Cela ne vaut pas I'aile. 

Comtois. Mange, mange toujom's 

La Brie. Buvons aussi. 

Comtois. Allons, a ta sante. 

La Brie. A la tienne. {lis hoivenf.) 

Comtois. Ce viu-la est boa Quoi ! tu manges le haut du 
corps ? 

La Brie. Ma foi, oui. 

Comtois. Oh ! je m'en vais manger son aile. 

La Brie. Attends done. 

Co)ntois. Je suis ton ser\iteur ; je veux en avoir autant 
que toi. 

La Brie. Tu es bien gourmand. 

Comtois. Tu ne I'es pas, toi ? Ah ca, buvons, buvons. 

La Brie. Prends ton verre. {lis hoivent.) 

Comtois. A present, que ferons-nous quand il s'eveillera ? 

La Brie. Je n'en sais rien. Buvons pour nous aviser. 

Comtois. II ne reste plus rien dans la bouteille. 

La Brie. iN'on ? Et que dii-a dame Jeanne quand eUe 
verra la bouteille vide ? 

Comtois. Et les restes du poulet ? 

La Brie. Ma foi, eUe dira ce qu'eUe voudra. Attends, le 
voil^ qui remue. 

Comtois. Comment ferons-nous ? que dirons-nous ? 

La Brie. Tiens, mets tous les os sur son assiette, et dis 
comme moi. 

Comtois. Oui, oui ; ne t'embarrasse pas. 

La Brie. Paix done ! 

M. jyOrville {sefrottant lesyeux). Eh bien, qu'est-ce que 
vous faites la, vous autres ? 

La Brie. Monsieur, nous attendons. {A Comtois^ Rince 
son verre, et mets de I'eau dedans. 

M. D'Orville, Eh bien, ces coquins-la ne veulent done pas 
me donner mon poulet ? 

La Brie. Votre poulet, Monsieur ? 



202 LE POULET. 

M. jy Orville. Oui. Comment! depuis deux heures que 
j'attends ! 

La Brie, Que vous attendez, Monsieuj- ? Vous badinez ; 
il est bien loin. 

M. D' Orville. Comment bien loin? Qu'est-ce que cela 
veut dire ? 

La Brie. Tenez, Monsieur, regardez devant vous. 

M.U Orville. Quoi ! 

La Brie. Vous ne vous souvenez pas que vous I'avez 
mange ? 

ALD' Orville. Moi. 

La Brie. Oui, Monsieur. 

Comtois. Monsieur a dormi depuis. 

M. If Orville. Je n'en reviens pas ! Je I'ai mange ? 

La Brie. Oui, Monsieur, et vous n'avez rieu laisse ; voyez. 

M. D' Orville. Je I'ai mange! C'est incomprehensible ! et 
je meui's de faim ! 

Comtois. Cela n'est pas etonnant, vous n'aviez rien dans 
le corps ; cela a passe tout de suite en dormant. 

M. D' Orville. Mais je voudrais boire un coup, du moins. 

La Brie. Vous avez tout bu. Nous ne vous avons jamais 
vu une soif et un appetit pareils. 

M. D' Orville. Je le crois bien ; car je I'ai encore. 

Comtois. C'est surement la medecine qui fait cela. Mon- 
sieur veut-il son verre d'eau ? 

3L D' Orville. Un verre d'eau ? 

Comtois. Oui, pour vous rincer la bouche ; parce que 
nous irons diner, nous, apres cela. 

M. D'' Orville. Je n'y comprends rien. (11 se rince la 
bouche.) 

La Brie [a Comtois, has). Tu vols bien que dame Jeanne 
n'aura rien k dire non plus. 



SCME IV. 

M. d' ORVILLE, M. FREMONT, LA BRIE, COMTOIS. 

La Brie {an^iongant). M. Fremont. 

M. Fremont. Eh bien, la medecine depuis ce matin ! 



LE POULET. 203 

M D^Orville. Ah, Monsieur, elle m'a donne un app^tit 
devorant. 

31. Fremont. Tant mieux ; cela prouve qu'elle a balaye 
le reste des humeurs. 

Comtois. C'est ce que nous avons dit a Monsieur. 

M. jyOrville. Mais, Monsieur, je meurs de faim. 

M. Fremont. N'avez-vous pas mange votre aile de poulet, 
comme je vous I'avais ordonne ? 

La Brie. Bon ! Monsieur a bien mieux fait, il a mang6 le 
poulet tout entier, 

M. Fremont {en colere). Le poulet entier ? 

Comtois. Et bu sa bouteille de vin. 

M. Fremont. Sa bouteille de vin et un poulet ! 

M. lyOrville. Eh, Monsieur, je mourais de faim. 

M. Fremont {en colere). Vous mouriez de faim ! Yous 
n'etes pas plus raisonnable que cela ? 

M. If Orville. Eh, Monsieur, c'est comme si je n'avais rien 
mange ! je me sens toujours le meme besoin. 

M. Fremont {en colere). Le meme besoin ! JST'etes-vous 
pas honteux ? N'e yoyez-vous pas que ce sont vos entraiUes 
qui sont irritees ? 

M. B' Orville. Mais, Monsieur, considerez . . . 

M. Fremont {en colere). Je vous ordonne mie aile de pou- 
let, et . . . allez, allez, Monsieur ; avec une intemperance com- 
me celle-la vous ne meritez pas qu'on s'attache a vous, et 
qu'on en prenne soin, 

M. D' Orville. Mais je vous prie . . . 

M. Fremont. Non, Monsieur ; il faut vous mettre a la 
diete pendant huit jours. 

M. D' Orville. Ah ! Monsieur Fremont 1 

M. Frennont. A I'eau de poulet. 

M. IP Orville. A I'eau de poulet? 

M. Fremont. Oui, si vous ne voulez pas avoir une maladie 
^pouvantable, une inflammation ! . . . ou bien je ne vous verrai 
plus, je ferai mieux. 

M. B' Orville. Quoi, Monsieur Fremont, vous pourriez m'a- 
bandonner ? 

M. Fremont. Oui, Monsieur, si vous ne faites tout ce que 
je vous dirai. 

M. i>' Orville. Mais, Monsieur, rien que de I'eau de po\ ■ 
let?... 

M. Fremont. Ah ! vous ne voulez pas ! Adieu, Blon- 
sieur. 



204 LE POULET. 

M. jyOrville. Et non, Monsieur, j'en prendral Allez* 
vous-en tons deux, dire qu'on en fasse tout-a-l'heure. 

La Brie. Oui, Monsieur. 

M. Fremont. Non pas pour aujourd'hui ; de I'eau de chien- 
dent seulement. _• 

M. ly Orville. De I'eau de chien-dent ? 

M. Fremont. Oui, Monsieur, il faut laver. 

M. Jy Orville. Et vous reviendrez ? 

M. Fremont. A cette condition-la. 

M. jy Orville. Si vous me le promettez, je feral tout ce 
que vous voudrez, Je vais vous suivre jusqu'a ce que vous 
m'ayez donne votre parole. 

M. Fre mont. Nous verrons comment vous vous conduirez. 
{Us sortent). 



r\